Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé

Accueil > Actualités > On en parle... • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 13 mars 2019 à 22h30min
Développement : SOS pour la route  Pouytenga-Bogandé

Sur l’axe Pouytenga-Bogandé, l’Etat perçoit d’importantes taxes qui peuvent avoisiner les six milliards de F CFA an, sans pour autant engager des travaux de construction ou d’entretien de cette voie qui lui procure tant de sous.

Parcourir l’axe Pouytenga -Bogandé est un véritable calvaire ! Et pourtant, sur cette route au trafic très intense, l’Etat engrange auprès des usagers d’importantes sommes d’argent qui constitue une véritable manne financière pour le budget national. C’est grâce à cet axe routier et à celui de la Komoandjari, que les marchés de Fada N’Gourma et de Pouytenga sont approvisionnés en produits agricoles et d’élevage et trouvent des acheteurs pour leurs produits manufacturés.

Sur le tronçon, plus d’une cinquantaine de camions 10 tonnes rivalisent chaque jour pour le ravitaillement des marchés. Selon un convoyeur d’un de ces camions, « une dizaine de postes de contrôle (police et gendarmerie) y sont présents ; et à chaque poste nous versons 2000F CFA par camion et 1000F CFA au poste de péage situé à la sortie de Pouytenga ». Il ajoute que « chaque camion transporte des marchandises tous les deux jours d’une valeur qui avoisine 7 millions de F CFA ». Ce montant procure une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) qui avoisine le million de F CFA par camion.

En faisant un calcul rapide, près de 6 milliards de FCFA sont ainsi récupérés chaque année par l’Etat sur ce tronçon. Et pour plus de gains, ce même Etat ne gagnerait-il pas à investir dans la réfection de cette route qui présente aujourd’hui un aspect pas du tout reluisant ? Mais la réalité est autre.

En effet, au lieu d’œuvrer au désenclavement de ces zones pour plus de productivité agricole et d’élevage, l’Etat préfère utiliser ces sous que procure le tronçon Pouytenga–Bogandé à d’autres fins. Des destinations sans doute plus prioritaires certes, mais il importe aujourd’hui, au regard de l’état de dégradation du tronçon, de se pencher sur la question de sa réfection. C’est une urgence si l’Etat veut continuer toujours à bénéficier de ses retombées.

Pour mémoire, la route Pouytenga–Bogandé date des années 1980. Et le triste constat est que de nos jours, elle ne répond plus du tout aux normes de qualité et de performance requises, à même d’impulser une dynamique véritable de développement de la zone, pourtant riche en potentialités multiples et multiformes.

Ne dit-on pas que « la route du développement passe par le développement de la route ? » ! C’est l’occasion donc pour l’Etat de centrer un tant soit peu son attention sur l’axe Pouytenga–Bogandé ne serait-ce que par redevabilité aux usagers car beaucoup de véhicules se renversent régulièrement sur ce tronçon, occasionnant des pertes en vies humaines et en matériels au coût élevé.

Etienne Lankoandé (Stagiaire)
etiennelank555@yahoo.fr
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 mars à 17:00, par Un Burkinabê En réponse à : Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé

    Hum !
    Le ministres des routes est où ? Je me demande si ce ministre fait des sorties de terrain ou bien se fit seulement sur les rapports de ses collaborateurs. Je propose que le 1er Ministre inclus dans les objectifs de chaque ministre "faire au moins une sortie de terrain dans chacune des 45 provinces du Burkina par an". De même je propose que dans notre Constitution un article dise :"Pendant leurs mandats il est interdit au PF, aux ministres, aux députés, aux Présidents d’Institution, aux SG et aux DG de se faire soigner ni d’envoyer leurs époux et enfants se faire soigner à l’extérieur du Burkina. Il est également interdit aux enfants et aux êpoux de ces hauts-fonctionnaires de l’Etat d’aller en études à l’extérieur du Burkina "

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 20:49, par Konkona En réponse à : Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé

    Le Ministre a de la volonté mais il est très très mal entouré, mal conseillé. L impression que nous avons, c est que de faux rapports sont faits au Ministre. Il est pour la plus part du temps, induit en erreur. L affairisme a gagné du terrain dans ce ministère. Malheur à ceux qui baillonnent leur peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 00:23, par caca En réponse à : Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé

    Quand l’auteur de l’article se nomme Etienne Lankoandé, on peut également faire un lien entre sa province d’origine et l’intérêt personnel du développement. Moi aussi je rêve que la route pouytenga Boulsa soit prise en compte étant donné que les premiers clients de pouytenga viennent de Boulsa. Etienne Lankoandé vous avez bien raison que les provinces de Boulsa et de Bogandé ne soient pas dans le programme du PF. Cependant, il s’agit des provinces riches en élevage et agriculture.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 09:07, par Nando En réponse à : Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé

    Bonjour M. Lankoandé,
    la pertinence de votre préoccupation n’est plus à démontrer et je suis de votre avis que cette route et bien d’autres (Fada-Gayerie, Fada-Bogandé...) mérite d’être réhabilitées. seulement la façon dont vous aborder certains aspects ne sont pas correcte notamment l’affectation des recettes engranger sur cette voie a sa réhabilitation. Un des principe budgétaire est celui de la non affectation des recettes aux dépenses, donc que les gens continue de payer leur impôts et continue d’interpeler le gouvernement sur ses devoirs.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 08:41, par kompa En réponse à : Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé

    Mais qu’en dites vous de la route Dande-N’dorola qui régorge trois unités industrielles mais jusque là non bitumée ;imaginez ce que procure une usine comme la sofitex au profit du budget national .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : agir vite et avec subtilité pour prévenir la prolifération de milices
Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé
Santé : Il n’y a pas d’épidémie de dengue, rassurent les services de santé
Menace de mouvement d’humeur ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (ex hôpital Blaise Compaoré)
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses
Transport aérien : L’un des nouveaux avions d’Air Burkina est arrivé à Ouagadougou
Portées disparues : Fati et Mounira ont été retrouvées
Attaques terroristes contre le Burkina : Les Burkinabè de France se mobilisent
Portées disparues : Fati et Mounira
Ouagadougou : L’échangeur du Nord sera inauguré le 15 novembre 2018
Archidiocèse de Ouagadougou : Des groupes de spiritualité sanctionnés
Franc-maçonnerie : Alain Roger Coeffé remplace Djibrill Bassolé à la tête des « Maçons » burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés