Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble.Proverbe Africain» 

Attaque du commissariat de Comin-Yanga : les assaillants repoussés

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • mercredi 9 janvier 2019 à 12h30min
Attaque du commissariat de Comin-Yanga : les assaillants repoussés

Le Commissariat de police de Comin-Yanga dans la province du Koulpélogo (Centre-Est) a été la cible d’une attaque d’individus armés non encore identifiés, dans la nuit de mardi à mercredi, a appris l’AIB.

« Ce matin, le muezzin de la mosquée n’a pas osé appeler à la bonne heure pour la prière », a dit un témoin joint au téléphone, poursuivant que « des coups de feu ont été entendus au poste de police à l’entrée de Comin-Yanga ».

Il explique que « le commissariat de police a été prise pour cible. La riposte des agents qui étaient sur place ne s’est pas fait attendre. Ils ont réussi à repousser les assaillants. Il n’y a eu aucune victime de part et d’autres ».

Selon notre interlocuteur, « toutes nos forêts doivent être infestées de ces individus. Ils doivent être bien armés et sûrs d’eux car personne n’oserai attaquer un commissariat aussi alerte que le nôtre ».

Dans la nuit du samedi 17 juin 2018, une attaque terroriste (une dizaine d’assaillants) avait également visé le même commissariat, où un assaillant avait été abattu et un policier blessé.

En rappel, le président Roch Kaboré a décrété le 31 décembre 2018 l’état d’urgence dans les régions de l’Est, du Sahel et dans les provinces de la Kossi, du Sourou, du Koulpélogo, du Kénédougou et du Lorum.

Agence d’information du Burkina

Vos commentaires

  • Le 9 janvier à 19:48, par Yaana En réponse à : Attaque du commissariat de Comin-Yanga : les assaillants repoussés

    Félicitations aux FDS pour leur vigilance ! Leur détermination avait déjà permis de neutraliser un assaillant en juin 2018. Les populations doivent aider ces braves forces dans leur combat. Comin Yanga est une zone où la fraude est très développée et où s’est enracinée une culture de méfiance envers les toutes les FDS. Dans ce nouveau contexte de guerre asymétrique, des actions de sensibilisation à l’attention des populations devraient être menées et chaque fils et fille du Yanga, où qu’ils se trouvent, devraient oeuvrer à la restauration de cette confiance. Deux tentatives, deux cinglantes défaites. Comin Yanga est un modèle de résilience. Plus de vigilance cependant à nos FDS car comme le dit l’adage, jamais deux sans trois ! Bon courage, que Dieu et les mânes des ancêtres du Yanga veillent sur nos braves FDS. Délinquants de tout acabit, Comin-yanga restera debout et fier !!!

    Répondre à ce message

    • Le 9 janvier à 21:01, par Mafoi En réponse à : Attaque du commissariat de Comin-Yanga : les assaillants repoussés

      @Yaana,félicitations aux FDS pour leur vigilance,pourquoi pas.Moi aussi je les félicite mais nos FDS ont repoussé ces criminels à l’intérieur ou à l’extérieur de nos frontières ?Quelque soit la réponse,je serai insatisfait d’autant que cette zone est concernée par l’état d’urgence et normalement il aurait dû y avoir une présence de nos FDS plus qu’à l’accoutumée.Alors si cet état d’urgence est juste instauré pour la forme,ça ne valait pas la peine puisqu’il ne sert à rien.Donc inutile qu’on s’extasie parce que ces criminels ont été repoussés,ils reviendront prochainement et en grand nombre.Un criminel on le poursuit jusqu’à son abattage

      Répondre à ce message

    • Le 9 janvier à 22:22, par Neekre En réponse à : Attaque du commissariat de Comin-Yanga : les assaillants repoussés

      Merci a toi Yaana pour le temoignage et l’appel à la sensibilisation. Vous avez vu juste car la communication et la sensibiisation sont l’une des armes devant permettre de prendre le dessus sur les forces obscures.
      - Pourquoi l’autorité ne grefferait pas aux sessions d’information en langue national à la RNB une plage de 2-3 minutes sur le phenomème du terrorisme et vehiculer des messages clés ?.
      - Pourquoi l’état ne deploie t-il pas l’armée au lieu de la police dans zones de la "ligne de front" ?
      - Pourquoi l’état, comme on le fait dans les pays occidentaux ne mettrait-il pas la tête des terroristes à prix pour encourager les populations à prendre le risqué de balancer les informations ? Par exemple 500 000 FCFA pour toute information permettant de neutraliser un terroriste. Vous en livrer 10, vous avez 5 000 000 F.
      - Pourquoi le Chef de l’Etat ne creerait-il pas cet electrochoc psychologique en effectuant des changements à la tête de l’armée notamment pour le poste du Ministre de la Defense ?
      - Pourquoi le chef de l’Etat ne prendrait pas des mesures symboliques mais de haute portée politique pour signifier aux compatriotes qu’il est conscient de la menace et que l’effort de guerre est demandé a tous. Il pourrait retenir 20-30% des salaires des membres du gouvernements et des autres "gourous" a la tete des institutions ? Pourquoi ne pas supprimer certains postes et dimunier le train de vie de l’Etat ?
      - C’est vrai, nous sommes un pays pauvre, mais sommes nous pauvres a tel point que nous ne soyons pas capables de fournir quelques moyens aeriens pour une riposte rapide en cas d’attaque d’ampleur (helicoptères, avions d’observations) ?
      - Jusqua present, les engins a deux roues sont un element essential sinon indispensable dans la logistique des djihadistes. N’ ya t-il pas moyen en mobilisant la police, la gendarmerie et et l’armée de mener une operation d’immatriculation des motos dans ces zones ? Ce qui permettrait souvent de pouvoir soit limiter l’utilisation de ces motos lors des attaques ou de pouvoir faciliter les enquêtes quand des motos sont abandonnées ou recuperées ?
      Je reflechis juste en profane, mais je suis convaincu qu’il y a plein d’idées qui sont exploitables pourvu que les autorités descendent de leur piedestal, ravalent leur orgueil et se mettent à l’ecoute.

      Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 20:02, par yelmion En réponse à : Attaque du commissariat de Comin-Yanga : les assaillants repoussés

    Svp dans l’écrit il faut préciser la date sinon la semaine prochaine il y aura mardi et mercredi mais pas même date

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 21:40, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Attaque du commissariat de Comin-Yanga : les assaillants repoussés

    Bravo aux FDS et félicitations. Soyez bénis. Le BRAVE PEUPLE admire votre bravoure. Le BURKINA ne tombera jamais face aux forces du mal. Vaillantes FDS soyez plus forts. Merci pour ce sacrifice pour la nation.

    Que le SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tant. Amen
    Paix et joie à tous les BURKINABES. Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais(pur produit de Thom SANK et de Norbert ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 11:03, par Machia En réponse à : Attaque du commissariat de Comin-Yanga : les assaillants repoussés

    Quel professionnalisme ! C’est ceque le peuple attend de vous. C’est cequi fait votre gloire et la gloire du peuple. Le Dieu tout puissant vous assistera pour toujours .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : « Il faut d’abord que les chefs coutumiers soient bien informés »
Situation sécuritaire : Le SPONG apporte son soutien au gouvernement
Attaques du café Cappuccino : Trois ans après, les activités commerciales tournent toujours au ralenti
Burkina : Les FDS victimes des préjudices des attaques terroristes bientôt indemnisées
Attaques terroristes : Il y a trois ans, le temps s’arrêtait sur Kwamé-N’krumah
Assemblée nationale : 127 députés, 127 millions de francs CFA pour soutenir les FDS
Tapoa : Un forestier tué au cours d’une mission anti braconnage
Violences à Yirgou : Une marche silencieuse à Ouagadougou pour dire non à la stigmatisation ethnique
Ouagadougou : Un automobiliste arrêté après avoir tenté de forcer les barrières du camp Guillaume
Marche de protestation à Dori contre le drame de Yirgou : les communautés vivant au sahel adressent une lettre au président du Faso
Drame de Yirgou : l’UNIR\PS condamne une barbarie aveugle
Situation nationale : Le CDP appelle les populations à la retenue
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés