Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme qui crée des ennuis aux autres s’en crée aussi à lui-même. Chinua Achebe» 

Mauritanie : l’élection locale de samedi, un test avant la présidentielle

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Par Issouf OUEDRAOGO (stagiaire) • vendredi 31 août 2018 à 07h00min
Mauritanie : l’élection locale de samedi, un  test avant la présidentielle

Les Mauritaniens iront aux urnes ce samedi 1er septembre 2018, pour l’élection des représentants locaux. Ce scrutin connait la participation de 98 partis politiques avec plus de 1,4 million d’inscrits. Cette élection se déroulera en l’absence d’observateurs internationaux.

98 partis politiques, c’est le nombre record à ces élections locales auxquelles sont appelés plus de 1,4 million d’inscrits. Le second tour de ce scrutin est prévu pour le 15 septembre. Le doute planait toujours sur la tenue de ces élections locales dans un contexte où les opposants et les ONG (Organisations non-gouvernementales) dénoncent régulièrement des atteintes aux droits de l’homme, dont l’arrestation d’un ancien sénateur et le maintien au secret d’un blogueur accusé de blasphème.

La campagne électorale, qui s’est achevée jeudi soir, n’a pas déchaîné les passions, et les meetings électoraux ont attiré peu de monde dans ce vaste pays aride d’Afrique de l’Ouest, malgré le caractère crucial du scrutin. L’opposition, cette fois-ci, a décidé d’y participer, y compris dans ses composantes dites « radicales », et l’opposant historique, Ahmed Ould Daddah, chef du Rassemblement pour la démocratie (RFD), a demandé aux Mauritaniens d’effectuer « le sursaut nécessaire pour balayer le régime de la dictature et de la faillite généralisée ».

Quant au président , Mohamed Ould Abdel Aziz, ancien général arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 2008, puis élu en 2009 et réélu en 2014, il a appelé les Mauritaniens à un « vote massif » pour sa formation, l’Union pour la République (UPR), « afin de continuer sur la voie des réalisations grandioses et de la lutte contre la gabegie », qualifiant au passage les dirigeants de l’opposition de « malfaiteurs » et de « fauteurs de troubles ».

Pour convaincre, l’UPR, large vainqueur des précédentes législatives en 2013 boycottées par la quasi-totalité de l’opposition radicale, met en avant la révision de la Constitution de 2017 qui a aboli le Sénat et donné au pays un nouvel hymne et un nouveau drapeau, évoquant le « sacrifice des martyrs » de la résistance à la colonisation française, qui s’est achevée en 1960.

Sur le plan économique, le pouvoir insiste sur une croissance retrouvée, « de 3% en 2017 », et sur « un indice de pauvreté à 31%, contre plus de 40% en 2008 », dans un pays d’un peu moins de quatre millions d’habitants dont le taux d’alphabétisation reste faible.

L’opposition, quant à elle, dénonce une forte baisse du pouvoir d’achat, notamment depuis l’introduction, le 1er janvier, de nouveaux billets de la monnaie nationale, l’ouguiya, à la valeur faciale divisée par dix, ainsi qu’un « endettement excessif » de près de 100% du PIB ou des indices de développement classant la Mauritanie « au bas de l’échelle à tous les niveaux ».

Sur le plan international, Nouakchott a accueilli, en juillet dernier, le sommet de l’Union africaine, en présence du président français, Emmanuel Macron ; et dirige le commandement de la Force anti-terroriste du G5 Sahel, une organisation régionale regroupant, outre la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.

Issouf Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Revirement de kamhere et tshisekedi en RDC : La stratégie Gbagbo dépoussiérée
Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails
Référendum en Nouvelle-Calédonie : Un défi à relever pour le Pr Augustin Loada
Dénucléarisation de la péninsule coréenne : Un enjeu qui ne semble pas intéresser l’Afrique
Nouveau gouvernement en Ethiopie : De quoi inspirer le Burkina
Cameroun- Déclaration de Londres : “Le CODE appelle l’armée camerounaise à faire allégeance au Président élu Maurice Kamto”
« La CPI n’est pas du tout une institution qui vise à écraser les peuples… », Ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes
Prix Nobel de la paix 2018 : Le gynécologue congolais Denis Mukwege, lauréat
RDC : La CPI condamne Jean-Pierre Bemba à 300 000 euros d’amende pour subornation de témoins
Sénégal : Le torchon brûle au PDS autour de la candidature de Karim Wade
Mali : Le collectif d’associations et mouvements pro IBK nie une crise post électorale
Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara met fin à la polémique sur le report des élections locales
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés