Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • • jeudi 11 octobre 2018 à 00h45min
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 10 octobre 2018, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 12 H 45 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

I. DELIBERATIONS
I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE TROIS (03) RAPPORTS.
I.1.1. Pour le compte de la Présidence du Faso :

– un décret portant organisation et fonctionnement du Collège des conseillers et des services administratifs du Conseil supérieur de la communication (CSC).
L’adoption de ce décret permet au Collège des Conseillers et aux services administratifs du CSC de mieux accomplir leurs missions conformément à la loi organique n°015-2013/AN du 14 mai 2013 portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la communication et son modificatif.

I.1.2. Pour le compte du ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique :

– un décret portant organisation du ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique.
L’adoption de ce décret permet au département de la Justice, des droits humains et de la promotion civique de remplir efficacement ses missions conformément au décret n°2016-027/PRES/PM/SGG-CM du 23 février 2016 portant organisation type des départements ministériels.

I.1.3. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

– un projet de loi de finances rectificative de la loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, exercice 2018.
Cette loi de finances vise à opérer des ajustements sur la loi de finances initiale pour l’exécution du budget de l’Etat, exercice 2018. Sur la base de ces ajustements, la nouvelle configuration du budget se présente ainsi qu’il suit :

Pour les recettes budgétaires, les prévisions ajustées se chiffrent à mille sept cent quatre-vingt-quinze milliards neuf cent vingt-trois millions cent vingt et un mille (1 795 923 121 000) F CFA contre deux mille dix-huit milliards cent cinquante-quatre millions neuf cent soixante mille (2 018 154 960 000) F CFA dans la loi de finances initiale.

En dépenses budgétaires, les prévisions ajustées s’élèvent à deux mille cent quatre-vingt-onze milliards neuf cent trente-trois millions cent vingt et un mille (2 191 933 121 000) F CFA, contre deux mille quatre cent quarante un milliards trois cent dix-sept millions neuf cent quatre-vingt-six mille (2 441 317 986 000) F CFA dans la loi de finances initiale.

L’épargne budgétaire s’établit à cent vingt-neuf milliards six cent soixante-seize millions trois cent quatre-vingt-douze mille (129 676 392 000) F CFA contre quatre cent dix-huit milliards deux cent soixante-dix-huit millions huit cent vingt mille (418 278 820 000) F CFA dans la loi de finances initiale, soit une baisse de 68,99%.
Le niveau de déficit budgétaire passe de quatre cent vingt-trois milliards cent soixante-trois millions vingt-six mille (423 163 026 000) FCFA à trois cent quatre-vingt-seize milliards dix millions (396 010 000 000) de F CFA soit une amélioration de 6,42%.

Rapporté au PIB nominal, le déficit se situerait à 5%.
Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

I.2. AU TITRE DU DEVELOPPEMENT DU CAPITAL HUMAIN, LE CONSEIL A ADOPTE
Pour le compte du ministère de l’Eau et de l’assainissement :
– un rapport relatif aux résultats de l’appel d’offres international n°2018-001T/MEA/SG/DMP du 30/03/2018 pour le recrutement d’entreprises en vue des travaux de construction de barrages et de périmètres irrigués de Pougma, Dawaka-Wéotenga, Taba, Kouldisgou et Niou pour le compte du projet de mobilisation et de valorisation des eaux de surface dans le Plateau-Central (PMVEC).

Le Conseil a marqué son accord pour l’attribution des marchés aux entreprises suivantes :

– Lot 1 : Groupement ECR-BTP-Ingenierie/TSR-GTI pour les travaux de construction de barrages et de périmètres irrigués de Dawaka-Wéotenga et de Pougma, pour un montant de trois milliards sept cent soixante-onze millions neuf cent cinquante-quatre mille sept cent quatre-vingt-dix-sept (3 771 954 797) F CFA HT-HD avec un délai d’exécution de quatorze (14) mois hors saison des pluies ;

– Lot 2 : JOC-ER pour les travaux de construction de barrages et de périmètres irrigués de Taba et de Kouldisgou pour un montant de trois milliards cent trente-six millions cent quatre-vingt-deux mille huit cent quatre-vingt-six (3 136 182 886) F CFA HT-HD avec un délai d’exécution de quatorze (14) mois hors saison des pluies ;

– Lot 3 : Groupement CTG-Sarl Côte d’Ivoire/ CTG-Sarl Burkina Faso pour les travaux de construction du barrage et du périmètre irrigué de Niou pour un montant d’un milliard six cent huit millions neuf cent vingt-six mille cinq cent cinquante (1 608 926 550) F CFA HT-HD avec un délai d’exécution de quatorze (14) mois hors saison des pluies.

Le montant total des attributions s’élève à huit milliards cinq cent dix-sept millions soixante-quatre mille deux cent trente-trois (8 517 064 233) F CFA HT-HD.
Le financement est assuré par le budget de l’Etat et la Banque Ouest africaine pour le Développement (BOAD).
– un rapport relatif aux résultats de l’appel d’offres n°2018-010T/MEA/SG/DMP du 30 juillet 2018 pour les travaux de réalisation/réhabilitation de six (06) barrages dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre, du Centre-Ouest, du Centre-Sud et de l’Est pour le compte de la Direction générale des infrastructures hydrauliques (DGIH).

Le Conseil a marqué son accord pour l’attribution des marchés aux entreprises suivantes :

– Lot 1 : Groupement ERI BURKINA/EJF-TP Sarl pour les travaux de réalisation du barrage de Doumbala, province de la Kossi, région de la Boucle du Mouhoun pour un montant de six cent trente millions deux cent quatre-vingt-huit mille cent cinquante (630 288 150) F CFA TTC avec un délai d’exécution de six (06) mois ;

– Lot 2 : Groupement ETC Sarl/ COGEB International SA pour les travaux de réhabilitation du barrage de Tanghin (commune de Saaba), province du Kadiogo, région du Centre, pour un montant de six cent quarante-trois millions deux cent trente mille six cent soixante-trois (643 230 663) F CFA TTC avec un délai d’exécution de cinq (05) mois ;

– Lot 3 : UNIBETON INTERNATIONAL Sarl pour les travaux de réhabilitation du barrage de Pabré Pétit Séminaire, province du Kadiogo, région du Centre pour un montant de trois cent cinquante-quatre millions cent quarante-huit mille six cent vingt-sept (354 148 627) F CFA TTC avec un délai d’exécution de cinq (05) mois ;
– Lot 4 : Groupement JOC-ER/GTS pour les travaux de réalisation du barrage de Palogo, province du Boulkièmdé, région du Centre-Ouest, pour un montant de neuf cent huit millions trois cent trente mille neuf cent soixante (908 330 960) F CFA TTC avec un délai d’exécution de six (06) mois ;

– Lot 5 : Groupement GESEB SA/JOC-ER pour les travaux de réalisation du barrage de Ipelcé, province du Bazéga, région du Centre-Sud pour un montant d’un milliard quatre cent cinquante-sept millions six cent quarante-sept mille cinq cent dix (1 457 647 510) F CFA TTC avec un délai d’exécution de six (06) mois ;

– Lot 6 : Groupement RIVERS CORPORATION/ETS DINAR pour les travaux de réalisation du barrage de Dianga, province du Gourma, région de l’Est, pour un montant de sept cent quatre-vingt millions six cent vingt-six mille trois cent seize (780 626 316) F CFA TTC avec un délai d’exécution de cinq (05) mois.
Le montant total des attributions s’élève à quatre milliards sept cent soixante-quatorze millions deux cent soixante-douze mille deux cent vingt-six (4 774 272 226) F CFA TTC.

Le financement est assuré par le budget de l’Etat, gestion 2018.

– un rapport relatif aux résultats de l’appel d’offres n°2018-011T/MEA/SG/DMP du 30 juillet 2018 pour les travaux de réalisation/réhabilitation de quatre (04) barrages dans les régions du Centre et du Centre-Sud pour le compte de la Direction générale des infrastructures hydrauliques (DGIH).
Le Conseil a marqué son accord pour l’attribution des marchés aux entreprises suivantes :

Lot 1 : Groupement JOC-ER/GESEB pour les travaux de réalisation du barrage de Guidissi, province du Bazéga, région du Centre-Sud, pour un montant d’un milliard quatre cent trente millions huit cent trois mille huit cent huit (1 430 803 808) F CFA TTC avec un délai d’exécution de six (06) mois ;

Lot 2 : Groupement GJF Sarl/ERI BURKINA pour les travaux de réhabilitation du barrage de Sougué, province du Kadiogo, région du Centre, pour un montant de huit cent dix-huit millions trois cent soixante-sept mille cinq cent dix-huit (818 367 518) F CFA TTC avec un délai d’exécution de six (06) mois ;

Lot 3 : UNIBETON INTERNATIONAL Sarl pour les travaux de réalisation du barrage de Saalé, province du Kadiogo, région du Centre pour un montant de huit cent soixante-deux millions quatre cent soixante-sept mille cinq cent quarante-six (862 467 546) F CFA TTC avec un délai d’exécution de six (06) mois ;

Lot 4 : Groupement ETMCF/SOKEF pour les travaux de réalisation du barrage de Guiba, province du Zoundwéogo, région du Centre-Sud pour un montant de cinq cent quatre-vingt millions cinq cent vingt mille huit cent quatre-vingt-dix (580 520 890) F CFA TTC avec un délai d’exécution de six (06) mois.
Le montant total des attributions s’élève à trois milliards six cent quatre-vingt-douze millions cent cinquante-neuf mille sept cent soixante-deux (3 692 159 762) F CFA TTC.
Le financement est assuré par le budget de l’Etat, gestion 2018.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le Secrétaire général du gouvernement et du Conseil des ministres a fait au Conseil une communication relative à la visite d’Etat de Son Excellence Madame Julie PAYETTE, Gouverneure générale du Canada au Burkina Faso prévue du 23 au 26 Octobre 2018.
Au cours de son séjour, Son Excellence Madame PAYETTE aura différentes activités parmi lesquelles des entretiens avec les autorités burkinabè.

II.2. Le ministre de la Fonction publique, du travail et la protection sociale a fait au Conseil une communication relative à la rationalisation des programmes de formation à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM).
Cette rationalisation doit permettre d’arrimer progressivement les enseignements de l’ENAM au système Licence-Master-Doctorat (LMD), d’améliorer la collaboration entre l’ENAM et les instituts des différents ministères et de faciliter la reconnaissance de ses titres par le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES).

II.3. Le ministre de la Culture, des arts et du tourisme a fait au Conseil une
communication relative aux conclusions des Etats généraux de la Semaine nationale de la culture (SNC) tenus les 04 et 05 octobre 2018 à Bobo-Dioulasso.
Ces Etats généraux ont permis de faire des recommandations et des propositions de solutions durables pour une relance de la SNC qui constitue la plus grande vitrine de promotion des artistes et de la diversité culturelle de notre pays.

III. NOMINATIONS
III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
A. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION

– Monsieur Abdouramane OUEDRAOGO, Mle 37 234 U, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Trésorier auprès de l’Ambassade du Burkina Faso à Moscou (Fédération de Russie) ;

– Monsieur Issaka Roger MOYENGA, Mle 29 816 C, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Trésorier auprès de la Mission diplomatique du Burkina Faso à Tokyo (Japon) ;Monsieur Timbila SOMPOUGDOU, Mle 34 028 A, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Trésorier auprès de l’Ambassade du Burkina Faso à Rome (Italie) ;

– Monsieur Kontey OUEDRAOGO, Mle 52 193 V, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Trésorier auprès de l’Ambassade du Burkina Faso à N’Djaména (République du Tchad).

B. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT :
– Monsieur Célestin Santéré SANON, Mle 47 667 T, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique ;

– Monsieur Larba Issa KOBYAGDA, Mle 245 750 S, Enseignant-Chercheur, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur général de l’Economie et de la planification ;
– Madame Aïssata SANE/CONGO, Mle 30 837 W, Ingénieur-Statisticien-Economiste, 1ère classe, 12ème échelon, est nommée Directrice générale des études et des statistiques sectorielles ;

– Monsieur Mamadou FORGO, Mle 91 225 H, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur du contrôle des marchés publics et des engagements financiers de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) ;
– Madame Laurentine YANOGO/NIKIEMA, Mle 24 957 H, Administrateur des services financiers, 1er grade, 8ème échelon, est nommée Directrice du contrôle des marchés publics et des engagements financiers du Secrétariat permanent de la Modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance ;

– Madame Marguerite Marie OUEDRAOGO, Mle 47 700 C, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 10ème échelon, est nommée Directrice du Centre des impôts de Ouaga IV ;
– Monsieur Marou SANFO, Mle 40 416 F, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur régional du contrôle des marchés publics et des engagements financiers du Centre-Ouest.

C. AU TITRE DU SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT ET DU CONSEIL DES MINISTRES

– Monsieur Adama BOUNTOULOUGOU, Mle 220 670 G, Administrateur civil, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Responsable du « Programme Organisation du travail gouvernemental » cumulativement avec ses fonctions de Chef de Département de la législation et de la règlementation.

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Le Conseil a adopté quatre (04) décrets :

Le premier décret porte nomination de Monsieur Adama SAWADOGO, Mle 25 736 V, Ingénieur agronome, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques au Conseil d’administration du Centre national des semences forestières (CNSF), pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le deuxième décret porte nomination d’administrateurs au Conseil d’Administration de l’Office national des aires protégées (OFINAP), pour un premier mandat de trois (03) ans :

Au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique :

– Monsieur Benoît DOAMBA, Mle 29 243 Z, Inspecteur des Eaux et Forêts ;
– Monsieur Marou Lazare OUEDRAOGO, Mle 29 801 N, Inspecteur du Trésor.
Au titre du ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation :
– Madame Justine YARA/KANZIE, Mle 24 097 Y, Inspecteur du travail.

Au titre du ministère des Ressources animales et halieutiques :

– Monsieur Rimouaogodo Hamado OUEDRAOGO, Mle 33 740 L, Ingénieur d’élevage.
Le troisième décret porte renouvellement de mandat d’administrateurs au Conseil d’Administration de l’Office national des aires protégées (OFINAP), pour un dernier mandat de trois (03) ans :
Au titre du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation :

– Monsieur Adjima THIOMBIANO, Mle 49 402 N, Enseignant-Chercheur.
Au titre du ministère de la Culture, des arts et du tourisme :
– Monsieur Samuel GARANE, Mle 216 781 N, Administrateur des services touristiques.
Le quatrième décret nomme Monsieur Benoît DOAMBA, Mle 29 243 Z, Inspecteur des Eaux et Forêts, Président du Conseil d’Administration de l’Office national des aires protégées (OFINAP), pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le Ministre de la Communication et Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement,
Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Vos commentaires

  • Le 11 octobre à 07:44, par Sapience En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Messieurs et Mesdames les membres du Gouvernement. Je vous invite à répertorier dans un tableau synoptique les réalisations dans les divers domaines, par Régions et par provinces, vous vous rendrez compte du déséquilibre des actions politiques. Personnellement j’ai un tel tableau pour faire le suivi des investissements en lien avec le programme politique du MPP. Alors, revoyez vos procédures pour une question d’équité et de justice sociale.

    Sapience.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 08:02, par Atrap Le Moize En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Réhabilitation du barrage de Tanghin à COGEB alors que les travaux de la route de l’hôpital Yalgodo à l’échangeur de l’Est sont massacrés ? Continuez à jeter notre argent par la fenêtre et à faire des petits arrangements entre amis ; l’histoire vous rattrapera !

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 08:45, par C105 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Sur 20 nomminations , 14 au moins sont des mossis . et tous les inspecteurs du trésor qui sont nommés à l’etranger ,sont tous des mossis . Ainsi , des mossis remplacent d’autres mossi dans les postes les plus juteux ..Pendant ce temps , les autres groupes ethniques moisissent dans l’attente . Comment peut-on vivre ensemble dans ces conditions ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 10:43, par bifari En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    l’entreprise COGEB , de grâce un peu du sérieuse dans vos attributions des marches publics parce que ses argents du contribuable burkinabé que vous gaspillez avec COGEB.
    Vous aviez visite le canal en construction qui longer le quartier du marché-théâtre populaire vers la station Petrofa de cisssin , c’est la merde qu’il semé et partout .
    Je peux cite des travaux mal exécuter par cet entreprise qui se dit être une référence au BURKINA, par exemple la route de hospitale ,la route de BOBO-BANFORA en réhabilitation AVEC LE MCA ou toute la hiérarchie du MI est impliqué jusqu’au bout.
    Continuez à jeter notre argent par la fenêtre et à faire des petits arrangements entre amis ; l’histoire vous rattrapera !

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 11:57, par Kabretkakou En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Un faux koro wèh. Avec un raisonnement trop plat.Renseigne toi voir si tous les 4 sont des posais.A ma connaissance Moyenga n’est pas Mossi.C’est des agissements comme cela qui divisent les gens.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 13:08, par TAZARTCHE En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Dommage, je croyais ce genre de raisonnement banni de notre langage,
    Mais que neni, y’a toujours de minables individus qui semblent indécrotables à la médiocrité.
    C’est quoi encore cette histoire de Mossi et de ethnie.
    Houlala, pitoyable monsieur, incapable de vivre sans la courte échelle, tu rève comme ailleur ou toutes les familles passent à la soupe.
    Prière nous épargner de tels comportement.
    Y’a t il pas une vie sans les nomminations, je trouve qu’il faille former davatage nos concitoyens à mieux se débrouiller que de voir la courte échelle.
    Nous on veut la paix, si toi tu veux ça, alors nous on quitte le pays et tu joueras avec tes ethnies.
    Bon entendeurs

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 14:25, par big En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Dieu vous vois, contunier a faire les enrangement entre vous les mossis. le jour viendra inchallah.....

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 14:52, par courage En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Quand je passe chaque matin au niveau de la voie menant à l’hôpital Yalgado là où COGEB exécutent les travaux, je suis simplement sidéré. C’est là-bas pour la première fois j’ai vu des agents qui utilisent une PELLE pour retirer de l’eau d’un fossé qu’ils avaient creusé la veille et que la pluie avait remplie d’eau.
    Sur un reportage de la RTB, le directeur des travaux a dit qu’à cause des installations de la SONABEL, de l’ONATEL et de l’ONEA, les travaux ne pouvaient se poursuivre ! N’y a-t-il pas eu d’études préalables avant d’accepter le marché ? Quand vous passez, vous voyez des travailleurs arrêtés en train de se tourner les pouces, se contentant d’arroser la voie qui au fil du temps est devenue un amas de nid de poules. Vous verrez des agents ramassant les sachets, les bouts de bois, etc. C’est vraiment une déception et si malgré cela on leur octroie encore des marchés, là je n’ai plus rien à dire !

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 15:55, par sidbala En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Même le Congo qui un sous sol plus riche que la Burkina n’a pas un tel budget. Je ne suis pas un financier mais dans cette situation de crise sociale et sécuritaire quels sont ces bailleurs de fonds qui se risquer de vous accompagner dans vos égarements ?. Ballayez d’abord devant votre porte. Surtout que les langues se delies il que ceux qui ont pillé le pays sous la transition bâtarde nous ramène l’argent. Les militaires et les OSC dealers à bas. Vive l’armee républicaine.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 19:39, par Alpha1 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Enfin le premier barrage dans la kossi.le premier vous avez fait une très bonne proposition.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 07:49, par Ka En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Je demande aux enfantins d’arrêter leur idiotie d’ethnicité. Regardez de prés notre régime actuel avec à sa tête ce que vous appelez un mossi ? Tout autour de lui, du premier ministre aux conseillers spéciaux sont des Silmimossé BARRY, SY, ou Dioula, Bissa excet.. Alors arrêter vos imbécilités. Pour moi les nominations se font par compétences. Si au ministère des affaires étrangères avec à sa tête un silmimoaga, un homme d’affaire venu de la Côte d’Ivoire , il a voulu se faire entourer jusqu’aux ambassades des compétences silmimossé dont il peut contrôler pour le défi qu’on lui a confié. Les nominations demande aussi a qui on n’a confiance, et ceux-ci se font depuis la nuit des temps. Alors arrêtez avec votre histoire de Mossi puissants. Ça n’existe pas en 2018, il existe que des Burkinabé ou Africains comptants et puissants au Burkina, comme les BARRY, les Sankara, les Kaboré, les Sanou excet. Le problème ethnique est très incompréhensive pour des idiots qui veulent à tout prix diviser le peuple Burkinabé.

    Je dis à ces bornés qu’ils sont des extrémistes qui ont une seul idée fixe que pour une ethnie et son individu appelé Compaoré Blaise qui voulait avec ce Nom de mossi, régner éternellement : Ka est un mossi balafré avec des cicatrices raciales que les collons m’ont collé dans mon acte de naissance, mais je reste Burkinabé et fils d’Afrique.
    Qui a entendu en France qu’il est mossi, dioula ou Bissa, les français sont des Français un point. Président français, Premier ministre français, on ne dit un président pas Alsacien ou un premier ministre nordiste, on dit un français, ou Américains : Pourtant ce sont eux qui sont venus vous diviser avec votre ethnicité.

    L’histoire ethnique de notre monde s’est renforcée après Jésus-Christ, qui a mis des braises sur les histoires ethniques et les origines douteuses. Tous ceux qui sont nés en Afrique avant les indépendances comme les parents de Kôrô Yamyélé, ou le père de Ka ancien combattant, de notre continent, sont forcément des ethnies et des origines douteuses, puisque les nationalités dont ils se prévalent (ou dont vous (vous prévalez tous) maintenant n’existaient pas au moment de leur naissance, et encore moins à la naissance de leurs parents. Qui sait si vraiment Blaise Compaoré qui a opté pour la nationalité Ivoirienne, ses ancêtres ne viennent pas de la Cote d’Ivoire ou du TOGO ? En plus, on naît où on naît, et de qui on naît, c’est une chose dont on n’est pas responsable, et qu’on ne peut pas le modifier. Aucune naissance n’est honteuse, et être né à BOBO comme Dioula, à Koudougou, à Ziniaré, à Ouahigouya comme mossi, à Tenkoudougou comme Bissa, cela ne peut pas être considéré comme infâmant. Simplement les querelles ethniques des politiques amateurs de notre pays, surtout pour les pouvoirs régionaux, constituent un obstacle considérable au développement du pays que nous aimons tous : Et si l’Afrique en est encore là où elle est, c’est en grande partie à cause de ça, et surtout des enfantins comme vous.

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre à 09:11, par vérité no1 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

      Très belle analyse mon vieux Ka !
      RMCK que je connais très bien (je ne suis pas l’autre) n’est pas ethniciste !
      C’est quelqu’un qui aime les gens sans faire aucune différence !
      Celui qui est caché chez le voisin est par contre claniste !!!!!!

      Répondre à ce message

      • Le 12 octobre à 11:51, par Ka En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

        Merci et heureux de te lire mon jeune vérité No1 : Continuons à apporter nos critiques fondées sur nos vécus pour faire avancer le pays que nous aimons tous. Vous autres qui sont à l’extérieur, vous voyez les choses mieux qui nous autres à l’intérieur, car on voit bien l’ampleur de sa maison qui s’enflamme à l’extérieur qu’en entant à l’intérieur. Si je m’enflamme contre celles ou ceux qui se focalise sur l’ethnicité en 2018, je trouve que leurs extrémismes expriment leur seule pensée, et qui n’admette pas qu’on les oppose une autre manière de penser. Ce sont ces genres de penser qui a conduit l’introverti Blaise Compaoré a penser a que son rôle de mossi puissant soutenu par les chefs coutumier, à mettre le feu au pays. Dans l’ombre de l’ex-homme-fort mais faible du Burkina, qui refusait de quitter le pouvoir, une prétention le tirait les ficelles du pouvoir, qui faussement d’être un vrai mossi, en croyant qui son ethnie ne le trahira pas, lui l’introverti et un criminel en puissance : Malheureusement l’ethnicité lui a joué un sale tour, et il était obligé de fuir la queue sous les jambes. C’est pourquoi je demande à tous ces bornés qui veulent diviser le peuple par l’ethnicité, ‘’’et si nous oublions cette ethnicité, et pensé d’une même pensée Africaine, et dire que nous sommes toutes et tous des filles et fils de l’Afrique,’’’ comme Thomas Sankara a été qualifié par le monde entier, digne fils de l’Afrique.

        Répondre à ce message

    • Le 12 octobre à 09:58, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

      - Mon ami et promo KA, moi Kôrô Yamyélé je ne vais me laisser insulter par des abrutis ! Celui qui m’insulte je lui retourne sa pièrre. C’est l’effet miroir décrit par Chrisnamurti. Et je te dis mon ami, ce n’est même pas moi qui ai commencé cette affaire de mossi. C’est l’internaute C104 et les gens se rabattent sur moi au lieu de s’adresser à qui de droit. Remonte les réactions et tu te rendras compte. De passage je salue et félicite l’internaute C104 pour avoir craché la vérité qui fait mal et qui empêche certains de bien digérer. Connaissant ceci, chaque fois je vais l’immiter maintenant pour choquer ces gens qui pensent qu’ils sont le nombril de la terre !! Merci mon ami.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 12 octobre à 14:38, par Ka En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

        Heureux de te lire mon ami et promo Kôrô Yamyélé, et aussi de savoir que tu es de retour sur le Forum. Tu es très intelligent pour imiter qui que ça soi. Comme je l’ai dit, si notre continent si riche qui devait se réveiller comme la chine, est toujours à la remorque des autres continents, c’est à cause de notre égoïsme et de notre extrémisme en se focalisant sur notre ethnicité. La chine de Mao a su régler ce problème en bannissant l’ethnicité, et dire que la Chine appartienne à toutes et à toutes les chinoises et les chinois, et que le pouvoir appartient a la chine et son peuple et non pour un individu ou son ethnie. Mais au Burkina, les querelles ethniques des nouveaux chefs coutumiers politisés et manipulés par des politiques amateurs de notre pays, surtout pour les pouvoirs régionaux, constituent un obstacle considérable au développement du pays que nous aimons tous : Et je redis que, si le Burkina en est encore là où elle est, c’est en grande partie à cause de nos problèmes ethnique.

        Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 08:30, par ZF En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    Mme le Ministre en charge des finances , j’espère que vous demandez les diplômes de ceux que vous nommez avant de les nommer. Votre Ingénieur Statisticienne Économiste n’a pas ce diplôme là !
    Je ne suis pas contre sa nomination mais mettez y les diplômes corrects.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 08:54, par vision En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018

    affaire de régionalisme, d’ethnicisme...vraiment ! on vous demande pardon ! j’ai remarqué chez les africains que l’histoire ne se répète pas. mais de grâce faisons très très attention.pensons profond avant de nourrir la verve sur certains sujets.je vous remercie

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 05 décembre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 29 novembre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 novembre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 14 novembre 2018
Hydrocarbures : Le gouvernement augmente le prix du litre de « Super » et de « Gasoil » de 75 FCFA
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 08 novembre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 octobre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 17 octobre 2018
Le conseil du mercredi 17 octobre 2018 : adoption du projet de renforcement des sciences de la sante visant à améliorer la qualité de l’utilisation des services de santé au Burkina Faso
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 octobre 2018
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 03 Octobre 2018
Point du Conseil des ministres du 3 octobre 2018 : Le gouvernement annonce des offices œcuméniques sur toute l’étendue du territoire burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés