Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Conseil supérieur de la communication : Mathias Tankoano veut travailler avec tout le personnel, « rebelles » comme « loyalistes »

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • jeudi 9 août 2018 à 23h16min
Conseil supérieur de la communication : Mathias Tankoano veut travailler avec tout le personnel, « rebelles » comme « loyalistes »

Après la prestation de serment du collège des conseillers du Conseil supérieur de la communication (CSC) le 3 août dernier devant le Conseil constitutionnel, Mathias Tankoano, président entrant, a été installé officiellement dans ses fonctions. La cérémonie de passation de charges est intervenue ce jeudi 9 août 2018, au siège de l’institution, sous la présidence de Paul Kaba Thiéba, Premier ministre.

Le vice-président exerçant la plénitude des attributions du président du CSC, Désiré Comboigo, a officiellement passé le gouvernail du navire battant pavillon CSC au président entrant de l’instance de régulation des médias, Mathias Tankoano. Un navire traversé depuis des mois par une tempête sur laquelle le vice-président Comboigo est longuement revenu dans son allocution. « Ni l’arrêté du président du Faso, ni la loi organique réglant la dévolution des pouvoirs en cas d’empêchement du président élu ne feront plier les contestations des rebelles à la règle du droit », a-t-il lancé. Pour lui, ces insoumis se sont employés à saper son autorité et à l’empêcher de mener à bien sa mission en transformant le CSC en une cour du roi Pétaud (un lieu de désordre).

D’autres poursuites judiciaires ?!

Néanmoins, durant son intérim, de fin janvier 2018 à ce jour, « dans la douleur », M. Comboigo et l’équipe des conseillers qui ont prêté serment le 11 septembre 2014, en ce laps de temps, ont pu produire 35 arrêtés, 20 décisions , quatorze renouvellements de fréquences, une revalorisation de la base cotisante à la CNSS pour le personnel contractuel, un audit de la gestion 2017-avril 2018 par l’Inspection générale des finances (IGF).
A l’en croire, cet audit, fait à sa demande et sur recommandation du ministère en charge des Finances, a révélé « beaucoup d’indélicatesse », dont il se refuse de parler à cette cérémonie « car la justice édifiera tout un chacun ». Il n’a pas manqué de remercier ceux qui lui sont restés loyaux en privilégiant le bien-être de l’administration.

Après la signature qui marque le passage de témoin, le président entrant, comme pour détendre l’atmosphère, a marqué sa volonté de travailler avec tout le personnel quel que soit son camp. « Le personnel administratif du CSC, rebelles comme loyalistes, je peux travailler avec tout le monde », foi de Mathias Tankoano. Il veut aussi travailler avec les journalistes, les patrons de médias et d’agences de communication, ainsi que les personnes de bonne volonté.
Raison pour laquelle il a lancé un appel à l’endroit de tous ces acteurs afin de pouvoir surmonter « ensemble » les obstacles pour redonner vie à l’institution et offrir aux pays des Hommes intègres une presse libre et responsable.

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, tout comme le président du CSC du Niger, Dr Sani Kabir, représentant la Plateforme de régulation des médias de l’UEMOA et de la Guinée Conakry, a félicité le nouveau président de l’institution rattachée à la présidence du Faso. « C’est une lourde responsabilité que de présider le Conseil supérieur de la communication qui est une de nos principales institutions.
Cette institution a connu des dysfonctionnements aux cours des derniers mois qui ont un peu entaché sa capacité à assumer pleinement le rôle qui est le sien dans le fonctionnement de nos institutions », a-t-il indiqué. Il est convaincu que le CSC, avec cette nouvelle équipe, retrouvera la sérénité et l’enthousiasme dont il a besoin. D’où son appel au personnel à se mobiliser autour du nouveau collège des conseillers.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
TIC : « Il ne faut pas que nous soyons seulement de simples consommateurs » (ministre Hadja Fatimata Ouattara)
Innovations : La SONAPOST devient « La Poste Burkina Faso »
Médias en Chine : S’adapter, plus qu’un choix
Microcrédit : Microcred Burkina devient « Baobab Burkina »
Protection des données personnelles : Les agents publics de Koupéla sensibilisés
Publicitaires associés : Une nuit pour saluer le travail des devanciers
Coopération pour le développement : « Le Burkina est toujours une bonne destination pour les affaires », assure Jean-Victor Ouédraogo (SICOD)
Schémas directeurs des systèmes d’information : Les directeurs des services informatiques renforcent leur capacité
Utilisation de l’internet : La Commission de l’informatique et des libertés éduque les élèves de Zorgho
Protection des données à caractère personnel : La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) sensibilise les agents publics de l’Etat, à Zorgho
Rentrée publicitaire 2018 : « Publicitaires associés » veut assainir le secteur de la communication au Burkina
Nuit des TIC 2018 : Le fondateur du portail Lefaso.net, Dr Cyriaque Paré, primé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés