Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si la vie n’est qu’un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs» Michel de Montaigne

France/RDC : Deux lanceurs d’alerte congolais poursuivent une banque gabonaise en France

Accueil > Actualités > International • Communiqué de presse • mardi 19 février 2019 à 12h21min
France/RDC : Deux lanceurs d’alerte congolais poursuivent une banque gabonaise en France

(Paris, le 13 février 2019) – Les lanceurs d’alerte Jean-Jacques Lumumba et Guylain Luwere assignent devant les juridictions françaises la BGFI et sa filiale congolaise dirigée par des proches de l’ancien président Joseph Kabila, a déclaré aujourd’hui la Plateforme de Protection des Lanceurs d’Alerte en Afrique (PPLAAF). Les deux banquiers avaient signalé à leurs supérieurs des détournements de fonds publics et l’existence de comptes liés au financement du terrorisme. Après avoir subi des représailles, ils ont été forcés de s’exiler avec leurs familles.

Les lanceurs d’alerte poursuivent la BGFI en réparation de tous les préjudices subis du fait du comportement de la banque.

Jean-Jacques Lumumba, petit neveu du héros de l’indépendance de la République démocratique du Congo (RDC) Patrice Lumumba, était un cadre dirigeant de la branche crédit au sein de la BGFIBank RDC où il travaillait depuis 2012. Jean-Jacques Lumumba découvre l’existence de plusieurs transactions suspectes de dizaines de millions de dollars entre la BGFIBank RDC, dirigée par des proches de l’ancien président Joseph Kabila, et des sociétés, elles aussi contrôlées par des proches du Président. Quelques mois plus tard, Lumumba alerte en interne ses supérieurs. Menacé avec une arme à feu par le Directeur général de la banque et craignant pour sa vie, Lumumba quitte son pays avec sa famille puis révèle courageusement les agissements de la banque.

« Mes alertes, je les ai déclenchées pour l’honneur de notre profession de banquier, pour le bien de notre pays », a déclaré Jean-Jacques Lumumba. « Je l’ai fait pour cette nouvelle génération de Congolais qui veulent véritablement construire l’Etat de droit en RDC et ne plus être pris en otage par la cupidité de ses dirigeants ».

Guylain Luwere travaillait depuis 2015 à la BGFIBank RDC en tant que pilote responsable du contrôle de gestion. A ce poste, il révèle auprès de sa hiérarchie que des dépenses sont effectuées par la banque en dehors des procédures légales et internes. Il met aussi en garde la banque sur l’existence d’importants dépôts bancaires appartenant à des sociétés liées à un réseau d’entreprises sanctionné par le Trésor américain pour financement du terrorisme. D’abord menacé par divers membres de sa hiérarchie, il est ensuite agressé physiquement avec sa femme dans la rue. A la suite de ces menaces, Guylain Luwere et sa femme quittent la RDC pour vivre en exil en Europe.

« Jamais nous n’aurions dû être menacés, agressés, brutalisés pour avoir fait ce qu’il nous paraissait juste », a déclaré Guylain Luwere. « Nous avons été contraints à l’exil, nos familles souffrent, nous méritons d’être réparés dans nos droits par notre ancien employeur ».

La Banque Gabonaise et Française internationale (BGFI Holding Corporation SA) est une banque dont la maison mère est basée à Libreville, au Gabon. Elle se présente sur son site internet comme « la première banque d’Afrique centrale ». Elle possède des filiales au Gabon, en République du Congo, à Madagascar, en Guinée équatoriale, au Bénin, au Sénégal, en RDC, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en France.

C’est en septembre 2010 que la BGFI Holding a ouvert une filiale en RDC, la BGFIBank RDC. Selon le journal américain Bloomberg, à l’époque des faits, la sœur de l’ancien chef de l’Etat Joseph Kabila aurait été actionnaire de la filiale congolaise à hauteur de 40%, le reste des actions étant majoritairement détenu par la BGFI Holding. La BGFIBank RDC était dirigée par Francis Selemani Mtwale, considéré comme le frère adoptif du président Kabila.

« Ces deux lanceurs d’alerte ont eu l’immense courage de mettre en lumière de graves pratiques de prédations des ressources en RDC. En tant que réfugiés français, ils ont le droit de saisir les juridictions françaises », ont déclaré Me William Bourdon et Me Henri Thulliez, avocats de Jean-Jacques Lumumba et Guylain Luwere. « La responsabilité de la banque congolaise en tant qu’employeur, et de la banque gabonaise en tant que maison mère, ne fait, à nos yeux, aucun doute. Le climat d’impunité régnant au sein de la banque a permis à certains dirigeants de menacer leurs employés et à recourir à des activités tout à fait immorales ».

Les « Lumumba Papers »

En octobre 2016, après que Jean-Jacques Lumumba a trouvé l’exil en Europe, le journal belge Le Soir publie un article sur les activités suspectes de la BGFIBank RDC, largement basé sur des documents internes divulgués par le lanceur d’alerte. L’article révèle l’implication de la banque dans des activités de corruption, de financement illégal et de détournement de fonds publics. Les documents de Lumumba révèlent également l’existence de transactions suspectes entre la BGFIBank RDC et la Commission électorale nationale indépendante.

Les documents de Jean-Jacques Lumumba ont également été utilisés par Bloomberg dans l’article « With His Family’s Fortune at Stake, President Kabila Digs In » (2016) qui a permis de mettre en lumière le gigantesque réseau d’affaires mis en place par la famille Kabila en RDC.

D’autres enquêtes menées sur la base des documents de Jean-Jacques Lumumba par PPLAAF, Le Monde et OCCRP ont montré comment de l’argent public congolais avait été détourné pour l’achat d’animaux sauvages pour le compte de la société privé du président Kabila.

Les comptes de sociétés liées au financement du terrorisme

En 2011, toutes les banques commerciales de la RDC ont reçu une notification de la Banque Centrale congolaise leur interdisant de traiter avec certaines entreprises placées sous sanctions par le Trésor américain. Ces sociétés étaient accusées par ce dernier d’appartenir à un réseau d’entreprises contrôlées par des membres de la famille Tajideen, soupçonnée de générer des millions de dollars pour le financement du Hezbollah.

En mars 2017, un des membres de la famille, Kassim Tajideen, a été arrêté au Maroc puis extradé vers les Etats-Unis où il a été inculpé de fraude, blanchiment d’argent et de contournement des sanctions américaines contre le terrorisme, pour avoir continué à être en relation commerciale et avoir reçu des financements de personnes et société sous sanctions américaines. En décembre 2018, le ministère américain de la Justice a annoncé que Kassim Tajideen avait plaidé coupable d’avoir contourné les sanctions américaines. L’accord, qui est subordonné à l’approbation d’une cour, requiert une peine de 60 mois de prison et le versement de 50 millions de dollars à titre de confiscation pénale avant le prononcé de la peine.

Guylain Luwere avait découvert que trois entreprises, toutes trois des filiales de Congo Futur, une société appartenant à la famille Tajideen, disposaient de dépôts bancaires au sein de la BGFIBank RDC totalisant, entre 2015 et 2017, près de 40% de la rentabilité de la banque et des dépôts bancaires.

PPLAAF est une organisation non gouvernementale créée en mars 2017 proposant un spectre entier de solutions pour pourvoir aux différents besoins des lanceurs d’alerte : encryptage d’un bout à l’autre de la communication, soutien juridique gratuit en conseils ou en représentation légale contre des employeurs ou autre, assistance continue pour protéger le lanceur d’alerte dans la divulgation de l’information au public, développement de législations protégeant les lanceurs d’alerte.

Pour plus d’informations sur PPLAAF, veuillez consulter :
https://pplaaf.org

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés