Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Les feux de brousse : Un phénomène à combattre

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo • dimanche 9 décembre 2018 à 23h08min
Les feux de brousse : Un phénomène à combattre

A chaque fin de saison des pluies, on constate un peu partout au Burkina des espaces brûlés. Parfois, on voit la nature se consumer, en direct. Saison sèche rime avec herbes sèches. C’est une période qui correspond aussi au début de l’harmatan. Ce vent sec qui souffle favorise la propagation des feux. Cette situation est devenue une tradition. Ainsi, chaque année, les flammes ravagent des brousses. Pourtant, cela a des conséquences néfastes sur l’écosystème. Focus sur ce phénomène qui prend de l’ampleur.

Des espaces noircis par le feu, des arbres consumés par les flammes, c’est le désastre que l’on rencontre en ce moment dans la nature, au Burkina. Les feux de brousse prennent de l’ampleur. Ils couvrent presque tout le pays. De la région du Nord à la Boucle du Mouhoun en passant par le Centre-Ouest, au cours d’une de nos missions, nous avons constaté que des hectares entiers sont engloutis par le feu. A certains endroits, des arbres qui venaient de pousser lors de la saison des pluies, n’ont pas eu de chance. Ils sont brûlés avant de passer leur première saison sèche.

Ces feux sont différents des feux de brousse précoces. Ces derniers sont utilisés par les techniciens pour permettre à la nature de se régénérer. En plus, il est fait bien avant que les herbes ne soient totalement sèches. Pourtant, le phénomène que nous voyons se réalise quand l’herbe est totalement sèche. Ses causes sont beaucoup plus anthropiques.

Nous avons constaté d’abord que cela est lié à l’abattage d’arbres morts. Certaines personnes, qui cherchent du charbon, mettent le feu aux arbres. L’acte étant répréhensible, ces personnes se cachent et le font souvent la nuit. Lorsque l’arbre se consume et tombe, ils ne peuvent plus maîtriser le feu. Et hop, ce sont des hectares qui partent en fumée.

L’autre cause demeure les fumeurs inciviques. Ils manquent de prudence. Un mégot de cigarette mal éteint, jeté au sol, suffit à créer un désastre environnemental. Nos feux de brousse sont causés aussi par des feux allumés à d’autres fins. Mal maîtrisés, ils constituent un danger. Et les dangers, il y en a beaucoup. Des milieux d’arbres sont détruits, surtout des arbres fruitiers.

Dans le Centre-Ouest, nous avons vu des karités et des nérés séchés par le feu. Les plantes médicinales périssent également. L’absence d’arbres favorise aussi l’avancée du désert. Ce qui contribue à rendre les sols plus pauvres. La faune est aussi menacée. Sans brousse, il n’y a pas d’animaux.

La lutte contre les feux de brousse faisait partie des priorités de la Révolution d’août 1983. Hier, plus qu’aujourd’hui, ce combat est toujours d’actualité. Pour y arriver, il est impératif que chaque citoyen y mette du sien. Il serait très profitable si les sensibilisations sur la question se poursuivaient. S’il faut sanctionner aussi, il n’y a pas à hésiter. Rien ne sert de planter des arbres si on est incapable de protéger ce qui existe. Eviter au maximum les feux de brousse, c’est un geste qui nous sauve, pour l’avenir.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 décembre 2018 à 08:10, par KK En réponse à : Les feux de brousse : Un phénomène à combattre

    Selon l’enquête sur les aspirations nationales de l’ENP BURKINA 2025, la population burkinabe reconnait trois (03) pratiques culturelles à abandonner qui sont : l’excision, le mariage forcé et les feux de brousse.
    Les feux de brousse demeurent un serieux probleme pour notre cadre de vie et meme la sante des populations( maladies pulmonaires, cardio vasculaires...).
    N’atendons pas le gouvernement pour lutter contre ce phenomene, chacun de nous peut sensibliser le paysan et/ou le citoyen lamda pour abondonner cette pratique nefaste.
    Il faut expliquer qu’en quelques années ces feux peuvent profondément changer le paysage. Les arbres matures ne craignent pas trop ces feux qui sont aussi brusques que rapides. Les flammes avancent de plusieurs mètres en quelques secondes portées par le vent et nourries par la paille haute et sèche. Mais il n’en est pas de même pour les jeunes arbres, bien au contraire, presque aucun ne survit. Dans de telles conditions, imaginons la forêt dans 20 ans : plus de régénération naturelle, de vieux arbres sur le déclin, des sols de plus en plus dénudés, des hivernages qui lessivent la terre mise à nue,… L’issue est fatale.
    De plus, on peut citer différents inconvénients des feux de brousse. Ces conséquences désastreuses affectent différents domaines : sur l’environnement, sur l’économie et sur l’équilibre sociale :

    Pollution de l’air
    Disparitions d’espèces (faunes et flores)
    Sècheresse et déséquilibre climatique
    Infertilité du sol
    Pauvreté
    Les érosions
    Le changement climatique
    La brulure du sol
    On peut dire que les feux de brousse nuit gravement à la vie humaine et toute personne doit prendre sa part de responsabilité pour éviter le pire afin de préserver la durabilité de notre planète et de promouvoir le développement durable.
    Continuons de sensibliser on pourra faire changer les choses..

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2018 à 09:38, par Youth En réponse à : Les feux de brousse : Un phénomène à combattre

    Sincèrement c’est un phénomène que le ministre en charge de l’environnement doit prendre à bras le corps cela est vraiment un frein au développement de la végétation partout au Burkina. Alors que les services départementaux de l’environnement regardent faire. Bientôt l’on brûlera toutes les forêts du Kénédougou avant ou juste après les fêtes de fin d’année pour de soit-disant rituels. Alors que ces rituels devraient protéger l’environnement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : 676 000 personnes ont besoin d’une aide alimentaire entre juin et août 2019, selon la FAO
Recette de la semaine : Poulet au rabilé
Développement local : Le projet Tuuma pour booster l’employabilité des jeunes et des femmes dans cinq régions
Education : L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts
Parrainage d’enfants : Des acteurs clés réfléchissent à des stratégies communes
Communauté Jama’at islamique Ahmadiyya : La 28e conférence annuelle débutera le 29 mars
Route Koupéla-Bittou-Cinkanse-frontière du Togo : Le développement économique inter-Etats en marche
Message de la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose 2019
Liberté d’expression : L’ODJ dénonce des abus contre ses militants
Lutte contre la méningite au Burkina : Les journalistes appelés à s’impliquer
Forum de la Région du Nord : La relance du développement régional au centre des préoccupations
Justice : Il se fait prendre avec des « missiles » à la MACO
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés