Sport : Joël Meda, le roi du tennis burkinabè

LEFASO.NET | Par Jacques Théodore Balima • lundi 11 septembre 2017 à 18h00min

Les finales du championnat national de tennis se sont jouées le samedi 9 septembre 2017 au Burkina Faso. Joël Meda, Burkinabè résidant en Côte d’Ivoire s’est fait roi du tennis national en battant Namali Dabiré par deux sets à un sous le regard admiratif du parrain Justin Damo Barro, économiste et ancien gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sport : Joël Meda, le roi du tennis burkinabè

La finale sénior, à laquelle ont eu droit les invités, a tenu toutes ses promesses. Endurance, technique, combativité et génie ont été les maîtres-mots de cette grande finale. Joël Meda et Namali Dabiré, tous résidant en Côte d’Ivoire, habitués des finales du championnat national burkinabè de tennis, ont offert au public du spectacle.
Après une matière en compétition bien maîtrisée, Joël Meda a vite fait de remporter le premier set. Assailli par la fatigue inhérente à la durée de la manche, il relâche au second set. Son vis-à-vis en profite et rétablit la parité. Un set partout.

La course à la victoire est désormais relancée. Mais bien en jambes, Joël Meda n’hésite pas à envoyer son challenger aller balader. Il s’adjuge le troisième set, synonyme de victoire pour lui. « Ce n’est pas ma première fois de remporter le championnat. Je suis souvent venu ici pour y participer. J’ai cru à mes capacités jusqu’au bout. Après le premier set, j’ai senti un peu de fatigue ce qui m’a amené à relâcher un peu avant de me ressaisir au troisième set », a expliqué le champion.

Pour sa part, le finaliste malheureux a expliqué son échec par la fatigue. « C’était dû à la fatigue. Parce que depuis les quarts de finale, j’ai toujours eu des matchs difficiles. Et aujourd’hui, au troisième set, j’étais très fatigué », a-t-il indiqué.
Le vainqueur est reparti avec la somme de 250 mille francs CFA et le trophée. Le finaliste malheureux a quant à lui reçu la somme de 150 000 FCFA.

Une maturité pour le tennis burkinabè

Débuté le 6 septembre, le championnat a enregistré la participation de 85 joueurs venus de Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya et Côte d’Ivoire. Ils ont disputé près de 90 matchs en seulement trois jours. Pour le président de la Fédération burkinabè de tennis, la tenue de ce championnat est un pari relevé. « De sources dignes de foi, les confrontations étaient très relevées. C’est la preuve sans conteste que le tennis burkinabè gagne en maturité », a indiqué le président de la Fédération.
Pour le parrain, Justin Damo Barro au regard de la facilité de pratiquer le tennis, il est important d’encourager la vulgarisation sa pratique au Burkina Faso.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés