Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Projet d’appui à la commercialisation de l’anacarde : des acteurs de la filière s’accordent sur les avancées

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 2 avril 2019 à 11h01min
Projet d’appui à la commercialisation de l’anacarde : des acteurs de la filière s’accordent sur les avancées

L’Unité nationale de mise en œuvre du cadre intégré renforcé (UNMO/CIR) a organisé le 29 mars 2019 à Bobo-Dioulasso, un atelier aux fins de capitaliser les performances et les insuffisances du projet d’appui à la commercialisation des noix de cajou transformées au Burkina Faso. Cet atelier fait suite à celui sur la filière mangue séchée tenu le 28 mars 2019 dans la ville de Sya.

En 2014 démarrait le projet d’appui à la commercialisation de mangues séchées et de noix de cajou transformées au Burkina Faso, pour une période de 4 ans. Ce projet avait pour objectif de contribuer à l’accroissement des recettes d’exportation de ces deux produits au Burkina Faso.

Après l’exécution des activités dudit projet, l’Unité nationale de mise en œuvre du cadre intégré renforcé (UNMO/CIR), en collaboration avec les acteurs de terrain, a initié cet atelier pour passer en revue les diverses phase de l’exécution du projet en termes d’acquis enregistrés, d’insuffisances constatées, de leçons et d’enseignements à tirer de l’expérience. Il s’est agi également de prospecter des pistes pour une meilleure prise en charge des problématiques liées à la filière anacarde.

Pour Aziz Sana, conseiller technique du ministre en charge du Commerce « il y a eu des avancées positives dans l’exécution du projet et la filière a bénéficié d’une meilleure organisation structuré en interprofession avec 3 maillons : production, transformation et commercialisation. Après ces 4 années, il s’agira donc en accord avec les acteurs concernés, de corriger les insuffisances et consolider ce qui a déjà été fait, en analysant les possibilités de poursuivre le projet (qui est arrivé à son terme) ou d’initier un nouveau projet pour dynamiser davantage la filière anacarde.

Aziz Sana Conseiller technique du ministre en charge du commerce

La présidente de l’Interprofession anacarde Koné Minata, a pour sa part rassuré que « la filière anacarde se porte aujourd’hui assez bien grâce à ce projet dont les retombées sont perceptibles et bénéfique. Cela se justifie avec la mise en place de l’interprofession en 2015 qui a permis de donner de la visibilité à la filière, de renforcer les capacités des acteurs, d’accompagner des unités de transformations en matériel qui ont permis d’augmenter la qualité et l’offre. Cependant comme attentes, nous espérons du ministère du Commerce un nouveau accompagnement pour consolider ce qui a été un acquis ».

Pour la pertinence du projet les participants à l’atelier de capitalisation de la filière anacarde, n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction et reconnaissances aux équipes du CIR et de la SNV.

Au terme des échanges, les participants à l’atelier ont formulé des recommandations en vue de mieux positionner la filière anacarde au Burkina Faso. Il s’agit entre autres de prendre en compte tous les maillons de la chaîne de production de cette filière ; d’encourager la synergie d’actions des ministères intervenant dans la filière (MAAH, MEECV, MCIA) ; de sensibiliser les producteurs sur l’impact de la production de l’anacarde sur l’environnement ; d’impliquer davantage les services techniques dans la pérennisation des acquis du projet ; de rendre disponible les statistiques sur la production, la commercialisation et la transformation de l’anacarde au Burkina Faso.

Les acteurs ont également souhaité un renforcement de l’implication de la recherche dans la filière ; la tenue de rencontres avec les institutions financières de microcrédits pour mieux leur faire connaitre la filière anacarde et les inciter à financer les entreprises œuvrant dans la dite filière ; le renforcement des capacités des équipements de transformation de ce produit et la dotation en équipements adaptés pour répondre à la demande du marché.

Koné Minata, Présidente de l’interprofession anacarde

Il reste attendu au terme de ce projet, un renforcement des capacités organisationnelles et techniques des acteurs, l’amélioration des capacités techniques et technologiques des unités de transformation, l’accroissement du volume des exportations de noix de cajou transformées et l’amélioration des acteurs à la saine gestion financière.

Haoua Touré
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
CASEM 2019 du MINEFID : Un taux de recouvrement de 99,31% au premier trimestre
Inclusion financière : Les opportunités du digital, l’opération de charme de l’UNCDF
Filière coton : Tirer les leçons des privatisations dans l’espace UEMOA et au Tchad
Chambre de commerce et d’industrie du Burkina : La relance du club de presse au menu d’un dîner
Street marketing weeks : La 1ère édition se tiendra du 4 juin au 8 novembre 2019
Union économique et monétaire ouest-africaine : Un niveau de récoltes globalement satisfaisant
Mise en garde du CREPMF contre les arnaques : Léopold Ouédraogo de l’antenne nationale de la BRVM apporte des éclaircissements
Labellisation du Faso Danfani : Une arme pour lutter contre la contrefaçon
Mises en garde contre les arnaques financières : Le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina se prononce
Échangeur du Nord : « L’échangeur a permis la fluidité de la circulation, mais le pôle économique de Tampouy est détruit », selon un riverain
Banque mondiale-Burkina Faso : Trois accords de financement pour renforcer la politique économique et sociale
Professionnels des banques : L’heure est à la vulgarisation des cartes bancaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés