Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • samedi 23 mars 2019 à 15h17min
Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question

La radicalisation et l’extrémisme violent sont une réalité au pays des Hommes intègres. Pour venir à bout de ce fléau, l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC/Dori) a tenu un atelier national à l’attention des jeunes de plusieurs confessions religieuses les 20 et 21 mars 2019 à Ouagadougou.

« Prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent au Burkina Faso : le rôle des jeunes ». C’est sous ce thème que l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC/Dori), avec l’appui de l’Association Puits de Jacob, organise cet atelier national de sensibilisation et de mobilisation pour la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent. Les participants (plus de 60) de diverses confessions religieuses qui ont fait le déplacement des différentes régions du pays s’approprieront ce thème afin d’agir positivement sur leur milieu de vie.

Il y a quelques années, ce phénomène tant décrié de nos jours n’était observé que dans d’autres pays. « Mais malheureusement nous sommes en plein dedans, et pire il y a nos frères et sœurs qui sont parfois incriminés d’être partisans et d’être actifs dans ces différents groupes », a regretté le Coordonnateur de l’UFC/Dori, François Paul Ramdé. D’où la tenue de cet atelier qui vise à créer au sein de la jeunesse des différentes communautés religieuses des capacités de résilience au phénomène de radicalisation et d’extrémisme violent.

Selon lui, cette montée du radicalisme et de l’extrémisme violent est dû en partie malheureusement à l’intolérance qui fait son lit de plus en plus au Faso. L’on note donc des actes d’incivisme et des desseins inavoués qui entourent ce phénomène qui s’étend. Il appelle donc à sensibiliser ces jeunes qui croulent sous les problèmes par exemple par manque d’emploi, d’opportunités. Cela pour susciter en eux un engagement pour la paix et pour le vivre ensemble.

En plus de l’intolérance, la montée de l’extrémisme violent et du radicalisme peut s’expliquer, à en croire le Directeur de l’Education au civisme et à la citoyenneté, Armand Héma, par le manque de civisme. « Lorsque les gens se rebellent contre la loi, lorsque les gens n’ont plus foi aux institutions de leur pays, ils développent un certain nombre de sentiments qui expliquent la situation que nous vivons », a-t-il souligné. Le ministère des Droits humains et de la promotion civique attache donc du prix à cela en contribuant à la recherche de solutions avec des associations engagées comme l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC/Dori).

Pour le Conseiller en droits humains, l’éducation est la solution pour venir à bout de ce fléau. « L’éducation doit commencer d’abord en famille. Il faut inculquer à l’enfant des valeurs civiques et citoyennes. En plus de la famille, il y a l’école, c’est tout un ensemble », a-t-il laissé entendre. Cet atelier est donc le lieu propice pour aborder ces différentes questions.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Légendes :
1 Les participants
2 Les officiels
3 Le Coordonnateur de l’UFC/Dori, François Paul Ramdé

Vos commentaires

  • Le 23 mars à 16:25, par Mafoi En réponse à : Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question

    Merci à toutes ces bonnes volontés qui tentent quelque chose et c’est tout à votre honneur.Par contre il faut éviter de tomber dans le grand simplissime pour expliquer l’intolérable,l’inqualifiable.Certes l’incivisme,l’intolérance sont à déplorer et malheureusement ce phénomène couvre 100% du territoire national.Est-ce pour autant que 100% de la superficie du pays est infesté par ces barbares ?La réponse est non et arrêtons de nous voiler la face.Pourquoi ne pas dire clairement que c’est dans certaines zones bien ciblées que des individus mal intentionnés ont décidé de recruter à moindre frais des gangsters pour qu’ils tuent gratuitement et sans motivation réelle ?En effet la plupart de ces atrocités ne sont jamais revendiquées,preuve en est qu’il n’y a aucune idéologie religieuse ni politique derrière.C’est simplement du très grand banditisme et la seule solution,c’est d’encourager nos FDS à débusquer ces criminels un à un ainsi que leurs complices et tous sur le peloton d’exécution

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 10:09, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question

    Merci pour votre initiative et vive l’UFC. Mais suis desolé pour votre diagnostic : "Selon lui, cette montée du radicalisme et de l’extrémisme violent est dû en partie malheureusement à l’intolérance qui fait son lit de plus en plus au Faso". Dans cette phrase, vous n’avez rien de dit de bon. Les causes fondamentales de l’extremisme violent, moi, je les connais parfaitement. D’ailleurs, je suis un des protagonistes defenseurs de l’expression "extremisme violent" en lieu et place "d’extremisme" tout court. Ecoutez les presses occidentales et d’ailleurs, ils ne font point de difference entre extremisme et extremisme violent. Je crains qu’à travers ces mauvais diagnostics, on créé un autre probleme : le syncretisme religieux, la prostitution spirituelle. Je sais de quoi je parle. De facon lapidaire, l’extremisme borné (violent) est le resultat de mauvaises representations du monde. Cette mauvaise representation de la realité, quand elle prend des tournures spectaculairement meurtrières, on s’en emeut avec trompettes et clairons. La securité routière ne me dira pas le contraire.
    A bas Dieu, le Salaud, vive l’universalité d’esprit.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Education : La CNSE exige une mise en œuvre « appropriée » des engagements
Bobo-Dioulasso : Le ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur tient son premier CASEM de 2019
Grève du SYNTHSA : Des mesures prises pour assurer les services vitaux
Grève du SYNTSHA : « Nous estimons qu’il faut interpeller le gouvernement à beaucoup plus de sérieux », selon Pissyamba Ouédraogo, SG du SYNTSHA
Grève du SYNTSHA : Pas de service minimum pour les patients de Bobo-Dioulasso
Fête de Pâques 2019 : Le Cardinal Philippe Ouédraogo sensible au sort des victimes des attaques terroristes
Burkina : Un guide pour maitriser la poursuite des infractions douanières
Aliments thérapeutiques : InnoFaso inaugure sa nouvelle usine dans les locaux de 2iE
Situation nationale : L’ADP peint un tableau en noir
Déficit alimentaire au Burkina : Le plan de soutien aux personnes vulnérables en marche
Mouvement d’humeur au MINEFID : Le SYNAMEF appelle les agents à faire preuve de « patriotisme »
Santé : L’hémophilie, cette maladie encore méconnue
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés