Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout arbre qui vit en tranquillité finit un jour par être secoué.» Proverbe vietnamien

Technologies : « De nos jours, le drone est un allié incontournable pour les forces armées », dixit Apollinaire Agnan Konkobo, directeur de LDS

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • jeudi 25 avril 2019 à 23h20min
Technologies : « De nos jours, le drone est un allié incontournable pour les forces armées », dixit Apollinaire Agnan Konkobo, directeur de LDS

Il est ingénieur topographe de formation. En plus d’être pilote de drone, il est instructeur de pilote de drones. Titulaire d’une licence de pilote de drones délivrée par l’Autorité sud-africaine de l’aviation civile (South African Civil Aviation Authority SACAA), Apollinaire Agnan Konkobo, est promoteur de la société Lwili Drone Solutions (LDS), qui est une entreprise d’imagerie aérienne par drone et de formation de pilote de drone. Sans tabou, il nous parle du drone dans toutes ses dimensions.

LeFaso.net : Comment vous êtes-vous spécialisé dans les technologies liées au drone ?

Apollinaire Agnan Konkobo : Je tiens à préciser que le monde de l’aviation était mon rêve depuis l’enfance. Je me suis spécialisé dans le pilotage de drone en m’intéressant à la modélisation 3D et à la topographie par drone. Les drones permettent de créer la modélisation 3D d’un lieu, d’un terrain, d’une carrière. Grâce à ces modélisations, on peut obtenir des ortho photographies qui sont des photos comme Google Maps hyper précises au centimètre, qui permettent de dessiner le terrain et obtenir la topographie de la zone.

Le drone est un outil performant pour le suivi et le contrôle de la production des mines et carrières. Le traitement des données du drone permet d’obtenir des modèles 3D avec rapidité et précision, de calculer de manière précise la production mensuelle de la mine.

Pour accroitre mes compétences dans le domaine des drones, j’ai décidé de me perfectionner pour devenir pilote certifié de drone. Dans cette optique, je me suis inscrit dans un centre de formation agréé par la SACAA pour des cours théoriques et pratiques et à l’examen final, j’ai obtenu ma licence de pilote de drone.
L’Afrique du Sud est actuellement l’un des pays au monde qui possède les lois les plus strictes sur les drones.

Qu’est-ce qu’un drone ?

Un drone est un aéronef, un véhicule aérien inhabité, sans pilote humain ni passager à l’intérieur, qui peut voler de façon autonome ou être contrôlé à distance depuis le sol.

Combien de types de drones existe-t-il ?

Les drones sont répartis dans deux catégories principales : les voilures fixes ou ailes volantes comme les avions et les drones à voilures tournantes multicoptères ou multi rotors comme les hélicoptères.
Cependant, il existe également une catégorie de drones hybrides à décollage et atterrissage vertical (DAV), qui sont une innovation beaucoup plus récente et tirent parti de la capacité des multi-rotors à décollage et atterrissage verticale.

Quel rôle joue chaque type de drone ?

Les drones peuvent voler et enregistrer des photos ou vidéos de très haute résolution. Les différences résident dans ce qu’il y a entre un avion et un hélicoptère. L’avion vole plus longtemps et couvre de plus grandes distances ou surfaces de vol ; alors que le multicoptère est plus polyvalent et permet le vol stationnaire. Ce qui ne nécessite pas de grandes surfaces de décollage ou d’atterrissage.
Il faut noter aussi que les drones ont un usage soit militaire ou civil.

Dans quelle condition est-il permis de piloter un drone ?

Il faut reconnaitre les conditions dans lesquelles, on pilote un drone. Il y a deux principaux cas : les activités de loisirs et les activités de pilotage qui permettent d’avoir des revenus, qui sont classées comme des activités particulières. La réglementation précise que les pilotes de drones ont l’obligation de suivre une formation théorique, pratique et passer l’examen de pilote avant d’avoir la possibilité de piloter un drone. Pour cela, il faudra obtenir une licence de pilote de drone ; enregistrer son drone auprès de l’autorité de l’aviation civile ; souscrire à une assurance de responsabilité civile drone et respecter strictement la règlementation des drones.

Il existe des zones d’interdiction ou de restriction de vol de drone. Il faut toujours avoir une autorisation pour voler avec un drone.

Apollinaire Agnan Konkobo tenant sa licence de pilote de drone

Quelles sont les situations auxquelles il est recommandé d’utiliser ou pas les drones ?

L’utilisation des drones se fait selon des règles bien édictées par la règlementation. Il est important de faire preuve de responsabilité quand on pilote un drone. Les règles d’usage d’un drone sont : interdiction de voler au-dessus d’une personne ou d’un groupe de personnes ; interdiction de voler en zone urbaine ; interdiction de voler avec un drone à 50 mètres d’un immeuble, d’une voie publique ; interdiction de vol de drone pendant la pluie ou un vent fort ; interdiction aux drones de voler en formation ou en essaim ; interdiction de piloter un drone sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue.

Le pilote qui doit piloter un drone ne doit pas consommer de l’alcool huit (08) heures avant le vol ; il doit respecter la hauteur maximale de vol qui est de 120 mètres et ne jamais voler la nuit. Il doit respecter la vie privée des autres (pas de survol de la propriété d’une personne sans son consentement) ; garder toujours son drone en vue (toujours suivre son drone à vue d’œil), ne pas piloter son drone à proximité des aéroports ou aérodromes dans un rayon de 10 km ; ne pas survoler les sites sensibles ou protégés (casernes militaires, commissariats de police, scènes de crime, brigades de gendarmerie, palais de justice, prisons, centrales électriques, parcs nationaux, zones stratégiques, présidence, premier ministère). Le pilote de drone ne doit pas diffuser les images sans l’accord des personnes qui y apparaissent ; et doit évaluer la zone dans laquelle on pilote un drone en notant les obstacles (bâtiments, lignes électriques).

Il faut noter que voler avec un drone comporte beaucoup de restrictions mais avec un drone professionnel en faisant la demande, on peut obtenir une dérogation tout en respectant les règles de sécurité générale d’utilisation d’un drone.

Dans le contexte sécuritaire du Burkina, quelles sont les solutions que peut apporter un drone ?

De nos jours, par exemple, le drone est un allié incontournable pour les forces armées par l’apport de renseignements qui tient une place importante dans la prise de décision. Les drones sont extrêmement polyvalents, peuvent parcourir de grandes distances avec une grande autonomie de vol pour la surveillance, l’observation des frontières de jour comme de nuit, faire des missions de reconnaissance en se rendant dans des endroits inaccessibles à l’homme, la protection des convois des forces de défenses et de sécurité pendant leur déplacement.

Il faudrait équiper les forces armées de drones et s’atteler à la formation de pilotes de drone. Nous avons des drones qui pourraient aider les forces de défense et de sécurité à juguler ce fléau.

Quelles sont les autres applications du drone ?

Ces derniers temps, les drones sont devenus une des technologies parmi les plus médiatisées et les plus fascinantes au monde, utilisée par diverses professions allant du journalisme à la recherche de personnes disparues en passant par l’agriculture. L’arrivée des drones a permis d’apporter une nouvelle approche et un nouvel outil dans de nombreux métiers.

Les applications des drones sont multiples et variées. Chaque domaine professionnel utilise les drones pour ses activités. Les domaines d’applications sont : medias, sports, photographie aérienne, inspection, surveillance , contrôle d’ouvrages, inspection de marchandises, agriculture, lutte anti incendie, environnement, contrôle des zones à risques, suivi de travaux sur les chantiers de construction, transports, mines et carrières , relevés topographiques, cartographie, géomatique, SIG, aide humanitaire, architecture, environnement, recherche scientifique, lutte anti braconnage, sécurité, défense, investigations de police, etc.

Au Burkina Faso, que disent les textes sur l’usage des drones ?

Le déploiement de la technologie drone au Burkina et en Afrique est en plein essor. La réglementation des drones au Burkina Faso est en cours d’élaboration et d’adoption.

Le ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière avec l’Agence nationale de l’aviation civile du Burkina Faso (ANAC-BF) s’attèlent à la rédaction des lois relatives aux conditions techniques d’exploitation des systèmes d’aéronefs télépilotés civils (drones) qui seront promulgués très prochainement.

L’ANAC est le principal organisme de réglementation de l’utilisation des drones dans l’espace aérien national. Elle est responsable des procédures suivantes concernant l’utilisation des drones : la vérification des équipements embarqués qui affectent la sécurité aérienne ; l’octroi des licences aux pilotes ; la délivrance des autorisations de vol ; la définition de normes pour les opérations des drones et d’exigences minimales pour l’utilisation de différentes classes de drones sur la base de leur taille et de leur masse au décollage.

Parlez-nous de l’entreprise Lwili Drone Solutions (LDS) dont vous êtes le promoteur ?

Lwili Drone Solutions (LDS) est une société novatrice spécialisée dans la formation des pilotes et des prestations de service drone.

Quels sont les domaines d’intervention de LDS ?

Les domaines d’intervention de LDS sont divers et variés : la fourniture de biens et services par drone (services d’acquisition et de traitement d’images aériennes, relevés topographiques par drone, fourniture de drones professionnels avec des solutions pour l’armée, la police, la douane et autres, la formation des pilotes de drones).
LDS est créateur de solutions innovantes drones.

Quels sont les objectifs de LDS à court, moyen et long termes ?

Les objectifs à court terme sont la participation à la vulgarisation de la solution drone dans tous les secteurs prioritaires comme la sécurité, la défense, l’agriculture, l’environnement et autres secteurs. A ce titre, plusieurs divisions sont créées : Formations, Inspections, Sécurité, Topographie, Consultations.

L’objectif à long terme de la société est le positionnement comme leader sur le marché local, avec une expansion dans la sous-région ouest africaine à travers la conquête de parts de marchés significatifs.

Quels sont vos différents partenaires dans le domaine de la formation des pilotes ?

Notre partenaire principal est Aerospace 3D UAV Specialists basé en Afrique du Sud qui nous appuie pour le volet formation avec l’élaboration des manuels de formation et l’appui pour les examens finaux des pilotes.
On compte beaucoup sur l’ANAC Burkina Faso pour aider à structurer le secteur des drones au Burkina Faso.

Comment joindre LDS ?

Lwili Drone Solutions a son siège à Ouagadougou.
L’adresse email est office@lwilidrone.com.
Les contacts téléphoniques sont : 00 226 73 92 28 99 / 76 62 54 14.

Interview réalisée par Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
3ème Assemblée RECOWA-CERAO : Les évêques de l’Afrique de l’Ouest condamnent « ceux qui tuent au nom de Dieu »
Violence dans les langues : Un colloque international pour un meilleur décryptage
Réhabilitation de l’hôtel de ville de Bobo-Dioulasso : Les travaux officiellement lancés
Solidarité nationale : SAP Olympic au secours des personnes vivant avec un handicap
Grèves dans le secteur de la santé : Le gouvernement appelle les syndicats à un « esprit de patriotisme »
FONRID : Douze porteurs de projets reçoivent des chèques
Bobo-Dioulasso : Un prêtre assassiné et un autre blessé au centre Don Bosco
Journées des semences améliorées : Un cadre de sensibilisation des producteurs agricoles
Civisme et cohésion sociale : L’AJUDE préconise l’alliance à plaisanterie
Catholic relief services : Le personnel solidaire des élèves et des malades
Insertion professionnelle : Iamgold Essakane et 2IE signent un accord-cadre de trois ans
ONEA et Coris money : Un mariage pour faciliter le paiement des factures d’eau
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés