Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

samedi 4 août 2018 à 08h00min

Depuis le Lundi 30 Juillet 2018, l’actualité politique Burkinabè est dominée par l’amendement du « Code Electoral ».En effet, ce jour, les députés de la 7e Législature du Burkina Faso sous la Présidence de SEM Alassane Bala SAKANDE, Chef du Parlement Burkinabè se sont réunis en session extraordinaire à l’effet d’examiner le dossier N° 09 relatif au projet de loi portant modification de la loi N° 014-2001/AN du 03 Juillet 2001 portant code électoral.

Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

Apres des débats houleux, et la sortie de la salle des députés de l’opposition politique, le projet de loi portant modification de la loi N° 014-2001/AN du 03 Juillet 2001 portant code électoral a été voté à l’unanimité des votants de la Majorité.

Retenons qu’avec ce nouveau code électoral, la Carte Nationale d’Identité (CNIB) ou le Passeport Biométrique Burkinabè restent les seuls documents de votation ; puis les Ambassades et Consulats de Burkina Faso à l’Etranger retenus comme lieux de vote pour les Burkinabè vivant à l’extérieur.

Tout en félicitant le Gouvernement Burkinabè pour les efforts déjà consentis pour l’opérationnalisation du « vote de Burkinabè de l’Extérieur en 2020 », des inquiétudes demeurent :

1/ DE LA CARTE D’IDENTITE CONSULAIRE :
Le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) s’étonne du traitement infligée par les plus hautes autorités Burkinabè à la Carte d’Identité Consulaire biométrique, sécurisée, infalsifiable selon nos autorités diplomatiques et qui « Tient lieu de Carte d’Identité Burkinabè » ; en plus de la refuser comme document de votation avec plus de 980.000 enrôlés à ce jour.

Pour preuves, Monsieur Clément SAWADOGO, Ministre de la Sécurité et 2è VP du Mouvement pour le Peuple et le Progrès (Parti au pouvoir) ce même jour du 30 Juillet 2018 lors du Journal Télévisé de 19H30 sur la chaine de télévision BF1 disait et je cite : « Les Députés de l’opposition parlent pour parler (….) La carte consulaire permet d’identifier une personne mais ne dit pas que cette personne est Burkinabè (…..) La carte consulaire est un document discutable » ; allant jusqu’à la comparer à une carte professionnelle.

Le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) condamne avec la dernière énergie patriotique ses propos tendancieux de celui-là même qui est chargé de la sécurité de ses concitoyens visant à nous livrer nous Burkinabè vivants à l’extérieur détenteurs de la Carte d’Identité Consulaire dont au verso est marquée la mention suivante : »Recommandations : la présente carte délivrée aux résidents ( par exemple en Côte d’Ivoire) tient lieu de Carte d’Identité Burkinabè à toutes sortes d’abus et d’exactions dans nos pays d’accueil ou de résidence ».

Chers amis de la presse ;
Honorables invités ;
Mesdames et Messieurs ;

Face à cette situation qui s’apparente à un déni de document officiel et loin de nous toute idée de « crise identitaire » le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) appelle les autorités en charge de la gestion des affaires de l’Etat à plus de discernement quant aux questions engageant l’unité nationale car le Burkina Faso ce sont et ses enfants de l’Intérieur et de l’Extérieur.

Le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) tout en s’interrogeant sur l’essence de la Carte d’Identité Consulaire avec ces débats suscités autour d’un document d’identité dument signé par une autorité Burkinabè et dont une partie de la somme encaissée lors de l’enrôlement est reversée au Trésor Public Burkinabè exige une communication claire des plus hautes autorités de notre pays dans un bref délai sur ladite pièce afin de rassurer nos compatriotes dans le cas contraire, d’autres actions seront engagées.

2/ DES LIEUX DE VOTE
Vue l’expérience vécue par d’autres pays frères, le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) souhaite qu’en accord avec les autorités des Pays d’accueil des lieux en plus des Ambassades et Consulats soient déterminés comme lieux de vote dans les pays à fortes concentrations de nos compatriotes.

3/ DU DOCUMENT DE VOTATION
Selon les dires du Président du FASO SEM Roch Marc Christian KABORE lors de sa rencontre avec nos compatriotes vivant au Togo en marge du Sommet de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) des missions seront envoyées pour à l’établissement des documents requis pour la participation des Burkinabè de l’Extérieur eux élections générales de 2020.

Le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) s’interroge sur la durée de ces dites missions et les mesures déjà prises afin qu’elles se passent dans de bonnes conditions à deux (02) ans des échéances électorales quand on sait que nous voulons tous des élections libres, transparentes et démocratiques qui renforceront d’avantage la Démocratie au Burkina Faso.

Le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) regrette certaines manœuvres dilatoires visant à exclure le maximum de Burkinabè de leur droit et de leur pays ; souhaite que des mesures idoines soient prises le plus tôt possible afin que 2020 ne soit pas un rendez-vous manqué.

Que Dieu bénisse et protège le Burkina Faso, notre Mère Patrie !

Fait à Abidjan, le 02 août 2018
Moussa ZALLE, Président du CAMJBCI.

PRESIDIUM : Hamed Savadogo, 1er Vice-Président EN ORANGE et Sanou Senemi, Coordonateur général, Zallé Moussa AU MILIEU , Président du Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI)

Vos commentaires

  • Le 4 août à 16:54, par Chasser la Zephitude il revient au galop En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Hypocrite j’ai peur des hypocrites.
    Pour ma part si les gens ne sont pas content de l’approche du pouvoir actuel, je propose à Rock de sursoir au vote des Burkinabe de côte d’Ivoire en attendant de réunir les conditions. Ils ont fait tellement d’années sans voter qu’un vote sans eux de plus ne serait pas la mer à boire. Il faut que les associations fonctionnement comme des associations au lieu de partie politique. Blaise Compaoré est en Côte d’Ivoire je n’ai pas vu ou entendu ses associations aller se plaindre de sa gestion du pouvoir encore moi du non respect de ses engagements quand à leurss permettre de voter.
    Continuer à Zephiré seulement, demain n’est pas loin

    Répondre à ce message

    • Le 5 août à 18:47, par nekrenoma En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

      Internaute pour chasser la zephitude , en quoi ils sont hypocrites ? Ils sont libres d’exprimer leur opinion et leurs inquiétudes. Aux autorités de les écouter et de chercher à les rassurer. Vraiment, respectons nous et acceptons les différences. Pourquoi les qualifier d’hypocrites au lieu de voir si ce qu’ils disent est fondé ou non ! A l’extérieur, chaque fois que je rencontre des burkinabés, ils me présentent la carte consulaire, élaborée par l’Ambassade du burkinabé. Et l’Ambassade du Burkina à l’étranger, c’est le Burkina. Chaque pièce élaborée par notre ambassade engage le Burkina.
      Quand on veut donner quelque chose à la grenouille et que l’on placecette chose sur un arbre, alors, on ne veut rien donner à la grenouille.
      Je ne suis ni du MPP, ni du CDP , deux partis qui se ressemblent et qui se sont assemblés pendant 27 ans. Alors, au lieu d evoir si ces gens sont instrumentalisés, il faut dire si oui ou non, on veut donner quelque chose à la grenouille. SI le MPP estime que le temps et les conditions ne sont pas réunis, alors il peut y surseoir.

      Répondre à ce message

      • Le 7 août à 09:37, par SAA En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

        internaute "nekrenoma" c’est vous l’hypocrite et je le dit sans détour. Les autorités et les personnes de bonne foi se tuent à vous dire qu’ils ne remettent pas en cause la carte consulaire et qu’elle sert toujours à son rôle initial mais pour plus d’équité, ne peu pas être utilisé pour une carte de votation et des gens comme vous continuez de polluer l’atmosphère comme si c’était l’unique document rejeté.
        Pour votre gouverne, est-ce que le certificat de nationalité, document par essence identifiant l’appartenance à un pays est un document de votation ? de grâce éviter de polluer l’atmosphère.
        A nos frère vivant en RCI, faites preuve de maturité et de bonne foi, car d’autres compatriotes vivant avec vous possèdent la CNIB. Aussi, je ne suis pas fier et j’ai honte à votre place que vous vous plaignez du choix du peuple (députés) car faire plus de 18 ans sans mettre les pieds dans votre cher partie tant revendiqué ne vous honore pas non plus et vous serez plus compris dans votre silence.
        pour une première expérience, sans tenir compte des calculs politiciens, vos frères et sœurs restés au pays attendent plutôt de votre part, des lettre et des conférences de félicitation aux autorités et non des lamentations. Cordialement à vous.

        Répondre à ce message

  • Le 4 août à 17:19, par tarac En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    revenez au burkina que nous parlions le meme langage,on ne peut pas reglez un probleme de son pays en cote d’ivoire.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 21:04, par fasobiga En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Mes amis restez là seulement au moment les maliens, guinéens et autres prennent la nationalité ivoirienne vous refusez sous prétexte que vous avez l’amour pour votre pays d’origine. Lisez ce qu’on écrit sur vous peut-être ça ouvrir vos yeux

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 08:32, par le combattant En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Je pense que le temps n’est plus aux explications et aux debats stériles. Le peuple du Burkina Faso dans son ensemble diaspora ou non doit se mobiliser pour en finir une fois de plus avec le semblant de démocratie que les politiciens malhonnêtes nous servent tout le temps. Fini on m’a fait ca on m’a dit ça. Tout ce que la diaspora et les burkinabé de l’intérieur doivent faire pour mettre en place un régime qui prendra en compte l’inspiration général des citoyens est la bienvenue. Mettons nous ensemble et debout comme une seul homme pour mériter tout le respect accordé aux hommes de valeur. C’est ça un renouveau. A partir de maintenant plus de iscours plus de conférence de presse passez aux actions salutaires amenez les uns et les autre à voire ce qui est juste et bon.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 08:39, par KABORE Tanga En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Celui qui aime le Burkina Faso et qui tient à voter, peut venir s’établir une CNIB et répartir. Il faut savoir qu’il y a des pays ou la carte consulaire est manuscrite toujours. Nos compatriotes des pays voisins ne devraient pas se mêler de ce faux débat car j’imagine qu’ils viennent de temps en temps voir la famille et qu’ils peuvent mettre à profit ce séjour pour s’établir une CNIB. Si ce n’est pas le cas, ils ne méritent pas d’influencer notre vote.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 09:17, par warb En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Mes chers, la solution est simple. Concertez-Vous pour saisir la justice sur la disposition qui vous écarte dans la loi du code.Saisissez parallèlement la cour de justice de la CEDEAO et le conseil constitutionnel sur la discrimination. Ces structures ne peuvent agir que sur saisine de ceux qui se sentent brimes notamment nos compatriotes en RCI,au niger ,au mali et au gabon.sinon ceux en Europe et aux usa ont des passeports

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 11:10, par Le réaliste En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Je pense que devez etre REALISTES en vous tenant tranquille là-bas. Ceux qui vous flattent à tenir ces propos irrespectueux et malpolis à l’encontre des autorités publiques ont fui le pays en plein midi du fait de leurs idioties à travers une malgouvernance criarde jamais égalée et vous n’avez rien dit en son temps. Avez-vous déjà voté durant les nombreuses élections organisées par les fugitifs qui sont avec vous dans ce pays ? Faites attention pour votre propre sécurité en restant neutre dans cette situation car tout le monde sait que pour se rendre en Cote d’Ivoire qui notre seconde nation, on utilise une carte nationale d’identité. La carte consulaire indique que vous etes d’origine burkinabé résident dans un pays donné. Cela n’indique pas forcément que vous avez la nationalité Burkinabé. Il s’agit là d’une première expérience et il plus décent de laisser ses initiateurs de prendre un maximum de précautions pour minimiser les risques de fraudes car on connait la capacité de nuisance de ces grands expérimentés du tripatouillage qui ont fini par fuir car rattrapés par leurs propres pièges. En voyant le ventre de l’autre sur la photo, ce n’est pas évidant qu’il puisse courir en cas de ting tang. Soyez sages et cela vous aidera.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 11:19, par Dedegueba Sanon En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Si tu n’as pas une bonne opinion de toi même, comment veux tu reprocher à ton prochain de considérer comme moins que rien ? Nous avons ce complexe vis à vis des blancs, débris "transgénérationnels " de plusieurs siècles d’esclavage... Mais vis à vis de nos frères ivoiriens cela vient de nos autorités, qui se soucient peu du bien être de leurs ressortissants à l’étranger.
    Sinon la maltraitance des burkinabè en Côte d’Ivoire ne date pas de maintenant. Il suffit pour s’en convaincre de prendre le train ou la route direction Abidjan....
    Bon courage, vous avez l’habitude.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 15:37, par haro En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Avec la carte consulaire je peux m inscrire pour payer une maison à la future cité de la diaspora ; mais je ne peux pas voter

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 19:00, par warb En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    On vient de créer avec cette loi des burkinabe apatrides sans nationalité. Cette loi confirme que plus de dix millions de burkinabe sont apatrides sans nationalité établit alors que l’apatridie est interdite par l’onu.voilà pourquoi vous devez saisir les instances internationales pour annulation de cette loi d’exclusion (onu,cedeao,conseil constitutionnel. ...) .Cette mesure aurait eu un sens si l’état avait mis en place rapidement un dispositif pour convertir les cartes consulaires en cnib.Mais non.c’est désespérant de voir jusqu’a ou nous sommes tombés avec toute la honte internationale.Le régime n’est pas conséquent juste après le TAC.Blaise vous fait si peur parce que certains pensent qu’il va donner des consignes de votes ?Déjà après 3 ans d’exercice du pouvoir il est difficile de ré embrouiller le peuple même avec les sous.Tous nos villages ont bascules soit au cdp soit à l’upc.

    Répondre à ce message

    • Le 6 août à 11:15, par Vraiment En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

      Mon cher Warb, l’apatridie dont tu parles se vérifie même par vos propos. Pourquoi les burkinabè en RCI pensent qu’ils sont les seuls concernés par la loi ? Que celui qui ne remplisse pas les conditions pour voter, ne vote pas. Soyez burkinabè digne du vote en ayant la CNIB ou le passeport.
      Quand, possesseur de la Carte Consulaire, on t’exige la CNIB pour participer aux concours de la Fonction publique burkinabè, je vous affluer en masse sans un petit mot à dire. Oubien le concours est plus important que le vote ?
      Quand mon frère en CI qui a sa carte consulaire ne peut pas m’envoyer de l’argent en utilisant sa carte consulaire, cela ne vous dit rien.
      Quand, il fait délivrer la carte consulaire à un Petit Guinéen qui travaille avec lui pour faciliter ses courses avec les provisions vers Abidjan,, y a rien à dire ?
      Quand moi qui suis au Pays, petit fonctionnaire, avec ma carte professionnelle, ma carte de syndicat, mon permis je perds ma CNIB à deux des élections et je ne peux pas voter, c’est sans souci ?
      Quand ma nièce, née en RCI et rentrée au pays quand elle avait 4 ans (elle en a 40 aujourd’hui) ne peut pas faire sa CNIB sans son certificat de nationalité alors que sa petite sœur qui est restée en RCI sans se marier fait la carte consulaire avec son acte de naissance établi en RCI, ce n’est pas votre problème ?
      Revoyez votre copie car, naître tous égaux, c’est en droit et en devoir.

      Répondre à ce message

  • Le 5 août à 19:11, par mouizindo En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    En cas de défaite en 2020 je ne sais pas dans quel pays voisin vous allez partir bouffer les gnade mal acquis.Voilà pourquoi la réconciliation nous évitera à tous les règlements de comptes en recto verso.les idiots qui poussent à l’intransigeance seront les premiers à fuir.Parce que le cdp,l’upc,l’adf...ne se laisseront plus faire après ce qu’on a vu.Aujourd’hui le régime est isolé au plan national et ne pèse plus au plan international.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 10:18, par Elda En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Pour moi, c.est l.occasion pour le gouvernement de voter des lois pour amener nos compatriotes majeurs vivant a l.etranger de se rendre dans leur pays au mois 1 fois tous les 5 ou 10 ans pour faire des formalites d.appartenance au pays avant de repartir. C.est le cas dans certains pays. Si c.etait le cas, on n.allait pas etre la a faire des querelles inutiles, puisque tous allaient etre detenteurs des CNIB. Comment on peut etre ressortisants d’un pays sans avoir le document officiel de base de son pays, rien que par patriotrisme. Etre Burkinabe ou ressortisant d’un pays ca se merite quand meme. Je ne suis d.aucun bord politique.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 13:04, par YAAM SOBA En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Ces jeunes ont raison. Mettez-vous à leur place pour voir. le gouvernement de ton pays d’origine dit haut et fort que la carte consulair" qu’il t’a délivré n’est pas un document fiable. Pensez-vous que nos ressortissants qui sont à l’étranger seront en sécurité ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 13:09, par Nikiema En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    Quand je lis certains commentaires je suis dégoûté. Ceux qui disent que celui qui veut voter n’a qu’à revenir faire sa CNIB sont de mauvaise foi. Sur la carte consulaire biométrique c’est bien mentionné que ce document tient office de CNIB. Et avant de valider cette carte, tous les fichiers sont transmis au ministère des affaires étrangères pour vérifier l’exactitude des données. il faut arrêter de soutenir les lois illégitimes même si on est amoureux de son parti politique.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 22:46, par Abdoulaye Sané En réponse à : Nouveau code électoral : Les jeunes Burkinabè en Côte d’ivoire craignent d’être victimes d’abus et d’exactions

    La démocratie c est le pouvoir du peuple pour le peuple et par le peuple selon Abraham Lincoln. Ainsi, par unanimité si les députés décident de garder le code électoral tel quel était en 2001, nulle association ou nul mouvement ne peut obligé à adopter des propos déloyales en sa faveur, de plus des propos qu ils n avaient jamais eu dans les années précédentes.Aussi la majorité des burkinabé vivant sur le territoire burkinabé qui, réellement subissent la politique doivent participer massivement au vote. Si vous vivez illégalement à l étranger sans passeport ,ri1 ne nous garantie votre retour au développement du pays . de plus pourquoi ne pas chercher un passeport si je veux vraiment me sentir franchement burkinabé. La Diaspora ivoirienne doit plutôt motiver les frères a faire un bon choix ,pour espérer un jour retrouver le bonheur qu ils souhaite au Burkina. Vive le Burkina Faso..

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés