Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme qui crée des ennuis aux autres s’en crée aussi à lui-même. Chinua Achebe» 

Imposition de taxes aux médias en Mozambique : Une atteinte à la liberté de la presse ?

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • jeudi 23 août 2018 à 23h40min
 Imposition de taxes aux médias en Mozambique : Une atteinte à la liberté de la presse ?

Au Mozambique, une nouvelle grille tarifaire relative à l’accréditation et à l’enregistrement des journalistes nationaux et étrangers est entrée en vigueur ce mercredi, 22 août 2018. Si pour le gouvernement, l’adoption de ces nouvelles taxes vise à réguler le marché des médias, les organisations de défense des droits de l’homme, elles, évoquent plutôt une restriction de la liberté de la presse.

Adoptées en conseil des ministres en juillet 2018, ces nouvelles mesures imposées aux médias sont entrées en vigueur ce mercredi, 22 août 2018, et ce, à moins de deux mois des prochaines élections locales prévues pour le 10 octobre 2018. Et le peu que l’on puisse dire, c’est que ces nouvelles dispositions ne font pas des heureux dans le monde de la presse ; locale comme étrangère.

Désormais, pour une autorisation de reportage, le journaliste mozambicain doit débourser la somme de 1 500 euros (983 935.5 francs CFA) ; les radios nationales doivent verser jusqu’à 35 000 dollars (1 978 0602.38 francs CFA) pour obtenir une licence de diffusion, tandis que les sociétés de médias déjà existantes doivent payer entre 34 500 dollars (19 780 602.38 francs CFA) et 69 000 dollars (38 996 044.68 francs CFA) pour adapter leur licence aux nouvelles règles.

Le journaliste étranger (correspondant), quant à lui, doit payer la somme de 7 300 euros (4 788 486.1 francs CFA) pour une accréditation annuelle.

En réaction, MISA Mozambique, qui est une organisation non-gouvernementale locale de défense de la presse, a annoncé qu’elle dénoncerait devant la justice, la mise en place de ces nouveaux tarifs.

Dans la même veine, les organisations internationales de défense des droits humains, telles qu’Amnesty International et Human Rights Watch, se sont insurgées contre l’adoption de ces nouvelles taxes et crient même à une tentative de musellement de la presse. Pis, ces institutions internationales estiment que c’est « une énorme défaite pour la liberté de la presse et l’accès à l’information ».
Au-delà des hommes de média, cette mesure renforce la crainte des Mozambicains qui font face à une crise économique depuis maintenant plusieurs mois.

Notons qu’en octobre 2019, les Mozambicains seront également aux urnes pour la présidentielle. Des élections dans lesquelles, part fragilisé le parti au pouvoir depuis l’indépendance en 1975, le Frelimo, en raison notamment de la crise économique.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net
Sources : Africanews, BBC Afrique et Vox Africa

Messages

  • Ils n’ont qu’à quitter là-bas.
    Si il font du commerce, ils doivent payer les taxes

  • Quelle atteinte a la liberté de la presse ??? S ils font du commerce c’est bien normal qu’il il contribuent au développement de leur patrie aussi là. Quoi de plus normal. Est ce que c est du social qu ils font ? C est en Afrique qu on voit ces genres de comportement et ils vont s asseoir dire qu’ils aiment leur pays. Quittez dans ça. Tous ceux qui font du profit doivent contribuer point barre. Même le petit boutiquier contribue sans broncher.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Revirement de kamhere et tshisekedi en RDC : La stratégie Gbagbo dépoussiérée
Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails
Référendum en Nouvelle-Calédonie : Un défi à relever pour le Pr Augustin Loada
Dénucléarisation de la péninsule coréenne : Un enjeu qui ne semble pas intéresser l’Afrique
Nouveau gouvernement en Ethiopie : De quoi inspirer le Burkina
Cameroun- Déclaration de Londres : “Le CODE appelle l’armée camerounaise à faire allégeance au Président élu Maurice Kamto”
« La CPI n’est pas du tout une institution qui vise à écraser les peuples… », Ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes
Prix Nobel de la paix 2018 : Le gynécologue congolais Denis Mukwege, lauréat
RDC : La CPI condamne Jean-Pierre Bemba à 300 000 euros d’amende pour subornation de témoins
Sénégal : Le torchon brûle au PDS autour de la candidature de Karim Wade
Mali : Le collectif d’associations et mouvements pro IBK nie une crise post électorale
Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara met fin à la polémique sur le report des élections locales
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés