Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme qui crée des ennuis aux autres s’en crée aussi à lui-même. Chinua Achebe» 

Dénucléarisation de la péninsule coréenne : Un enjeu qui ne semble pas intéresser l’Afrique

Accueil > Actualités > International • • vendredi 26 octobre 2018 à 16h13min
Dénucléarisation de la péninsule coréenne : Un enjeu qui ne semble pas intéresser l’Afrique

Depuis le sommet historique et l’accord signé le 12 juin 2018 à Singapour entre les présidents américain Donald Trump et nord-coréen Kim Jong-un, en faveur d’une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne », dont le processus sera défini lors de négociations ultérieures, aucune avancée significative n’est notée par rapport aux modalités pratiques. C’est pour décrisper la situation que, entre le 18 au 20 septembre, les deux dirigeants nord et sud-coréens se sont rencontrés pour discuter de questions parmi lesquelles « les mesures pratiques » à prendre pour dénucléariser la péninsule.

Selon l’Agence officielle nord-coréenne KCNA, Kim Jong-un avait réitéré sa volonté de dénucléarisation de la péninsule et accepté de fermer définitivement certains sites, bien que ces mesures soient jugées dérisoires par certains observateurs.

En Afrique, les chefs d’Etat africains évitent d’entretenir des relations diplomatiques avec la Corée du Nord, suivant ainsi le mot d’ordre des Nations unies. Seule la Mauritanie a ouvertement, mais timidement, manifesté son amitié envers la Corée du Nord suite aux menaces de sanctions des Etats-Unis contre ceux qui violeraient les résolutions des Nations unies envers ce pays.

En effet, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, après avoir participé au sommet Chine-Afrique au mois de septembre 2018, a fait un détour en Corée du Nord pour assister aux cérémonies de commémoration du 70e anniversaire de la création de l’Etat de Corée du Nord, qui a vu le jour en 1948.

Alors que les négociations sont dans l’impasse quant à la dénucléarisation de la péninsule, on note l’absence de débats à ce sujet, dans les médias et dans la rue, et le désintéressement des pays africains, comme si la menace d’une guerre qui pourrait embraser le monde ne les concernait guère. Ils oublient que l’Afrique a aussi été le théâtre de la Seconde guerre mondiale durant laquelle sa jeunesse a payé un lourd tribut et certains pays ont été bombardés.

Si elle veut dire son mot et participer activement à la marche de ce monde, n’est-il est pas grand temps que l’Afrique sorte de sa torpeur face aux enjeux géopolitiques ?

OICMA (Organisation d’information et de communication Multimédia Africaine)

Messages

  • Le silence des Africains est parlant. Devinez vous, aussi la signification.
    Ce silence veut dire : On accepte ce que dit l’occident par peur d’être écrasés par elle sur tous les plans. Si non que notre problème est ailleurs. Que le monde se nucléarise comme il veut, ce n’est pas notre problème par ce que nous n’y pouvons rien. De toutes les façons, même la nucléarisation de l’occident, nous ne la voulons pas. On ne parle pas de ce que l’on ne peut pas résoudre. Si non que comment peut on être content que son bourreau d’hier et d’aujourd’hui soit super armé ? On a peur et on ne veut pas.
    Ce qui est sûr, avec le rythme des choses depuis la fin de seconde guerre, Tous les pays un jour aurons leurs armes de destruction massives. C’est le développement normal des relations internationales ; et plus vite cela sera, mieux ira le monde. Pourquoi par ce que tout le monde est fatigué des menaces des dits ’’grandes puissances occidentales’’ et de leurs chantages.
    Notre pensée est que l’occident est lâche.

  • Un peu de sagesse SVP

    Dommage que de bourkinabè s’expriment assez "facilement" de la sorte. Avez-vous oublié que
    — - Il faut tourner sept (07) fois la langue avant de parler
    — - On ne parle pas juste par ce que l’on n’ a pas la bouche pleine
    — - On ne fait pas un discours sur un sujet que l’on ne maîtrise pas
    — - Ce n’est pas aux "aveugles" d’indiquer le chemin aux "bien-voyants"

    Une invitation à s’interroger.

  • Bonjour,
    Je ne partage pas l’opinion de Tanga. Bien que son analyse soit pertinente, il nous demande de nous taire tout en reconnaissant que même le silence ne t’épargne pas. Or nous sommes au 21eme siècle et disposons d’une arme merveilleuse qu’est la communication qui nous permet d’atteindre l’opinion publique occidental, très déterminante quant au choix politique des plus grandes puissances. Au lieu d’attendre comme vous le dites dans tous les cas d’être réduit au silence mieux vaut parler via les moyens de communication comme les réseaux sociaux qui sont les armes les plus redoutables contre les politiques aujourd’hui.
    Il est évident que les Africains n’ont pas que cela à faire mais de là à laisser les grandes puissances dicter leur loi ce serait abandonner nos efforts de développement tout de suite car elles ne nous laisserons pas faire. Les nations n’ont que des intérêts et si l’Afrique ne joue pas son rôle, les autres décideront à sa place. L’occident ne peut écraser l’Afrique si elle est unie sur les grande question qui touche l’Avenir du Monde.
    Africains, secouons nous et n’ayons peur de rien pour défendre nos intérêts en saisissant les opportunités du moment, comme d’autres ont eu à le faire par d’autres moyens pour se faire entendre.
    Merci pour cet article qui va au delà des enjeux de la peninsule coréenne.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Revirement de kamhere et tshisekedi en RDC : La stratégie Gbagbo dépoussiérée
Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails
Référendum en Nouvelle-Calédonie : Un défi à relever pour le Pr Augustin Loada
Dénucléarisation de la péninsule coréenne : Un enjeu qui ne semble pas intéresser l’Afrique
Nouveau gouvernement en Ethiopie : De quoi inspirer le Burkina
Cameroun- Déclaration de Londres : “Le CODE appelle l’armée camerounaise à faire allégeance au Président élu Maurice Kamto”
« La CPI n’est pas du tout une institution qui vise à écraser les peuples… », Ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes
Prix Nobel de la paix 2018 : Le gynécologue congolais Denis Mukwege, lauréat
RDC : La CPI condamne Jean-Pierre Bemba à 300 000 euros d’amende pour subornation de témoins
Sénégal : Le torchon brûle au PDS autour de la candidature de Karim Wade
Mali : Le collectif d’associations et mouvements pro IBK nie une crise post électorale
Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara met fin à la polémique sur le report des élections locales
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés