Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus difficile est de se décider à agir, le reste n’est que de la ténacité.» Amelia Earhart

Bobo-Dioulasso : Les responsables de l’URD échangent avec leurs militants

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • dimanche 17 mars 2019 à 17h00min
Bobo-Dioulasso : Les responsables de l’URD échangent avec leurs militants

Les premiers responsables de l’Union pour la république et la démocratie (URD) ont rencontré, le samedi 16 mars 2019 à Bobo-Dioulasso, les militants et les sympathisants dudit parti. Selon le président de l’URD, le député Albert Elisée Kiemdé, cette rencontre a pour objectif d’exposer aux bobolais, les raisons profondes de la création du parti et de lancer officiellement ses structures.

L’Union pour la république et la démocratie (URD) est un jeune parti politique qui a vu le jour en juillet 2018. Son président, Albert Elisée Kiemdé, un ancien de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), a indiqué que son parti a pour ambition de promouvoir une société de liberté et de justice. « Nous sommes venus rencontrer les militants et les sympathisants de la ville de Sya pour exposer les raisons profondes de la création du parti et lancer officiellement la mise en place des structures du parti. Nous attendons d’eux, qu’ils installent le parti dans tous les secteurs, villages, communes et provinces. Après l’installation des structures, c’est la conquête et l’exercice du pouvoir public », a-t-il laissé entendre.

Le président de l’URD, Albert Elisée Kiemdé

A l’en croire, l’URD est un parti social-démocrate dont l’ambition est de proposer une nouvelle vision du développement aux Burkinabè. Pour lui, son parti veut surtout répondre aux attentes des populations burkinabè en apportant sa contribution à la réflexion, au débat d’idées et à la mise en œuvre d’un programme qui vise la relance économique et sociale du pays.

« Nous ne sommes ni de l’opposition ni de la majorité ; nous estimons que nous avons quelque chose à apporter dans l’édification du Burkina Faso. Nous sommes des Burkinabè qui veulent la vérité. Quand la majorité dit vrai, nous disons que c’est vrai, et quand l’opposition dit vrai aussi, nous disons que c’est vrai. Nous n’avons qu’un seul but, un seul bord : la nation, la République d’abord », a affirmé Albert Elisée Kiemdé.

Par ailleurs, il s’est prononcé sur la situation sécuritaire au Burkina Faso. « Malheureusement face à l’insécurité qui prévaut dans notre pays, il y a des gens qui applaudissent », a-t-il déploré, avant d’inviter les Burkinabè à se donner la main pour faire face à l’ennemi. Toutefois, il appelle tous les fils et filles du pays au pardon, à la réconciliation et à promouvoir la paix pour le bonheur du Burkina Faso.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 mars à 08:51, par Un Burkinabê En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les responsables de l’URD échangent avec leurs militants

    Vivement que dans la nouvelle Constitution il y ait un article qui règle le problème de la multiplicité des partis politiques au Burkina.
    Je propose ceci :
    1- Est dissout tout parti politique qui n’obtiendrait pas au moins 3% de suffrages exprimés dans 2 consultations électorales consécutives. Il est obligatoire à tous les partis politiques de prendre part aux consultations électorales à caractère national.
    2- Les membres du bureau politique et du bureau exécutif d’un parti dissout ne peuvent plus être membre exécutifs d’un parti dissout pour une durée de 10ans à compter de la date de dissolution
    3- Chaque parti politique devrait disposer d’au moins de 25millions de capital financier pour espéré être éligible au financement des partis politiques en périodes hors électorales

    Répondre à ce message

    • Le 18 mars à 11:49, par Un Burkinabê En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les responsables de l’URD échangent avec leurs militants

      Lire plutôt
      1- Est dissout tout parti politique qui n’obtiendrait pas au moins 3% de suffrages exprimés dans 2 consultations électorales consécutives à caractère national. Il est obligatoire pour les partis politiques de prendre part aux consultations électorales à caractère national.
      2- Les membres du bureau politique et du bureau exécutif d’un parti dissout ne peuvent plus être membre exécutifs d’un autre parti politique pour une durée de 10ans à compter de la date de dissolution de l’ancien parti.
      3- Chaque parti politique devrait disposer d’au moins de 25millions fcfa de capital financier pour espérer être éligible au financement des partis politiques en périodes hors électorales.

      Répondre à ce message

    • Le 18 mars à 12:57, par Un Burkinabê En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les responsables de l’URD échangent avec leurs militants

      Prière lire plutôt :
      1- Est dissout tout parti politique qui n’obtiendrait pas au moins 3% de suffrages exprimés dans 2 consultations électorales consécutives à l’échelle nationale. Il est obligatoire à tout parti politique de prendre part aux consultations électorales à caractère national.
      2- Les membres du bureau politique et du bureau exécutif d’un parti dissout ne peuvent plus être membre exécutifs d’un parti pour une durée de 10ans à compter de la date de dissolution du 1er parti politique.
      3- Chaque parti politique devrait disposer d’au moins de 25millions fcfa de capital financier pour espéré être éligible au financement des partis politiques en périodes hors électorales

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »
Burkina : Le président Kaboré a pris acte de la correspondance et de la disponibilité de Blaise Compaoré
Opération d’authentification des diplômes : « Nos hautes autorités doivent se plier à cet exercice pour se montrer elles-mêmes irréprochables », estime l’opposition politique
Kossi : L’UPC dément toute démission dans ses rangs
Lettre de Blaise Compaoré au président Kaboré : Un acte de grande sagesse, selon Ablassé Ouédraogo
Employabilité des jeunes : Le patronat burkinabè chez le Premier ministre
Sécurité au Burkina : Blaise Compaoré fait part de « sa disponibilité et de son soutien » au président Roch Kaboré
Région du Nord : Gilbert Noël Ouédraogo galvanise ses troupes
Vie politique : Tahirou Barry candidat à la présidentielle de 2020
Assemblée nationale : Des députés à l’école de « la sécurité démocratique »
Grève des agents du MINEFID : « Des prétextes aussi fallacieux que farfelus », s’insurge Simon Compaoré
Burkina : « J’ai trop souffert de l’utilisation de l’État à des fins personnelles », lâche Me Hermann Yaméogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés