Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Par Yann Nikièma • mercredi 21 mars 2018 à 18h38min
Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

Kaïn, commune rurale de la province du Yatenga, région du Nord est à environ 265 kilomètres de Ouagadougou la capitale burkinabè. Dans cette bourgade, les populations vivent dans une peur permanente suite à l’exécution d’un professeur du lycée départemental. Comme le disent les habitants eux-mêmes, « il n’y a pas de vie après 20 h »,

Vendredi 19 janvier 2018. Yensé, village qui abrite le poste de police des frontières avec le Mali, est traversé par la Route Nationale 2 (RN2). C’est notre porte d’entrée dans la commune rurale de Kaïn. En cette matinée où les rayons de soleil dissipent les vents d’harmattan, il n’y a pas de voyageurs au poste frontalier. La présence remarquée des soldats lourdement armés laisse imaginer aisément la mission à eux assignée. Impossible de franchir cette localité sans décliner son identité aux agents de police. L’occasion est mise à profit par le reporter que nous sommes de donner les raisons de notre présence dans la commune qui partage plusieurs kilomètres de frontière avec la République du Mali. Sécurité oblige. Suite aux échanges avec les éléments des forces de défense et de sécurité, le cap est mis sur les routes de la commune.

La vie ne tourne pas après 20 h

Ce religieux installé dans la localité depuis une vingtaine d’années n’envisage pas de quitter Kaïn malgré la menace terroriste permanente. « Depuis l’assassinat du professeur du lycée départemental l’année dernière, la vie est très difficile dans notre contrée. La peur s’est installée dans les esprits à telle enseigne qu’il n’y a plus de vie ici après 20h. « Il faut que les autorités prennent des dispositions pour nous sauver avec l’aide de Dieu. Ici, les menaces sont permanentes » indique notre interlocuteur.

Au marché de Kaïn comme chaque vendredi, il y a du beau monde. Le sujet de la menace terroriste fait l’objet des discussions sous les hangars en pailles, nous confie notre interprète local. Mais difficile de trouver un interlocuteur quand il s’agit de s’exprimer devant le micro. Les uns et les autres se refusent à tout commentaire, animés par la crainte de représailles. Même sous le couvert de l’anonymat, les habitants opposent un refus catégorique. Un élève en classe de 4ème au lycée départemental, courageusement décide de parler. « C’est la mort de notre enseignant qui a mis le village dans la désolation. Il n’y a plus d’activités récréatives (réjouissances lors des mariages et baptêmes), tous les agents de l’Etat ont déserté notre village. Nous ne savons pas pourquoi les gens sont venus du côté de la frontière tuer notre professeur et blesser deux autres, nous privant ainsi d’enseignants. Ça fait pitié. L’année prochaine, si la situation ne change pas, j’irai à Thiou ou à Ouahigouya pour reprendre les études ».

Le danger vient de la frontière

En attendant, notre « brave » élève travaille dans une boutique pour avoir un peu d’argent. Il souhaite, tout comme ce parent d’élève que nous avons aussi rencontré, que des mesures idoines soient prises pour la poursuite des cours. « Nos enfants sont dans la nature, la peur nous envahit à cause des exactions et des menaces verbales et personne ne nous vient en secours, c’est cela qui nous inquiète », explique un membre de l’association des parents d’élèves de la commune. Un conseiller municipal (qui préfère garder l’anonymat comme la plupart des interlocuteurs) lâche ses sentiments : « Je déplore vraiment la fermeture de la mairie. L’insécurité vécue par les populations provient des villages environnants de l’autre côté de la frontière malienne. Chez nos frères des villages de l’autre côté de la frontière sont venus il y a quelques jours (12 janvier 2018), des individus qui ont fait irruption dans les mosquées pour imposer leur vision de la religion par des prêches (Ouazou). Nous avons la confirmation que trois personnes ont été tuées là-bas ».

Une année scolaire hypothéquée ?

L’insécurité grandissante dans la zone frontalière met à rude épreuve le fonctionnement du système éducatif. Selon les statistiques de la Direction Provinciale de l’Education Préscolaire, Primaire et non formelle du Yatenga (DPEPPNF/Y), la commune de Kaïn compte 13 écoles primaires publiques, 03 écoles coraniques et 75 enseignants dispensent des cours au profit de 2428 élèves. L’ouverture du lycée départemental depuis quelques années et qui compte six classes actuellement contribue à la résolution de la problématique de l’enseignement dans cette localité. Malheureusement, lors de notre premier séjour dans la commune, aucun établissement n’était ouvert à cause de la grève des enseignants et de l’assassinat du professeur. A l’heure même où les évaluations des élèves ont commencé sur le territoire provincial (12 février 2018) pour sauver l’année scolaire, les écoles du territoire communal de Kaïn lors de notre second passage restent toujours fermées.

Cette situation est déplorée par cet instituteur de l’école du village de Nénébourou qui se confie : « C’est avec regret que les enseignants ont déserté les classes pour sauver leur vie. Nous n’avons aucune garantie de protection face à la menace des forces du mal. Nous savons que nous sommes dans une zone dite « rouge », la barbarie de la nuit du 26 Novembre 2017 est venue tout confirmer. On va faire comment ? Que feriez-vous à notre place ? Il faut que l’Etat prenne ses responsabilités pour sauver l’école ».

Relever les défis sécuritaires

L’atteinte des objectifs du développement local ne peut être effective sans la sécurisation des personnes et des biens. Cette conviction est partagée dans la commune de Kaïn dont les populations nourrissent l’espoir de voir les défis de la sécurité relevés dans leur localité. Pour l’heure, cette commune située à un jet de pierre des villages maliens ne dispose ni de commissariat de police, ni de brigade de gendarmerie. A l’entrée du chef-lieu de la commune, un chantier en souffrance depuis 2011 devrait servir, à en croire les populations, de commissariat de district de la localité.

A ce propos, le Directeur Régional de la police nationale du Nord, le Commissaire Divisionnaire Désiré Ouédraogo se veut rassurant : « Les dispositions sont prises pour terminer le chantier. Dans un futur très proche, les travaux de reconstruction seront terminés, de nouveaux effectifs et des équipements nécessaires seront envoyés sur place pour permettre au commissariat de contribuer efficacement à la lutte contre les fléaux qui nuisent au développement local »

Des infrastructures socio-éducatives fermées

Une des conséquences de l’insécurité qui règne dans cette bourgade reste sans conteste la fermeture des infrastructures publiques. Parmi ces infrastructures, il y a le lycée Départemental, situé en bordure de la route départementale. Un des enseignants (Souleymane Kouyama) de cet établissement a été abattu froidement par des individus armés non encore identifiés dans la nuit du 26 au 27 novembre 2017. Plusieurs mois après ce drame qui a également occasionné deux blessés dans les rangs du corps professoral, le triste souvenir reste intact dans l’esprit des habitants de Kaïn qui vivent toujours dans une peur bleue.

Un autre constat, ce sont les fermetures de la mairie, de la préfecture, du centre de santé et de promotion sociale (CSPS). Cette situation porte préjudice aux usagers qui ne peuvent pas se faire établir localement des actes administratifs et bénéficier de soins de santé. Visiblement l’amertume de beaucoup de citoyens est perceptible à l’image de ce quinquagénaire. « Pour sauver les vies de nos malades, nous sommes obligés de nous déporter au deuxième CSPS de la localité situé à Doubaré (une vingtaine de km de Kaïn). Mais en cas de graves maladies, il faut obligatoirement se rendre au Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de la commune voisine de Thiou où s’est « réfugié » depuis lors le personnel médical du CSPS de Kaïn. »

De cette situation déplorable, les populations sont visiblement plongées dans le désespoir. Ce groupe de notables dont nous gardons les identités dans l’anonymat se posent des questions. « Nous ne comprenons pas l’attitude des gens qui viennent semer la psychose dans la localité. Notre salut, en attendant, viendra de Dieu et nous prions pour le retour de la paix » indiquent-ils. « Quelle que soit la tournure que prendront les évènements, je mourrai ici sur les terres de mes ancêtres. Je voudrais que les populations dans un esprit non partisan s’unissent pour affronter les malfaiteurs avec l’aide de l’Etat » révèle l’un d’eux.

Quel avenir pour cette collectivité ?

Le maire de la commune, Hono Guindo conscient de la gravité de la situation se dit consterné. « Avant l’attaque du 26 novembre 2017 par les bandits armés, nous avons eu vent de rumeurs d’enlèvement de personnalités si bien que nous n’avons pas cherché à prendre des risques », nous confie le bourgmestre. Face au spectre de l’insécurité « suspendu » au-dessus des têtes comme l’épée de Damoclès, le Président du conseil municipal de Kaïn interpelle et appelle, de tout vœu, l’Etat pour venir en aide aux populations de sa commune qui ne savent pas à quel saint se vouer.

En plus de la sécurité, d’autres défis restent à relever, soutient Hono Guindo qui cite pêle-mêle les problèmes d’eau du fait de l’insuffisance des puits, des barrages et autres forages. Malgré ces difficultés, Kaïn reste, foi du maire, une commune qui regorge de potentialités à exploiter. Du reste, l’ambition contenue dans le Plan communal de développement (PCD) est de faire de Kaïn, le premier exportateur de céréales et de bétail dans la province du Yatenga rappelle le maire. Pour relever les défis, les populations comptent sur le soutien de l’Etat et des partenaires. En attendant, elles se posent des questions sur ce qu’elles ont fait pour mériter cette situation qui compromet le développement local. « Entre inquiétude et désespoir, beaucoup, à tort ou à raison, se demandent si la commune fait encore partie intégrante du Burkina Faso » soutient le maire de Kaïn.

Yann NIKIEMA
Lefaso.net


Très chers lecteurs et lectrices, ce reportage s’est déroulé dans un contexte de psychose et de peur généralisée dans une des communes frontalières du Mali suite à une attaque perpétrée par des individus non identifiés.

Entre la volonté d’informer et les risques de représailles dans une bourgade où tout le monde se méfie de tout le monde, les langues se déliant très difficilement, nous nous sommes tenus au principe sacro-saint du respect de l’anonymat de nos interlocuteurs. Ce choix se veut non seulement de protéger les identités de ces quelques rares habitants qui ont accepté de briser le silence mais d’établir un climat de confiance pour la suite du reportage.

Dans cet espace d’omerta, le silence semble être imposé par des gens sans foi ni loi. A cette situation vient s’ajouter le respect des principes de solidarité des populations qui craignent des rétorsions ou des vengeances, en témoigne ce berger d’une église de la localité qui a refusé d’être cité encore moins être pris en photo.

C’est surtout de cette dure réalité et ce sentiment d’abandon de l’Etat que vivent ces braves populations que nous avons voulu, de notre devoir de journaliste, rendre compte à l’opinion publique et interpeller qui de droit sur les conditions de vie des Burkinabè de cette localité faites de peur permanente depuis un certain temps. Que dire, ils ont besoin de se sentir Burkinabè à travers la présence de l’Etat. A contrario tout effort de développement de la commune rurale de Kaïn est compromis.

Y.N.


Encadré 1 : Historique de Kaïn

Commune rurale depuis 2006, Kaïn, à en croire les sages de la localité, signifie buffle en langue dogon. Naaba Siguiri, chef coutumier actuel de Kaïn, relatant l’histoire fait comprendre que le fondateur du village, un chasseur venu de Koro (Mali) à la poursuite de cet animal, s’est stabilisé dans la localité et décida de la nommer Kaïn « c’est-à-dire Buffle » d’où le nom du village. Le pouvoir moderne a d’abord rattaché le village au Yatenga en l’érigeant en département (en 1982). D’une superficie de 720 Km2, la commune compte de nos jours 16.101 habitants (projection 2018) répartis à travers onze villages et six quartiers. Dans cette localité, cohabitent paisiblement les Dogons (autochtones), les Mossis et les Peulhs. D’autres ethnies qui sont minoritaires et très mobiles résident également à Kaïn. C’est le cas des Fulsés et des Bella.

Encadré 2 : Kain attend des gestes forts

Kaïn, commune frontalière, très pauvre, avec des défis socio-économiques énormes à relever attend visiblement des gestes forts du pouvoir central. C’est le moins que l’on puisse dire au regard du désespoir qui s’installe dans cette commune. Mais le salut pourra venir du Programme d’Urgence pour le Sahel (PUS-BF). Ce programme dont la mise en œuvre est en cours, prend en compte les communes de Kaïn, Bahn, Sollé (Région du Nord). Il s’agira d’améliorer l’accès aux services sociaux de base et la résilience des populations, la gouvernance administrative et locale, de renforcer la sécurité des populations et de leurs biens. A en croire les autorités régionales, il y a de l’espoir pour les populations avec l’électrification rurale de la commune (en cours), la construction de la préfecture, l’aménagement de la route départementale N°43 principale voie d’accès à la commune etc. Photo 1902

Encadré 3 : Chercher l’eau à 75 mètres dans les puits

Le concours des animaux comme les chameaux et dromadaires est sollicité pour la recherche de l’or bleu perdu dans les profondeurs des puits à grand diamètre. Pour disposer du liquide précieux aux fins de la consommation familiale et abreuver le bétail, « Nous sommes obligés de nous lever très tôt et parfois au cours de la nuit pour cette corvée d’eau car nos familles et nos animaux en ont besoin. L’eau des puits se trouve à une profondeur de plus de 75m. On va faire comment ? » foi de Belko Diallo et Noufou Wermé des villages de Thou et de Nenebouro. Le même problème de l’accès à l’eau reste également posé à Kaïn, chef-lieu de la commune même si quelques adductions d’eau potable ont été réalisées.

Vos commentaires

  • Le 21 mars 2018 à 04:31, par 2 1 En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Tres bon reportage et merci au journaliste pour les risques pris. Vous au moins vous ne restez pas dans vos bureaux de Ouaga à émettre des hypothèses loufoques tout le temps et à critiquer à tout va comme savent le faire les burkinabé au lieu de contribuer à leur manière, à la lutte contre le terrorisme qui est une affaire de tous.
    Bravo

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 07:10, par Koro Payangdé En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Merci pour ce reportage qui permet aux lecteurs de se rendre compte des réalités cruelles vécues par les populations de la zone.Situation très difficile mais avec les dispositions prises par l’état et celles des populations locales, nous viendrons à bout de ces individus sans foi ni loi.Présentation soignée maitrisée.Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 07:11, par Lou Djibrilou Tall En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Cet article me va droit au cœur. Il relate avec intelligence les prémisses d’un drame ! Les autorités se doivent d’agir. Tout de suite et maintenant. À titre personnel, ma mère est venue au monde pile dans cette zone relatée. C’est avec un intérêt plus accru que j’ai donc lu l’ecrit. De mon lointain Canada, il me plairait de pouvoir entrer en contact avec l’auteur. Je suis joignable au 112508998281.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 07:15, par Wangrin de Kaïn. En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Merci beaucoup à l’équipe de reportage pour ce travail remarquable dans des conditions aussi difficilles. A travers votre reportage, nous avez déjà apporté un soutien inestimable à la population de Kaïn qui souffre énormement de l’insécurité. Les travailleurs de la commune ont fui leurs postes malgré eux. C’était une question de survie. Je souhaite beaucoup de courage à la population en générale et aux autorités locales administratives et coutumières en particulier. Pour paraphraser un leader politique burundais interviwer par RFI qui disait au plus fort de la crise post électorale dans ce pays, je dirai que l’expérience de vie d’un habitant de Kaïn est de 24 heures renouvelable autant de fois que Dieu le voudra. Et en plus cette situation d’insécurité la commune de Kaïn fait face depuis quelques semaines à une arrivée massive de déplacés fuyant les exactions liées aux conflits intercommunautaires qui ont cours du côté malien. Ces déplacés constituent une charge supplémentaire pour les habitants de Kaïn qui les accueillent malgré leurs conditions de vie déjà difficile. Il faut aussi que les organismes humanitaires soit informé de cette situation, si ce n’est déjà fait. Que Dieu nous vienne en aide. Dur dur d’etre travailleur à Kaïn ces temps ci. Et encore grand merci à l’équipe de reporters et à la redaction du faso.net pour ce travail.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 07:16, par NANA En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    COMME DISAIT L’AUTRE : JE VAIS T’AFFECTER A KAIN.......... CHERS FRERES NOUS SOMMES AVEC VOUS. DIEU ARRETERA UN JOUR VOTRE PSYCHOSE. NOUS PRIONS AVEC VOUS

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 08:18, par Fama En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    merci à l’équipe de reporter lefaso.net. j’ai versé des larmes en lisant cet article. comment un village situé d’à peine 300 km de ouaga puisse être délaissé par l’Etat. . et l’internaute 4 dit que l’espérance de vie d’un habitant de kaïn est de 24h renouvelable ; il a dit vrai sinon chaque seconde qui passe un habitant de ce village peut passer de la vie à la mort. il semble que nous avons plus de 1000 FDS dans les missions onusiennes. je pense que l’heure est venue de les faire rentrer pour combattre ces hors la loi. et aussi j’invite les membres du gouvernement a d’abord montrer l’exemple en lançant une contribution pour la participation de tout burkinabè à cet effort de lutte contre les forces du mal. oui nous sommes capables et nous le pouvons ; n’attendons personne d’autre pour nous aider. chacun de nous burkinabè doit faire de notre hymne national un devoir patriotique. mon Burkina Faso ou ma mort. que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 08:26, par LogiqueGangi En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Salut , félicitations pour ce risque pris pour donner le droit à la parole aux populations de KAIN d’exprimer leur consternation. Le une réalité est là , que l’autorité s’assume pleinement. On ’abandonne pas tout on une commune. Ce papier mérité un TAMPON SPÉCIAL POUR L’AUTEUR. C’est ça aussi le métier , le terrain !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 08:43, par Borry Bana En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Félicitation a toute l’équipe pour ce reportage qui en dit long sur la réalité que nous vivons au quotidien.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 08:44, par HUG En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Félicitation à l’ensemble de l’équipe ayant permis la réalisation du reportage. A la population de KAIN, nous sommes de cœur avec vous et prions pour que la situation s’apaise et qu’on puisse ouvrir les écoles et autres services. Qu’est ce que l’État a fait pour que les enfants de KAIN puissent continuer à aller à l’école. ............. Pourtant l’article 2 de constitution stipule..... que l’éducation est un droit. Qui est le garant du droit au BF ? Qu’a t-il entrepris depuis l’assassinat de l’enseignant pour que les services fonctionnent à KAIN ?, les écoles, le csps et certains services sont fermés et que fait l’État ? Les élèves de KAIN pourront-ils composer lors des examen ou du moins y ’aura t-il de bons résultats si toute fois les cours sont pas dispensés ? Merci encore à l’équipe du reportage pour l’action courageuse et que DIEU le tout puissant vous bénisse à jamais.
    État du Burkina Faso, Kain doit survivre. Les autorités du Pays savaient que certains services à Kain n’étaient pas fonctionnels depuis longtemps.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 08:54, par OUEBER En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Merci du reportage
    Voila quelques raisons qui justifient le refus de témoignage au près des journalistes « professionnels ? » :
    1- élève en classe de 4ème au lycée départemental
    2- notre « brave » élève travaille dans une boutique
    3- L’année prochaine, si la situation ne change pas, j’irai à Thiou ou à Ouahigouya pour reprendre les études ».
    Ces détails peuvent permettre d’identifier votre brave et courageux élève.
    Yann NIKIEMA soyez plus PROFESSIONNEL.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 09:05, par Lac En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Merci et félicitations au journaliste votre reportage est parfait et sans maquillage . Je connais bien la zone y avoir passé mon enfance et étudié dans Une des rares écoles de la époque . KAIN comme THIOU font partie de ce qu on pourrait appeler les bourgades perdues du Burkina , la preuve , ce n’est qu avec les avènement du djihadisme que la plupart des burkinabè ont entendu le nom de KAIN. Pourtant ce sont des villages peuplés de braves populations qui juste besoin d’un soutien de l’état pour emerger . Regardez par exemple la photo du marché de KAIN , on y voit des choux alors que l’eau se trouve à 75m sous terre !
    Ces gens là sont capables de construire la maison de la nouvelle sage femme affectée au CSPS ou celle de l’enseignent alors qu’ailleurs dans ce pays les services sociaux ne sont pas fréquentés malgré le déploiement de projets colossaux .
    L’espoir est donc permis !

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 09:50, par bédjou En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Je suis vraiment peiné pour les habitants de Kain. Vous ne méritez pas ce qui vous arrive. J’espère bien que très bientôt l’Etat se signalera en mettant tout en œuvre pour être présent à Kain.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 11:35, par Perdre le Nord En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    .
    Le PM a claironné que l’année 2018 est l’année de tous les défis. Si c’était VRAIMENT le cas, Kaïn serait une priorités pour l’Etat. Or, trois mois se sont presque écoulés, et les institutions de l’Etat sont toutes désertées à Kaïn, c’est non seulement inadmissible mais la preuve que l’Etat est menteur, faible et sans réelles convictions.

    Quant au PAN, qui veut faire vivre l’enfer aux terroristes, qu’il commence par faire ce qu’il faut pour protéger Kaïn, car depuis le meurtre de l’enseignant, c’est la population qui vit un enfer, et une désertion de l’Etat !

    Merci aux journalistes de faire leur travail, informer.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 11:47, par Aliyoun En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Ah oui. Le reporter à bravé le danger pour nous sortir ce qui se passe réellement dans cette bourgade, tenaillée depuis 2016 par la nébuleuse terroriste. Comble du malheur ! Un enseignant est abattu alors qu’il préparait son cours. Je suis persuadé que si rien n’est fait, la commune de KAIN sera vidée de ses occupants. Loin de se faire l’oiseau de mauvais augure, il faut craindre une exode forcée du reste de la population, l’administration étant sous perfusion depuis l’assassinant de l’enseignant.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 12:00, par bebe En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    je suis complètement de même avis que Lac l internaute 11 avec l eau a 75m on a des choux ! formidable

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 12:17, par elyse, En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Merci, cher journaliste. Vous avez fait le récit du pays réel sans fioriture.il y a urgence de faire quelque chose. je recommande à l’Etat ceci :
    De grâce,
    1-De faire exécuter incessamment le Programme d’Urgence pour le Sahel (PUS-BF) dans les brefs délais dans cette zone. En ce qui concerne le volet Électrification, que celle-ci s’opère dans une rupture d’avec ce qu’on a toujours vu dans les communes et villages ruraux. Celle qui consiste à raccordement électrique de quelques concessions et quartiers sans un éclairage public conséquent à la ronde. Conséquence : créant une grande pénombre tout autour juste parsemé de quelques lueurs à peine suffisante pour identifier un suspect en fuite. Ce qui représente un terreau favorisant les embuscades et les guet-apens, modes opératoires des djihadistes qui nous assaillent aujourd’hui. (Je rappelle au passage que c’est en dépit de ces difficiles conditions qu’on attend des forces de sécurité plus de résultats dans la sécurisation des populations). Très compliqué. Un accent désormais beaucoup plus mis sur l’éclairage public dans l’électrification bien plus que de par le passé ne saurait être à elle seule une panacée, je reconnais mais favorise tout de même le développement.
    2- Promouvoir la reconquête des institutions perdues suite à ces menaces (Administration, Ecoles, Santé...) dans toutes les zones similaires ou à risque et y orienter un personnel ’’spécialisé’’ dans ce type de contexte. Peu importe le contenu des missions avec la routine des exécutants,..., etc. ; s’il faut en inventer des structures ou initiatives nouvelles et spécifiques,...peu importe. pourvu que la mission de l’Etat soit quotidiennement assurée ; de sorte à ce que le scolaire qui désœuvré par la fermeture de son école ne soit pas une proie à la portée de n’importe qu’elle filière ou proposition indécente des djihadistes ou que de soi-disant sauveur ne lui vienne en aide moyennant un service de taupe aux fins de lugubres besognes qu’on ne saurait expliqué.
    3- Assurer la mise en service des services sociaux de base (eau, soin, Administration) disponibles mais accessibles dans la mesure du possible à ces populations vulnérables. Car, à situation spécifique, mesure spécifique. Cela pour avantage de donner plus de confiance aux populations et refouler les inhibitions.
    4- Anticiper ces mesures dans toutes les zones similaires ou à risque (géographiquement ou (géo stratégiquement) ) pour rendre plus visible la présence de l’Etat : (davantage de patrouilles même là où c’est encore moins gravissime, services sociaux adaptés, rencontres plus accrues avec les autorités coutumières locales, émettre des discours qui anticipent sur ce qu’on est en droit d’attendre d’eux en cas de situations de menaces éventuelles,...etc.
    Pour ce faire, il faut spécifiquement accroître (en compagnie de forces de sécurités locales) les moyens des préfets départementaux chargés d’être plus fréquents dans les villages pour répandre l’écho de l’Exécutif, servir de courrier de transmission et servir d’autorité de propositions aux initiatives locales du gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 13:07, par GAR En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Il faut une réflexion profonde et un engagement collectif. Je commence a ne plus croire a un terrorisme islamiste aveugle. Le terrorisme ne serait-il pas un prétexte pour nous retirer nos terres ? Néo - néo colonialisme en marche !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 13:40, par l’oeil de l’aigle En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Bonjour moi je suis d’accord avec l’internaute FAMA pour la contribution financière à apporter à nos FDS pour sécuriser le pays. 2% de tous les salaires publics et privés pendant 5 à 10 mois. L’argent récolté servira à soutenir les familles des victimes, encourager nos FDS par des primes pour ceux qui enlumineront des djihadistes ; a payer des animaux pour nos espions bergers, et le reste on met certaines têtes à prix à partir de 15 millions CFA par tête. Qu’en pensez vous ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 15:01, par rasmané En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    que le gouvernement cesse d’envoyé nos épouses à l’abattoir.Manque de vision qu’elle président avons nous élu ?ma tendre épouse si le gouvernement peut pas assurer ta sécurité ne doute pas un jour reviens nous allons contribué ensemble et autrement pour le developpement de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2018 à 18:12, par TINDANO En réponse à : Menaces terroristes au Nord : Inquiétude et consternation à Kaïn

    Il faut créer des milices et les armer dans toutes les communes frontalières du Mali. Les chefs coutumiers dans ces zones doivent le faire et l’Etat doit susciter et encadrer ces milices. C’est l’ultime réponse à opposer aux terroristes et autres bandits. 50 jeunes armés et encadrer par village et le Faso sera impénétrable, une forteresse.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mgr Laurent Dabiré, évêque de Dori : « Les terroristes tirent sur la corde religieuse et ethnique »
Burkina : Le MBDHP appelle les populations à s’organiser contre l’hydre terroriste
Attaques contre les lieux de culte : Yacouba Zida appelle à l’union pour constituer un bouclier contre les forces du mal
Sahel : Un gendarme trouve la mort dans une embuscade
Attaque terroriste à Dablo : « Le Saint Père m’a appelé pour m’encourager », Mgr Théophile Naré
Opération « Doofu » : Le gouverneur du Centre- Nord invite les populations à une « parfaite » collaboration avec les FDS
Lutte contre le terrorisme : Le député tchadien Théophile Yombombé loue la résilience du peuple burkinabè
Dablo : « Il faut prier pour ceux qui nous tuent », recommande Mgr Théophile Naré, évêque de Kaya
« L’opération Doofu sera un succès », rassure le Chef d’Etat-major général des armées
Sanmatenga : Des enseignants finissent par fermer des salles de classe
Bam : Deux personnes enlevées à Nasséré
Burkina : « La fin du terrorisme est proche », déclare François Tambi Kaboré du PPR
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés