Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

vendredi 12 janvier 2018 à 00h53min

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

La rentrée sociale 2017/2018 est marquée par une crise aigüe au sein de l’école burkinabè.

Cette crise est l’une des conséquences de l’application des programmes d’ajustement structurel dans le secteur de l’éducation. En effet, les injonctions des institutions de Bretton woods ont consacré le désengagement de l’Etat des secteurs sociaux comme l’éducation. Et depuis ce choix politique, on assiste à une privatisation de l’école au Burkina avec son corollaire de précarisation des conditions de vie des enseignants, des parents d’élèves et d’étudiants, le tout couronné par des résultats scolaires et académiques on ne peut plus catastrophique.

La mobilisation de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation est une réponse adéquate à une telle situation pour atténuer l’impact négatif des choix politiques nationaux, en réalité anti-nationaux au sein de notre école à travers les revendications ci-dessous :
• l’adoption d’un statut valorisant des personnels de l’éducation et de la recherche ;
• l’amélioration de l’accès à l’éducation ;
• l’amélioration des conditions de travail pour une efficacité du système éducatif ;
• la valorisation de la fonction enseignante.

Comme on peut le constater, cette plateforme revendicative citoyenne interpelle tous les démocrates, patriotes, progressistes et révolutionnaires de notre pays.
Face à ces doléances, le gouvernement de Paul Kaba THIEBA a brillé, une fois de plus, par la politique de l’autruche, faisant miroiter le risque d’une année blanche.
Le prétexte fallacieux de contraintes budgétaires ne vaudra que si le gouvernement s’engage résolument dans la répression de la délinquance fiscale, du pillage du sol et du sous-sol de notre pays, la lutte implacable contre la corruption, le faux, la fraude, le gangstérisme financier, le copinage, le clientélisme politique, les crimes économiques, etc.

Pour cela, le Syndicat Autonome des Agents du Trésor du Burkina (SATB) :
• soutient la juste lutte de la Coordination Nationale des Syndicats de l’Education ;
• interpelle le gouvernement quant à une issue prenant en compte les intérêts des travailleurs de l’éducation et de la recherche ;
• appelle les travailleurs de l’Education et de la Recherche à se mobiliser davantage autour de la Coordination Nationale des Syndicats de l’Education ;
• appelle ses militants à se tenir prêts pour tout mot d’ordre que cette crise susciterait.

- Non à la clochardisation de la fonction enseignante !
- En avant pour une école démocratique et populaire !
- Vive l’union et la solidarité entre les travailleurs !

Tous unis et déterminés, nous vaincrons !

Fait à Ouagadougou, le 10 janvier 2018

Pour le Bureau National, le Secrétaire Général

Séini KOANDA

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 janvier à 06:04, par YaaSiida
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    - Non à la clochardisation de la fonction enseignante !
    - En avant pour une école démocratique et populaire !
    - Vive l’union et la solidarité entre les travailleurs !

    C’est avec cet esprit de solidarité que le Burkina faso ira de l’avant. Merci pour votre soutien.

  • Le 12 janvier à 08:11, par seini
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    seini KOUANDA, Bien dit car Etent au trésor avec un fond Commun de plus de 1 700 000 mille francs CFA sans compter les Primes de Rendement par TRIMESTRE, tu est bien placé pour dire que l’ETAT BURKINABE, peut bien gerer la crise au sein du MENA. Car la somme débloquer par TRIMESTRE pour le FC atteint environ les 50 milliards , donc pour quoi pas ce montant dans l’année pour ceux qui enseignent les futures CADRE DE CE PAYS. MERCI SATB KOUANDA

  • Le 12 janvier à 08:22, par Truth
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    "Le prétexte fallacieux de contraintes budgétaires ne vaudra que si le gouvernement s’engage résolument dans la répression de la délinquance fiscale, du pillage du sol et du sous-sol de notre pays, la lutte implacable contre la corruption, le faux, la fraude, le gangstérisme financier, le copinage, le clientélisme politique, les crimes économiques, etc."

    Il y a de l’argent dans ce pays là. On veut nous faire croire que ce pays est pauvre. Certes, ce pays à des moyens limités, mais peut faire des exploits s’il les utilise à bon escient. Comment pouvez-vous comprendre qu’avec toutes les sociétés minières installées au pays, on n’arrive pas à améliorer le niveau de vie de ses habitants. On ne fait que spolier, brader les ressources de ce pays pendant qu’une minorité, sans foi ni loi, se la coule douce.

    Merci pour le soutien du SATB qui montre une fois de plus que les fonctionnaires doivent être solidaires pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

  • Le 12 janvier à 08:31, par M
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    Je crois que la solution : c’est Bassolma Bazié Président du Faso ; un gouvernement des SG des différents syndicats et à l’AN, siégeraient les délégués syndicaux. On aura la paix non !!!!!

  • Le 12 janvier à 09:05, par souobou boalidi
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    internaut3, que tu sois militant du MPP ou quoi, nous on sans fou de ta proposition, seul papa bon Dieu peut décider de qui sera président. Ce qui est sur, que tu aime Bassolma ou pas,il a notre soutien et pas des moindres, pour ne pas dire du peuple ! Loin de moi un partisans d’un parti politique ! suis secrétaire moi !

  • Le 12 janvier à 09:12, par Conscience éclairée
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    Les enseignants du Burkina sont bien rémunérés. En terme de salaire pur, Ils sont même mieux payés que les agents du Trésor, des impôts, des douanes et des finances. La seule différence discordante est le Fonds commun (FC) qu’il faut donc supprimer immédiatement pour ramener l’équité. On pourra laisser auxdits agents leurs primes de rendement qui sont vraiment spécifiques et liées à leur performance de recouvrement et de création de valeur ajoutée sur les fonds oisifs. En rappel, le fonds commun est un prélèvement direct sur les recettes du budget de l’Etat exécuté, lequel prélèvement que font trimestriellement les agents du Ministère des finances pour se partager des millions par trimestre. C’est du vol tout simplement. C’est vilain, c’est aux antipodes de l’orthodoxie financière. Enfin, voici les salaires du monde enseignant. A vous d’en juger.

    LES_SALAIRES_DU_PERSONNEL_ENSEIGNANT_DE_LA_FONCTION_PUBLIQUE_
    BURKINABE

    1. #ENSEIGNANTS_DU_PRIMAIRE

    #Instituteur_adjoint (caégorie C3)
    Salaire indiciaire (de base) : 63 326
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 30 000
    Indemnité d’astreintes : 21 500 (R), 19 000 (SU) ou 16 500 (U)
    Indemnité de technicité : 10 500
    Indemnité spécifique MENA : 3 000, 4000, 7 000 ou 15 000
    Indemnité de responsabilité pour directeur d’école primaire ou maternelle : 6 500

    #Instituteur_adjoint_certifié (caégorie C1)
    Salaire indiciaire (de base) : 74 786
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 30 000
    Indemnité d’astreintes : 21 500 (R), 19 000 (SU) ou 16 500 (U)
    Indemnité de technicité : 14 000
    Indemnité spécifique MENA : 3 000, 4000, 7 000 ou 15 000
    Indemnité de responsabilité pour directeur d’école primaire ou maternelle : 6 500

    #Instituteur_certifié (catégorie B1)
    Salaire indiciaire (de base) : 91 103
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 42 500
    Indemnité d’astreintes : 26 000 (R), 23 500 (SU) ou 21 000 (U)
    Indemnité de technicité : 20 000
    Indemnité spécifique MENA : 3 000, 4000, 7 000 ou 15 000
    Indemnité de responsabilité pour directeur d’école primaire ou maternelle : 6 500

    #Instituteur_principal (catégorie A3)
    Salaire indiciaire (de base) : 95 960
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 55 000
    Indemnité d’astreintes : 28 000 (R), 25 500 (SU) ou 23 000 (U)
    Indemnité de technicité : 22 000
    Indemnité spécifique MENA : 4 000, 5 000, 10 000 ou 20 000
    Indemnité de responsabilité pour directeur d’école primaire ou maternelle : 6 500

    #Inspecteur_de l’enseignement_du 1er_degré (catégorie A1)
    Salaire indiciaire (de base) : 123 932
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 55 000
    Indemnité d’astreintes : 28 000 (R), 25 500 (SU) ou 23 000 (U)
    Indemnité de technicité : 27 000
    Indemnité spécifique MENA : 5 000, 7 000, 15 000 ou 25 000

    #Conseillers_pédagogiques_itinérants (catégorie A2)
    Salaire indiciaire (de base) : 101 593
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 55 000
    Indemnité d’astreintes : 28 000 (R), 25 500 (SU) ou 23 000 (U)
    Indemnité de technicité : 23 500
    Indemnité spécifique MENA : 4 000, 5 000, 10 000 ou 20 000

    2. #ENSEIGNANTS_DU_SECONDAIRE

    #Maîtres_d’EPS et #Professeurs_de_Collège(général ou technique), catégorie B1
    Salaire indiciaire (de base) : 91 103
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 42 500
    Indemnité d’astreintes : 26 000 (R), 23 500 (SU) ou 21 000 (U)
    Indemnité de technicité : 20 000
    Indemnité spécifique personnel enseignant et d’encadrement : 10 000 (U), 12 500 (SU) ou 25 000 (R)

    #Professeurs_certifiés_de_CEG catégorie A2
    Salaire indiciaire (de base) : 101 593
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 55 000
    Indemnité d’astreintes : 30 500 (R), 28 000 (SU) ou 25 500 (U)
    Indemnité de technicité : 23 500
    Indemnité spécifique personnel enseignant et d’encadrement : 10 000 (U), 12 500 (SU) ou 25 000 (R)

    #Professeurs_des_lycées_et_collèges, catégorie A3
    Salaire indiciaire (de base) : 95 960
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 55 000
    Indemnité d’astreintes : 30 500 (R), 28 000 (SU) ou 25 500 (U)
    Indemnité de technicité : 22 000
    Indemnité spécifique personnel enseignant et d’encadrement : 10 000 (U), 12 500 (SU) ou 25 000 (R)

    #Professeurs_certifiés_des_lycées_et_collèges_et_professeurs_d’EPS, catégorie A1
    Salaire indiciaire (de base) : 123 932
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 55 000
    Indemnité d’astreintes : 30 500 (R), 28 000 (SU) ou 25 500 (U)
    Indemnité de technicité : 27 000
    Indemnité spécifique personnel enseignant et d’encadrement : 10 000 (U), 12 500 (SU) ou 25 000 (R)

    3. #ENSEIGNANTS_DU_SUPERIEUR

    #Maîtres_assistants (catégorie P3)
    Salaire indiciaire (de base) : 407 925
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 120 000
    Indemnité d’astreintes : 75 000
    Indemnité de technicité : 225 000
    Indemnité spécifique : 10 000 (U), 12 500 (SU) ou 25 000 (R)

    #Maîtres_de_conférence (catégorie P2)
    Salaire indiciaire (de base) : 621 600
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 120 000
    Indemnité d’astreintes : 75 000
    Indemnité de technicité : 275 000
    Indemnité spécifique : 10 000 (U), 12 500 (SU) ou 25 000 (R)

    #Professeurs_titulaires (catégorie P1)
    Salaire indiciaire (de base) : 714 840
    Indemnité de résidence : 10% du salaire de base
    Indemnité de logement : 120 000
    Indemnité d’astreintes : 75 000
    Indemnité de technicité : 300 000
    Indemnité spécifique : 10 000 (U), 12 500 (SU) ou 25 000 (R)

    #Légende : U=zone urbaine (Ouaga et Bobo) ; SU=zone semi-urbaine (autres chefs-lieux de régions sauf Ziniaré et Manga mais plus Koupéla et Pô) et R = Zone rurale (autres localités).
    #Sources : Décret n° 2014-427 du 19 mai 2014, Décret n° 2016-429 du 30 mai 2016, Décret n° 2017-495 du 16 juin 2017 et Décret n°2017-1158 du 30 novembre 2017

  • Le 12 janvier à 09:13, par RIMBILA
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    1 700 000 F de Fonds Commun le trimestre ? IL est venu rire de vous alors ! Ou bien pour sauvegarder sa fortune bâtie sur les horribles iniquités de traitement entre fonctionnaires de l’Etat. Sinon, quelle solidarité il peut exister entre les bénéficiaires repus et les victimes miséreux des iniquités ?

  • Le 12 janvier à 09:38, par l’imprévisible
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    vive l’union entre les travailleurs pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. félicitation à la SATB pour cette déclaration patriotique et citoyenne. La patrie ou la mort nous vaincrons !!!

  • Le 12 janvier à 09:43, par L’insurgé éclairé
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    Kouanda Seini. Voilà un incompétent notoire qui s’est caché au Trésor avec certains de ses acolytes et qui, sous son caractère hautain, impoli et irrespectueux de la hiérarchie, a su utiliser sa verve irresponsable pour mobiliser des camarades voleurs de la DGI et des Finances pour qu’ensemble, ils arrachent des avantages indus : le fonds commun (FC) qui est trimestriel et qui tourne en moyenne autour de 1 500 000 F par agent. Ce fonds commun est un prélèvement direct sur les recettes budgétaires étatiques et ne fait pas suite à un quelconque effort supplémentaire de recouvrement des recettes. C’est tout simplement du vol. Il faut savoir que ce fonds commun est différent de la prime de rendement qui est elle aussi trimestrielle et se défend car basée sur les efforts de recouvrement et de dépassement des prévisions de recouvrement fixées par l’Etat.
    De tout ce qui précède, il faut que le Fonds commun soit purement et simplement supprimé.
    Nous, peuple paysan, qui représentons près de 90% de la population et qui avons besoin de forages pour de l’eau potable, de barrages pour de la nourriture quotidienne, d’écoles, de dispensaires, de maternités, de gratuité des soins, exigeons la suppression pure et simple de ce FC et sa redistribution à tout le monde. A bas les voleurs du peuple, à bas la gabégie, à bas l’égoïsme, à bas le dictat de la minorité sur la majorité écrasante !

    • Le 12 janvier à 12:33, par asseta
      En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

      Humm mon cher ! que vos chiffres soient vrais ou faussent, supérieurs ou inférieurs, sache que tes doigts n’ont pas les mêmes tailles et à force de regarder dans l’assiette de l’autre, tu ne pourras jamais devenir "quelqu’un" dans ta vie parce qu’il aura des gens qui auront toujours plus que toi. En clair, tu vas mourir de chagrin. Quand Séni se battait avec ses troupes là, vos syndicalistes étaient où ? tu as un esprit que je ne sais comment le qualifier surtout face à quelqu’un qui est venu pour vous soutenir. Que tu sois enseignant ou pas, là où tu es bat toi cher insurgé éclairé.

      • Le 12 janvier à 13:55, par L’insurgé éclairé
        En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

        Tu n’as rien compris, toi. Je ne suis pas fonctionnaire. Je me débrouille dans le monde paysan. Je plaide pour nous autres démunis. Pendant que les uns mangent et se jettent dessus avec les morceaux restants, d’autres meurent de faim et de soif alors que les mêmes ressources devraient servir à tout le monde. Je réclame plus de justice et d’’équité. C’est tout.

    • Le 12 janvier à 15:04, par KTK
      En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

      Du courage à toi cher insurgé éclairé pour ton combat, mais entre nous il ne serait pas mieux pour toi de changer de travail pour t’en sortir si là où tu es ne te plait pas ? Même les métier que certains négligent, d’autres arrivent à s’en sortir. A force d’envier les autres on finit par les accuser d’être les responsables de ton échec si tant est que tu considère ta situation actuelle. Soi plutôt positif et ton jour va arriver un jour, si non on ne gagne rien en dénigrant les autres

  • Le 12 janvier à 09:48, par L’insurgé éclairé
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    J’ai oublié d’ajouter que Nous, Peuple debout, sommes prêts à descendre dans les rues pour appuyer le Gouvernement dans la suppression de ces vils fonds communs et de tous ces avantages indus. On a marre de la pourriture de cette élite sans moral.

  • Le 12 janvier à 12:12, par Sans rancune
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    Tant que le prix des produit de première nécessité sera indexer de façon primitive sur l’augmentation des salaires, on reviendra toujours à la case départ : les grèves.

  • Le 12 janvier à 12:33, par asseta
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    Humm mon cher ! que vos chiffres soient vrais ou faussent, supérieurs ou inférieurs, sache que tes doigts n’ont pas les mêmes tailles et à force de regarder dans l’assiette de l’autre, tu ne pourras jamais devenir "quelqu’un" dans ta vie parce qu’il aura des gens qui auront toujours plus que toi. En clair, tu vas mourir de chagrin. Quand Séni se battait avec ses troupes là, vos syndicalistes étaient où ? tu as un esprit que je ne sais comment le qualifier surtout face à quelqu’un qui est venu pour vous soutenir. Que tu sois enseignant ou pas, là où tu es bat toi cher insurgé éclairé.

    • Le 12 janvier à 13:55, par L’insurgé éclairé
      En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

      Tu n’as rien compris, toi. Je ne suis pas fonctionnaire. Je me débrouille dans le monde paysan. Je plaide pour nous autres démunis. Pendant que les uns mangent et se jettent dessus avec les morceaux restants, d’autres meurent de faim et de soif alors que les mêmes ressources devraient servir à tout le monde. Je réclame plus de justice et d’’équité. C’est tout.

  • Le 12 janvier à 13:55, par L’insurgé éclairé
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    Tu n’as rien compris, toi. Je ne suis pas fonctionnaire. Je me débrouille dans le monde paysan. Je plaide pour nous autres démunis. Pendant que les uns mangent et se jettent dessus avec les morceaux restants, d’autres meurent de faim et de soif alors que les mêmes ressources devraient servir à tout le monde. Je réclame plus de justice et d’’équité. C’est tout.

  • Le 12 janvier à 14:46, par Hubert
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    monsieur M tu démontre publiquement une carence et dont l’explication relève d’une scolarité gratuite. merci de comprendre et de te confier a un enseignant pour rééducation.

  • Le 12 janvier à 15:04, par KTK
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    Du courage à toi cher insurgé éclairé pour ton combat, mais entre nous il ne serait pas mieux pour toi de changer de travail pour t’en sortir si là où tu es ne te plait pas ? Même les métier que certains négligent, d’autres arrivent à s’en sortir. A force d’envier les autres on finit par les accuser d’être les responsables de ton échec si tant est que tu considère ta situation actuelle. Soi plutôt positif et ton jour va arriver un jour, si non on ne gagne rien en dénigrant les autres

  • Le 12 janvier à 22:18, par vérité sûre
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    chers enseignants arrêtez de publié vos salaires,vous oublier que vous salaires sont supérieurs au salaires d,autres agents de la fonction publique recruter au même niveau que vous.savez vous que vos prof classer en cat A1 gagnent plus qu’ un conseiller des affaires culturelles,un administrateur civil ou un administrateur des services touristiques

  • Le 12 janvier à 23:26, par alex nao
    En réponse à : Déclaration de soutien à la lutte de la coordination nationale des syndicats de l’éducation

    vraiment notre gouvernement devrait essayé d.avoir plus d considération pr le corps enseignant. Cè eux la base de toute qualification intellectuelle professionnel .Qui q ns sommes rappelons nous de notre maître d CP1. Seulma privilégions le règlement pacifique des différends ! N’abusons donc pas car cela pourrait devenir une exkuz d provocation

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés