Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | OL • jeudi 11 octobre 2018 à 00h59min
Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

Lancé le 19 juillet 2018, le Mouvement Tengembilum Tamassira (MTT) mobilise déjà sur le terrain à travers ses différentes actions définies autour de son objectif principal qui est de « contribuer à promouvoir la conscience et l’engagement citoyens et la culture démocratique au Burkina Faso ». Le samedi, 6 octobre 2018, les responsables de l’organisation, avec à leur tête, Pr Augustin Loada, étaient dans la ‘’cité du cuir’’, Kaya, chef-lieu de la région du Centre-nord. Là, il s’est agi d’entretenir les populations sur le thème ‘’citoyenneté et gouvernance de la sécurité’’ et de procéder à la présentation et l’installation des représentations locales du MTT.

C’est dans une salle de fête de l’hôtel de ville de Kaya qui a refusé du monde, que s’est tenue la conférence publique (première du genre) à l’issue de laquelle, ont été installées les représentations locales de l’organisation. Il s’est agi pour les responsables du MTT de faire d’une pierre deux coups ; c’est-à-dire présenter non seulement le mouvement aux populations du Centre-nord, mais également, et surtout, s’entretenir avec elles sur une thématique de l’heure : citoyenneté et gouvernance de la sécurité. Contexte oblige donc, c’est par une minute de silence en la mémoire de tous ceux qui tombent dans la défense de la patrie, que les responsables du MTT sont entrés dans le vif des sujets.

Pour camper le décor, le délégué général du MTT, Pr Augustin Loada, a expliqué que, dans un pays, chacun a des droits et des devoirs. « Parmi ces droits et ces devoirs, nous avons le droit de vivre dans la sécurité et aussi le devoir de contribuer à cette sécurité », souligne l’Agrégé de droit public et de science politique. La sécurité, c’est le fait pour chacun de ne pas se sentir en danger, être à l’abri de toute agression physique, que les Biens soient protégés, qu’ils ne fassent pas l’objet de détérioration, explique-t-il.

« En 2017, nous avons mené une enquête par sondage sur le territoire national et parmi les questions que nous avons posées, il y a celle sur la sécurité et une des réponses qui m’ont le plus frappé, c’est que, presque la moitié des Burkinabè, disaient craindre d’être victimes d’une attaque terroriste. Aujourd’hui, une année après cette enquête, je suis sûr que le pourcentage a augmenté », réactualise l’ex-directeur exécutif du CGD, estimant que nombreux sont les Burkinabè à vivre aujourd’hui dans l’angoisse, la crainte d’être victimes d’une attaque terroriste.

Selon le président des experts onusiens en Nouvelle-Calédonie, Pr Loada, la sécurité a plusieurs dimensions ; elle n’est pas seulement la sécurité physique (elle va au-delà de l’aspect physique). La sécurité alimentaire, par exemple. Ensuite, la sécurité sanitaire, qui est un aspect très important pour un individu. Il y a aussi la sécurité environnementale. « Si vous vivez dans un cadre environnemental qui n’est pas sain, vous pouvez mourir à petit feu », étaye le premier responsable du MTT.

L’aspect économique est une autre dimension de cet ensemble (accès aux Biens matériels, aux services, à un travail décent ...). Il y a, enfin, la sécurité individuelle et politique. « La sécurité politique est aussi importante ; parce qu’elle pose la question de la nature du régime politique dans lequel nous vivons », met en exergue l’enseignant de droit constitutionnel.

Le régime démocratique étant le meilleur pour garantir la sécurité de chacun, avise le constitutionnaliste, qui fait en outre comprendre que dans ce système, les citoyens jouent un rôle très important ; ce n’est pas seulement le gouvernement qui travaille, mais aussi les citoyens qui œuvrent à concrétiser les aspirations. C’est donc une conjugaison des efforts.

Ainsi, dans la sécurité, le gouvernement a des devoirs, le citoyen également. « Si chacun de nous doit contribuer à la sécurité, il y a une limite. Par exemple, pour la sécurité physique, celle qui garantit à nous tous que nous soyons préservés de tout danger, de tout risque d’agressions physiques, dans un Etat moderne, c’est l’Etat lui seul qui doit avoir le monopole de la force.
L’Etat doit être le seul à détenir les armes. Les citoyens, les organisations de citoyens ne doivent pas entamer, brimer le monopole de l’Etat en matière de détention des armes. L’Etat seul doit avoir les armes. Sinon, il y a un risque que les citoyens utilisent les armes contre d’autres citoyens. C’est pour cela que dans un Etat moderne, l’Etat central est le seul à détenir les moyens de contrainte, la force armée », balise le conférencier.

L’unité nationale, un impératif face au défi sécuritaire !

C’est dire donc, en clair, que la contribution des acteurs non-Etatiques (sociétés de sécurité privées, organisations des communautés tels que koglwéogos, dozos ...) à la sécurité ne doit pas conduire à casser le monopole que l’Etat doit avoir dans la détention de certaines armes.

« Or, depuis 2015, nous constatons dans notre pays que certains groupes d’auto-défense défient l’autorité de l’Etat ; nous avons vu des cas où certains groupes ont refusé de se mettre sous le contrôle de l’Etat. Depuis quelques années, nous constatons qu’en plus de ce problème de gestion des groupes d’auto-défense, qui défient de l’Etat, de plus en plus, ce sont des groupes terroristes qui menacent la sécurité de l’Etat, la sécurité des citoyens », observe-t-il avant d’avertir que défier l’autorité de l’Etat, c’est aggraver la situation d’insécurité du pays.

Pour contribuer à la lutte contre le terroriste, les populations doivent respecter les FDS (Forces de défense et de sécurité), accepter que l’Etat central est le seul qui doit répondre en matière de sécurité au Burkina. « Donc, les citoyens doivent respecter l’autorité de l’Etat, respecter les FDS qui sont à la disposition de l’Etat. Nous devons appuyer, collaborer avec les FDS, quand elles nous le demandent, et non les décourager », invite l’ancien ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale. Les citoyens doivent donc être exigeants en matière de bonne gouvernance de la sécurité, car si le secteur de la sécurité n’est pas bien géré, c’est la sécurité de tous qui est menacée, dit-il.

« Si on donne de l’argent pour acheter des équipements pour nos FDS, nous devons veiller à ce que cet argent-là soit bien utilisé ; parce que s’il est mal utilisé, on peut acheter de mauvais équipements et c’est notre sécurité elle-même qui est menacée », expose l’expert onusien. D’où l’impératif de veiller en matière de bonne gouvernance sécuritaire.

« Chaque jour, nos FDS meurent pour nous. Nos FDS doivent savoir que nous sommes solidaires, et que s’ils meurent au champ de combat, leurs enfants seront pris en charge par l’Etat, grâce à la solidarité des autres citoyens au nom desquels, ils sont tombés sur le champ d’honneur. C’est pour cela que nous (MTT, ndlr) avons initié une pétition pour demander au parlement de mettre en place un mécanisme de solidarité dans lequel, nous pourrons tous contribuer pour venir en aide aux ayant-droits des soldats qui meurent pour défendre notre patrie », annonce le délégué général du MTT.

Cette solidarité doit être, poursuit-il, élargie aux victimes civiles, aux citoyens ordinaires ; parce que chacun a le droit de vivre en sécurité et c’est l’Etat qui doit garantir cette sécurité. « Donc, s’il y a des victimes civiles de terrorisme, nous considérons que c’est parce que l’Etat a été défaillant. C’est pour cela que la solidarité doit également se manifester vis-à-vis des victimes civiles », soutient l’enseignant.

C’est partant de cet esprit que l’organisation a initié, dès son lancement en juillet 2018, une pétition avec pour cap de mobiliser quinze mille signatures. Une fois le seuil atteint, les responsables du MTT déposeront à l’Assemblée nationale, une proposition rédigée d’un mécanisme de solidarité envers non seulement les FDS, mais également des victimes civiles (l’impression étant qu’après l’insurrection populaire d’octobre 2014, les victimes sont laissées à elles-mêmes). « Donc, nous devons tirer leçons du passé », en montrant une solidarité pour les personnes qui sont tombées pour la patrie.

Enfin, en tant que citoyens, on peut, de son avis, contribuer à renforcer la sécurité, en cultivant et renforçant la tolérance ; entre groupes ethniques, politiques, religieux, etc. « Nous devons tous savoir qu’entre Burkinabè, nous sommes frères et sœurs et donc, nous devons cultiver la tolérance ; parce que les terroristes profitent de l’intolérance pour s’infiltrer dans nos communautés. Si on veut donc empêcher l’infiltration des terroristes, nous devons cultiver et renforcer parmi nous, la tolérance. On peut ne pas être d’accord, mais nous devons respecter l’opinion, l’identité des uns et des autres. C’est cela la tolérance », prône le conférencier.

A la phase du dialogue, l’assistance a été réactive à travers essentiellement des questions d’éclaircissements, des commentaires et des propositions. Aucune question n’a été tabou. Parmi les réactions, celle de savoir comment parvenir à l’unité nationale pour faire face à ce défi sécuritaire. A cette étape également, le communicateur a été sans langue de bois. Et ce, dans un niveau de langue accessible à tous, teinté, parfois, d’un ton humoristique.

« Oui, je suis d’accord que quand une nation est attaquée, elle doit s’unir. Aussi bien la majorité que l’opposition doivent comprendre que la lutte ne sera efficace que si nous montrons aux terroristes que nous sommes unis. Maintenant, comment il faut faire pour parvenir à cette union ? Moi, je n’ai pas de solution miracle. Mais, personnellement (et ça n’engage que moi), je considère que c’est la responsabilité de ceux qui gouvernent.
C’est celui qui est chef qui doit prendre l’initiative de convoquer ses enfants. Je considère que le président que nous avons élu, est le président de tout le monde. Donc, c’est lui qui doit prendre l’initiative pour qu’il y ait l’union dans ce pays. Et que chacun de nous doit ensuite contribuer à l’union dans ce pays. Mais, il doit y avoir un coordonnateur, un chef d’orchestre et je considère que le chef d’orchestre, ce doit être le Chef de l’Etat », a exprimé l’enseignant.

Dans la vague des préoccupations, on retrouve celles liées au chômage juvénile, de plus en plus récurrente. C’est un ingrédient au terrorisme, car le chômage expose les jeunes aux appâts des groupes terroristes, selon certains intervenants. A ce soin, Augustin Loada a aussi expliqué que s’il est utopique de penser que l’Etat, à lui seul, peut résoudre le problème, il n’en demeure pas moins qu’il lui appartient de créer les conditions de promotion et d’épanouissement du secteur privé.

Pour l’enseignant, les efforts doivent être consentis de part et d’autre ; l’Etat doit créer les conditions et les jeunes doivent également se battre pour se créer une place au plan social.
La situation nationale : du régime Compaoré à la gouvernance Kaboré
Pourquoi n’y avait-il pas d’attaques sous le régime Compaoré et c’est maintenant qu’on les vit ? C’est la principale préoccupation d’un de ces nombreux jeunes intervenants. Une question qui a aussi arraché rires et sourires dans la salle. Pour autant, elle n’a pas été snobée, survolée ou masquée par le conférencier dans sa réponse. Mieux, il s’est appesanti sur cette interrogation régulièrement partagée par nombre de Burkinabè.

« Je pense, modestement, qu’il y a au moins trois facteurs qui peuvent expliquer pourquoi sous l’ancien régime, il n’y avait pas d’attaques et maintenant, il y a des attaques. Le premier facteur, qui est généralement avancé, c’est que les groupes terroristes (ils n’étaient pas sur notre territoire) n’attaquaient pas notre territoire ; parce que notre ancien président était le facilitateur dans la sous-région. Lorsque ces groupes terroristes prenaient donc des otages, c’est lui qui faisait le facilitateur pour libérer ces otages.
Ce qui lui a permis de nouer des relations (peut être pas directement, mais à travers des hommes de mains), des réseaux de connexion avec ces différents groupes-là. Ce qui permet de préserver notre territoire des attaques de ces groupes ; puisqu’en jouant le rôle de facilitateur, ça permet aussi à ces groupes-là d’avoir par exemple des rançons. Le deuxième facteur est lié au fait que notre Armée s’est divisée depuis que le président (Blaise Compaoré, ndlr) est parti. Vous savez très bien que le RSP (régiment de sécurité présidentielle, ndlr) était considéré comme l’unité la plus solide de notre Armée.

Mais en même temps, c’était l’unité qui commettait des exactions vis-à-vis du peuple et c’est pour cela que le peuple a exigé et obtenu sa dissolution. Quoi qu’on dise, cela a affaiblit la capacité de notre Armée. Mais, on peut quand même se poser des questions. Est-ce que ça a vraiment affaiblit la capacité de notre Armée ? Pourquoi cette question ? Ce n’est pas tous les soldats du RSP qui ont été arrêtés, ce ne sont pas eux tous qui sont partis à l’extérieur.

On devait d’ailleurs savoir qui est là, qui est parti à l’extérieur. Est-ce que le gouvernement peut nous faire le point (il semble qu’ils étaient à peu près 1 300) pour dire sur l’effectif, combien sont dans la nature, combien sont sur le territoire et que font-ils actuellement ? Donc, il y a toutes ces questions que nous sommes en droit de nous poser. Dans tous les cas, je crois que la capacité de notre Armée s’est quand même affaiblie depuis 2015. Le troisième facteur, je pense, c’est la gouvernance actuelle.
Pour qu’on puisse faire face à ce défi, il faut un certain nombre de conditions, qui ne sont pas encore remplies. Et nous avons parlé tout à l’heure de l’unité ; si les Burkinabè ne sont pas unis, nous ne pouvons pas vaincre les terroristes. Si notre Armée n’est pas unie (je veux dire par-là qu’il faut que toutes les composantes de notre Armée soient utilisées), c’est compliquer », a exprimé le premier responsable du MTT.

La conférence publique a pris fin par l’installation des représentations locales du MTT. Après Kaya, cap sera mis dans les jours et semaines à venir sur les autres régions du pays.

Zoom sur le MTT …

Pr Augustin Loada entouré de Fousséni Ouédraogo (vêtu en rouge vice-délégué général) et du coordonnateur régional MTT du Centre-nord, Malick Simporé

Le Mouvement Tengembilum Tamassira (MTT) est un nom composé en langues nationales mooré et dioula. Il signifie « chemin de la citoyenneté ». Mouvement à but non lucratif, il se donne pour principale mission de contribuer à promouvoir la conscience et l’engagement citoyens et la culture démocratique au Burkina.

Avec pour slogan, « Ensemble, nous pouvons ! Ensemble, rien d’impossible ! », le MTT n’assume aucune activité syndicale, partisane ou religieuse. « Celui qui aime le pays ne travaille pas à sa destruction. Nous sommes dans ce pays, nous y vivons, nous avons participé à la vie de ce pays, nous savons ce qui s’est passé à la fin du mois d’octobre 2014 avec l’insurrection (populaire). Quand il y a eu l’insurrection, il y a eu beaucoup d’aspirations au changement, nous avons pensé que demain serait meilleur qu’hier. Nous avons pensé que demain serait meilleur qu’aujourd’hui », justifient les géniteurs de cette Organisation de la société civile.

Ils précisent plus loin leur vision : « C’est parce que nous avons le sentiment que nos aspirations à un changement ne se sont pas encore concrétisées que nous avons créé ce mouvement pour aider à la concrétisation de ces aspirations-là. (…). Notre vision, ce n’est pas de retourner en arrière, mais d’aller devant. Et, il faut bien comprendre que ce n’est pas le gouvernement qui, à lui seul, peut concrétiser ces aspirations au changement. C’est nous tous ; chacun de nous doit apporter sa contribution au changement. Vous ne pouvez pas dire que le gouvernement doit changer si vous-mêmes, vous ne changez pas ».

Pour atteindre ses objectifs, le MTT entend mettre en œuvre des stratégies de promotion de la citoyenneté par l’information, la sensibilisation, la communication, la formation, l’éducation civique et l’animation de groupes de discussions.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 octobre à 23:45, par LAGUI ADAMA En réponse à : Burkina Faso : « les trois facteurs » qui peuvent expliquer les attaques terroristes, selon Pr Augustin Loada, délégué général du MTT

    Dites ce que voulez à qui vous voulez Le monde entier sait que le Burkina été détruit et affaibli dans tous les sens par la BARBARIE CRIMINELLE des 30-31/2014 Vive la VÉRITÉ Vive la DÉMOCRATIE Vive le PEUPLE Vive le CDP Qu’Allah bénisse et protège son Excellence Blaise Compaoré et sa noble famille

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 05:08, par Yako En réponse à : Burkina Faso : « les trois facteurs » qui peuvent expliquer les attaques terroristes, selon Pr Augustin Loada, délégué général du MTT

    Pr Louada éminent juriste:Est ce qu’une insurrection est un droit ? 2-Un changement inconstitutionnel(charte du CNT) est un droit ? Vous même aviez squatté les palais du Faso 13 mois durant en toute illégalité.Tous ces facteurs expliquent en partie les difficultés d’aujourd’hui je pense.En tout cas merci pour la contribution puisqu’elle contient des propositions.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 06:55, par el Bach En réponse à : Burkina Faso : « les trois facteurs » qui peuvent expliquer les attaques terroristes, selon Pr Augustin Loada, délégué général du MTT

    Qu’on le veuille ou pas, Loada Augustin est un vrai intellectuel accompli qui s’assume. C’est vraiment avec un grand plaisir que j’ai lu cert article très intéressant. Professeur, n’abandonnez pas le combat aux mains de ces prédateurs politiques et civils, continuez votre combat d’éveil des consciences, Dieu vous le rendra en bien, n’en déplaise aux maivais individus.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 07:40, par War En réponse à : Burkina Faso : « les trois facteurs » qui peuvent expliquer les attaques terroristes, selon Pr Augustin Loada, délégué général du MTT

    Tout ce qui arrive aujourd’hui est lie a la politiqie de haine et de vengeamce secretee par la transition batarde issue de l"insurrection populaire.Ĺa transition en plus de l’exclusion s’est acharnee sur de simples hommes politiques dont l’aile a perdu le pouvoir.Aujourd’hui certains idiots preconisent de pereniser l’esprit de l’insurrection de octobre 2014 c’est dire installer le pays dans un esprit de coup d’etat permanent.c’est siderant car le pays est tombe tres bas.il est temps d’ester en justice contre les parrain autoproclames de cette insurrection comme principaux responsables des crimes et degats qui s’en sont suivi afin qu’ils soient fortement sanctionnes afin de decourager a jamais une prise de pouvoir barbare

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 07:48, par Dedegueba Sanon En réponse à : Burkina Faso : « les trois facteurs » qui peuvent expliquer les attaques terroristes, selon Pr Augustin Loada, délégué général du MTT

    La démocratie ne se proclame pas. Lagui, ça se vit, c’est du concret. La démocratie ne se décrète pas, pudiquement ton " héros ",parlait de processus démocratique, car il avait conscience que la démocratie se construit. Une démocratie où "certains mangent et d’autres regardent", n’est pas une démocratie et surtout lorsque c’est une minorité qui mangent cela aboutit inévitablement à cette insurrection que toi tu maudit chaque jour. Tom Sank, que les amis de ton mentor, ont assassiné avait prédit cela dans un slogan. C’est légitime de regretter les copieux repas, mais on ne peut venir violemment au pouvoir et espérer s’en sortir en douceur en "decretant " la démocratie. La démocratie est un processus comme le disait ton mentor, et la démocratie que toi tu regrettes était loin d’une démocratie. Et tu ne me comprendras, fanatisé comme tu l’es. Et ce sont des gens comme toi qui ont poussé le pauvre Blaise à l’erreur le faisant croire que sans lui le pays n’existerait pas. D’ailleurs certains parmi vous l’ont honteusement trahi quand ils ont senti le vent tourner. Si ça se trouve que vous faites exprès pour faire détester Blaise dans vos posts ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 08:52, par K’rol En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    Je suis très fière de vous professeur Augustin Loada, félicitations à vous dans votre nouvelle aventure. Les arguments avancés sont bien réels et les propositions très pertinentes.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 09:03, par Thom’s En réponse à : Burkina Faso : « les trois facteurs » qui peuvent expliquer les attaques terroristes, selon Pr Augustin Loada, délégué général du MTT

    Courage dans vos actions, Professeur LOADA. Tout à fait d’accord avec vous que chacun doit apporter sa contribution au changement. Le Gouvernement seul ne peut rien si chacun de nous n’apporte pas sa pierre, c’est dire que nous aussi, devons nous battre pour nous créer une place au plan social. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 09:36, par aff En réponse à : Burkina Faso : « les trois facteurs » qui peuvent expliquer les attaques terroristes, selon Pr Augustin Loada, délégué général du MTT

    Tu es de retour encore Lagui Adama. Bonne arrivée. Souffre que tout le monde tire à boulets rouges sur ton sanguinaire de mentor, le seul officier supérieur au monde qui a dirigé un pays pendant plus d’un quart de siècle et qui a fui sa patrie pour aller se cacher chez ses beaux parents, hué qu’il a été. Vive le Burkina libre et démocratique sans les criminels car on va vous détecter un à un, vous les fouteurs de merde qui voulez brûler le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 09:48, par lota En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    voilà un monsieur très réfléchi et pondéré et ses analyses sont sans appel. Tout ce qu’il a dit dans cet article très bien fourni (je salue au passage le journaliste qui a fait le travail) n’est que pure vérité et c’est assez courageux donner ce point de vue. Professeur, les gens ne seront pas d’accord avec vous, parce qu’ils vous voient comme une menace politique. Et c’est vrai parce que la jeunesse croit à vous. En plus, les Burkinabè sont jaloux parce que vous êtes expert de l’ONU.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 09:49, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    Il faut quand même avoir de la compassion pour "LAGUI ADAMA". Il a tellement subit un lavage de cerveau qui le maintient permanemment dans une situation de dégénéressance psychiatrique. Sincèrement c’est douleureux de voir un être humain dans une telle situation. Malheureusement c’est comme un fou qui n’est plus dans la mesure de rechercher des soins
    psychiatriques par lui même, puisqu’un fou ne sait pas qu’il est fou. Puisse Allah lui apporter un prompt rétablissement

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 12:55, par Badisak En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    Bonjour à tous ;
    Je pense que le Pr Augustin Loada a dépeint avec beaucoup de tact la réalité de la situation que nous vivons aujourd’hui. Toutes les personnes biens avisées et de bonne foi savent que nous sommes attaqués parce que nous refusons aujourd’hui que notre pays serve de gite à ces terroristes qui pavanaient dans nos villes telles que Ouaga et Bobo au vu et au su de tous. Notre peuple et son armée subissent aujourd’hui les conséquences de la compromission du pouvoir sanguinaire et mafieux chassé par la rue. La main protectrice de DIEU est sur notre peuple et je reste persuadé que le bout du tunnel n’est plus loin. Tous les vampires qui ont pillé impunément les biens de ce pays qu’ils utilisent ensuite pour faire couler le sang innocent de nos FDS doivent se préparer à recevoir la sanction de la colère du DIEU TOUT PUISSANT.
    Les livres saints nous enseignent que DIEU est lent à la colère ; mais lorsqu’elle se déclenche sur vous, c’est là que l’on perçoit l’étendue de sa puissance. Dans la vie, chaque chose a un début et une fin ; c’est pourquoi nous devons chaque jour et à chaque instant de notre vie faire attention aux actes que nous posons. Tous ceux qui ont choisi de se faire complices ou accompagnateurs de terroristes pour endeuiller notre peuple recevront la malédiction des mânes de nos ancêtres de façon foudroyante.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 13:32, par ABIA YAOGO En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    je suis très ravis de ce mouvement, et je le soutien de tout cœur. que Dieu donne aux géniteurs de ce mouvement et à l’ensemble de tous les partisans et sympathisants la sagesse nécessaire pour pas s’en détourner des aspirations du mouvement mais au aussi du peuple souverain.
    "tous les efforts pour le bonheur du plus grand nombre"

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 14:36, par HAD En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    Très ravi de vous Pr.
    Que Dieu vous accompagne dans votre lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 18:40, par NZ En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    Je propose aux internautes avertis et responsables de ne plus répondre aux messages de LAGUI ADAMA. Il joue le rôle du bouffon de la cour. Avançons des argumentaires constructifs voir contradictoires mais honnêtes et apaisés afin de reléver le niveau des débats. Ignorons les amuseurs publics.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 19:40, par Ka En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    Honorable Webmaster : Permettez qu’on dise a LAGUI ADAMA de ce qu’on pense de lui, comme ce que lui se permette de nos arrosé ce qu’il veut dont vous publiez sans pudeur : ‘’’’La vérité rougit les yeux mais ne les casses pas.’’’’ Je pense que ceux qui se permettent de lire les provocations de LAGUI ADAMA ont du temps à perdre. Provoquer tout un peuple qui veut oublier le passé et aller de l’avant, c’est d’être un griot qui inspire de la pitié. Dans ce bas monde, la nature a voulu qu’on définit les choses en deux catégories, ‘’’dans la nature il y a des déchets a détruire et de recycler, chez les humains il existe aussi des déréglés comme LAGUI ADAMA qu’on confie aux hôpitaux psychiatrique. Avec le temps qui coure avec un peuple qui cherche a oublié le passé dont le maître de Kossyam hébergeait les Djihadistes qui reviennent nous tuer gratuitement, LAGUI mérite de goûter la soupe de la MACO ou dans un centre psychiatrique.

    Merci Pr. Loada pour cette très belle analyse enrichissante. Prestigieux agrégé de droit et de science politique vous l’êtes, et vous l’aviez prouvé Brillamment au peuple Burkinabé quand le conseil constitutionnel avait engager le débat sur l’article 37 en Février 2004 avec votre démonstration exemplaire de la fameuse allégorie de la république du Boungawa qui a denier au président Kuku Wazabanga le droit de briguer un troisième mandat, et qui a surpris tous nos prestigieux juristes qui ont conclu que l’article 37 est intouchable. Encore aujourd’hui vous ne portez pas de masque pour dire la vérité sur la situation nationale dont nous savons très bien qui tire les ficelles, et se cache derrière cette situation. Pr. Loada, merci pour tout : Car, vous êtes intelligent et sage, restez comme vous êtes, et surtout évité de de jeter dans le marécage méphitique de la politique Burkinabé. Car, ce qui caractérise la politique Burkinabè, c’est le vide idéologique insondable, qui laisse place aux pratiques les plus douteuses : tribalisme, banditisme, exclusion, mafias, autocélébration, autosatisfaction et impunité totale organisée. Avec ce qui nous vivons, la politique Burkinabé est un tombeau des politiques de pacotille, déjà d’autres comme un chef de file d’une opposition fantôme y est prêt d’être enterrer à cause de ceux qui veulent le pouvoir par le sang et qui l’entourent.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 07:29, par SéraphinSé Pierre En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    M. LAGUI, nous comprennons votre douleur. Quand on est habitué á boire la soupe gratuitement sous le CDP, on ne peut pas se comporter autrement après l’insurrection.

    Mais, ce que vous oubliez, le chien ne peut jamais changer sa façon de s’asseoir. Le CDP de demain ne sera pas différent du CDP d’hier. Même si votre CDP revenait au pouvoir par tous les moyens qu’il met en oeuvre, il sera balayé par le peuple qui est resté en veille. Vous pensez sûrement que le peuple a oublié, détrompez-vous. Ceux qui disent partout qu’ils regrettent que vous soyez partis sous le coup du vent du changement sont ceux sont comme vous. Ceux qui aspirent au changement réel et qui vous ont balayé sont toujours en veille. Ils ne parlent pas, mais ils observent tous les acteurs, ceux qui sont au pouvoir actuellement, ceux qui s’activent pour y arriver, et surtout vous qui penser tromper leur vigilance.

    M. LAGUI, si vous êtes un conseiller du CDP, dites leur de commencer á changer le nom de votre parti. Si vous vous accrochez aux 3 lettres pour vous rappeler de ce que vous avez été auparavant, vous pouvez par exemple inverser les lettres de CDP à PDC. Comme cela, avec le temps, c’est-à-dire le temps de deux (2) générations, le peuple oubliera le CDP, et le PDC pourrait revenir au pouvoir. Autrement dit, si vous êtes pressés de revenir, même si vous reveniez par tous les moyens, un cyclone humain vous balayerait et cette fois-ci, vous n’aurez plus jamin l’occasion de revenir. C’est un conseil gratuit venant de quelqu’un qui n’a pas de parti politique.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 07:52, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Situation sécuritaire au Burkina : Le diagnostic de Pr Augustin Loada, délégué général du Mouvement Tengembilum Tamassira

    Il n’est jamais trop tard pour revenir à la raison. Trop de mensonges et de manipulations ont été orchestrés par ces "imminents" juristes qui ont contribué à mettre le feu à ce pays. Et vraiment ça vous grandi de reconnaître humblement votre part de responsabilité dans la situation de chienlit à laquelle fait face la nation. Pr SOMA, lui avait fait des propositions de sagesse à des moments critiques de la transition mais vous ne l’avez pas suivi, pensant que vous étiez trop forts avec votre ZIDA. Vous avez contribué par votre manque de lucidité en son temps, à mettre le pays dans l’état où il se trouve. Comme le dirait le koro Soumane Touré, la transition bâtarde a fait trop mal à ce pays ; elle a une grande part de responsabilité dans la situation d’instabilité actuelle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Siaka Ouattara, maire de Toussiana : ‘’ La lutte pour le développement est une question de sacrifices, de responsabilité et de sincérité ‘’
11-Décembre à Manga : L’ONEA investit plus de 440 millions pour que l’eau coule à flot
Education : L’ONATEL-SA normalise l’école primaire de Pougner-Kougri, dans la région du Centre-Sud
Cité Burkindi de Bassinko : Des plants mis en terre pour améliorer le cadre de vie des habitants
Fonds national pour l’éducation et la recherche (FONER) : La LONAB octroie 1,250 milliard de F CFA
Droits humains : La Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits humains a 20 ans
Programme national de gestion des terroirs : Les populations bénéficiaires satisfaites des réalisations
Les feux de brousse : Un phénomène à combattre
Université Ouaga 1 : Les étudiants de la 10e promotion de Master en management et commerce international reçoivent leurs diplômes
Recherche scientifique : Le Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) s’ouvre au grand public
Ministère de l’éducation : Les gestionnaires financiers s’imprègnent du nouveau manuel de procédures de gestion des finances publiques
Corruption : L’ASCE-LC et ses partenaires en synergie pour l’effectivité la loi anti-corruption au Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés