Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme qui crée des ennuis aux autres s’en crée aussi à lui-même. Chinua Achebe» 

Sénégal : deux challengers hors course pour la présidentielle de février 2019

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Par Issouf OUEDRAOGO (stagiaire) • vendredi 31 août 2018 à 08h30min
Sénégal : deux challengers hors course  pour  la présidentielle de février 2019

Les deux principaux chalengeurs du président Macky Sall, à savoir Khalifa Sall et Karim Wade, ont vu leur espoir de se présenter à la présidentielle de février 2019 contrarié par deux décisions de justice rendues ce jeudi 30 août.

Un jeudi noir au Sénégal, en particulier pour l’opposition politique. Elle qui attendait d’être située sur le sort de leurs probables représentants pour l’élection présidentielle de février 2019. D’abord, c’est Khalifa Sall qui a vu sa condamnation confirmée par la Cour d’appel de la capitale sénégalaise. Cette condamnation à cinq ans de prison ferme a été prononcée dans l’affaire de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar. Puis, c’est au tour de la Cour suprême de rejeter (http://www.jeuneafrique.com/621247/societe/senegal-karim-wade-accuse-le-president-de-la-cour-supreme-detre-soumis-aux-ordres-de-macky-sall/) le pourvoi de Karim Wade contre sa radiation des listes électorales, préalable indispensable à une candidature. Ces deux décisions réduisent la possibilité, pour ces deux ténors de l’opposition, de se présenter à la présidentielle de 2019.

C’est en l’absence de Khalifa Sall et de ses avocats, qui ont déserté le prétoire depuis le 26 juillet pour dénoncer une « justice expéditive » destinée à « rendre inéligible [le maire de Dakar] », que le jugement de la Cour d’appel a été prononcé. « Pourvoi rejeté », a déclaré le président de la Cour suprême en rendant son arrêt, quelques heures plus tard.
La haute juridiction s’est déclarée incompétente pour statuer sur le rejet de l’inscription sur les listes électorales du fils de l’ex-président Abdoulaye Wade. Occasion pour l’avocat de Karim Wade de dire que depuis l’accession au pouvoir de Macky Sall en 2012, l’Etat « s’attelle méthodiquement à violer » les droits de Karim Wade « dans l’unique but de l’empêcher d’être éligible à l’élection présidentielle », avait-il alors estimé.

L’avocat de Khalifa Sall, Me Ciré Clédor, de renchérir en déclarant que « leur stratégie c’est d’éliminer des candidats à la présidentielle ». De son côté, Karim Wade est plus que jamais déterminé à présenter sa candidature à la présidentielle.
Il l’a réaffirmé la semaine dernière, dans un message adressé au peuple sénégalais. Un message dans lequel il décrivait « un contexte de crise sans précédent » qui augure, selon lui, « des lendemains électoraux difficiles, susceptibles de mettre en danger la stabilité du pays ».

Dans les deux cas, les partisans des deux opposants estiment être déterminés pour le combat politique sur le terrain. « On nous a déclaré la guerre. Nous n’avons pas d’armée, mais nous avons le peuple », lance Ousmar Sarr, secrétaire général adjoint du parti. Avant d’ajouter : « Nous allons mobiliser les citoyens, les électeurs. On ne nous présente pas d’autres possibilités. »

Dans les jours à venir, le comportement des partisans des deux camps déterminera l’atmosphère et le climat politique au Sénégal, ce qui rend le prochain scrutin électoral électrique. Chose que l’opinion internationale et certaines organisations des droits de l’homme dénoncent et appellent l’Etat sénégalais à garantir des élections libres et transparentes pour février prochain.

Issouf Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • La condamnation en première instance est tombée le 30 mars à la veille du long week end de paques. La condamnation en appel un jeudi et comme par hasard on condamne aussi karim wade ( ces deux proces sont parmi les mieux cadencé de lhistoire du senegal , faut finir le boulot à temps pour qu’ils ne puissent pas se presenter)

    Autre hasard et non des moindre le lendemain de la decision sur l’appel Macky sall a fait publier un formidable decret pour revoquer le maire de Dakar ( à croire qu’il ni lui ni ses services n’ont dormis de la nuit ou alors qu’il savait la decision prevue )

    Quand le démocrate exclu ses principaux opposants ...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Revirement de kamhere et tshisekedi en RDC : La stratégie Gbagbo dépoussiérée
Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails
Référendum en Nouvelle-Calédonie : Un défi à relever pour le Pr Augustin Loada
Dénucléarisation de la péninsule coréenne : Un enjeu qui ne semble pas intéresser l’Afrique
Nouveau gouvernement en Ethiopie : De quoi inspirer le Burkina
Cameroun- Déclaration de Londres : “Le CODE appelle l’armée camerounaise à faire allégeance au Président élu Maurice Kamto”
« La CPI n’est pas du tout une institution qui vise à écraser les peuples… », Ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes
Prix Nobel de la paix 2018 : Le gynécologue congolais Denis Mukwege, lauréat
RDC : La CPI condamne Jean-Pierre Bemba à 300 000 euros d’amende pour subornation de témoins
Sénégal : Le torchon brûle au PDS autour de la candidature de Karim Wade
Mali : Le collectif d’associations et mouvements pro IBK nie une crise post électorale
Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara met fin à la polémique sur le report des élections locales
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés