Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • samedi 30 mars 2019 à 22h00min
Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

Dans la journée du vendredi 29 mars 2019, le tribunal militaire a examiné le contenu des appels téléphoniques qui seraient d’une part des communications entre le général Gilbert Diendéré et des coaccusés, et d’autre part entre le général Gilbert Diendéré et d’autres personnalités extérieures. Une trentaine d’éléments sonores entrant dans le cadre du procès du putsch manqué du 16 septembre 2015 ont été examinés. L’objectif étant d’établir l’implication et la responsabilité psychologiques et matérielles du général Diendéré dans le putsch de 2015.

L’interprétation des pièces à conviction a donné lieu à une controverse entre le parquet militaire, la partie civile et la défense, ce vendredi 29 mars 2019. A travers les audio écoutés au cours de cette audience, les voix ont été attribuées à l’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro. Mais aussi, à Sidi Lamine Oumar , Roger Sebag, Djéri Maïga , Ismaël Diendéré , Foutoumata Diendéré, Fatoumata Diawara et Hippolyte Diendéré.

Il ressort que Guillaume Soro s’était proposé de venir en aide au général Gilbert Diendéré. Ironiquement, il avait demandé au général Diendéré de le nommer n°2 du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) et son interlocuteur de répondre qu’ « il n’y a pas de problème ».

En effet, Il semblait être l’homme qui prenait contact avec des chefs d’Etat en vue de soutenir le président du Conseil national pour la démocratie (CND). Entre autres, Il était également celui qui s’occupait de la communication du RSP sur les réseaux sociaux et aurait mené des missions auprès de charlatans pour le compte du général Diendéré. « J’ai payé un cheval et un chameau. Toi tu seras président du Burkina. Le jour où tu seras président et que tu m’oublies, c’est en ce moment qu’il y aura palabre », disait-il.

Il aurait conseillé au général Gilbert Diendéré de chercher un œuf de poulet africain et de le frotter sur son corps en disant : « Moi Diendéré, je suis dans une cause juste. Je défends mon peuple et les jeunes qui m’ont suivi, il faut qu’à aucun moment ils ne puissent me trahir… » et de le jeter après. Les noms des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), tels que Faure Gnassingbé, Macky Sall, Alassane Ouattara ont également été cités. Ila auraient cautionné le putsch, avant de dribbler le général.

Il est ressorti que les 25 et 26 Septembre 2015, Dienderé avait perdu le soutien de ses amis de la CEDEAO. D’abord ses communications avec les présidents ivoirien, togolais et sénégalais n’ont pas donné de suite positive. Les promesses de ces derniers de le soutenir vaille que vaille n’ont pas eu une suite heureuse. Se sentant trahi et isolé, il demande à sa famille de se mettre à l’abri. Son épouse Fatou Diendéré l’appelle pour trouver la marche à suivre, il la conseille : « Va à la résidence de l’ambassade de France ». Puis, il sera pris par la gendarmerie.

Pour le parquet militaire, le général s’était rendu à la gendarmerie par la force des choses. Se sentant affaibli et en l’absence d’alternative de résistance, il était contraint de se rendre. Une position corroborée par la partie civile, pour établir la responsabilité de Diendéré dans le putsch.

La défense s’est refusée d‘assimiler les éléments sonores à la voix de leur client. Selon leurs motivations, il serait difficile d’authentifier ces éléments au regard de la date et des intitulés. Elle a donc demandé au tribunal d’apprécier en tenant compte de l’absence de preuve suffisante. L’audience reprendra le lundi 1er avril 2019.

Crédit photo jeuneafrique

Edouard. K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 mars à 10:51, par Preuve. En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Félicitations au tribunal. C est du bon travail, la transparence. Permettre au peuple d accéder des infos aussi cruciale qui la concerne fait du bien. Une 1 ere de sa thérapie. Qui guérit les blessures des familles endeuillées de Thomas lingani Henri zongo... ;que le tribunal continue de faire parler les enregistrements pour que les familles commencent à penser leurs plaies. Merci bien

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 15:10, par ACHILLE De TAPSOBA En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Hommage aux MARTYRS du 30,31 Octobre 2014 et du 16, 17 Septembre 2015

    Nous félicitons sincèrement le tribunal militaire pour ce travail phenomal, magistral et bien élaboré. Merci à la transition de nous avoir permis de découvrir les ennemis de la nation avec les écoutes téléphoniques. Bravo aux Grands Avocats de la partie pour ce trophée de la Cour de la CEDEAO Me KAM, Me FARAMA, Me SOME soyez bénis pour votre défense de l’orphelin, la veuve et les plus faibles.Chez les criminels tout est bon à faire pour atteindre cyniquement à ses fins. Pour devenir président, Soro le sanguinaire ou Diendere la machine à tuer ou encore "ange" Djibril le franc-maçon sans aucune pitié sont visiblement capables d’immoler des humains. Pour eux seule la gloire terrestre compte plus tout.Attestent les enregistrements audio, leurs monstruosités ou leurs sadismes, excusez-moi du terme, s’étendent partout. Comment des hommes normaux de surcroît des "généraux" sensés de défendre honorablement leur pays qui les a vus naître( contre tout ennemi) peuvent-ils décider de le détruire totalement avec des amis djihadistes ? Les putschistes et leurs avocats gloutons ne peuvent pas faire d’observation à la barre tout est parfaitement clair avec plus de 2500 communications. De façon mécanique, les avocats gloutons des criminels nient pour nier sans argument conséquent. Nous prions le SEIGNEUR Juste et Bon Il aime le BURKINA et Il bénit toujours le BURKINA. Les ennemis du BURKINA sont certains de ses fils ayant perdu le pouvoir et le luxe du pouvoir . Ils voulaient manifestement broyer leur patrie pour se rendre indispensables. Merci SEIGNEUR de ne pas leur donner cette force diabolique et meurtrière pour brûler le BURKINA pour réchauffer leurs intérêts égoïstes.
    On les comprend aisément. De la Sierra Leone au Liberia et de Côté d’Ivoire au Mali, nos généraux félons et criminels ont été les grands marchands d’armes qui ont endeuillé l’Afrique de l’Ouest sans remords. Hier nos fameux généraux putschistes étaient très puissants, craints par tout le monde, les plus médiatisés avec leurs mystérieuses libérations des otages des Occidentaux mais le mythe Diendere-Bassole est tombé ils ont été découverts. Quelque que soit la durée de la nuit le soleil finira par apparaître. 30 ans de cachette dans les coups tordus avec des crimes de sang un jour de démystification avec ce procès le BURKINA a mis subitement fin à la cavale des 2 généraux assassins toujours assoiffés d’honneurs.

    Descendre l’enfer sur le BRAVE PEUPLE BURKINABÈ pour avoir le pouvoir, nos faux généraux, DIEU ne permet jamais ça. Notre cher Faso triomphera à chaque épreuve difficile car DIEU et nos Ancêtres l’ont bombardé de bonnes bénédictions.

    SEIGNEUR, touches les coeurs des généraux putschistes et leurs complices car ils ont été longtemps égarés par les artifices matériels de la vie(argent, pouvoir, honneur ...). Pardonnes-les pour le sang des innocents qu’ils ont versés au cours de leurs carrières militaires et politiques. Diriges-les le restant de leurs vies sur le droit chemin.

    Un BURKINA PAISIBLE, ÉQUITABLE en JUSTICE et PROSPÈRE est très possible nous le ferons sans les hommes "forts" et indispensables.

    Un jour là vérité triomphera sur le mensonge ou l’impunité.

    Justice pour THOMAS SANKARA
    Justice pour NORBERT ZONGO
    Justice pour DAVID OUEDRAOGO
    Justice pour BOUKARY DABO
    Justice pour SALIFOU NEBIE

    Que le SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tant. Amen
    Paix et succès à tous les BURKINABÈS. Amen

    ACHILLE De TAPSOBA le Bobolais(pur produit de THOM SANK et de NORBERT ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 15:37, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Pourquoi les écoutes ont été qualifiées de sauvages ? Je n’ai jamais compris. Sauvages parce qu’elles detiennent des propos qui ne sont pas vrais ou parce que les autorités n’ont pas demandé la permission expresse de ceux qui ont été mis sous écoute ? Autant dire au voleur de fuir car tu vas l’attraper. La stratégie du paquet est hors de commun. Que tout le Burkina entend ce qui se tramait en coulisse dans la sous-région, d’Abidjan à Lomé en passant par le Ouaga jusqu’à Dakar.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 19:07, par Nana En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Le couple le plus criminel de tous les temps au burkina. J’ose souhaiter qu’ils n’ont pas eu un seul enfant ensemble. Sinon on verra pire. Dieu est grand il ne nous fera plus vivre ce que ce couple diabolique afait surtout nous de yako

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 21:03, par Polpol En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Aidez moi ! Je ne comprends pas l’attitude des avocats de la defense ou alors c’est le rôle de l’avocat que j’ai du mal à cerner ! Doit on defendre une cause évidente comme celle là ? Autant admettre qu’on pourrait cacher le soleil par la paume de sa main !!

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 01:20, par Sambologo En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Moi je voudrais comprendre une chose : il y’a forcement un coupable ou du moins des coupables pour ce putch. Imaginons que Gilbert Denderé soit disculpé, qui serait le coupable alors ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 03:33, par AMADOU En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Les avocats sont depassés par la technologie des écoutes qui a ete élaborée. Ce n’était pas par le numéro des félons mais par la voix. A entendre la voix de ces faiseurs de coup d’état le système capte et enregistre la communication. Pour avoir changé de puces les gars ne se doutaient de rien. Si on les neutralisait pendant le coup on aurait pas su tout cela. Un plan de Dieu pour mettre a nu les pratiques des inhumains.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 07:36, par wilibali En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    pauvres avocats de la défense, les écoutes vous ont rendus vulnérables et pitoyables. Mais vous avez déjà suffisamment travaillé et vous aurez votre gombo. pour ça rien à craindre car vos clients en ont plein.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 08:40, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    D’autres personnes s’expriment dans un jugement pervers contre le Gal Diendéré et parfois on oublie une démarche de compassion à l’égard de celui ou celle qui nous a offensé. A lire Achille de Tapsoba et Nabiiga, on n’est loin d’imaginé que le pardon et et la réconciliation serait une impossibilité tant que le Gal Diéndéré ne sera condamner sur une potence. Hors, ils oublient que la rancune est un poison qui ronge le plaisir et le bonheur de vivre. Vous éprouvez de la rancune contre le Gal Diendéré parce que vous estimez être victimes de l’injustice et vous avez la certitude que c’est le Gal Diendéré qui vous a fait du mal. Donc, il est coupable avant même que le tribunal militaire statut son cas. La présomption d’innocence n’existe pas dans votre votre désir de se venger.
    Votre agressivité contre le Gal Diendéré est déterminante et je me demande si vous pourrez accepter un jour de s’asseoir sur le même banc avec le Golf.
    Je vous invite à la retenue et à la modération d’action. Car la vie d’un homme est comme une fleur.

    Répondre à ce message

    • Le 31 mars à 16:36, par Nabayouga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

      Caca vous etes hors jeu Comment peux encore parler de réconciliation sabs condamnation de general felon dont la culpabilité est évidente On na pas besoin detre spécialiste du droit pour la culpabilité de cet assassin devant l’éternel. Ce qui est d’ailleurs penible, insupportable, cest qu’au moment ou ses hommes tuaient des innocents, lui mettait ses proches a l’abri. Quel cynisme ! Quon le liquide et on en parle plus. Je sais qu’il ne le sera pas, mais beaucoup n’ont pas eu cette chance.

      Répondre à ce message

    • Le 31 mars à 20:27, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

      Mon frère Tapsoba, laisse-moi parler en notre nom s’il te plaît puisque c’est nous qui sommes visés :
      Ah bon, la vie est une fleur et, par fleur je me dis que tu entends une beauté, une beauté à entretenir, à admirer et surtout et avant tout, à ne pas détruire car belle : Tapsoba et moi sommes prêts à respecter ton rendez-vous que tu nous donneras dans une forêt pour que tu nous montre les troncs d’arbre où les parents de : Norbert, de Clément, de David Ouédraogo, de Sankara, Lingani, Henri et j’en passe, ont coupé pour soustraire leurs enfants. Une fois satisfait, tu prendras bien le soin de nous montrer les différences entre les vies qui sont comme des fleurs, et celles qui ne le sont pas. Où que tu veuilles que nous nous trouvions, nous t’y trouverons
      L’arrogance, le pardon et la réconciliation :
      À ce que nous sachions, il n’y a pas un/e seul/e burkinabè qui ne veuille pas vivre en paix, qui ne veuille pas qu’il y ait de réconciliation. Seulement, le pardon et l’arrogance sont incompatibles. Le pardon ne peut pas être demandé en arrogance. Tout pardon est fait dans l’humilité, la reconnaissance totale et sans ambiguë aucune, du tort commis, du préjudice fait à autrui. Cette reconnaissance doit se faire du fond du cœur de la personne après de mûres et dures réflexion sur le tort infligé à l’offensé. Suite à cela, de son propre gré et surtout, sans que cela ne soit induit, encouragé encore moins forcé par une tierce personne, la personne trouve d’autres personnes (notre tradition mossi l’oblige) pour l’accompagner chez la personne qui a été offensée pour demander pardon. Souvent, c’est l’accompagnateur qui prend la parole pour ensuite être donnée à au demandeur de pardon. Ça, c’est un signe d’humilité.
      La demande de pardon doit commencer par la narration totale de ce que la personne a fait et qui a né le tort, sa part totale dans la commission de ce tort, et combien il reconnaît l’étendu de la peine causé, sans oublier de mentionner le temps qu’il prendrait à l’offensé pour se rétablir, le tout, dans l’optique d’embaumer le cœur de la personne. Suite à cela, l’offensé ou ses siens,va intervenir pour accepter le pardon demandé avec un mot d’interdiction à la personne de ne plus recommencer. S’il y a des réparations à faire, on le fait dans le contexte de ce pardon qui a été sincère. Une réparation ne précède pas le pardon encore peut-il le remplacer. C’est le pardon ensuite la réparation. Le pardon ne peut pas se faire avec ‘une brique’ tel que Blaise faisait et à tenter de faire après l’assassinat de Norbert.
      Ni Achille ni moi, somme rancunier encore mois avoir une dent contre qui que ce soit. Nous sommes partisans indéfectibles de ‘faites à autrui ce que vous voulez qu’on vous fasse’
      Diendéré et le procès actuel :
      À l’entame de ce procès, le sentiment général au Burkina (du nord au sud et de l’est à l’ouest) envers Gilbert était celui de sympathie et on s’attendait qu’il fasse son mea culpa comme suit :
      ‘Monsieur le Juge, je, Gilbert Diendéré me mets devant vous pour admettre que j’ai fait ce coup d’état dans l’optique de dégommer la transition. Je vois combien je me suis trompé. Je demande pardon à la nation et surtout aux parents de victimes de mon acte. Aucun mot ne saurait exprimer combien je regrette amèrement mon acte dont j’ai honte. De même, je demande pardon auprès des jeunes soldats que j’ai trimbalés dans cette affaire. Désormais, je ne saurais comment les regarder dans les yeux car leurs carrières dépendent de votre clémence. Quant à moi, je ne souhaite pas être jugé ; condamné moi à une peine à la hauteur de ce crime dont j’ai honte. Je suis prêt à commencer dès ce matin, à purger ma sentence.
      Il reprenait sa place dans le boxe des accusés.
      Quiconque qui écoute les écoutes sonores, (je suis dans la salle tous les jours moi) les différentes conversations entre lui et ses interlocuteurs se pose la question : mais pourquoi n’a-t-il pas admit au départ ? Pourquoi a-t-il accepté de s’exposer à la risée nationale et internationale. Pire, il a embrassé ses interlocuteurs et exposant au grand jour tout ce qu’ils font nuitamment chez les charlatans pour garder le pouvoir tels le gri-gri de Soro etc.
      Mon cher ami, Achille et moi ne haïssons nullement Gilbert, nous plaidons l’humilité et la justice. Nous prônons la réconciliation nationale née d’un pardon sincère auprès des victimes, un pardon véhiculé à son tour par la reconnaissance des torts commis. Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré,et par extension le CDP peuvent se comparer à un menteur qui a la triste habitude de se jeter les fleurs. Il se jette tellement des fleurs, et à un moment donné, il oublie que ce sont des mensonges et commence à vivre selon ces mensonges. Ces derniers sont tellement restés longtemps au pouvoir si bien qu’ils ont oublié que le Burkina ne leur appartenait pas et qu’il ne pouvait pas le prendre comme une terre conquise. Est-ce que vous savez que la soi-disant rectification de Blaise après l’assissinat de Sankara aurait été différent si Blaise avait reconnu l’erreur, son rôle, et avait demandé pardon aux parents de Sankara, lui avait donné toutes les honneurs ? Hélas, l’arrogance !

      Répondre à ce message

      • Le 1er avril à 16:54, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

        @Nabiiga, j’avais des doutes pour votre sens de l’humour et le représentatif de moralité. Cependant, je me pose la question pourquoi ne donne pas des cours de morales à université de Ouagadougou 1. J’aime bien votre arrogance quand vous essayez d’expliquer l’arrogance du Gal Diendéré.
        Une fois de plus vous êtes hors sujet lorsque vous assimilez du putsch manqué où le Gal Diendéré est poursuivi avec la morts d’autres individus. A ma connaissance, le procès concerne le putsch en 2015, et non l’assassinat de Thomas Sankara et ne concerne même pas les mort de Lingani et ni les autres que vous êtes fortuitement des rapprochement avec le Gal Diendéré et Blaise Compaoré. Votre sens élevé de moralité devait vous éviter de faire un amalgame de sujet.
        A vous comprendre, le Gal Diendéré devait suivre votre conseils et mériter le pardon des burkinabé. Chez vous, la présomption d’innocence n’existe pas et tous les crimes du Faso a pour responsable Gilbert Diendéré et Blaise Compaoré. Heureusement, que la liberté d’expression est une réalité dans notre pays et votre réaction explique votre frustration dans votre idéal de justice. Si vous n’êtes pas rancunier, tant mieux, mais pourquoi vouloir jouez de sorcier et expédier le Gal Diendéré à l’enfer dans votre jugement ?
        Votre réaction me fait honte d’un homme de culture intellectuel qui accepte la différence. Avec vous le Burkina serait une paillasson de penser unique. Vous n’êtes pas loin de la culture d’un criminel que vous semblez combattre. Pour vous, le Burkina devait pratiquer la loi du talion, dent pour dent et l’œil pour l’œil. heureusement que la plus part des burkinabé ont compris et ont pris leur distance face de tel comportement machiavélique.

        Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 17:01, par Tilade Sina En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Bjr , je réponds à caca . En fait Julbert n’avait pas prévu le plan B de la court sinon au départ il ne devait pas tenir des propos très dur et même demander d’embaarquer certaines personnes avec lui. Aujourd’hui les écoutes désorientent quand même La Défense. Nous sommes tous burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 20:53, par Tilade Sina En réponse à : Procès du putsch du CND : « Va à la résidence de l’ambassade de France », conseille le général Diendéré à son épouse

    Bjr , je réponds à caca . En fait Julbert n’avait pas prévu le plan B de la court sinon au départ il ne devait pas tenir des propos très dur et même demander d’embaarquer certaines personnes avec lui. Aujourd’hui les écoutes désorientent quand même La Défense. Nous sommes tous burkinabé

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Le Gal Djibrill Bassolé est rentré au Burkina et se porterait bien
Procès du putsch du CND : Les plaidoiries renvoyées au 23 avril prochain
Procès du putsch : Ce fonctionnaire de police secouru par le colonel-major Boureima Kiéré
Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits
Procès du putsch : Boukaré, la victime qui se soigna avec de la potasse et du sel
Putsch du CND : « Il était le pilier de la famille », relate l’oncle d’une victime décédée
Procès du putsch du CND : P.S, ce professeur de français sauvé grâce à un autre élément du RSP !
Procès du putsch : Gildas, l’homme qui a eu in extremis la vie sauve
Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense
Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama
Procès du putsch du CND : "Je n’ai pas d’observation par rapport aux images", a lâché général Gilbert Diendéré
Ismaël Diendéré filme son père : « Mon papa président ! C’est historique »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés