Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Auditions du putsch : « Je ne me reproche rien », persiste Salifou Sawadogo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • mercredi 24 octobre 2018 à 23h55min
Auditions du putsch : « Je ne me reproche rien », persiste Salifou Sawadogo

Fin de l’audition de Salifou Sawadogo, ce mercredi 24 octobre. Avant de rejoindre le box des accusés, celui qui déclare n’avoir soutenu ni le coup d’Etat, ni le Conseil national pour la démocratie (CND), a souhaité que justice soit dite dans ce procès.

Durant son d’audition, Salifou Sawadogo a campé sur sa position. « Je n’ai jamais instruit le secrétaire général provincial de la section du Kadiogo, Noël Sourwèma, de convoquer les responsables des structures du CDP au rond-point des martyrs […] Je ne me reproche rien », a-t-il soutenu, même si M. Sourwèma, qui a bénéficié d’un non-lieu dans le dossier du putsch, prétend le contraire.

Pour prouver qu’il n’a rien à se reprocher dans ce dossier, l’accusé a indiqué qu’alors qu’il se trouvait au Maroc, dans le cadre de la COP 22, il voulait rentrer dare-dare, pour se mettre à la disposition de la justice militaire qui voulait l’entendre. Mais instruction lui a été donnée par le président de l’Assemblée nationale de ne rentrer qu’à la fin de la mission parlementaire.

« Pourquoi l’accusé est-il allé voir les sieurs Conombo Emmanuel et Sourwèma Noël, qui avaient déclaré qu’il [Salifou Sawadogo] avait voulu savoir ce qu’ils avaient dit au juge avant leur mise en liberté ? », se demande Me Guy Hervé Kam. A cette interrogation, Salifou Sawadogo répondra qu’il voulait juste savoir comment se comporter devant la justice militaire, lui qui n’avait jamais eu affaire à la justice de toute sa vie. « Ce n’était pas pour leur extorquer des informations », a-t-il clarifié.

Discordances

Outre les contradictions relevées entre l’accusé et le secrétaire général provincial de la section du Kadiogo au moment des événements, le parquet note des discordances avec les déclarations des premiers responsables du CDP. A titre d’illustration, Salifou Sawadogo a déclaré avoir reçu un message convoquant les membres du Conseil national et du Bureau exécutif national à une rencontre, le 19 septembre 2015, au rond-point des martyrs.
« Je l’ai interprété comme un message de la direction politique nationale », a laissé entendre l’accusé. Pourtant, lors de son audition devant le juge d’instruction, Achille Tapsoba, 1er vice-président du CDP, a déclaré que les manifestations au rond-point des martyrs ont été organisées de façon spontanée, et qu’il n’y avait pas eu de message à ce sujet.

20 millions de francs remis par Emile Kaboré

En plus des 10 millions de francs CFA (sur les 15 millions retirés en banque par Eddie Comboïgo) qu’il dit avoir reçus des mains de Achille Tapsoba pour, selon ses dires, assurer la sécurité des domiciles des camarades du partis, Salifou Sawadogo reconnaît avoir reçu la somme de 20 millions de francs CFA des mains du 3e vice-président du CDP, Moïse Nignan Traoré, qui n’a été qu’un émissaire d’Emile Kaboré. Cet argent, selon Salifou Sawadogo, était destiné à consolider la sécurité dans les arrondissements et à soutenir les militants pour la fête de la Tabaski. Mais il dit ignorer la provenance réelle du pactole.

A la lecture des procès-verbaux d’audition des autres cadres du CDP, notamment Eddie Comboïgo et Achille Tapsoba, il ressort que les 10 millions ont été remis à Salifou Sawadogo, dans la matinée du 16 septembre et non dans la soirée, pour l’organisation des élections.
« J’ai eu l’impression que le juge tenait son voleur et ne cherchait plus rien. Je lui ai suggéré de vérifier les comptes bancaires de Eddie [Comboïgo] et de voir si le retrait a été fait dans la matinée ou la soirée », a déclaré Salifou Sawadogo qui a déploré que sa suggestion n’ait pas été prise en compte.

Que justice soit dite

Avant de rejoindre le box des accusés, celui qui a toujours déclaré qu’il ne soutenait ni le coup d’Etat, ni le CND, a souhaité que justice soit dite, avant de présenter ses condoléances aux familles des victimes. « Les événements du 16 septembre et des jours suivants sont des épreuves de la vie.
Ce sont des moments importants qui permettent de connaître l’Homme. J’ai une pensée pour ma fille de 12 ans sur qui je n’ai jamais levé la main. Et voici que je me retrouve à me justifier de cas de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, de meurtres, et de coups et blessures volontaires. Il faut un temps pour tout [...] Que justice soit dite », a-t-il conclu.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 octobre 2018 à 10:41, par Bigbalè En réponse à : Auditions du putsch : « Je ne me reproche rien », persiste Salifou Sawadogo

    Le droit sera dit je l’espère, pour que les âmes des suppliciés de septembre 2015 puissent reposer en paix ! Ce qui est sûr, le peuple sait que ce coup d’Etat n’est pas seulement l’œuvre de l’aile militaire (RSP) mais est surtout l’œuvre de certains civils pas très honnêtes comme Salifou SAWADOGO, Hermann, Léonce,Gelwaré et autres. Ils ne paient rien pour attendre car la justice divine s’ajoutera forcement à la justice humaine et la nature fera son travail pour que chacun puisse payer pour ses actes avant de quitter cette terre ! Dieu est par nature juste pour chacune de ses créatures !!

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2018 à 10:54, par Le Roi En réponse à : Auditions du putsch : « Je ne me reproche rien », persiste Salifou Sawadogo

    Les propos du sieur Salifou Sawadogo me laissent pathétique . J’éprouve une certaine pitié pour lui parce qu’apparemment j’ai le sentiment que ses camarades politiques ont choisi de le sacrifié ( en complicité avec le pouvoir MPP ? ) . Tout Burkinabè honnête connait les accointances entre Achiile Tapsoba et ROCH d’une part et d’autre part entre EDDIE KOMBOIGO et les sus-cités . On a donc choisi d’abattre le plus faible à savoir salifou sawadogo . Bonne gens dit mois quelle explications pourrait-on trouver pour justifier une éventuelle condamnation de Salifou Sawadogo pour avoir soutenu le PUTCH avec de l’argent alors que le Propriétaire de ce même pognon jouirait d’une totale liberté . NB : Je n’ai jamais porté Salifou Sawadogo dans mon coeur , mais .. pour ce coup ci , ...

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2018 à 11:07, par the upright En réponse à : Auditions du putsch : « Je ne me reproche rien », persiste Salifou Sawadogo

    Le dernier chapitre ou la conclusion de l’article me marque, car j’y vois un début de repentir. Quand nous pensons à nos géniteurs et à nos enfants, c’est que le déclic s’est produit dans notre âme. Comme il l’a dit lui-même, que justice soit rendue et j’ajouterai que la vraie justice des hommes soit rendue. Ne sommes-nous pas loin de pouvoir rendre la Justice du Créateur ? Bonne suite.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2018 à 12:04, par Le Duc du Yatenga nouveau En réponse à : Auditions du putsch : « Je ne me reproche rien », persiste Salifou Sawadogo

    Il n’ y a jamais eu de coup d’Etat au Burkina. Il n’ y a jamais eu un seul mort au Burkina Faso. Aucun Burkinabé ne vit exilé ! Je n’en vois pas. Cet état de fait n’a jamais existé même sous forme de légende. Je ne sais pas là les burkinabé sont allés tirer cette histoire de coup d’Etat pour meubler leur histoire, nom d’un Duc !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2018 à 12:40, par l’Intègre En réponse à : Auditions du putsch : « Je ne me reproche rien », persiste Salifou Sawadogo

    huum, c’est dommage !
    Quand un homme perd tout, la seule chose qui doit lui rester, c’est sa dignité. Dit le vieux sage. Cela est d’autant plus vrai et impérieux que, si un homme doit perdre jusqu’à sa dignité, autant ne plus exister. Ce n’est pas pour rien que certains anciens, plutôt que vivre certaines situations honteuses, préféraient se donner la mort. C’est dire à quel point la dignité est essentielle pour l’être humain. C’est ce qui a fait dire au Président Sékou Touré qu’il préférait la pauvreté dans la dignité à l’opulence dans l’esclavage. C’est aussi ce qui a motivé le Président Thomas Sankara à rebaptiser son pays « Patrie des hommes intègres » et à inciter ses concitoyens à compter en premier lieu sur eux-mêmes pour s’émanciper.
    Que Dieu (tout puissant) apporte son aide à notre pays pour qu’on puisse "comprendre" l’importance du vivre ensemble et les conséquences du "soit c’est moi ou rien ou personne".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Le Gal Djibrill Bassolé est rentré au Burkina et se porterait bien
Procès du putsch du CND : Les plaidoiries renvoyées au 23 avril prochain
Procès du putsch : Ce fonctionnaire de police secouru par le colonel-major Boureima Kiéré
Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits
Procès du putsch : Boukaré, la victime qui se soigna avec de la potasse et du sel
Putsch du CND : « Il était le pilier de la famille », relate l’oncle d’une victime décédée
Procès du putsch du CND : P.S, ce professeur de français sauvé grâce à un autre élément du RSP !
Procès du putsch : Gildas, l’homme qui a eu in extremis la vie sauve
Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense
Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama
Procès du putsch du CND : "Je n’ai pas d’observation par rapport aux images", a lâché général Gilbert Diendéré
Ismaël Diendéré filme son père : « Mon papa président ! C’est historique »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés