Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

An I de la mandature du Bureau consulaire de la CCI-BF : Un taux d’exécution physique de 74% en 2017

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • samedi 17 février 2018 à 22h02min
An I de la mandature du Bureau consulaire de la CCI-BF : Un taux d’exécution physique de 74% en 2017

Ce vendredi 16 février 2018 à Ouagadougou, les membres du Bureau consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso avec à sa tête le président Mahamadi Savadogo, ont animé une conférence de presse. Ils ont voulu ce cadre d’échange pour rendre compte de la gestion d’une année d’exercice de la mandature 2016-2021 et les perspectives pour la poursuite des activités, à l’ensemble de la communauté des affaires burkinabè.

Les membres du Bureau consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) ont pris officiellement fonction le 30 novembre 2016. Après un an d’exercice, l’heure est au bilan. C’est ainsi qu’il a été organisé une conférence de presse, ce jour 16 février 2018, à Ouagadougou.

Des concertations avec les autorités politiques, administratives (…) association et de groupements professionnels du secteur privé ainsi que les acteurs du secteur informel, sont au plan stratégique et de la gouvernance, des actions énumérées par le président de la CCI-BF dès le début de la rencontre.

A en croire Mahamadi Savadogo, ses initiatives n’avaient qu’un seul but : « Associer toutes les parties prenante à notre volonté de créer davantage de synergie entre les acteurs économiques pour qu’ensemble main dans la main, nous travaillons à une véritable relance de l’économie de notre pays », a-t-il fait savoir, jugeant les résultats engrangés au cours de l’année 2017 satisfaisants.

En effet, au titre des services offerts aux entreprises, 5 611 294 tonnes de marchandises ont été traités et 12 619 nouvelles entreprises créées, a confié le directeur général (DG) de la CCI-BF, Issaka Kargougou. Au nombre des acquis, l’on retient également la délivrance de 85 393 documents d’importation et d’exportation sur leur plateforme, la SOGESY ; la diffusion de 5 511 avis d’appel d’offres nationaux et internationaux.

Outre cela, 2 nouveaux centres de formalité ont été ouverts à Koupéla et à Banfora et une négociation aboutie avec la Banque mondial. En effet, concernant ce dernier point, le DG a annoncé que 600 millions de F CFA ont été mobilisés pour renforcer les capacités des acteurs dans le secteur du pastoralisme au Sahel.

Dans le domaine de la formation professionnelle, la CCI-BF s’est positivement illustrée avec l’ouverture de 4 nouvelles filières (carrelage, peinture, maçonnerie, plâtre, staff) ; de 33 nouveaux centres d’alphabétisation avec 1200 apprenants dont 900 commerçants du secteur informel.

37 moniteurs d’auto-école, 100 déclarants en douane et transit ont également bénéficié d’une formation. 141 étudiants de l’Institut supérieur de génie électrique ont décroché leur diplôme de fin de formation et 13 289 autres personnes ont été formées à comment participer aux marchés publics, la fiscalité, la comptabilité et la recherche de financement (…), de l’aveu de M. Kargougou.

« Au niveau de notre axe stratégique programmé, nous notons que globalement nous sommes à 74% de taux de réalisation physique sur 2017 quoi que le plan de mandature ait été adopté tardivement compte tenu de la mise en place des différentes instances », avant d’ajouter. Il convient de souligner que le taux d’exécution global physique du plan d’actions sur la mandature 2016-2021 est de 47% par rapport à la prévision.

L’ensemble des élus de la CCI-BF placent leur mandat sous le signe de l’accompagnement de proximité des opérateurs économiques. Ainsi, pour l’année 2018 un paquet d’activités est prévu à cet effet. Il s’agit de prime abord de l’opérationnalisation du 1er Centre d’appel sur les préoccupations des entrepreneurs dont le lancement officiel est intervenu au cours de la présente rencontre.
L’une des activités phares, c’est aussi l’organisation de la 5e édition du Forum Africalia. Il réunira trois jours durant à Ouagadougou, du 21 au 23 février, 631 participants en provenance d’une vingtaine de pays. Sans oublier la 1ère édition d’ECOMAG prévue le dimanche 18 février à 21h30.

Les travaux d’extension du port sec de Bobo Dioulasso pour un coût global de 16 milliards de F CFA ; la construction du port sec multimodal de Ouagadougou pour 25 milliards de F CFA, d’un parking gros pros porteurs à Cotonou (2 107 millions de F CFA et la célébration du jubilé des 70 ans (…), sont également inscrits dans l’agenda de la CCI-BF.

Interpellé sur la question des audits tant chantée par des associations de commerçants, le président Savadogo lève toute équivoque : « Ce ne sont pas des audits faits par la Cour des comptes mais des audits commandités par l’ancienne équipe, 2013-2014, auprès d’un cabinet privé. Ses derniers n’ont pas pu faire la restitution avant l’insurrection. Maintenant quand nous nous sommes arrivés, ils ont envoyé un premier rapport qui était destiné à l’ancienne équipe. Pendant qu’on cherchait des solutions pour revisiter le travail de nos devanciers, la Cour des comptes s’est saisie du dossier. C’est pourquoi, nous avons demandé aux dissidents d’attendre qu’elle achève son rapport avant de le mettre à leur disposition ».

Et sur la fermeture de l’usine de toiles à Tampouy, il dira ceci : « C’est le ministère qui peut donner la raison. Mais je pense que si on arrive à fermer une usine, c’est qu’elle fonctionnait dans une inégalité. Ce qui n’est pas tolérable… ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net
Numéro du Centre d’appel : 34 08

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Financement de l’agriculture familiale au Burkina : L’ONG SOS Faim prône l’inclusion financière agricole
Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique
Projet d’urgence pour les dépenses récurrentes (PUFDR) : La Banque mondiale apporte plus de 57 milliards de francs CFA au Burkina
Ministère de l’Economie : Le bilan de 2018 passé à la loupe
Coris Bank international : « La Banque autrement » lance Coris Money, un nouveau porte-monnaie électronique
Commerce hors-UEMOA : Des opérateurs économiques sensibilisés sur les procédures règlementaires
Commercialisation du sésame : Comment tirer le meilleur profit de la filière ?
Salon de l’élevage du Burkina (SABEL) : Un cadre pour promouvoir la compétitivité du secteur
Projet de recensement fiscal : Les agents recenseurs ne sont pas d’accord avec la rémunération fixée
Dialogue Etat/secteur privé : Un cadre d’échange pour booster l’industrie et l’artisanat au Burkina Faso
Journées commerciales des produits bio-équitables : Les acteurs satisfaits de la première édition
Banque mondiale-MINEFID : Un accord de financement du projet d’interconnexion électrique régionale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés