Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

8ème anniversaire des événements de Koudougou : La CEEB réclame justice pour les « martyrs tombés »

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 22 février 2019 à 12h40min
8ème anniversaire des événements de Koudougou : La CEEB réclame justice pour les « martyrs tombés »

Ceci est une déclaration de la CEEB relative à l’an 8 des événements de Koudougou marqués par des décès d’élèves. La CEEB regroupe l’UGEB (avec ses sections) et des structures scolaires sur l’étendue du territoire national.

Camarades élèves et étudiants,

Les 22 et 23 février 2011, les élèves de Koudougou et du reste du pays ont été victimes d’une répression barbare de la part des forces de défense et de sécurité. Cette répression s’est abattue sur les élèves et étudiants d’alors qui exigeaient vérité et justice pour Justin L. Zongo, élève en classe de 3ème au lycée Guesta Kaboré actuel Lycée Privé Madiba (LPM).

Justin a rendu l’âme suite à des tortures dans les locaux du commissariat central de police de Koudougou. Cette nième forfaiture des forces de défense et de sécurité a suscité l’indignation de l’ensemble des élèves, des étudiants et de la population qui sont descendus dans les rues dès les premières heures pour exiger vérité et justice.

Comme à l’accoutumée, les autorités formulèrent un mensonge selon lequel Justin est mort de méningite. Ce mensonge flagrant n’a naturellement convaincu personne. Il n’en fallait pas plus pour que les autorités d’alors dont certains sont aujourd’hui les cadres du pouvoir MPP (Seydou Zagré, actuel chef de cabinet du président du Faso et maire de la commune de Koudougou au moment des faits) jettent leurs appareils répressifs sur les manifestants.

Cette répression occasionna un bilan très lourd dont trois (03) morts à Koudougou. Il s’agit de Ouédraogo Assad, élève en classe de 3ème au lycée municipal de Koudougou ; Kissou Wendkouni, étudiant en sciences économiques et gestion (SEG) et Bako Issa, apprenti mécanicien.

Dans les environs de Koudougou, on note également deux morts dont l’écolier, Zoubga Hamed, en classe de CE2 à l’école centre de Poa et l’élève Bouda Michel, en classe de 5ème au lycée de Kindi. C’est l’occasion pour nous d’avoir une pensée pieuse à l’endroit de tous ces camarades tombés sur le champ de bataille.

Camarades élèves et étudiants,

Au prix du sacrifice, justice a été rendue à Justin Zongo. En effet, les auteurs de cette forfaiture odieuse ont été jugés et sanctionnés. Il s’agit notamment des assistants de police Nébié Bélibi et Fayama Béma et de l’officier de police Kaboré Narcisse ; sanctions obtenues pour la première fois sous la IVème République.

Si justice a été obtenue pour Justin Zongo, les autres camarades qui sont tombés pour ce combat la méritent également. C’est pourquoi, ce huitième (8e) anniversaire est un moment pour nous de réclamer justice pour ces martyrs qui sont tombés pour la bonne cause, pour la lutte pour un état de droit véritable.

Il est important de faire un diagnostic de la situation actuelle des libertés dans nos universités, lycées et collèges. Dans les universités, les libertés sont constamment attaquées. A l’Université Ouaga I Professeur Joseph Ki-Zerbo, la police est présente sur le campus en violation des franchises universitaires. Dans les lycées et collèges, certains chefs d’établissement zélés intimident les élèves qui s’organisent pour poser leurs justes préoccupations.

C’est l’exemple du premier responsable du lycée Saint Jean Baptiste de Garango qui a injustement blâmé quatre (4) de nos camarades pour avoir soutenu la lutte de la CNSE en 2018. C’est le lieu pour nous de saluer la réponse de nos camarades de l’Association des élèves du secondaire de Garango (AESG) à travers leur déclaration de rentrée en date du 9 janvier 2019.

On peut y lire ce qui suit : « C’est le lieu pour nous de lui rappeler que les libertés d’organisation et de manifestation sont les fruits des luttes acharnées du peuple burkinabé pendant des décennies. Nous ne permettrons à personne d’où qu’elle vienne de venir les remettre en cause. »

La CEEB condamne ces attitudes de type moyenâgeux qui sont de nature à transformer les écoles et universités en camps militaires.

Les conditions de vie et d’étude empirent de jour en jour avec des milliers d’écoles sous paillottes, des effectifs pléthoriques, l’insuffisance de manuels scolaires, les cantines scolaires qui n’existent quasiment pas, etc. A cela s’ajoute l’instauration de cotisations dites spéciales en violation de la directive de l’UNAPESB et de certaines directions régionales de l’enseignement post-primaire et secondaire (Centre-ouest et Sud-ouest) l’interdisant.

C’est à ce tableau sombre que viendra s’ajouter la fermeture de plus de mille écoles dans l’Est et le Nord du pays du fait des attaques terroristes, excluant ainsi des milliers d’enfants du peuple burkinabé du bénéfice du savoir. La CEEB tient à exprimer sa compassion à l’endroit des populations victimes de ces attaques et appelle le gouvernement à la prise de mesures idoines pour la résorption de cette situation.

Cette crise généralisée de l’éducation et le mépris des autorités ont contraint les travailleurs de ce secteur à engager une lutte en vue d’améliorer leurs conditions de vie et la qualité de l’éducation. La CEEB félicite l’ensemble des élèves qui ont su déjouer les tentatives d’opposition des élèves aux enseignants en soutenant activement cette lutte. Le sort de l’apprenant et celui de l’enseignant sont intimement liés parce qu’étant tous victimes du désengagement de l’Etat de l’éducation, ce qui occasionne la précarité des conditions d’apprentissage et de travail.

Camarades élèves et étudiants,

En ce 8ème anniversaire, le Bureau exécutif de la CEEB vous appelle à faire de cette journée, une journée de conscientisation et de lutte pour une école accessible à tous les enfants du peuple, en ville comme en campagne dans notre pays.
Vérité et Justice pour :

• OUEDRAOGO Assad !
• KISSOU Wendkouni !
• BAKO Issa !
• ZOUBGA Hamed !
• BOUDA Michel !
En avant pour le respect des libertés d’organisation et de manifestation !
Pain et liberté pour le peuple !
Ouagadougou, le 22 février 2019

Le Bureau Exécutif National

Vos commentaires

  • Le 23 février à 06:56, par M.Houille En réponse à : 8ème anniversaire des événements de Koudougou : La CEEB réclame justice pour les « martyrs tombés »

    Au lieu de commémorer des anniversaires qui ne vous rapportent rien de bon, songez à votre niveau sans cesse en baisse dont vous êtes les premiers responsables ! Un "élève" qui a 25 ans d’âge en classe de troisième ou 28 ans d’âge en terminale ne peut rien apporter de bon à son pays !

    Répondre à ce message

    • Le 24 février à 08:44, par Enfant de Bousse En réponse à : 8ème anniversaire des événements de Koudougou : La CEEB réclame justice pour les « martyrs tombés »

      @M. HOUILLE : c’est stupide votre réaction. D’une part , vous ne connaissez pas les conditions socio-économiques de ces élèves , d’autre part il n’y a pas d’âge pour apprendre et progresser . La formation continue tout au long de la vie est un facteur essentiel du progrès des sociétés. Il n’y a jamais rien d’acquis.
      En outre, n’oubliez pas la situation des classes au Burkina. Une classe peut compter jusqu’à 120 élèves : les conditions ne sont pas optimales pour apprendre.
      Au contraire , il faut féliciter les gens qui veulent apprendre quel que soit leur âge. Malheureusement il n’existe pas encore au Burkina les structures dédiées. Il faut arrêter le mépris de classe : cela ne permet pas à la société de progresser. Et il faut commémorer leur mémoire pour que leur mort n’ait pas été inutile.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question
CASEM du ministère de l’Enseignement supérieur : Les participants militent pour la sécurisation des temples du savoir
Commune de Ouagadougou : Du matériel pour accroître l’offre de services en planification familiale
Logements sociaux : Des attributaires de Bassinko recoivent les clés de leurs maisons
Ganzourgou : Des infrastructures inaugurées au profit des producteurs de Salogo
Burkina : 676 000 personnes ont besoin d’une aide alimentaire entre juin et août 2019, selon la FAO
Recette de la semaine : Poulet au rabilé
Développement local : Le projet Tuuma pour booster l’employabilité des jeunes et des femmes dans cinq régions
Education : L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts
Parrainage d’enfants : Des acteurs clés réfléchissent à des stratégies communes
Communauté Jama’at islamique Ahmadiyya : La 28e conférence annuelle débutera le 29 mars
Route Koupéla-Bittou-Cinkanse-frontière du Togo : Le développement économique inter-Etats en marche
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés