Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Journées scientifiques de l’enfance : Un moment de partage des connaissances et des pratiques

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 19 mars 2019 à 19h00min
Journées scientifiques de l’enfance : Un moment de partage des connaissances et des pratiques

« Investir dans l’enfance pour capitaliser le dividende démographique », c’est sous ce thème que se tient, du 19 au 22 mars 2019 à Ouagadougou, la 2e édition des journées scientifiques sur l’enfance au Burkina. Prennent part à ces journées scientifiques, des démographes, sociologues, économistes, juristes pour enfants, etc. Ils viennent du Burkina Faso, du Bénin, du Niger, du Canada et de la Belgique. Cette 2e édition est placée sous le parrainage du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, en partenariat avec l’UNICEF. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce mardi 19 mars.

S’interroger sur l’enfance afin d’œuvrer à améliorer continuellement les conditions de vie des enfants est une activité intellectuelle importante, car, comme le disait Dietrich Bonhoeffer, « pour tester les valeurs morales d’une société, il suffit de regarder comment elle traite ses enfants ». C’est sur ces affirmations que le président de l’Université Ouaga 1 Pr-Joseph-Ki-Zerbo, le Pr Rabiou Cissé, a planté le décor de son discours afin de montrer l’enjeu de la question du développement de l’enfant dans un pays.

Car, selon lui, certes, l’Etat burkinabè et l’ensemble des acteurs du domaine de l’enfance œuvrent à donner des réponses aux préoccupations qui touchent les enfants mais force est de constater que malgré les progrès enregistrés, des défis subsistent et des préoccupations nouvelles se présentent. C’est pourquoi, dit-il, l’organisation de cette 2e édition des journées scientifiques est à saluer. Car c’était un vœu émis à la 1re édition pour sa pérennisation et c’est désormais chose faite, parce qu’elles ont été institutionnalisées et se tiendront tous les deux ans, a-t-il fait savoir, précisant qu’elles permettront de partager des connaissances et des pratiques de terrain.

Au programme de cette 2e édition des journées scientifiques sur l’enfance au Burkina Faso, il est prévu, entre autres, 28 communications réparties sur sept séances avec des thématiques variées, à savoir les normes sociales et le développement de l’enfance à travers le cycle de vie, sa protection, sa santé, son état nutritionnel et bien sûr son éducation et sa formation.

En plus de ces communications, une conférence inaugurale sur le thème des journées « Enfance et dividende démographique : quels liens ? » et une représentation de quelques résultats récents de l’ISSP sur « le travail des enfants dans la zone de production cotonnière et les violences faites aux enfants au Burkina Faso » sont également prévues. A cela s’ajoutent deux tables rondes, l’une sur « Regards croisés sur les droits de l’enfant dans un contexte sécuritaire précaire » et l’autre sur les « Conditions de vie des enfants en milieu périurbain : défis et perspectives ».

Démographes, sociologues, juristes, etc. participent aux journées scientifiques

Fédérer les efforts

Pour le directeur adjoint de l’ISSP, Georges Guiella, les journées scientifiques ont la particularité de regrouper beaucoup d’acteurs de tous les domaines afin de trouver des solutions aux problèmes posés et, ce, à travers des échanges d’idées ou de recherches que certains pouvaient ne pas avoir. Ce qui permet de faire en sorte que les acteurs du terrain puissent se les approprier pour mettre en œuvre certaines interventions ou rectifier certains programmes ou encore peaufiner certaines thématiques, etc. C’est aussi l’occasion de regrouper tous les acteurs autour d’une même table, ce qui permettra de fédérer les efforts, les actions, les interventions et les politiques.

Très peu de données dans le domaine de l’enfance

Selon la représentante de l’UNICEF, Dr Anne Vincent, 53% de la population burkinabè est âgée de moins de 18 ans, dont 24, 4% d’adolescents (10-19) et sa croissance démographique annuelle est estimée à 3,1%. Une croissance démographique rapide qui, selon elle, se traduit par un écart accru entre demande et offre des services sociaux. Or, il y a très peu de données sur des sujets relatifs à la question.

Des données qui sont indispensables pour la résolution des problèmes notamment le travail des enfants, l’éducation, la nutrition, etc. C’est donc ce qui a motivé l’UNICEF à soutenir ces journées afin d’avoir des données dans le cadre de la programmation de ses actions, a révélé sa représentante. Tout en soulignant que c’est un partenariat gagnant-gagnant qui permettra d’impacter le domaine de l’enfance au Burkina Faso.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
CAMES : Accusés de manquements à l’éthique, des professeurs agrégés s’insurgent contre une « violation grave » de leurs droits
Union régionale des producteurs semenciers du centre sud (URPS/CS) : Une marche de protestation contre Adama Ouédraogo, ancien président de l’URPS/CS.
11 Décembre à Tenkodogo : Des investissements d’au moins 30 milliards de FCFA attendus
Sabou : L’école de Zamsin a tourné la page des classes sous paillotes
Réconciliation nationale : Le HCRUN et le gouvernement accordent leurs violons
1ère édition de la Semaine de l’entrepreneuriat Une plateforme pour se former, s’informer et se motiver à entreprendre
Concours de « promotion de la langue française et des langues nationales » : Les lauréats de la 20e édition reçoivent leurs prix
Situation sanitaire à Ouagadougou : SOS pour les enfants des quartiers non-lotis
Education : La CNSE exige une mise en œuvre « appropriée » des engagements
Bobo-Dioulasso : Le ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur tient son premier CASEM de 2019
Grève du SYNTHSA : Des mesures prises pour assurer les services vitaux
Grève du SYNTSHA : « Nous estimons qu’il faut interpeller le gouvernement à beaucoup plus de sérieux », selon Pissyamba Ouédraogo, SG du SYNTSHA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés