Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme qui crée des ennuis aux autres s’en crée aussi à lui-même. Chinua Achebe» 

Renforcement des relations diplomatiques entre Londres et Ouagadougou : Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma présente ses lettres de créances à Sa Majesté Elisabeth II, Reine d’Angleterre

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • • mardi 23 octobre 2018 à 17h00min
Renforcement des relations diplomatiques entre Londres et Ouagadougou : Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma présente ses lettres de créances à Sa Majesté Elisabeth II, Reine d’Angleterre

Son Excellence Madame (SEMme) Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma a présenté, jeudi 18 octobre 2018, à Buckingham Palace, ses lettres de créance à Sa Majesté la Reine Elisabeth II, comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso auprès du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord.

C’est désormais chose faite ! SEMme Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma peut maintenant exercer en toute légalité et légitimité ses fonctions d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso au bord de la Tamise. La Reine Elisabeth II, chef d’Etat du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord a reçu, jeudi 18 octobre 2018, les lettres de créance par lesquelles le président du Faso, SEM Roch Marc Christian Kaboré l’accrédite à Londres. La cérémonie, comme pour tout ambassadeur venu présenter les lettres de créance s’est déroulée dans la « Salle 1844 » de la résidence royale à Buckingham Palace, situé en plein cœur de Londres.

Au cours de l’entretien qui a suivi la remise officielle des lettres de créance signées des mains du Président du Faso, Sa Majesté La Reine et le nouvel ambassadeur du Burkina Faso ont échangé sur la situation socioéconomique du Burkina Faso. D’abord, c’est l’ambassadeur qui a transmis à la souveraine les salutations de Son Excellence Monsieur le président du Faso et lui a fait part de sa ferme volonté de voir se renforcer les relations d’amitié et de coopération entre les peuples burkinabè et britanniques.

« J’ai saisi l’opportunité pour transmettre à Sa Majesté la Reine Elisabeth II, les salutations de SEM Roch Marc Christian Kaboré, le président du Faso et lui exprimer son souhait de voir se renforcer les relations entre nos deux pays », a indiqué l’ambassadeur.
« Le Royaume-Uni va bientôt quitter l’Union européenne dans le cadre du BREXIT et cela va certainement avoir un impact ; le Burkina Faso voudrait se positionner face à cette situation et renforcer ses relations avec le Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord », a-y-elle ajouté.

SEMme Zaba qui a échangé en français avec une reine maîtrisant parfaitement la langue de Molière s’est réjouie de cette rencontre. « Sa Majesté parle parfaitement le français et nous avons bien échangé sur la situation au Burkina Faso », a témoigné Mme Zaba.

A so british protocol

Sa Majesté la Reine Elisabeth II a reçu les lettres du président Roch Marc Christian Kaboré sollicitant l’accréditation de Mme Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma, comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso auprès du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord

« Mon entretien avec Sa Majesté La Reine a été très riche », s’est félicitée encore Mme Zaba.
Que de solennité mais aussi une mise en scène très protocolaire que seuls les britanniques gardent encore la tradition mais…aussi le secret.
Parti de son hôtel à bord d’un carrosse royal tiré par deux étalons avec conducteurs de rouge pourpre, symbole du pouvoir, vêtus ; SEMme Jacqueline Zaba a emprunté le fameux Mall, l’imposante avenue qui conduit tout droit au Victoria Memorial, un gigantesque monument en l’honneur de la Reine Victoria qui trône à l’entrée de Buckingham Palace.

La nature a fait que Londres d’habitude pluvieux en ce mois automnal a eu un ciel plutôt dégagé, ce qui a fait le bonheur des centaines de touristes venus se masser –comme c’est souvent le cas- devant Buckingham Palace et le Victoria Memorial qui en ont profité pour immortaliser le passage des carrosses dorés.

Introduit auprès de la Reine par le Marshal of the diplomatic corps (le maréchal du corps diplomatique) Alistair Harrison, l’ambassadeur est reparti accompagner de celui-ci jusqu’à son hôtel. Et la tradition voulant que le haut responsable donne à manger aux chevaux a été scrupuleusement observé, avec beaucoup d’amusement par SEMme Jacqueline Zaba/Nikiéma.

Des rencontres au Foreign office

En marge de la présentation de cette cérémonie haut de couleur, l’ambassadeur Zaba a rencontré le ministre d’Etat chargée des affaires africaines Madame Harriett Baldwin, également députée au parlement britannique avec qui elle a évoqué l’état des relations entre le Burkina Faso et le Royaume-Uni.
Les deux pays qui ont subi ou subissent tous des attaques terroristes meurtrières ont exploré les voies et moyens d’une meilleure coopération.
Face à la sortie décidée de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, le Burkina Faso souhaiterait davantage un renforcement de la coopération avec le Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord dans le domaine sécuritaire et des secteurs de développement.

A 92 ans, Sa Majesté la Reine Elisabeth II, couronnée le 2 juin 1953, la souveraine la plus âgée du monde et ayant le plus long règne en ce moment continue d’échanger avec ses illustres visiteurs montrant toujours sa connaissance raffinée des pays et territoires dont elle reçoit les représentants

L’ambassadeur a également profité de son séjour pour rencontrer la communauté burkinabè vivant dans le royaume.
Avec la présentation de ses lettres de créance à la Reine Elisabeth II, l’ambassadeur Zaba a bouclé la boucle. Elle avait déjà fait le tour de trois monarques. Le 7 décembre 2016, elle a présenté à Sa Majesté Philippe, le roi des Belges ses lettres de créance. Le 19 avril 2017, c’était au tour du roi des Pays-Bas, Sa Majesté Willem-Alexander de la reconnaître comme représentante personnelle du Président Kaboré. Le 10 novembre 2017, elle a remis au Luxembourg, ses lettres de créances à Son Altesse Royale Henri de Nassau, Grand-Duc de Luxembourg.

Au total, l’ambassade du Burkina Faso basée à Bruxelles couvre cinq pays dont quatre monarchies constitutionnelles : le Royaume de Belgique, le Royaume des Pays-Bas, le Grand-Duché du Luxembourg et le Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord.

L’Irlande, est la seule République de la juridiction de SEMme Zaba. Elle a présenté ses lettres de créance à Aras an Uachtarain à Dublin, au président irlandais Michael D. Higgins le 19 avril 2018.
Ancienne haute fonctionnaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) dont elle a été l’envoyée spéciale en Guinée Conakry jusqu’à sa désignation, SEMme Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma a été nommée le 14 septembre 2016, ambassadeur du Burkina Faso en Belgique.

Sa juridiction couvre outre les cinq pays sus-cités des organisations multilatérales comme l’Union européenne (UE), le Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique(ACP), l’Organisation mondiale des douanes (OMD) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) toutes basées à Bruxelles.

A La Haye aux Pays-Bas, la mission diplomatique du Burkina à Bruxelles couvre la Cour internationale de justice(CIJ), la Cour pénale internationale (CPI), la Cour permanente d’arbitrage (CPA), l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), la Conférence de la Haye de droit international privé et le Fonds commun pour les produits de base (Common fund for commodities, CFC), une institution financière intergouvernementale autonome destinée au financement sous forme de dons, de prêts concessionnels ou d’appuis techniques de projets sur des produits de base comme le sésame, la mangue, le karité ou l’anacarde.

Romaric Ollo HIEN
Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles
Mission auprès de l’Union européenne

Messages

  • Bon vent à son excellence qui semble être réaliste, donc capable de vendre dignement l’image du pays des hommes intègres dans sa juridiction si étendue et très stratégique. Courage et sauve le Faso à l’image de tante Rosine COULIBALY/SORY qui a fini de démontrer que les cadres féminins sont de nos jours mille fois plus utiles que beaucoup d’hommes qui n’ont plus de moral.

  • Le réaliste, depuis toujours, "femme vaut mieux que homme à la tête des choses". Ne dit-on pas que derrière un grand homme, il y a une femme ?
    Ce n’est pas pour rien que depuis la nuit des temps, les hommes ont œuvrer à assoir leur domination sur les femmes en les muselant au travers des traditions et au travers des lois qui régissent nos sociétés.
    La question n’est même pas d’être cadre très diplômée ou très titrée, d’être ouvrière ou femme au foyer... Pour ma part, peu importe le titre ou autre.
    A tous les niveaux, quand on est éduqué, on peut être très utile à la société. En Afrique, lorsque les femmes seront davantage éduquées, l’Afrique s’en portera beaucoup mieux. Lorsque les femmes auront pris de la distance face aux stéréotypes ainsi que face à l’aliénation socioculturelle qui les placent toujours sous la domination des hommes et surtout, lorsqu’elles accèderont davantage aux responsabilités à tous les niveaux, l’Afrique en général et nos pays respectifs en particulier verront poindre une lueur de développement et moins d’obscurantisme sous tous les angles ! C’est indéniable.
    Faisons en sorte que nos filles soient bien éduquées et bien formées. Par ricochet, leurs enfants seront mieux éduqués et nous avancerons beaucoup plus. Bon vent à toutes les femmes qui se battent au quotidien chacune à son niveau pour essayer de faire avancer le Burkina. Bon vent Mme l’ambassadeur !

  • Ehi vous-là, vous avez quel problème. Je ne vois même pas leur sexe mais des serviteurs de L’État. Maintenant on ne peut pas bénéficier de l’aide européenne le jour, et la nuit se positionner derrière le chantre du Bexit. C’est cette position équilibriste qui fait la lâcheté du pouvoir actuel qui va débarrasser bon gré mal gré le plancher en 2020. Les Mpp-pisseurs doivent en être conscients.

    • Internaute Kasakchegre, dites nous ce que vous comprenez de la diplomatie. Le Burkina doit-il refuser de collaborer avec un pays, tout simplement parce que ce pays quitte une union ?

  • Félicitations Mme l’Ambassadeur, vous honorez ainsi la femme burkinabè, merci à Dieu de vous avoir fait cette grâce, vous êtes reçue par la dernière grande reine d’Europe, et même du monde, que le Seigneur vous assiste dans cette tâche.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Protection des consommateurs : Un cadre règlementaire de la CEDEAO pour plus d’efficacité
La réforme de l’Union Africaine au cœur d’un Sommet extraordinaire à Addis-Abeba
Gouvernance démocratique au Burkina : L’ambassadeur des Etats-Unis et le porte-parole de l’opposition échangent autour des préoccupations nationales
Chine : un partenaire de confiance pour l’avenir
L’Union européenne et le Burkina Faso renforcent leur coopération
Complexe W-Arly-Pendjari : Le Bénin, le Burkina et le Niger harmonisent les vues dans la gestion de ce patrimoine mondial
64e anniversaire de la Libération nationale de novembre 1954 : L’Algérie rend hommage aux martyrs de l’indépendance
CEDEAO : Bientôt une feuille de route pour faciliter les échanges économiques
Le président Georges Weah attendu à Ouagadougou
Conseil des droits de l’Homme de l’ONU : l’élection du Burkina, une « victoire de la diplomatie »
Brillantes perspectives pour la coopération entre le Chine et le Burkina Faso
Coopération canado-burkinabè : La gouverneure générale, Julie Payette, visite des infrastructures éducatives
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés