Transparence budgétaire 2017 : Un net recul du Burkina par rapport à 2015

LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • mardi 13 février 2018 à 00h07min

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a présenté le 09 février 2018, à Ouagadougou, les résultats de l’enquête sur le budget ouvert 2017. Cette enquête réalisée en partenariat avec l’International budget partnership s’est intéressée à la transparence, à la participation du public au processus budgétaire et au contrôle budgétaire. Et, les conclusions sont loin d’être reluisantes. Pire, en matière de transparence, le pays a observé un recul par rapport à la dernière enquête, passant de 37 sur 100 en 2015 à 24 sur 100 en 2017.

Transparence budgétaire 2017 : Un net recul du Burkina par rapport à 2015

L’enquête sur le budget ouvert utilise des critères reconnus au niveau international mis en place par des organisations multilatérales à partir de sources telles que le Fonds monétaire international (FMI), l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), l’Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle (INTOSAI) et l’initiative mondiale pour la transparence fiscale (GIFT). Instrument de recherche basé sur les faits, cette enquête utilise 109 indicateurs pondérés de manière égale en se basant sur des critères internationalement reconnus. Et trois domaines sont concernés par l’enquête. Il s’agit de la transparence budgétaire, de la participation du public au processus budgétaire et du contrôle budgétaire.

Agnès Kaboré, chargée de l’enquête IBP au CGD

Pour l’enquête sur le budget ouvert 2017, sont évalués les évènements, les activités ou les développements qui se sont produits jusqu’au 31 décembre 2016. L’ensemble du processus de recherche a pris plus de 18 mois (août 2016 à janvier 2018) et a impliqué près de 300 experts dans 115 pays. Les réponses de l’enquête sont généralement étayées par des références à un document public, une déclaration publique du gouvernement ou de commentaires issus d’un entretien en face-à-face avec un représentant du gouvernement ou toute autre partie bien informée.

Transparence budgétaire : 43/100 en 2015, 24/100 en 2017

Ces indicateurs évaluent la mesure dans laquelle le gouvernement central met à la disposition du public les huit documents budgétaires clés en ligne en temps opportun et si ces documents présentent les données budgétaires de manière exhaustive et utile. Chaque pays est noté selon un score composite (sur 100) qui détermine son classement dans l’indice sur le budget ouvert. Et en ce qui concerne le Burkina, les résultats ne sont pas reluisants.

Présidium

En effet, sur la transparence budgétaire, le Burkina obtient seulement 24/100, un score nettement en deçà de celui obtenu en 2015 qui était de 43/100. C’est dire le pays met à la disposition du public des informations budgétaires minimales. Aussi, le gouvernement ne s’est pas montré cohérent concernant les documents qu’il a rendus publics au cours d’une année donnée. « Depuis 2015, le gouvernement burkinabè a diminué la quantité d’informations budgétaires qu’il met à la disposition du public en : produisant le rapport en cours d’année à des fins internes uniquement ; omettant de produire la revue de milieu d’année », précise le rapport d’enquête.

En outre, le Burkina n’a pas rendu public en temps opportun le budget citoyen. Il a également publié un projet de l’exécutif qui ne contient que des données budgétaires minimales.

Concernant la participation du public au processus budgétaire, le score est encore plus catastrophique, avec un score de 0/100. Le Burkina ne fournit aucune opportunité de participer au processus budgétaire. Pourtant, estime-t-on, « la participation du public dans la budgétisation est capitale pour plus de transparence ».

Le Burkina a perdu beaucoup d’acquis

Un public attentif

Enfin, sur le contrôle budgétaire, la donne est moins mauvaise, avec une note de 37/100. Cette note s’explique par le fait que « le corps législatif assure un contrôle approprié pendant la phase de planification du cycle budgétaire et un contrôle faible pendant la phase de mise en œuvre du cycle budgétaire ». L’institution supérieure de contrôle (Cour des comptes), elle aussi, assure un contrôle faible, en dépit du fait que la loi lui donne toute latitude pour procéder à des audits comme elle l’entend. Certes, bien que la Cour des comptes respecte les textes, « ses textes ne sont pas conformes aux normes internationales ».

« Nous avons constaté que le Burkina a perdu beaucoup d’acquis par rapport à la question de la transparence parce que nous n’avons pas eu la production et la diffusion du budget citoyen, ni des rapports d’exécution à mi-parcours, ni le rapport de fin d’année. Ce sont des éléments qui ont contribué à la chute du score par rapport à la question de la transparence budgétaire », a expliqué Agnès Kaboré, la chargée de l’enquête IBP au niveau du CGD.

Pour améliorer ses différents scores, il est recommandé au Burkina de mettre en place des mécanismes formels pour permettre à la population de prendre part aux processus budgétaires qui concernent aussi bien l’élaboration, l’exécution que le suivi de la mise en œuvre.

Pour plus de précisions sur l’enquête, voir : www.survey.internationalbudget.org

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 février à 11:10, par tenga En réponse à : Transparence budgétaire 2017 : Un net recul du Burkina par rapport à 2015

    nous on ne parle plus blaise est mieux depuis on vous dit

    Répondre à ce message

  • Le 13 février à 15:28, par par : Fasobiiga En réponse à : Transparence budgétaire 2017 : Un net recul du Burkina par rapport à 2015

    Le travail effectué par le CGD est salutaire mais à mon humble avis MINEFID a eu raison d’occulter ces 2 activités dans son programme qui n’apportent pas de plus value.
    - les rencontres effectuées chaque début d’année dans les chefs lieux de région pour présenter le budget à la population est budgétivore et n’apporte rien car le budget est disponible pour toute personne qui voudrait en exploiter.
    - la revue à mi-parcours du budget de l’Etat est produite maintenant par chaque ministère qui est ordonnateur de son budget et en tirer les recommandations. MINEFID n’est plus plus habilité à faire la revue pour l’ensemble des ministères.
    Pour dire que le CGD doit tenir compte des priorités du Burkina et la nouvelle donne qui est le budget programme dans son évaluation.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février à 17:42, par Amadoum En réponse à : Transparence budgétaire 2017 : Un net recul du Burkina par rapport à 2015

    Si nous sommes toujours au stade ou une entite externe dont des "LES BLANCS" vient nous apprendre ce qu’est et surtout comment vivre la transparence, nous sommes en train de perdre notre temps et celui des autres.
    Pour la seconde fois je partage, gratis, ce qu’est la transparence : tout ce que tu fais a ton boulot, surtout la gestion des fonds, doit etre facilement explicable et explique aux contribuables, au nom de qui tu travailles. Une fois que tu es incapable de faire ce point ou commences a douter, plus de transparence. Et voila !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés