Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Régulation et économie numérique : Les acteurs se donnent rendez-vous en 2020 à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • jeudi 18 octobre 2018 à 23h35min
Régulation et économie numérique : Les acteurs se donnent rendez-vous en 2020 à Ouagadougou

Les rideaux sont tombés, ce jeudi 18 octobre à Ouagadougou, sur la première Conférence africaine sur la régulation et l’économie numérique. Après 72 heures d’intenses échanges, les participants se sont donné rendez-vous en 2020, pour la deuxième édition.

Après les télécommunications vint le numérique. Pour rester dans l’ère du temps, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a donc changé la dénomination de l’événement qui faisait de Ouagadougou le point de mire de la réflexion sur les politiques en matière de technologies de l’information et de la communication. Ainsi donc, en 2018, l’on ne parle plus de Conférence africaine sur la régulation et l’économie des télécommunications (CARET) mais de Conférence africaine sur la régulation et l’économie numérique (CAREN). Et la première édition de cet événement vient de s’achever ce jeudi 18 octobre, après 72 heures d’échanges entre les participants venus d’Afrique francophone.

Au terme de cette rencontre, tous les participants sont unanimes : l’accès au numérique est un droit, mieux, c’est un besoin vital au même titre que l’eau potable et l’électricité. Pour le président de l’ARCEP, Tontama Charles Millogo, le numérique est certes « un service au service des autres secteurs de développement », mais beaucoup reste à faire pour améliorer son accès en dépit des grands projets menés par le Burkina Faso.

Tontama Charles Millogo, Président de l’ARCEP

Quant à Laurent Gille de Télécom Paris Tech, structure co-organisatrice de la CAREN, il retiendra de cette rencontre la qualité des débats entre les parties prenantes et l’enrichissement des uns et des autres. « Nous n’avons de conseils à donner à quiconque. C’est à chacun de s’approprier les débats et de tirer ses propres conclusions », a laissé entendre le professeur émérite. Mais comment faire du numérique un levier important pour les économies des pays en développement ?

Laurent Gille de Télécom Paris Tech

A cette question jugée difficile, Laurent Gille répondra que tout progrès technologique a des côtés positifs et des côtés négatifs. Et de s’interroger : Est-ce que le fait que tous les jeunes africains soient sur Facebook, est utile au développement ? « Chacun a sa réponse. Je peux juste dire que du point de vue général, ce n’est peut-être pas cela qui va améliorer l’éducation, la santé, la citoyenneté, mais cela permet de dépasser les frontières et d’apprivoiser le numérique.

De l’autre côté, si les gens passent 4 heures par jour sur leur smartphone, dépensent des milliers de francs CFA à acheter des giga-octets pour visionner une vidéo sur YouTube, ce n’est peut-être pas l’idéal pour eux. Chacun fait son arbitrage », a-t-il estimé.

Une vue des participants

Retenons qu’au cours des échanges, les participants ont entre autres souhaité que la question de la cybercriminalité, considérée comme la 3e menace pour les grandes puissances, après les armes chimiques, bactériologiques et nucléaires, soit discutée à la prochaine CAREN. Ce fléau, qui se décline sous plusieurs facettes dont les infractions spécifiques aux TIC (cyberguerre, cyberattaque) et les infractions facilitées par les TIC (blanchiment d’argent, contrefaçon, cyberescroquerie), menace les économies des pays en développement. D’où l’urgence d’aller au-delà des grands débats et des ripostes isolées.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Télécommunications : Google restreint l’utilisation d’Android au Chinois Huawei
Médias et Jeunesse : Les spécialistes appellent à l’encadrement et à la formation
50ème Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information : Déclaration de Madame Hadja Ouattara/Sanon, ministre du Développement de l’économie numérique et des postes
Galian 2019 : Paténéma Oumar Ouédraogo, lauréat du prix spécial de la Mission Fas’eau
Galian 2019 : Tiga Cheick Sawadogo de LeFaso.net remporte le prix spécial de l’ARCOP
Elections et défis sécuritaires au Burkina : La responsabilité des journalistes en question
Nom de domaine « .bf » : Les opérateurs de registre en conclave
Hackathons 226 : "La Poste plus" pour rapprocher les Burkinabè des services postaux
Bobo-Dioulasso : Le salon Africa Digital Space a clos sa première phase
Protection de la vie privée sur les réseaux sociaux : La Cil sensibilise les femmes des marchés et yaars de Ouagadougou
26e Journée de la liberté de la presse : « Le défi majeur est de préserver l’Etat de droit et le vivre-ensemble démocratique », déclare Boureima Ouédraogo
Message de monsieur le ministre de la communication et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, remis Fulgance Dandjinou, a l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés