Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • lundi 7 janvier 2019 à 13h08min
Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les

Suspendu le vendredi 21 décembre 2018 pour les fêtes de fin d’année, le procès du putsch du Conseil national pour la démocratie (CND) a repris ce lundi 7 janvier 2019. A la barre, Djibrill Bassolé avait déclaré lors de son premier jour de son audition : "Je ne reconnais pas les faits. Je plaide non-coupable".

Ce lundi 7 janvier 2019, l’audition a débuté avec les questions relatives aux écoutes téléphoniques durant la crise du 16 septembre 2015 et des jours qui ont suivi.

Selon l’accusé, les écoutes téléphoniques n’étaient pas des originaux et cela a été réalisé sur internet, car ils ne respectent la gamme normale internationale. Ainsi, Bassolé dit ne pas m’engager à discuter des choses dont il ignore l’origine.

Le général a brandi que pour la toute première fois qu’il a entendu parler des écoutes téléphoniques, c’était dans les médias. Quant au parquet, c’est l’accusé qui a refusé d’écouter les audio dès le départ.

Djibrill Bassolé a émis deux hypothèses : soit le juge d’instruction et les Officiers de police judiciaire (OPJ) ont laissé passer les écoutes soit ils sont allés puiser sur internet.

Agacé par les questions indirectes du parquet, Djibrill Bassolé se lâche : "Je m’arrête là ; je ne donnerai aucun commentaire, aucune explication" sur "ces enregistrements sauvages".

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 janvier à 14:00, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Pour une fois depuis ce procès, je suis entièrement d’accord avec un de ceux devant la cour : Djirbil Bassolé. Les enregistrements sont sauvages, vraiment sauvages car il a été enregistré à son insu, il ne les a pas authorisés, donc sauvage. Comment l’état burkinabè ose enregistrer la ou les conversations privées de quelqu’un sans au moins avoir le courage de l’informer. Ce qui trouble mon sommeil cependant sont les mêmes enregistrements qui ont été faits avec alors qu’il était en conversation avec une certaine Togolaise. Tous les enregistrements sont sauvages sauf celui où il était en communication avec la Togolaise. Regarde moi ça !

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier à 20:01, par Nobga En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

      Parce qu’il faut son autorisation avant qu’il ne fasse son coup ? Pourquoi tes conversations à toi n’ont pas été enregistrées ?
      Tout ce qui concerne la sûreté de l’État doit être suivi avec sérieux. C’est ce qu’on appelle le renseignement. Si vous suivez bien les informations dans le monde, vous verrez bien que même les conversations des puissants du monde sont enregistrées. C’est ce qui manque présentement et le Président Rock et son équipe ont tous les problèmes actuels.

      Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 14:00, par Red En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Triste de la part d’un général. Quand on sort les muscles, c’est qu’on est à bout d’arguments. Signes de faiblesse.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 14:14, par Sam En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Vous ne respectez pas les juges. Dans quel pays sommes nous ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 14:16, par le sage En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    MR DIBRIL UN PEUX DE MODÉRATION ENVERS LES AUTORITÉS JUDICIAIRES C’EST AU BURKINA ON VOIT DES ACCUSES MENACE DES JUGES
    NOUS SOMMES OU ? VOUS AVEZ PLAIDE NON COUPABLES L’HEURE EST VENUE ET VOUS FUYEZ VOS RESPONSABILITÉS EN PROCÉDANT DE LA SORTE ONT VOUS CROYAIT FAIRE MIEUX QUE GILBERT MAIS HÉLAS
    PENSEZ VOUS QUE LE PEUPLE VA VOUS SUIVRE DANS CA
    C’EST LE MOMENT POUR VOUS DE MONTRER A TOUT CE PEULE QUE VOUS AVEZ MANIPULER DEPUIS LA PRISON A TRAVERS DES MARCHES MEETING EN DÉMONTRANT DEVANT LE JUGE AVEC DES ARGUMENTS SOLIDES PLUTÔT DE CHANTER CHAQUE JOUR COMME GILBERT JE PLAIDE NON COUPABLE

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 14:34, par SOME En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Evidemment on s’attendait a quoi ? Qu’il vienne tout bonnement dire oh oui c’est vrai on a trop parlé on s’est piegé tout a etre trop imprudent etc On sait deja comment tout ca va se conclure et la ligne de defense qu’on leur a intimé de tenir quelles que soient les questions
    Pire il se trouve des gens pour les croire !!!
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 15:16, par jeunedame seret En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Enregistrements sauvages, réaction étrange ! Djibril s’arrête là ? Parce qu’on vient de frapper à Yirgou. Ça se pratique bien. Tant que ces généraux au regard horrifiant ne seront pas libres, avec leurs alliés comme françois et blaise relevés, il y aura toujours du terrorisme au Faso ; contre tout pouvoir défiant le CDP et autres partis corollaires. Rock a trahi blaise, et il apprendra. Pauvre Faso ! Pire qu’Algérie.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 16:09, par Mafoi En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Enregistrements sauvages prétend ce général en carton.Cela montre bien sûr que les conversations sont exactes mais il fallait demander l’autorisation à ce putschiste pour enregistrer ses dialogues.Venant d’un général mais en carton,cela ne m’étonne pas.Pour la sûreté d’un Etat,a t’on besoin d’avoir l’autorisation des criminels pour suivre leurs faits et gestes ?Vous comprenez bien son agacement puisque les enregistrements sont authentiques

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier à 17:47, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

      Les internautes Mafoi, Some et Ka n’ont d’adversaire que les généraux. Vous avez été silencieux sur le carnage de Yirgou où l’armée avait de vos expertises afin de contenir la colère des kolgweogo. Faites grâce ou pardon de laisser le général se défendre légitiment. Néanmoins, Bonne et Heureuse année 2019 ! Que Dieu nous protège et nous éloigne l’expérience de Yirgou. Quelque soit l’opinion de chacun de nous ou d’origine ethnique que la diversité communautaire, nous puissions construire une démocratie forte avec un bon vivre ensemble. Tous unis pour un Burkina prospère !

      Répondre à ce message

      • Le 8 janvier à 09:36, par SOME En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

        caca on sait ce que tu veux sur ce site Nous autres Mafoi, ka et SOME aussi savons ce que nous voulons sur ce site Les polemiques idiotes et ridicules, on n’a pas nos energies a perdre. Nos ideaux sont plus nobles que cela. Reprends bien le forum sur ce site et ailleurs tu verras bien que Mafoi, ka et SOME ont ete parmi les premiers a tirer la sonnette d’alarme contre certaines positions et idees qui mettent a mal notre vivre ensemble. Alors ne viens pas hypocritement chercher bagarre avec nous. Les evenements de Yirgou etaient plus que previsibles. Ne viens pas nous garagariser de vos slogans vides et hypocrites de du bon vivre ensemble, du burkina emergent, prospere etc quand chacun de son cote ne fait que renforcer ces travers. laisse dieu tranquille et travaille d’abord par toi meme et sincerement. Il est clair que tes generaux(que je perdari pas mon temps a qualifier) sont et resterons nos adversaires tant qu’ils tiendront ces positions vis a vis de ce pays, tant qu’ils seront si inhumains, egoistes, criminels et apatrides
        SOME

        Répondre à ce message

        • Le 11 janvier à 12:37, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

          Mon ami SOME, as-tu vraiment un temps à perdre avec ces jeunes criminels en gestation ? Voilà plus de dix ans que nous sommes sur le forum de Lefaso.net pour dire à ces personnes qui prennent l’injustice et l’impunité pour leur plat quotidien, que leur place n’est plus dans un Burkina dont leurs crimes ont fait mûrir un peuple solidaire.

          Comme j’ai l’habitude de dire à ces personnes comme caca ou le ‘’’courageux allias profane, allias fils de l’homme allias Kayouré, allias…. Qui me suit depuis le 31 Octobre pour saboter mes critiques fondées, leur extrémisme exprime la pensée de ceux qui n’admettent pas qu’on leur oppose une autre manière de penser. Surtout, quand l’incapacité frappe à leur porte, eux qui se croient des anges, ils jettent l’anathème sur les autres.

          Pourtant ce caca et consorts, savent que ces deux généraux depuis le 15 Octobre 1987 autour de Blaise Compaoré, ont pris la fâcheuse habitude de violer le droit et les valeurs fondamentales de la société Burkinabé. Et cette situation a conduit à la banalisation du mal, à la déresponsabilisation, à la criminalité politique, à l’impunité et la déliquescence des mœurs en rendant notre pays divisé et ingouvernable."

          Caca et consorts, je vous dit ici qu’on ne peut pas effacer des crimes commis en un jour, ou au temps d’un jugement : Vos généraux porteront toujours au près du peuple Burkinabé leur titre de mauvais ‘’’généraux manipulateurs’’’ qui ont tué et fait tuer pour le pouvoir. L’histoire retient d’eux que ce sont des vulgaires sicaires, leur véritable identité. Et chaque fois qu’ils le tronqueront contre un autre titre comme ils se débattent en ce moment comme des poulets égorgés devant les juges militaires pour dire qu’ils sont des anges, des internautes comme Mafoi, Ka, SOME, Trahison, HUG, Vérité No1, Amadoum, SAA, et tant d’autres de bonne foi, seront là pour leur rappeler comme les Nazis à qui ils s’apparentent plus.

          Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 16:19, par Razambwende En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Sans être partisan de qui que ce soit dans ces tractations politiciennes je viens humblement attirer l’attention de nos très chers concitoyens que pour une manifestation réelle de la vérité, le parquet devait publier à l’attention de tout le peuple l’origine exacte des enregistrements audio s’ils sont vrais. Quand on est sûr de ses arguments alors il faut les brandir à la lumière aux yeux de tous sinon la majorité du peuple ne peut pas croire et dans ce cas on pourrait accepter l’affirmation du Général qui les qualifie de sauvage car sans origine réelle. Il n y a plus de secret à cacher car on n’est plus à la phase d’instruction. Tout le monde sait que de nos jours avec un ordinateur on peut tout fabriquer en matière audio et même vidéo.
    Dans tous les cas j’appelle toutes les parties à la modération et surtout ne forçons pas autrui à manger ce qui ne doit pas manger. Cherchons surtout à tendre vers le pardon et non vers une condamnation obligatoire de certains accusés car la roue tourne et l’histoire nous l’apprend. Je pries pour notre chère patrie pour que nous ne laissons pas germer l’esprit de VENGEANCE, de la HAINE, que nous aurons du mal à éradiquer. Monsieur le président RMCK, nous avons besoin d’un pays épris de paix alors entendez vous entre vous politiciens et pardonnez vous pour que le BURKINA puisse prospérer avec la contribution de tous ses fils et filles.
    QUE DIEU FASSE GRACE ET BÉNISSE LE BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier à 17:01, par bado kassum En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

      "Monsieur le président RMCK, nous avons besoin d’un pays épris de paix alors entendez vous entre vous politiciens et pardonnez vous pour que le BURKINA puisse prospérer avec la contribution de tous ses fils et filles".
      RAZAMBWENDE tu t’entend parler. tu parle de quels fils et de quelles filles donc ? CEUX QUI SONT VIVANTS ? que DIS-TU DE CEUX QUI SONT MORTS a la faveur du putsh. ne sont-ils pas des filles et fils devant participer au développement de ce pays. arrêtons les raccourcis. que chacun répond de ses actes.
      "nous avons besoin d’un pays épris de paix alors entendez vous entre vous politiciens et pardonnez vous pour que le BURKINA puisse prospérer avec la contribution de tous ses fils et filles" dis - tu.
      La paix dans une republique commence par la justice .C’est le pilier du developpement que tu appelle de tous tes voeux.

      Répondre à ce message

    • Le 8 janvier à 00:20, par Minute En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

      Razambwendé, comme ton nom, je pense que tu es digne de porter bien ton nom ? Réfléchissez bien avant de sortir sur la toile. Tu veux que les politiciens n’ont qu’à s’entendre et laisser le procès pour que ceux qui sont mort ou blessé soient mis en perte et profit ? Soyons sérieux ! Ne pas juger et sanctionner s’il ya lieu ces bandits, relève de l’impunité et de l’irresponsabilté. Si c’est le fait de juger ces putschistes que les terroristes nous harcèlent, en tout cas, notre peuple mourira en martyr. Ça doit servir de leçon pour d’éventuels voyoux de la république. Le pays n’appartient pas à ces seuls individus qui nous ont traumatisé durant près de trois décenies. Soyez honnête et ayez peur de dieu. Au moins pour une fois.

      Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 17:00, par armel En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Et voilà ce faut général poussé au font. il manque D argument et il s emporte. mon faut général, voulais tu qu on demande ton avis avant les enregistrement ? tu es putchiste, assume donc. Le temps est vraiment l autre nom de Dieu. Si en 1998 on disait que 20 ans après Blaise, François, bassolet et julbert seraient dans pareille situation, qui l aurait cru. Tout se paye ici bas. Tout.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 17:29, par le courageux En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Le général tout puissant à raison. C’est un jugement de dupes avec à la tête des juges aux têtes brûlées.

    Si le régime ne met fin à cette comédie ça va se terminer par une tragédie. En quoi ce jugement est digne d’un procès de pays qui se démocratique et respectueux des droits humains.

    On fera mieux de libérer ces innocents avant qu’il ne soit trop tard. Tous ceux sont à la barre sont des hommes très intelligents parce qu’ils savent faire la différence entre infanterie et enfanterie.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 17:38, par le courageux En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Le général tout puissant à raison. C’est un jugement de drupes avec à la tête des juges aux têtes brûlées.

    Si le régime ne met fin à cette comédie ça va se terminer par une tragédie. En quoi ce jugement est digne d’un procès de pays qui se démocratique et respectueux des droits.

    On fera mieux de libérer ces innocents avant qu’il ne soit trop tard. Tous ceux sont à la barre sont des hommes très intelligents parce qu’ils savent faire la différence entre infanterie et enfanterie.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 17:45, par le courageux En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Les Burkina dans leur ensemble sont des faux types ils ne mènent que la politique du tube digestif.

    Quand ils savent qu’ils peuvent avoir a manger avec vous, tout ce que vous leur direz ils sont d’accord. C’est là aussi les faiblesses des gens de ce pays. Ceux qui sont orgueilleux sont aussi de nature méchants ils sont prêt à vous induire en erreur.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 18:08, par Sapience En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Certains internautes sont connus sur le Web et réputés dans l’injure. Le général comme tous les autres accusés méritent respect et considération. Il ni le contenu et considère la méthode d’obtention des contenus contraire au droit, à savoir les règles et lois du pays. Comme, je l’ai déjà dit la manifestation de la vérité ne consiste pas à accepter la version du juge encore moins celle d’un avocat. Combien de preuves historiques en matière de justice à travers le monde prouvent que le Droit, la vérité ne vient pas de ces hommes. Les burkinabés ont besoin d’une retraite spirituelle et culturelle. Un retour dans les valeurs fondamentales à tout humain. Qu’est ce que la vérité ? Bon courage aux burkinabés lucides et encore intègres.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 18:28, par armel En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    internaute 10 un faut général tout puissant qui se cherche. ton faut dieu ne peut amener aucune tragédie pire que ce qu il a fait. ou bien vous compter sur vos terroristes qui nous attaquent ? ils seront vaincus. ne prend pas tes rêves pour la réalité. Le procès ira à son terme, tes faux dieux ne reviendront plus jamais au pouvoir. soit certain

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 19:17, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    En suivant de près ce procès des généraux de pacotille, je comprends pourquoi l’introverti Blaise Compaoré a chuté de très haut à cause d’un mauvais entourage. Car, en analysant le passage de Gilbert Diendéré, et maintenant celui de Djibril Bassolé qui a commencer, ‘’’tout le problème c’est de savoir où sont leur dignité et leur sincérité en tant que soldats défenseurs du peuple, par rapport à leur stratégie a la farine pour insulter les parent des victimes, le peuple Burkinabé, et les juges militaires ?’’’

    Comment le peuple peut avoir confiance à ces caméléons de généraux qui se sont camouflé derrière une armée de gueux pour berner tout le monde ? Avec un théâtre de ce genre devant les juges militaires, personne, je dis personne au Burkina n’aura confiance à ces deux généraux manipulateurs nés, encore moins à des juges qui les connaissent mieux que tout le monde.

    A présent avec la rentrée de Djibril Bassolé dans la scène du théâtre des salles des banquets en insultant les juges, on voit maintenant que ces deux généraux sont semblables à des cavaliers solitaires et errants qui n’ont ni compagnons ni destinations et qui, malgré le vent qui les sont défavorable, décident d’entreprendre une aventure hasardeuse dans les mensonges et le mutisme pour tromper tout le monde. Mais quand ces deux s’en rendre compte, que la justice Burkinabé cherche sa crédibilité et son autonomie devant son peuple en appliquant la justice équitable dont les criminels payent leurs crimes pour apaiser les familles des victimes selon la loi, ils constateront que plus personne ne sera derrière eux, notamment pas les nombreux militaires bleus qu’ils ont utilisés et gruger.

    Je ne sais pas si monsieur Djibril Bassolé lit ses lecteurs sur le net ? Je trouve pertinent ta déclaration des écoutes sauvages ! Dans le même temps, je te trouve trop égoïste lorsque que tu te plaignes des questions des juges qui savent que les écoutes sont authentiques, car votre ami SORO a été sauver par la voie diplomatique justement quand les deux pays ont justifié et confirmer ces écoutes qui étaient un poison a détruire le bon voisinage.

    S’il est effectivement ton droit du moins ce qui te reste de droit de crier aux écoutes sauvages, je te demande lorsque tu abordes ses sujets que tu ait un peu de respect pour la mémoire de ceux que tes erreurs de gestion du pays ont enlevé le droit de vivre. Pense aux parents des victimes de tes atrocités et de mauvaise gestion de ce pays. Aie un peu de sympathie pour ceux qui encore souffrent le martyr... en bonifiant tes propos. Oui tu es encore en vie, et tu as le droit à l’épanouissement d’insulter nos juges. Mais de grâce sache rester humble pour ne pas remuer le couteau dans la plaie de ceux qui portent encore les stigmates de ta mégalomanie pour faire plaisir à François Compaoré et son frère Blaise. Tous les crimes se payent sur cette terre.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 19:32, par la loupe En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Bsr. Latitude de ce Gle est très mesquin et médiocre. Quand on est à la barre, on se contente de se défendre et non de menacer. S’il veut, il peut décider de se taire, les autres vont parler et, comme l’ancien président Tchadien Housein Havré, la sentence de chacun va tombée puisque il y a eu putsch et morts d’hommes. En bon Général, il ne doit pas faire comme Gilbert DIENDERE qui n’a pas de haut-faits si ce n’est que les assassinats politiques auquel il est cité. Vive la justice, bonne chance nous tous !

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 19:38, par ridicule ! En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Pour un ancien chef des pandores, il nous prend vraiment pour des idiots sur cette histoire d’écoute !

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 20:17, par Avion dans sac En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    La justice burkinabé met des innocent en prison et laisser les vrai coupable dehors...libéré le monsieur .point

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 20:17, par Sak sida En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Bonjour a tous je suis decu du fait que le general veut nier a ses enregistrement et les qualifie de sauvage .depuis quand on informe un suspect qu on va le mettre sur ecoute ????? Ni ete ces ecoutes on allait pouvoir eteindre le coup d etat . Meme ces ecoutes qui ne font douter qu elles sont reelles ne voyez vous que les interesses nient .imaginons un instant que y avait pas d ecoute. On allait nous faire croire qu on est a la chasse aux opposants alors que c est des coupables

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 20:20, par Avion dans sac En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    On dirai que les juge veulent forcé le monsieur a reconnaître les fait...mais non soyons un peut intelligent nous burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 20:51, par Nabayouga En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Je suis triste que les grands d’hier se degonflent rapidement. Ce general d’opérette s’est toujours cru investi d’une mission : etre president du bf même au prix d’une trahison de celui qui la fait général dans l,espoir qu’il le protège. Bref Djibril est un démon. Ne pas reconnaître les enregistrements cest fuir ses responsabilités. Personne au burkina et ailleurs ne doute de l’authenticité des enregistrements. Ce qui est étonnant, cest le nom des ses complices au rsp. Quoi quil en soit j’espère quil.prendra au moins 20 ans suivi dune dégradation. Sinon demain on aura dautres généraux felons aventuriers.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 22:17, par salou En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Soyons objectiifs en cherchant la justice et laisser tomber les passions et les haines non justifiées. Les écoutes téléphoniques sont à authentifier sinon non crédibles. Et cela est étonnant que depuis plus de 3ans, on ne soit pas arrivé à authentifier ces écoutes. Attendons alors la suite

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 22:33, par Sorbonne En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Le putch a fait moins de victimes que les tueries de YIRGOU. QUE les putschiste soient punis à la hauteur de leur forfait mais qu’on n’oublie pas DD poursuivre ceux qui ont massacré a yirgou (présumés terroristes comme kogleweogo). Sinon nous commençons à penser à une justice sélective source de malheur dans un pays.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 22:41, par Africa En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Depuis le début de ce procès, ce qui me gène c’est ce côté ciblé des poursuites contre certains mis en cause.
    En effet, comment avoir mis hors de cause Guillaume Soro, l’interlocuteur du Général Bassolé et vouloir que lui seul reconnaisse les faits ?
    Comment avoir mis hors de cause le chef d’Etat major particulier du Président Ouattara et vouloir que le Général Diendéré reconnaisse avoir reçu du renfort financier et matériel de celui-ci ?
    Comment mettre en cause la jeune dame Diawara en épargnant le colonel ivoirien Koné Zakaria avec qui elle était en contact supposé ?
    Au total, et si ce putch manqué était commendité par un Etat étranger, les exécutants locaux n’étant que des marionnettes puisque certains assument tout en refutant d’être les commanditaires.
    Au final, j’ai le sentiment que le Burkina se déconsidère en faisant trop le dos rond face à certains soutiens étrangers du putch manqué. En ne jugeant que nos compatriotes, je craints que non seulement la recherche de la vérité sur ce qui s’est passé sera vaine, mais aussi en voulant rendre justice l’on engendre d’autres injustices. Je signale que je ne connais aucun des mis en cause ; je me pose juste des questions et je serai bien reconnaissant de si quelqu’un peut éclairer ma lenterne.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 13:39, par Barboza En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    En réalité, rares sont les accusés qui reconnaissent leurs crimes, surtout les grands criminels. J’ai pour preuve, GÔRING et SPEER, deux des proches compagnons du führer qui ont voulu minimiser leur apport au sein du 3ème Reich. SPEER a même réussi, en obtenant 20 ans de prison. Généralement, les grands criminels sont trop fiers d’eux, à l’ego surdimensionné, imbu de leur personne qui méprisent les autres. Ils se croient supérieurs et n’admettent pas que, des êtres qu’ils considèrent comme inférieurs puissent les accuser, les juger. Ils sont dans le déni la plupart du temps. Dans leurs esprits supérieurs, tous les actes qu’ils posent sont bons et légitimes, quittent à causer des dommages qu’ils appellent collatéraux. Ils croient de bonne foi que, les décisions qu’ils prennent sont toujours les meilleures et nul ne peut, ni ne doit douter de ça. A partir de là, vous allez apporter des preuves, parfois irréfutables, ils seront de marbre et camperont sur leurs positions. Jeter un coup d’œil dans l’histoire, Mobutu, Bokassa, Idi Amine.., sous leurs règnes, il y a eu d’innombrables victimes ; mais ils ont toujours nié, trop fier, pour reconnaitre qu’ils ont commis des erreurs et des actes abominables. Pour ceux qui évoquent le fait que les commanditaires sont en Côte d’Ivoire et qu’on aura une justice partielle. Soyons raisonnable, si votre enfant commet des actes répréhensibles, vous n’allez pas dire que, comme c’est le fils du voisin qui est le cerveau, vous n’allez pas sanctionner le vôtre sous prétexte que, vous n’avez pas la possibilité de punir l’enfant du voisin momentanément. Il faut garder à l’esprit qu’on est plus rigoureux avec son enfant qu’avec l’enfant d’autrui. C’est pourquoi, la loi est plus sévère avec celui ou celle qui commet un parricide ou un infanticide, peu de circonstances atténuantes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 13:56, par Machia En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé rejette les "enregistrements sauvages"

    Quels sont les objectifs de ce procès historique et mediatisé ? Verité , justice et reconciliation est ma reponse. Que toute persone impliqé vienne s’expliqué honnetement sur cequ’il a fait.Mais ce procès a maintena pour objectif : jugement et condamnation où chacun se bat pour ne pas ètr condamné. A qoi sert condamner ou gracier un individu dans un procès flou ? En tout cas,ça ne sert a rien pour le peuple.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Le Gal Djibrill Bassolé est rentré au Burkina et se porterait bien
Procès du putsch du CND : Les plaidoiries renvoyées au 23 avril prochain
Procès du putsch : Ce fonctionnaire de police secouru par le colonel-major Boureima Kiéré
Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits
Procès du putsch : Boukaré, la victime qui se soigna avec de la potasse et du sel
Putsch du CND : « Il était le pilier de la famille », relate l’oncle d’une victime décédée
Procès du putsch du CND : P.S, ce professeur de français sauvé grâce à un autre élément du RSP !
Procès du putsch : Gildas, l’homme qui a eu in extremis la vie sauve
Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense
Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama
Procès du putsch du CND : "Je n’ai pas d’observation par rapport aux images", a lâché général Gilbert Diendéré
Ismaël Diendéré filme son père : « Mon papa président ! C’est historique »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés