Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie

Dernier ajout : 25 mai.

Procès du putsch manqué de septembre 2015 : L’interrogatoire des accusés annoncé pour le 12 juin 2018

 vendredi 25 mai 2018

Aussitôt ouvert, aussitôt fermé. Ce vendredi 25 mai 2018, le président de la Chambre de première instance du Tribunal militaire de Ouagadougou a de nouveau renvoyé le procès du putsch de septembre 2015, pour lequel comparaissent 84 accusés, afin de permettre à des avocats commis d’office, de mieux s’imprégner du dossier de leurs clients.
S’achemine-t-on vers l’interrogatoire tant attendu des 84 accusés dans le procès du putsch manqué de l’ex-Conseil national pour la démocratie ? Oui, si l’on en croit (...)

Procès du putsch manqué de septembre 2015 : Vers un nouveau renvoi ce 25 mai ?

 vendredi 25 mai 2018

Après plusieurs renvois dus à des querelles de procédures ou à des déports d’avocats de la défense, le président du tribunal avait donné rendez-vous, le 9 mai dernier, aux différentes parties pour la suite de procès après une pause d’un mois. Mais les six avocats commis d’office, le 11 avril 2018, pour défendre les intérêts de douze accusés, n’étaient pas prêts. Leur requête de disposer de plus de temps pour prendre connaissance du dossier a été accepté mais le temps demandé (trois semaines minimum et un mois (...)

Justice : Maître Paul Kéré dénonce « la contrariété » des récentes décisions prises par le Conseil supérieur de la magistrature

 mardi 22 mai 2018

Les décisions prises dans la première moitié de ce mois de mai 2018 par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) concernant la récusation de certains membres du Conseil de discipline de ladite structure, ne réjouissent pas l’avocat, maître Paul Kéré. Il le fait savoir à travers cet écrit. Lisez !
Quelle leçon faut-il retenir de la contrariété de décisions des 4 et 12 mai 2018 du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) sur la récusation en matière pénale dans notre pays ?
À l’entame de mes propos, (...)

Procès du putsch de septembre 2015 : Gilbert Diendéré et sept autres accusés sans avocat

 jeudi 10 mai 2018

Nouveaux déports, retour à la case départ. A peine rouvert mercredi 9 mai 2018, le procès du putsch de septembre 2015 a été de nouveau renvoyé au 25 mai prochain, pour permettre aux six avocats commis d’office de mieux s’imprégner du dossier et au bâtonnier de trouver de nouveaux avocats commis d’office à huit accusés dont les avocats se sont déportés ce mardi 8 mai.
Désigné le 11 avril dernier, par le Bâtonnier comme avocat commis d’office des accusés Ousséini Faïsal Nanéma et Paul Sawadogo, Me Arno (...)

Procès du putsch manqué : Le tribunal rejette des demandes de mise en liberté provisoire

 jeudi 10 mai 2018

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 qui a repris, ce mercredi 9 mai, est suspendu pour reprendre le 25 mai prochain. Au cours de l’audience de ce matin, le tribunal s’est prononcé sur des requêtes de mise en liberté provisoire introduites par les accusés Baguian Abdoul Karim et Nanéma Faïsal. Il les a rejetées parce que mal fondées. Il s’est aussi déclaré incompétent pour la demande d’autorisation de sortie du territoire du journaliste Ouédraogo Adama dit « Damiss ».
Point de liberté provisoire (...)

Me Paul Kéré : « Pourquoi j’ai décidé de me retirer du procès du Tribunal Militaire de Ouagadougou »

 mercredi 9 mai 2018

Dans cette tribune, Me Paul Kéré, Docteur en droit, avocat à la Cour et conseil de plusieurs inculpés du procès du putsch du Conseil National pour la Démocratie, explique pourquoi il a décidé de se retirer.
Par correspondance en date du 20 Avril 2018 au Chef de l’Etat burkinabè, garant de l’indépendance judiciaire, le Syndicat Autonome des Magistrats Burkinabè (SAMAB), a dénoncé, sans détour, des faits discriminatoires au sein du Ministère de la Justice. A l’entame de cette lettre, le SAMAB, après avoir (...)

Jugement des dignitaires du pouvoir de la IVème République : La CDAIP exige la création de tribunaux spéciaux

 mardi 8 mai 2018

Ceci est une déclaration de la Coordination des comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) de la ville de Ouagadougou.
Le peuple burkinabè vit un tournant important de son histoire avec le procès des putschistes qui, ouvert depuis le 27 février 2018 a été suspendu par deux fois et devrait normalement reprendre le 09 mai.
Ce procès, qui représente l’espoir de tout un peuple de voir pour une fois ses bourreaux répondre de leurs actes, pourrait accélérer la (...)

Procès du putsch manqué de septembre 2015 : « Je n’ai pas ma place comme témoin dans ce procès », MaîtreTitinga Frédéric PACERE

 dimanche 6 mai 2018

C’est en principe mercredi 9 mai 2018 que reprend le procès du putsch manqué de septembre 2015. A la barre, le Général Gilbert DIENDERE et 83 autres, dans « l’affaire Burkina Faso contre Eux ». Ce procès, comme il fallait s’y attendre, a connu beaucoup de suspensions et de rebondissements. Il a également fait et continuera encore longtemps de faire couler beaucoup d’encre et de salive !Sur la liste des témoins cités par le Général, et publiée dans le journal l’Observateur Paalga du 2 au 4 février 2018, (...)

Rejet du recours en inconstitutionnalité dans le procès du putsch : Un précédent dangereux, selon Me Paul Taraoré

 dimanche 29 avril 2018

Ceci est une contribution de Maître Paul TARAORE, Avocat aux Barreaux de LAVAL et du Burkina Faso, Ancien avocat au Barreau de Bruxelles.
Le 20 mars dernier, le Conseil Constitutionnel rendait une décision rejetant le recours en inconstitutionnalité déposé par deux accusés poursuivis devant le tribunal militaire de OUAGADOUGOU.
Etant passée inaperçue et n’ayant suscité aucune critique, cette décision jette le trouble et crée un précédent dangereux.
I cette décision jette le trouble
Par une formule (...)

Procès du putsch de septembre 2015 : « Octobre 2014 n’est pas loin de nous », Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP

 vendredi 27 avril 2018

Au cours d’une conférence de presse animée, ce vendredi 27 avril 2018, huit organisations réunies autour du Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples, ont exigé que le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015, qui doit reprendre le 9 mai prochain, soit conduit à terme avec rigueur et transparence.
Ouvert le 27 février 2018, le procès du Général Gilbert Diendéré et 83 accusés, dans le cadre du putsch manqué, devrait reprendre le 9 mai prochain, après plusieurs querelles de procédures (...)

« Je ferai la grève du médicament jusqu’à ce que mort s’ensuive », Adama Ouédraogo dit Damiss, journaliste accusé dans l’affaire du coup d’Etat

 lundi 23 avril 2018

Dans la lettre ouverte ci-après adressée au Président du Faso, Adama Ouédraogo dit Damiss, accusé dans l’affaire du coup d’Etat de septembre 2015, dénonce la gestion de son dossier par le procureur militaire, le commandant Alioun Zanré. Face au refus de ce dernier de lui délivrer une autorisation pour des soins hors du pays, Adama Ouédraogo n’exclut pas d’envisager le pire. Il se dit prêt à faire la grève du médicament jusqu’à ce que mort s’ensuive.
Excellence Monsieur le Président du Faso,
Après une (...)

Procès du putsch de 2015 : 14 avocats se déportent, compteur à zéro pour 12 accusés

 vendredi 6 avril 2018

Nouveau rebondissement dans le procès du putsch manqué de septembre 2015. Aussitôt ouverte, l’audience de ce vendredi 6 avril 2018 qui devait être consacrée à l’interrogatoire des accusés, a été renvoyée au mercredi 9 mai 2018. Pour cause, 14 avocats dont deux commis d’office se sont déportés de l’affaire.
Un vendredi très attendu par le public car l’audience du jour devait se consacrer à l’interrogatoire des 84 accusés, dont 9 sont toujours en fuite. Mais le déballage n’aura pas lieu. A l’ouverture de (...)

Burkina : Le procès du putsch manqué renvoyé au mercredi 9 mai 2018

 vendredi 6 avril 2018

Le président du tribunal, Seydou Ouédraogo, a renvoyé ce vendredi 6 Avril 2018 l’audience du procès du putsch manqué au mercredi 9 mai 2018. La raison : 14 avocats se sont déportes dont deux avocats commis d’office. Ces derniers auraient soumis leurs lettres de déport le 5 avril 2018. 12 accusés se retrouvent sans avocats.
Quelques réactions suite au report du procès du putsch manqué au 9 mai 2018
Aziz Dabo, porte-parole de la NAFA
"Je pense que c’était assez prévisible parce qu’au vu des violations (...)

Arrestation du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss : Kadari Sanou condamne

 lundi 2 avril 2018

Ce vendredi 31 Mars 2018, la gendarmerie nationale du Burkina Faso, a procédé à l’arrestation du journaliste burkinabé Ouédraogo Adama dit Damiss, rédacteur en chef du journal d’investigation « Le Dossier ». Conduit au poste de gendarmerie de Kossyam, Monsieur Ouédraogo y est toujours détenu.
Cette arrestation fut opérée sur la demande du Président du tribunal militaire en charge du jugement du dossier dit du putsch manqué de 2015 au Burkina Faso. Le motif évoqué en soutien de cette arrestation est que, (...)

Procès du putsch de 2015 : Le tribunal rejette trois demandes de mise en liberté provisoire et renvoie une autre

 dimanche 1er avril 2018

Le président du tribunal militaire qui juge le putsch manqué a rejeté ce samedi 31 mars 2018, trois demandes de mise en liberté provisoire. Ce sont les demandes des accusés Minata Guelwaré, Koussoubé Roger, et Zerbo Lawoko Mohamed. Pour la demande de l’accusé Compaoré Abdou, le tribunal a renvoyé la délibération pour compléments d’informations.
Pas de liberté provisoire pour les accusés Zerbo Mohamed, Guelwaré Minata et Koussoubé Roger. Ainsi en a décidé Seidou Ouédraogo, le président du tribunal (...)

Procès du putsch de 2015 : Toujours en fuite, neufs accusés ont jusqu’au 9 avril pour se présenter devant le tribunal

 dimanche 1er avril 2018

Les interrogatoires des accusés du putsch de septembre 2015 sont prévus pour se tenir le vendredi 6 avril prochain. Parmi les 84 accusés, 9 pourraient manquer à l’appel. Pour cause, ils sont toujours en fuite. Dans l’ordonnance N°004/2018, publié le 30 mars 2018, la Chambre de jugement de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou a donné un délai de dix jours à ses accusés pour se présenter devant elle. Qui sont-ils et quels sont les chefs d’accusation qui pèsent contre eux ?
1. Diendéré (...)

Procès du putsch de 2015 : « Les choses sérieuses peuvent commencer », Me Séraphin Somé

 samedi 31 mars 2018

L’interrogatoire des 84 accusés du putsch manqué de septembre 2015. Les familles des victimes, le parquet militaire, les avocats des parties civiles, et surtout les journalistes n’attendent que cela. Eh, bien à l’audience de ce samedi 31 mars consacré à la suite de la lecture de l’arrêt de renvoi et de mise en accusation et l’examen de quatre demandes de liberté provisoires, le président du tribunal a annoncé que l’interrogatoire aura lieu le vendredi 6 avril 2018 à 9h.
Partis en trombe, vendredi (...)

Procès du putsch : Des avocats de la défense quittent la salle d’audience

 vendredi 30 mars 2018

Ils ont fini par quitter la salle, mais pour combien de temps ? On sentait les choses venir quand le président du tribunal a clairement expliqué dans sa décision qu’il appartenait aux accusés et à leurs avocats de notifier les citations à comparaitre à leurs témoins. Cela n’est pas du ressort du parquet. Une position qui clos le débat des jours précédents. Les conseils de la défense reviennent alors pour demander deux mois pour maintenant citer les témoins. Trop tard, le débat est clos sur ce sujet, et (...)

Procès du putsch de 2015 : Pour la partie civile, le président a été vigilant au piège de la défense

 vendredi 30 mars 2018

Des avocats de la défense ont tourné le dos au tribunal, ce vendredi 30 mars 2018, lorsque le président, Seydou Ouédraogo, s’est opposé à leur demande de deux mois minimum pour citer les témoins des accusés du putsch de septembre 2015. Pour Me Néa de la partie civile, le juge a échappé à un piège tendu par la défense.
« Nous sentons manifestement qu’il faut juger coûte que coûte même si il n’y a pas de vérité dedans », a déclaré Me Mathieu Somé, sorti de la salle d’audience avec des « frères d’armes » de la (...)

Procès dit du putsch, l’objectif, « Faire tout pour condamner »

 vendredi 30 mars 2018

Les témoins jouent un rôle de première importance dans le déroulement d’un procès. En venant raconter au juge ou au jury ce qu’ils savent à propos d’un événement, les témoins contribuent à les éclairer sur ce qui s’est passé.
Dans un procès où la découverte de la vérité et la transparence sont la priorité du tribunal, une place de choix est consacrée aux témoins. Ce en toute impartialité, oui, en toute impartialité. Les témoins des deux parties sont considérés au même titre par le tribunal, le tribunal doit tout (...)

Pages : 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 500

  Météo
Météo Ouagadougou
  A la une de la presse
  Caricatures
  PMU'B
PMU'B

« Quarté » DU 24/05/2018
ARR : 10 - 12 - 13 - 9 NP : 00 NP :
ORD : 745 500 FCFA
DES : 40 500 FCFA
TIERCE V :
COUPLE V :
C G :
C P A :
C P B :
C P C :

Conseil des Ministres depuis 2004
  Pharmacies de garde
Aéroport de Ouagadougou horaires

Suivez Lefaso.net
sur le WEB


Déjà 30 000 abonnés !

Lefaso.net
sur Facebook


Suivez
@lefaso_net
sur Twitter


Disponible sur Google Play Disponible sur App Store

LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés