Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Chenilles de karité : Kahitouo Hien veut en faire un produit consommé par tous les Burkinabè

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Yvette Zongo • jeudi 13 septembre 2018 à 22h51min
Chenilles de karité : Kahitouo Hien  veut en faire un produit consommé par tous les Burkinabè

Kahitouo Hien est un jeune ambitieux. Il a eu l’idée, étant toujours sur les bancs, d’entreprendre. À son actif, après ses études, la création en 2012 de FasoPro, une entreprise spécialisée dans la transformation et la valorisation des chenilles de karité. Cette entreprise emploie aujourd’hui une dizaine de permanents et compte un réseau de plus 500 femmes avec qui elle développe plusieurs produits à base des chenilles vendus sur le marché local. Même s’il a déjà conquis le marché burkinabè, le jeune entrepreneur a de grandes ambitions pour son entreprise : celles d’exporter ses produits et son savoir-faire sur toute l’Afrique. Lefaso.net est donc allé à sa rencontre.

Lefaso.net : Comment est née l’idée de la création de FasoPro dont vous êtes le directeur général ?

Kahitouo Hien (K.H.) : Étant originaire de la région (ouest du Burkina), je voyais depuis mon jeune âge comment la population consommait les chenilles de karité. Et ayant fait des études en Biochimie, j’ai découvert que les chenilles étaient très riches en protéines.
Après donc la Biochimie, j’ai fait un master en environnement à l’Institut international de l’eau et de l’environnement (2iE). Et parmi les modules dispensés à l’institut, on avait un cours sur les bases de l’entreprenariat. Et tout de suite, cela m’a intéressé, parce que ça ne sert à rien de finir ses études avant de commencer à chercher du travail.

C’est ainsi que je me suis lancé dans l’entreprenariat social qui permet de répondre à une cause sociale. Et pour moi la cause, c’était d’exploiter le potentiel nutritionnel de la chenille pour en faire des aliments de lutte contre la malnutrition (même si jusque-là nous ne produisons pas de produits spécifiques à la lutte contre la malnutrition). C’était ça l’idée de base.

Ensuite, c’était pour offrir des opportunités aux femmes impliquées dans la collecte des chenilles dans la zone rurale. Car, en montant une entreprise qui transforme et valorise des chenilles, cela pouvait créer plus de revenus pour ces femmes qui manquent d’opportunités. Et depuis 2012, étant toujours étudiant au 2iE, j’ai mis en place mon projet avec lequel j’ai participé à plusieurs compétitions qui m’ont permis de remporter plusieurs prix à l’international. Et suite à cela, j’ai décidé de poursuivre mon activité.

Lefaso.net : Concrètement, quel est le travail de FasoPro ?


K.H. :
Notre travail consiste à organiser la collecte des chenilles de karité en apprenant aux femmes les techniques de collecte beaucoup plus respectueuses du cycle de vie de l’insecte, afin de préserver au mieux la ressource, et la manière dont il faut les traiter (les chenilles, ndlr).
Après cette première phase, nous faisons également le conditionnement et la distribution. Il faut dire que nous fabriquons plusieurs produits à base de chenilles. Il y a des chenilles à croquer sous différents formats avec différents assaisonnements : des biscuits de chenilles, de la poudre, etc.

Lefaso.net : Et comment se font l’approvisionnement et la distribution ?

Chenilles déjà pret à croquer

K.H. : Ce sont les femmes en milieu rural qui approvisionnent l’entreprise. Mais pour faire respecter un certain nombre de principes en agroalimentaire, nous les regroupons en association pour qu’elles puissent avoir les mêmes techniques de collecte afin d’avoir une matière première assez homogène et de bonne qualité. Nous faisons de la distribution classique comme les produits de grande consommation, c’est-à-dire dans les supermarchés, les alimentations, les boutiques et compagnie.

Lefaso.net : Quelles sont les valeurs nutritionnelles des chenilles ?


K.H. :
Parlant du potentiel nutritionnel des chenilles de karité, il faut savoir que c’est l’un des produits locaux les plus protéinés. Si vous prenez les chenilles de karité séchées, elles renferment jusqu’à 60% de protéines, c’est trois fois plus que la viande. Et elles sont aussi très riches en fer, en acides gras essentiels, en oméga 3, etc.

Lefaso.net : Comment consomme-t-on les chenilles ?

K.H. : Les chenilles peuvent se consommer sous diverses formes. D’abord, de manière traditionnelle, on les consomme comme du poisson et c’est pour cela qu’elles sont communément appelées « le poisson de l’arbre ». C’est-à-dire qu’on peut les frire comme du poisson et également on peut les mettre dans la sauce ou du riz gras. Mais pour moderniser cela, nous avons proposé des chenilles à croquer qui sont déjà prêtes à la consommation, des biscuits de chenilles, la poudre utilisée comme le cube Maggi ou le soumbala et d’autres en vue afin de permettre à plusieurs personnes de pouvoir les consommer.

Lefaso.net : Vu que c’est un produit saisonnier, quelles sont les techniques mises en place pour répondre régulièrement à la demande ?

K.H. : Sachant que c’est un produit saisonnier, il faut bien structurer le réseau de collecte et aussi avoir un fonds de roulement assez conséquent pour garder des stocks qui vont pouvoir assurer la demande annuelle. Et c’est ce que nous faisons pour l’instant mais nous avons d’autres projets qui vont permettre de résoudre cette question à l’avenir. C’est pourquoi nous avons beaucoup misé sur le volet « Recherche » qui permettra de maîtriser l’élevage des chenilles de karité.

Lefaso.net : Peut-on dire que le marché des chenilles est rentable ?

Quelques produits de chenilles proposés par FasoPro

K.H. : Vous savez, la rentabilité d’un produit se mesure à plusieurs niveaux. Car, pour nous, il y a la rentabilité économique et l’impact social du projet qui nous tiennent à cœur. Et dans les deux cas, on peut dire que ne ça marche pas comme on le souhaite, mais on va y arriver ! Nous avons commencé avec un chiffre d’affaires de 6 millions en 2015 et aujourd’hui le marché est en nette croissance, ce qui donne davantage le courage de continuer notre aventure avec ces petits insectes aux qualités nutritionnelles exceptionnelles.

Lefaso.net : Quelles sont les difficultés rencontrées ?

K.H. : Il faut dire que les difficultés font partie du quotidien de l’entrepreneur. Donc évidemment, nous avons eu beaucoup de difficultés. Et l’une des difficultés que nous avons eues au démarrage, c’était le fait que le produit n’était pas consommé par tout le monde. Et il a fallu d’abord surmonter les barrières sociales. Outre cette difficulté, il y a eu également le manque de moyens financiers et de matériel, parce qu’au départ, nous ne pouvions pas attendre d’avoir tout le nécessaire avant de commencer ; il fallait donc faire avec les moyens de bord, etc.

Lefaso.net : Cela fait déjà quatre ans que FasoPro existe officiellement. Quels sont vos projets à long terme ?

K.H. :
D’abord notre priorité actuelle est centrée sur la maîtrise de l’approvisionnement. C’est pourquoi nous développons beaucoup le coté recherche afin de maîtriser l’élevage des chenilles et d’autres insectes qu’on va ajouter plus tard. C’est-à-dire qu’il faut qu’on ait la possibilité un jour de dompter la nature et de produire à tout moment. C’est l’un de nos grands défis.

Nous comptons aussi diversifier nos produits afin de pouvoir toucher tout le monde au Burkina Faso, même ceux qui ne mangent pas encore les chenilles. Et cela à travers la fabrication des produits adaptés aux besoins de tout le monde, parce que, pour moi, les insectes sont peut-être l’avenir de l’alimentation humaine.
Il faut également que notre savoir-faire soit dupliqué dans la sous-région, en exploitant les ressources locales de chaque pays. L’idée, c’est d’être dans plusieurs pays en exploitant le potentiel des insectes qu’il y a localement, sur la base de l’expérience que nous avons eue avec les chenilles de karité.

Contact FasoPro : 00226 65 98 15 15 | www.fasopro.bf

Entretien réalisé par Yvette Zongo
Lefaso.net

Messages

  • Félicitations !!! Dans ce pays, il faut qu’on apprennent à accompagner les jeunes qui osent entreprendre. Bravo mon frère. Je te connais personnellement et je sais combien tu te bas. Avec les banques qui hésitent à t’accompagner et des ministères qui te chantent régulièrement "on n’a pas de budget pour ça, tu pousses, tu pousses. C’est ça la réalité de ce pays. Un pays de merde. On crit entreprenariat des jeunes, on financent ses maîtresses avec les fonds publics et ceux qui ont du potentiel râlent. Merci fasonet.

  • Bon courage à toi et pleins succès !!!! Fierté nationale !

  • Comme d’hab vous ne mettez pas le contact ou le lien du site pour qui veut acheter le produit ! On appelle ça enterrer le mort et laisser ses pieds au dehors !

    Comme d’hab, vous n’allez surement pas publier mon commentaire !

    Bonne journée à vous !

    ZY

    • Zagla YEELAME,
      Vous avez parfaitement raison de demander à Lefaso.net de donner les contacts de l’entreprise.
      En attendant, je crois que vous auriez pu facilement obtenir ces contacts étant donné que vous utilisez internet.
      Internet - qui est une gigantesque mine d’informations - sert aussi à cela...
      Ne restez pas dans le groupe de ceux et celles qui crient haut et fort "je sais utiliser internet" alors qu’ils sont incapables de chercher la moindre information avec internet.

      Voici ce que j’ai trouvé sur le net concernant Fasopro :
      Site web : www.fasopro.bf
      Email :contact@fasopro.bf
      Téléphone : +226 65 98 15 15
      J’ai vérifié : le site internet marche bien. Dans la partie "Nous contacter", vous trouverez un plan vous permettant de vous rendre aux locaux de l’entreprise.

      Cordialement.

  • Bonne initiative, mais encore faut-il penser a comprendre le cycle de repoduction des chenilles sinon un jour il y’en aura plus. Le tout n’est pas de les recolter sans penser aux consequences. C’est un peut comme si vous mangez tous les ouefs de vos poules sans les laisser eclore pour avoir de nouvelles pondeuses plutard. Pensons y. Ces chenilles se transforment sans doute en papillons et vont poliniser les fleur d’ou nos bonne recoltes. Les chenilles jouent un role important dans la chaine alimentaire au meme titre que les abeille qui aident a la polinisation des plantes.

  • Très belle initiative qui mérite d’être soutenue. Le fait d’associer la recherche est également une très bonne chose. Aucune innovation n’est possible sans recherche. Pour l’élargissement de la gamme d’insectes, il faudra songer aux criquets. Il y’a également des possibilités d’élevage de masses de beaucoup d’autres insectes pour l’alimentation de la volaille. Felicitations et bon courage.

  • - Du courage à toi mais ne dit pas que tous les burkinabè vont en manger. En tout cas j’en connais des peuls qui ne vont pas bouffer tes fameuses chenilles.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Mon petit fils, tous mes encouragements. Ton projet a du potentiel. Que Dieu t’accompagne.

    • David dit notre petit fils prodige : Car, dans d’autres continent comme au Vietnam, en Thaïlande, les chenilles sont les mets préférés des habitants qui vivent plus longtemps que nous, car la chenille possède beaucoup de protéine. Bon courage Kahitouo dans ton entreprise.

  • L’idée est vraiment très bonne, le produit est très bien présenté j’ai pas encore eu l’occasion d’en déguster mais pour le moment je vous souhaite une très bonne continuité et surtout beaucoup de succès a votre produit...

  • Chapeau à toi frère pour ce combat !!! Pour des jeunes comme celui-ci, le Burkina Faso en a vraiment besoin ! Vas de l’avant car tu vas contribuer non seulement à lutter contre le malnutrition mais aussi à promouvoir le "consommons Burkinabè". Encore merci.

  • Félicitations au promoteur pour la créativité et l’innovation de sa production !
    Vraiment, j’ai eu l’occasion de payer et de consommer "les chenilles de karité à croquer" et j’ai très bien apprécié. Maintenant que j’apprends qu’il y’a d’autres formes (biscuits et poudre), je vais pas hésiter à en prendre aussi.
    Félicitations encore et plein succès à FasoPro !
    Merci à "lefaso.net" pour avoir identifié le jeune promoteur et je suis encore plus fier de consommer les produits de FasoPro.

  • Merci pour vos messages d’encouragement, ça nous fait vraiment plaisir. Merci également pour vos suggestions, nous en tiendrons compte.

    Dieu vous bénisse !

  • Bonjour à tous pour l’interet que vous avez manifesté à l’endroit de ce jeune promoteur qu’il convient et toutes les "bouches" se sont accordées et formulées les benedictions pour vous acompagner dans le succes de cette entreprise.
    Moi je suis interessé par la survie de la chenille (de la resssource) en ce sens que l’un des intervenants m’a devancé sur la preoccupation dans les termes qu’il ne faut pas consommer toutes les poules pondeuses en même temps que leurs oeufs ; c’est bien imagé et je sais que FasoPro sais de quoi cela traite ; il est dans la recherche et je presume également qu’il a dû relever dans la littérature que l’un des ses freres en l’occurence WIEME SOME s’est interessé à la chenille pour l’alimentation des poulets (aviculture) ; ici , il faut voir déjà une levée de boucliers des consommateurs inconditionnels que nous sommes de cette "concurrence déloyale" : venir nous enlever de la bouche ces succulentes chenilles sous le pretexte de produire des pondeuses et leurs oeufs ou du poulet de chaire, moi je ne partage point cette opinion ; mais bref !
    L’autre aspect qui me preoccupe est la ou bien les localités de la collecte de ces chenilles : je sais que dans l’Est, la ressource existe et est aussi abondante qu’à l’Ouest ; cependant, les populations de cette localité n’ont pas dans leurs moeurs la consommation donc ne la recoltent ou du reste ne maitrisent pas l’art de sa recolte. Comment FsoPro compte s’y prendre pour cette localité ???
    Aussi, je me preoccupe de savoir si FasoPro a déjà investigué et entend se deployer dans cette localité mais c’est le comment ??????
    Parce que le ramassage des chenilles est juste comme le ramassage des noix de karité pour produire le beurre, une activité secondaire des populations de l’ouest qui en possède l’art. La ressource "pourrit" car inexploiter dans l’Est, mais sera sévèrement menacée de surexploitation dans l’ouest si son entreprise prospère (tout ce que je lui souhaite d’ailleurs) mais avec le soucis majeur de tuer la poule aux oeufs d’or.
    Car, il est de regle que tout ce qui est du mercantile (exploitation à une échelle élevée), fait courrir irrémédiable le risque d’erosion de la ressource.
    Telles étaient mes simples preoccupations que je soumets à l’attention de FasoPro en esperant des reponses.

  • Oh bon Dieu ! Comment peut-on manger des chenilles !!!??? Juste une pique pour rire, bon vent, mais je n’en achèterai pas, lol, le lait est mieux.

  • J’ai eu l’occasion de consommer le produit. Il est bon, mais très salé. J’imagine que c’est pour les besoins de la conservation. Je crois qu’il faut revoir cela et ce sera parfait. Aussi si c’est possible d’éviter les cube maggi, ce serait excellent.

  • Voila quelqu’un qu’il faut vraiment féliciter et encourager. Il se bat avec les petits moyens qui sont les siens pour avancer. Bravo mon gars !

  • Petit-frere, tous mes encouragements. Mais ne cherche pas a dompter la nature. Il faut cooperer avec elle et elle va nous donner de quoi survivre. C’est les blancs qui croient qu’ il y a un pugilat entre l’ homme et la natuire, un combat de gladiateurs ou l’ un des deux doit mourir" (Bado Laurent). je sais que c’ est un lapsus, donc cordialement.Et que Dieu te benisse ainsi que tes oeuvres. Envoies- moi quelques oeufs. Tu sais que nous les sudouestiens, on content pas trop les vers.Dan gnoub sa kouob.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mouloud : Les explications de l’Amir Mahmood Nasir Saqib
Gaoua : 800 kg de poisson avarié saisis par les services vétérinaires
27e session du Cadre intégré renforcé : L’adoption du plan stratégique 2019-2021 en vue
Région de la Boucle du Mouhoun : Le désenclavement est en bonne voie
Santé : Le réseau ANDEMIA renforce les capacités de ses membres en diagnostics, épidémiologie et gestion des agents infectieux courants
Bobo-Dioulasso : Des journalistes découvrent les missions et attributions du Tribunal administratif
Programme de formation des cadres de l’administration publique : Pour une gouvernance plus transparente et collaborative
Prix Nobel alternatif 2018 : Yacouba Sawadogo reçoit une haie d’honneur
Mouloud 2018 : Les fidèles de Diaradougou sensibilisés à l’amour du prochain
Identifiant financier unique (IFU) : La Direction générale des impôts lance la nouvelle version 3.0
Révocation d’agents de sécurité pénitentiaire : Les syndicats de magistrats et de greffiers invitent le gouvernement à reconsidérer les mesures prises
Technologie alimentaire : Le département de l’IRSAT en route pour une nouvelle accréditation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés