Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Lutte contre le terrorisme : Les hommes politiques invités à être « plutôt » des maillons de cohésion sociale

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • lundi 8 octobre 2018 à 01h10min
Lutte contre le terrorisme : Les hommes politiques invités à être « plutôt » des maillons de cohésion sociale

« Collaboration entre FDS et populations dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent ». C’est autour de ce thème que le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a entrepris, depuis quelques temps, une offensive de sensibilisation des populations à travers le pays. En ces moments où le pays est victime de nombreuses attaques, la collaboration entre populations civiles et Forces de défense et de sécurité (FDS) apparaît comme un impératif pour faire face aux défis. Dans l’après-midi de samedi, 29 septembre 2018, l’institution était à Ziniaré, chef-lieu de la région du Plateau central, où elle a animé une conférence publique, précédée d’une émission-radio sur le même sujet.

Ces activités s’inscrivent dans le cadre du programme de renforcement du contrôle et de la surveillance démocratique du secteur de la sécurité initié par le CGD et ses partenaires, en vue de susciter la confiance entre Forces de défense et de sécurité (FDS) et populations. L’étape du Plateau Central, tout comme dans les autres localités, a mobilisé de nombreux participants venus de divers horizons (leaders d’organisations de la société civile, représentants de syndicats, représentants des FDS, enseignants, agents de santé, etc.) pour écouter et échanger autour de cette thématique qui cristallise les analyses des Burkinabè.

Pour décortiquer le thème en ces deux niveaux, le chargé de programme du CGD, Asseghna Anselme Somda, et le juge d’instruction du Tribunal de grande instance (TGI) de Ziniaré, Alban Somé.

Mais avant d’entamer la conférence publique, une minute de silence a été observée en la mémoire des victimes des attaques terroristes, suivie de l’exécution de l’hymne national. « L’heure est grave, mais nous ne devons pas céder au pessimisme. Nous devons rester débout, en dépit de toutes les difficultés que nous rencontrons », exalte le chargé de programme, qui a préalablement présenté le CGD et ses missions à l’assistance.

Les panélistes ont bâti leur communication autour des points ci-après : présentation des Forces de défense et de sécurité, raisons pour collaborer, obstacles à la dynamique de collaboration et pistes d’une collaboration efficace et efficiente entre Forces de défense et de sécurité et populations.

« Le phénomène d’extrémisme violent est une donne qui vient saper tout effort de développement. Aucun pays ne peut se développer dans un tel contexte d’insécurité. Pas de sécurité, point de développement. Pas de sécurité, point d’épanouissement. Pour vous dire que nous n’avons pas d’autres choix, nous sommes condamnés à rester débout. (…). Les difficultés, on en connaissait déjà ; la nature ne nous a pas dotés de richesses. Mais, malgré tout, nous sommes restés un peuple digne.

le chargé de programme du CGD, A. Anselme Somda (au micro)

Il faut rester dans cette logique contre le mal. Nous n’avons qu’un seul pays, et on ne se sentira jamais mieux ailleurs qu’ici. Nous n’avons donc le choix que de travailler à le maintenir intact. Que notre cohésion sociale, notre vivre-ensemble ne soit pas entamé par ces moments difficiles. C’est dur, mais on reste debout », a introduit le chargé de programme du CGD, Asseghna Anselme Somda, face à un auditoire qui a affiché un grand intérêt pour l’activité. Fort de cette réalité, M. Somda a invité chacun à « être ce soldat » doté de cet esprit de « la Patrie ou la mort, nous vaincrons ! ».

L’obligation de défendre l’intégrité de la patrie

Dans le vif du sujet, le chargé de programme du CGD a d’abord présenté les FDS à travers ses composantes et les missions qui leur sont dévolues. Ainsi, dans cette première partie, l’ancien président de la Commission des affaires sociales et du développement durable (CASDD) du Conseil national de la transition (CNT), Asseghna Anselme Somda, a, s’appuyant sur les textes en vigueur, mis en exergue les principales missions dévolues à chaque corps et à l’ensemble des FDS. De ces missions, on retient, entre autres, celles de garantir la sécurité, la souveraineté et l’intégrité du territoire national ; participer au développement socio-économique ; contribuer à la gestion et à la résolution des conflits par des actions militaires et humanitaires, etc.

le juge d’instruction, Alban Somé

Pour le juge d’instruction, Alban Somé, plusieurs raisons militent pour cette collaboration. Il se focalise sur trois principales raisons. Le magistrat souligne ainsi que la sécurité est une condition indispensable pour le développement. « Le pays étant naturellement dépourvu de ressources, s’il faut encore utiliser tout le peu pour la sécurité, ça devient plus difficile », estime Alban Somé. L’autre raison est liée aux conséquences socio-économiques des attaques (mort de filles et fils du pays, des veuves/veufs et orphelins, étouffement de l’économie...). La troisième raison est celle patriotique. « Il ne faut pas que notre génération soit responsable de la perte de l’Etat, nous avons l’obligation de préserver l’Etat pour les générations futures », motive le panéliste Alban Somé.

Les obstacles à la collaboration entre populations et FDS

Pour scruter les obstacles à la dynamique de collaboration, M. Somda a aussi fait appel à une étude réalisée par le CGD en la matière. Et sur ce point, il ressort que la peur de l’homme de tenue est parfois un frein à la collaboration (des raisons historiques liées à la période coloniale) ; la peur des représailles des terroristes (contraignant les populations au silence) ; la crise de confiance entre civils et hommes de tenue ; le manque d’humilité des FDS ; « l’acharnement » dans les enquêtes sur les témoins ; les altercations entre civils et militaires (heureusement, de plus en plus minimisables) ; la corruption dans le milieu des hommes de tenue (ce qui joue sur la crédibilité) ; les abus de pouvoir ; l’impression que les FDS sont à la solde des pouvoirs en place ; l’absence de cadres structurels pour développer cette collaboration entre FDS et populations, etc.

Sur le dernier angle, les panélistes ont proposé plusieurs pistes. Parmi les propositions, la mise en place d’un mécanisme de collaboration entre les deux entités et doté d’un système d’évaluation régulière, l’organisation de journées portes ouvertes dans les casernes ainsi que le renforcement du dispositif de protection des informateurs.

Entre commentaires, témoignages, questions d’éclairage, mais surtout des propositions, les participants ont abordé tous les aspects liés au sujet. A ce titre, et en ce qui concerne les contrôles sur les axes routiers par exemple, il est suggéré que même les véhicules portant une immatriculation de l’Etat soient soumis aux exigences sécuritaires, de même que les engins à deux roues.

Ici, les deux panélistes dans une émission interactive sur Bassi FM

Sur tout autre aspect, certains intervenants ont dénoncé un manque d’équipements adéquats des FDS pour faire face à la situation du moment. « Souvent, les agents des Forces de défense et de sécurité peuvent te rassurer de te protéger. Mais quand tu te rends compte qu’eux-mêmes n’ont que des gourdins derrière, un pistolet avec une seule balle, ça n’inspire pas confiance et tu préfères te taire pour ne pas te créer des problèmes en dénonçant. Comme on le dit, quand quelqu’un te promet un pantalon, regarde d’abord ce que lui-même a porté. Les FDS ne sont pas suffisamment protégées, à plus forte raison ceux qui viennent avec les informations. Ça, ce n’est pas la faute aux FDS, c’est la faute au gouvernement », se lâchent des intervenants, parfois, témoignages à l’appui.

« Jusqu’à preuve du contraire, la politique a divisé notre armée »

L’usage des réseaux sociaux a aussi été soulevé parmi les préoccupations. « Mon souhait est que le CGD contribue à sensibiliser les populations, surtout les jeunes scolaires, à l’utilisation des réseaux sociaux. (…). Aujourd’hui, nous saluons la liberté d’expression. Nous utilisons même les réseaux sociaux pour le faire. Ce n’est pas tout ce qui est écrit qui doit être publié. Mon souhait est que votre centre puisse entrer dans la sensibilisation à tous les niveaux sur la question », plaide-t-on auprès du CGD, organisme considéré comme un laboratoire d’idées et de recherches-actions.

Sur cette préoccupation liée à l’utilisation des réseaux sociaux, un leader de la société civile va plus loin en interpellant les FDS elles-mêmes. « Nos FDS publient sur Facebook des images obscènes sur des tueries ; cela pose problème. Regardez un peu, quand il y a des attaques terroristes, les images macabres des tueries, qui les publient sur Facebook ? Ce sont nos Forces de défense et de sécurité, je suis sûr que nos civils ne peuvent pas avoir accès à ces lieux en ce moment. Donc, si nos FDS peuvent publier ces images sur les réseaux, pour donner l’occasion également aux civils de le faire, il y a problème et on ne peut pas avoir confiance dans ce genre de situation. Je pense que la question de la sécurité doit être prise au sérieux », a exposé un citoyen dans cette salle du Conseil régional où s’est tenue la conférence publique.

Pour certaines personnes également, il faut impérativement travailler à la culture du civisme dans la société et surtout à la cohésion sociale, et sur ce volet, les hommes politiques ont été fortement interpellés à modérer leurs propos, à tenir des discours conciliants plutôt que divisionnistes. « Jusqu’à preuve de contraire, la politique a divisé notre armée », a déploré cette personne-ressource, pour qui l’homme politique a divisé les hommes de tenue pour pouvoir mieux régner.

De nombreux intervenants voient également dans le non-respect par le gouvernement des engagements pris envers les partenaires sociaux, un handicap à la cohésion sociale ; élément indispensable pour faire face aux défis sécuritaires. « Prenons les accords qui sont signés dans le domaine de l’éducation ou de la santé.

Vous savez que ces deux corps sont parmi les plus représentés sur le territoire national ; vous trouverez des agents santé et des enseignants dans tous les confins du pays. En temps normal, ces agents pouvaient être pour beaucoup dans cette lutte... Mais si ces gens-là ne sont pas contents, ils n’ont pas en souci de bien faire. Les mécontentements créent des problèmes en réalité, ça fait des méfiances qui peuvent engendrer beaucoup de choses, même l’incivisme. L’Etat doit faire des efforts à ce niveau pour respecter ses engagements », retient-on de ces réactions aux allures de cris de cœur.

O.L.
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 octobre à 06:10, par Elfat En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Les hommes politiques invités à être « plutôt » des maillons de cohésion sociale

    Dans la situation que vit le pays, mon plus espoir, c’est de savoir qu’il y a encore des organisations sérieuses dans ce pays et des hommes qui aiment le pays et qui ont de vision. Quand on lit ce compte rendu , on ne peut qu’être fier et espérant parce que les gens connaissent mieux le pays et les problèmes plus que ceux-là qui nous dirigent. Le CGD est un organisme qui abat un gros travail d’éveil des consciences, c’est cela seul qui peut sauver ce pays, il faut sensibiliser la masse.

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre à 08:57, par savadogo En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Les hommes politiques invités à être « plutôt » des maillons de cohésion sociale

    « Prenons les accords qui sont signés dans le domaine de l’éducation ou de la santé.
    Vous savez que ces deux corps sont parmi les plus représentés sur le territoire national ; vous trouverez des agents santé et des enseignants dans tous les confins du pays. En temps normal, ces agents pouvaient être pour beaucoup dans cette lutte... Mais si ces gens-là ne sont pas contents, ils n’ont pas en souci de bien faire. Les mécontentements créent des problèmes en réalité, ça fait des méfiances qui peuvent engendrer beaucoup de choses, même l’incivisme. L’Etat doit faire des efforts à ce niveau pour respecter ses engagements ». Très bien vu. Voilà pourquoi il faut aller vers les populations pour comprendre beaucoup de choses. Félicitations pour la tenue de ces échanges

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre à 11:28, par yankiss En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Les hommes politiques invités à être « plutôt » des maillons de cohésion sociale

    J’espère de tout cœur que nos autorités liront bien cet article qui révèle beaucoup d’éléments importants à prendre en compte dans notre lutte contre les forces du mal ! Bravo au CENTRE POUR LA GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE ET SES PARTENAIRE.

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre à 12:00, par daramouni En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Les hommes politiques invités à être « plutôt » des maillons de cohésion sociale

    Belle initiative que cette réflexion sur la situation nationale. Mais il aurait été plus indiqué de pousser plus la réflexion sur le comportement et l’utilisation par les pouvoirs des FDS et de mettre le doigt sur cette ‘’ crise de confiance entre civils et hommes de tenue ; le manque d’humilité des FDS ; « l’acharnement » dans les enquêtes sur les témoins ; les altercations entre civils et militaires (heureusement, de plus en plus minimisables)’’ Vous écrivez en plus ‘’ il ressort que la peur de l’homme de tenue est parfois un frein à la collaboration (des raisons historiques liées à la période coloniale) ‘’. S’il est vrai que la colonisation a laissé une image négative, il n’est pas moins vrai que les différents pouvoir qui se sont succédés à la tête du pays aient fait grand-chose pour changer cela. Du reste tous au tant qu’ils sont, ont utilisé ce côté répression des populations pour assoir leur domination laissant les uns et autres à leur problème quotidien. Des exemples existent à foison. A chaque fois qu’un pan de la société (travailleur, paysans, jeunes ou vieux) organise une manifestation quelconque, qui est leur interlocuteur ? Les FDS. Depuis quand a-t-on vu un pouvoir arraisonné un puissant parce que des mois durant il n’a pas payer les travailleurs. Depuis quand après une exploitation sauvage ayant entrainé une dégradation du couvert végétal, le pouvoir a pris fait et cause pour les populations ? Des exemples pullulent notre vie quotidienne à gogo. Aujourd’hui les FDS souhaitent le soutient de ceux-là qu’hier seulement ils pourchassaient pour assoir la toute-puissance de quelqu’un parce qu’il aurait investi. Ok, que cela qui hier était prompte à les appeler pour taper les autres, les aident aujourd’hui à se défendre. Au regard de cette situation, il appartient au pouvoir en place de faire appel en premier lieu à ses militants travers le pays pour travailler à assoir cette confiance au lieu de rester à Ouaga dans des batailles de positionnement. C’est encore au militant d’expliquer la nécessité d’une union au population et de leur exemple ils seront suivis. Rester à Ouaga pour jouir des bienfaits du pouvoir et ne défendre son gouvernement, il va s’en dire que vous courez le risque d’être débarquer tôt ou tard car incapable de créer les conditions d’une unité. Ce qui se déroule sous nos yeux n’est rien d’autre que l’incapacité d’un pouvoir incarné par un parti politique à défendre le pays et les citoyens. Rien d’autre. Ne me raconter surtout pas que du fait que l’état est attaqué tout le monde doit oublier ses problèmes. Et comme je le disais plus haut ce même état a été utilisé contre nous a un moment donné. Et avec raison car la fable qu’on veut nous faire avaler est que l’état c’est pour nous tous. Ce qui est archi faux. Ma vision de la situation.

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre à 13:41, par Vigor En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Les hommes politiques invités à être « plutôt » des maillons de cohésion sociale

    Mon bonjour et mes félicitations à mes deux jeunes frères panélistes Somda et Somé. C’est tout heureux de voir des jeunes qui s’assument et qui assurent bien. Un clin d’œil également au directeur exécutif du centre, Dr Thomas OUEDRAOGO.

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre à 18:35, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Les hommes politiques invités à être « plutôt » des maillons de cohésion sociale

    La justice sélective est à la base de tous ces problèmes. Tant que tous les voyous de la politique (tous sans exception) et des Osc ne seront pas traînés devant la justice pour rendre compte, il y aura toujours des gens qui, quand bien même se reprochant quelque chose, estimeront qu’il n’y a pas d’égalité devant de traitement de la part de "mère patrie". Les uns peuvent fauté et circuler librement pendant que les autres , pour les mêmes fautes et souvent moins, sont embastillés et persécutés. Que la justice soit la même pour tous (teint noir, teint clair, grand, court, riche, pauvre, adeptes du pouvoir, de l’opposition et des Osc). Point barre comme le disait quelqu’un qui aurait dû répondre devant la justice.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sourou : Les populations dans la rue pour soutenir les Forces et défense et de sécurité
Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les chefs traditionnels et religieux se concertent
G5 Sahel : Placer les populations au centre des politiques de lutte contre le terrorisme
Gendarmes tués sur l’axe Ougarou-Boungou : Les quatre pandores reposent désormais à Fada N’Gourma
Est du Burkina : La gendarmerie déjoue une embuscade et abat 6 assaillants dont 2 étaient menottés dans le véhicule
Niger : L’état d’urgence décrété près de la frontière avec le Burkina Faso
Axe Ougarou-Boungou : Une attaque de deux véhicules d’escorte fait cinq morts
Situation sécuritaire au Burkina : Une préoccupation à la loupe de Free Afrik
Ouagadougou : Le ministère de la sécurité annonce une formation tactique à l’Ambassade Royale du Danemark et du Canada le mardi 27 novembre 2018
Kantchari : Une école incendiée, des instituteurs sommés d’enseigner en arabe
Attaques terroristes : Les syndicats de l’éducation dénoncent l’absence de mesures à même de permettre un fonctionnement serein et continu des écoles
Tongmael (Sahel) : Quelques policiers mettent en déroute une vingtaine d’assaillants
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés