Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • lundi 11 septembre 2017 à 00h34min

La commune de Ouagadougou a procédé, ce samedi 9 septembre 2017, à la remise des animaux en divagation à leurs propriétaires après paiement des amendes. A peine la cérémonie terminée, le maire Armand Roland Pierre Beouindé est tombé sur un troupeau d’animaux en divagation sur une propriété du ministère de l’urbanisme et de l’habitat située aux abords de l’avenue France-Afrique.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

L’Homme et l’animal. Un ménage à deux difficile à gérer lorsque l’un laisse l’autre aller à sa guise. Dans la ville de Ouagadougou, il n’est pas rare de rencontrer en pleine circulation un troupeau de bœufs ou de moutons sans berger prendre en otage la route pendant de longues minutes. Pour les autorités communales, cela est inadmissible car la capitale n’est un lieu de pâturage. Conscientes que la divagation des animaux crée des problèmes de salubrité, d’hygiène et de sécurité, elles ont lancé depuis quelques jours une opération « musclée » pour éradiquer le phénomène.

Premier coup de filet, près de 150 bêtes capturées. En pareille situation, selon les textes, les éventuels propriétaires disposent de 48 heures, après la diffusion du communiqué, pour entrer en possession de leurs biens. Au cas contraire, les animaux seront vendus au profit des caisses de la collectivité. Eh, bien, ce samedi matin certains propriétaires étaient présents sur le site de l’ancien marché de Song-naaba pour le paiement de leurs amendes : 25 000 F pour un bœuf et 15 000 F pour un mouton. La cérémonie de remise terminée, il restait encore 09 bœufs, 21 moutons et 03 chèvres qui attendaient toujours de rejoindre leurs propriétaires.

Sur le chemin du retour, le maire de la ville fit une halte pour saluer le travail des jeunes et des femmes du projet HIMO (Haute intensité de main d’œuvre) chargées de rendre la capitale plus salubre et plus belle. Sur le grand terrain du ministère de l’habitat et de l’urbanisme, l’autorité tombe sur des animaux en divagation. Après une course poursuite, la police municipale aidée des femmes du projet HIMO réussirent à mettre la main sur une vingtaine d’animaux qui furent transportés rapidement à la fourrière. « C’est un signal fort envoyé vers les populations afin de les sensibiliser à respecter les règles de citoyenneté », a expliqué le maire Beouindé. Et de poursuivre « Notre intention n’est pas d’avoir des animaux en fourrière, notre but n’est pas d’avoir de l’argent par les amendes. Nous voulons un environnement sain dans cette cité ».

JPEG - 76.2 ko
"Nous ne sommes pas venus pour qu’on nous applaudisse"

A tous ceux qui veulent pratiquer de l’élevage, le premier responsable de la commune de Ouagadougou leur recommande de le faire dans les communes rurales tout autour de la capitale où il y a encore de l’espace. Il a également exhorté les maires d’arrondissement à prendre des dispositions afin de mettre fin à la divagation des animaux. « Nous ne sommes pas venus pour qu’on nous applaudisse. Nous sommes venus pour changer la vie des gens, nous sommes venus pour rompre avec ce qui se faisait de par le passé. Nous devons donc accepter de prendre des mesures courageuses pour améliorer notre cadre de vie », a-t-il martelé avant d’annoncer que la prochaine session du conseil municipal va se pencher sur la question afin de doter la commune d’un cadre juridique en béton pour éradiquer ce phénomène.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 septembre à 19:25, par Gangobloh
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Il faut que les textes s’appliquent à tout le monde. Ouagadougou n’est pas une ferme . Il faut que cela soit clair pour tout le monde . Aux heures de pointe , il perdre des minutes à attendre que les petits bergers passent avec leur troupeau de bœufs. J’ai dépensé plus 400 mille après avoir cogné des porcs . On ne doit pas s’emprendre seulement aux moutons et chèvres. Ceux ou celles qui veulent d’élevage , qu’ils /qu’ellesaillent dans les fermes . Il faut aussi voir le cas des charrettes à traction asine . Point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 19:58, par Sawadogo Lassane Esaïe
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    En fin nos autorités se réveillent.
    Bon courage !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 21:55, par Malick Sawadogo
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Le Maire de Ouagadougou est entrain de developer certe des initiatives louables en luttant contre la pature abusives des animaux à Ouaga. Toute fois, je qualifierai cela "d’aimer faire les choses faciles". Il y a bien d’autres questions plus urgentes et assasines sur lesquelles le maire et ses mairettes de Ougagadougou accordent peu de credit. Au nombre de ces questions, je citerai l’occupation abusives des voies et des canniveaux par des installations commerciales anarchiques ; aussi une loi a été votée pour controller l’installation des debits de boisson situées à 100 mètres des établissements scolaires. Tout cela se passe sous le regard "complice" du maire et de ses mairettes de Ouagadougou ; le cas du Lycée municipal de Tampouy est un des exemples les plus irresponsables. Monsieur le Maire nous ne voulons plus être victime des inondations à causes des occupations anarchiques des 6 mètres dans les quartiers.

    Répondre à ce message

    • Le 11 septembre à 07:07, par Raou
      En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

      Il faut bien commencé quelque part.
      Le Maire lui même le dit : il n’ai pas venu à la tête de la marie pour plaire mais faire bien son travail.
      Attendons voir la suite..

      Répondre à ce message

    • Le 11 septembre à 12:41, par Minute
      En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

      Monsieur Malick Sawadogo, c’est bien dit mais je pense qu’il faut toujours commencer par quelque chose. Si le Maire a commencé par la lutte contre la divagation d’animaux dans la capitale (SVP), c’est louable. Il faut qu’il continue dans cette lancée. Il faut qu’il aille jusqu’au bout. Des troupeaux de bœufs dans une capitale, je ne l’ai jamais vu, nulle part ailleurs. Et les propriétaires se disent être dans leur droit. Il faut que ça cesse. Tout ça, c’est de l’incivisme. Ce qui est marrant, les services de la voirie laissent souvent ces gros bétails circuler dans les rues à Ouaga et aller attraper des petits ruminants (mouton ou chèvres) attachés dans les herbes. ça aussi, ce n’est pas normal. On se demande si nous sommes dans un même pays avec les mêmes lois. Vivement que ça change. Pour les cas d’installations anarchiques sur les caniveaux, il faut que nous dénoncions ça avec la dernière énergie. Si on laisse Ouagadougou tel que ça se passe, des gens vont ériger des bâtisses sur la voie publique. C’est devenu un pays de hors la loi. Il faut qu’on réorganise notre mieux être ; autrement dit, ce sera un pays de sauvages. Vraiment, monsieur le Maire, vous avez du pain sur la planche. Du courage et continuez. L’avenir vous donnera raison. Salut !

      Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 22:04, par le sage 1er
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    fellicitations,monsieur le maire. on vous soutient.on n’acceptera pas que des individus salissent notre ville avec leurs betes qui ne sont que des biens a eux seuls.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 22:59, par M.S.
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Félicitations, MM. les Maires et vos collaborateurs / collaboratrices. Quand tout le monde prône le changement (le fameux ’plus rien ne sera comme avant’), en voulant que ce soit les autres qui changent sans vouloir changer soi-même, il faut des actes forts et das actions hautement dissuasives pour nous amener tous à prendre conscience. Comment peut on vouloir que les autres ne soient plus comme avant tout en voulant demeurer soi-même comme avant ? Il y a un temps pour serrer la mine, un temps pour sourire et un temps pour s’applaudir réciproquement. BON VENT

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 23:03, par ouedr.SAID.
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    belle initiative pour rendre la ville beaucoup plus salubre ;seulement je ne comprend pas pourquoi ce sont seulement les moutons et les bœufs qui été visés.les porcs sont beaucoup plus nocifs et on connais les heures pendant lesquelles ils commettent les dégâts dans les quartiers.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 00:16, par Yameogo
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    D’une manière générale, nos autorités ont des difficultés à déterminer leur rôle. Du ministre chef de sentier ou superviseur de travaux, ou ministre courant au chevet des victimes des accidents de circulation ou victimes des terroristes, au maire chasseur d’animaux dans sa ville, je pense qu’il faut situer à chacun sa responsabilité, qui doit être un savant dosage de bureaucrate et homme de terrain.
    A quoi servent les différents représentants qui sont sur le terrain ? Si vous n’avez pas confiance en eux, relevez les de leur fonction.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 09:32, par Raou
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Franchement même dans les concessions l’élevage est pratiqué.
    Et quant-il pleut alors là bonjour les odeurs.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 14:42, par will
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Mes félicitations et encouragements pour cette lutte contre la divagation des animaux dans la ville de Ouagadougou tout en espérant une continuité sans trêve à cette opération.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 08:18, par ZOUNDI Léontine
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    OUAGADOUGOU n’a rien d’une ville ; Ce sont des villages rassemblés en un seul. Un constat :
    les quartiers qui sont en plein coeur de Ouagadougou tels que BILBALGO, ST léon, Samandin, Koulouba et autres. Rentrez à l’intérieur des 6m de ces quartiers et vous allez vomir de dégoût surtout en période de saison pluvieuse.
    En périphérie ce n’est guère mieux : les sachets, les poubelles à ciel ouvert, les immondices... Que font les maires des quartiers périphériques ? Rien du tout.
    Qu’est-ce que OUAGADOUGOU a d’une ville ? Rien du tout.
    A part le centre ville avec les immeubles et les routes goudronnées qui conduisent dans les ministères, dites, franchement qu’est-ce que OUAGA a qu’on puisse qualifier de ville ?
    Je le dis et je répète, OUAGADOUGOU est un ensemble de villages reliés les uns autres dans ce que nous appelons chez nous LOTISSEMENT.
    Les gens vivaient tranquillement dans leurs espaces où tranquillement ils menaient leurs activités d’élevage. Du coût, leurs espaces ont été lotis. Aucun autre espace n’a été prévu pour eux pour continuer leur élevage, aucune activité de rechange et vous voulez qu’ils fassent quoi de leurs animaux ? Qu’ils aillent les paître où ?
    Avec les prétendus lotissements, les villages ont été envahis, transformés, mais leurs habitants sont restés les mêmes : des villageois.
    C’est pareil pour les garages que l’on trouve dans tous les 6m. Qu’est-ce que l’autorité a prévu faire ? Nous envoyer à Boussé réparer nos véhicules !!!
    Même dans les nouveaux lotissements on constate que rien n’est prévu alors qu’ autorités et experts savent que rien n’a changé de nos habitudes et de nos mentalités.
    Pas la peine qu’un maire se donne en spectacle en courant derrière des animaux.
    Il y a mieux que ça à faire : Voirie, éclairage, assainissement, mise en place des poubelles publiques et ramassage des ordures, police de l’hygiène et de la propreté, amendes.....point barre.

    Répondre à ce message

    • Le 11 septembre à 09:42, par Ragnangué
      En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

      Tout à fait d’accord avec Léontine ZOUNDI. Un bon plan d’aménagement doit tenir compte des toutes les réalités socio-culturelles, les habitudes des populations. Ecoutez, on ne peut pas vouloir une chose et son contraire, Monsieur le Maire est en déphasage avec les défis du communs des burkinabés, et c’est dommage ! Comment veut-on produire et consommer burkinabé ?
      Comment voulez-vous que chaque burkinabé, qui qu’il soit, où qu’il soit participe un tant soit peu l’émergence de l’économie du pays ?
      Que dire ses milliers de citoyens ouagalais (toutes catégories et professions confondues) scolarisent leurs enfants, les soignent et les nourrissent à partir des retombés de ce petit élevage ? Tout le monde (nos autorités surtout) chante que l’économie de ce pays repose sur l’agriculture et l’élevage, mais vous croyez que c’est l’élevage extensif en campagne qui sortira notre pays du marasme économique ou qui améliorera les conditions de vie de nos populations ? Je suis désolé ! Je suis d’accord que les animaux ne doivent être laissés en liberté dans la ville. Je suis contre leur divagation, mais je suis foncièrement contre le fait que le maire dise que la ville n’est pas une zone d’élevage. Je me souviens encore que le Président SANKARA, prônait la création de jardins potagers dans chaque famille, le développement de l’élevage domestique, et mieux l’élevage et même l’agriculture au niveau des services étatiques et dans les casernes. Nous avons vu les résultats en quatre ans de pouvoir de la révolution. Ce n’est que de cette manière que nous atteindrons l’autosuffisance alimentaire et pourrons enfin dire merde à la France, merde au franc CFA entre autres
      Que veut Béwindé Armand ? Que nous dépendions toujours de l’extérieur, de L’impérialisme, que nous demeurons toujours des éternels consommateurs des produits OGM, au gré des pays occidentaux, alors que nous disposons de tout le potentiel, les capacités de produire propre pour notre consommation ? Monsieur le Maire, si vous n’avez pas pitié de la majorité des populations qui tirent le diable par la queue, ayez au moins peur de Dieu. Qu’on essaye avec l’appui des techniciens du ministère en charge des ressources animales, de réorganiser ce secteur et de l’encadrer oui ? Mais que Ouagadougou n’est une ville ou il faut faire l’élevage, je suis désolé. Les lotissements devaient prévoir des zones de pâturage à cet effet. Est-ce que nos enfants ont de l’espace pour s’amuser, se divertir dans nos secteurs ? Tous les espaces prévus pendant les lotissements ont été bravés par des maires véreux, qui se la coulent douce jusqu’à présent sans être inquiétés (faites un tour dans les Arrondissements 3 et 4, ex Nongr-massom et Signoghuin).
      Monsieur le Maire, je vous conseille d’aller écouter les policiers de la municipalité de Ouagadougou, même si vous n’avez pas de solution pour l’instant à leur problème et laissez nous respirer.
      Monsieur le Maire, laissez-nous AVANCER, point barre !
      Sans rencune !

      Répondre à ce message

    • Le 11 septembre à 09:46, par kobi
      En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

      Bien dit MME ZOUNDI. Des parcelles d’habitation transformées en garage auto, ou en pâturages, des ruelles transformées en dépotoir d’ordures ; exemple pattant à KARPALA ; arrondissement 11 ; Ml le MAIRE il n’ya pas de bennes à ordures à KARPALA
      On s’en fout ; point barre ???

      Répondre à ce message

    • Le 11 septembre à 13:15, par Ma soeur
      En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

      Ma soeur Zoundi Léontine, votre analyse est pertinente. Vous décrivez parfaitement la réalité de Ouagadougou. Pour que Ouaga ait l’allure d’une ville et mieux, d’une capitale, il nous faudra du temps. Il nous faudra une vraie stratégie d’actions de viabilisation et d’assainissement comme vous le soulignez et surtout beaucoup d’éducation et de sensibilisation des habitants.
      Vous parlez des 6 mètres nauséabonds avec des élevages anarchiques de toutes sortes d’animaux : porc, mouton, âne, cheval, volaille, bœuf et c’est du vécu au quotidien, je vous l’accorde. Il y a aussi les chiens et chats errants et même aussi des hommes et des femmes errants. Dans ce Ouaga qui n’a plus du tout l’allure d’une capitale, on trouve de tout sur la voie publique. Animaux et humain qui compromettent dangereusement la circulation sans compter les charrettes et les tricycles qui eux aussi déambulent au hasard comme tout le reste.
      Avant même de faire des lotissements sauvages en repoussant les villageois périphériques dans leur retranchement, nos experts ici au Faso, ne savent pas creuser et entretenir des caniveaux, indispensables pour l’écoulement des eaux de pluie et donc pour l’assainissement de la voie publique et des habitations. Quand il pleut à Ouaga, à Bobo et même partout au Burkina, c’est le potopoto et l’accumulation des sachets et des déchets partout. La gestion des déchets n’est vraiment pas maitrisée chez nous. C’est à vomir !
      Que dire de nos routes défoncées et ravinées par les eaux de pluie qui causent des accidents à tout va, notamment quand personne ne respecte le code de la route. Les panneaux de signalisation sont un décor ni plus, ni moins.
      Oui, je suis d’accord avec vous, Ouaga est un conglomérat de petits villages avec des villageois en majorité, surtout dans sa périphérie. Ces personnes doivent être accompagnées en effet dans leurs activités ou dans leur reconversion professionnelle et doivent être sensibilisées constamment afin qu’elles comprennent qu’elles sont désormais intégrées dans une zone urbaine où on ne peut pas se comporter comme dans un village. Il faut la même chose à Bobo qui n’a rien non plus d’une capitale économique.

      Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 08:48, par Sayouba
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Bonjour. Merci pour cette action très salutaire. Il faut ajouter qu’au-delà de l’aspect assainissement de notre environnement, c’est surtout la de notre sécurité qu’il s’agit. Il n’a pas très longtemps j’ai assisté au blocage de la circulation au rond point de la Patte d’oie. Une autre fois c’était sur la circulaire, malgré la densité de la circulation, en allant vers Ouaga 2000 juste après le feu du SIAO nous sommes tombés nez à nez face à bœuf et nous sommes livrés à des acrobaties inimaginables pour avoir la vie sauve. Vivement que cette action soit pérennisée afin de préserver la population des accidents.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 09:19, par Un citoyen
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Tous nos encouragements monsieur le Maire, mais il ya des pratiques plus nuisibles que celles que vous combattez aujourd hui.
    Les auberges implantées en pleine zonne d’ habitation et d’ école, de service faisant office de chambres de passe, les garages et ateliers de soudures métalliques bruyant, des maquis faisant du tintamarres à vous couper le souffle......
    Et que dire des gros engins qui circulent quand ils veulent et où ils veulent ?
    Dans toute la sous région, si ce n’ est au Burkina, ailleurs cela n’ est pas possible

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 09:42, par Ninja Choc
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    C’est bien mais, c’est pas la solution miracle à ce fléau. Combien d’aires non aménagées sont dans la ville de Ouagadougou ? les espaces verts devenus dépotoirs d’ordures pleins d’herbes ? les hautes herbes des terrains-dépotoirs d’ordures et repères de drogués et brigands du Projet ZAKA ?
    S’il n’y avait pas tout ça en ville, les propriétaires de ces animaux ne les y laisseraient pas paître, ils seraient obligés d’aller dans les communes rurales jouxtant la capitale pour faire leur élevage. C’est ça aussi la vérité !

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 10:13, par Vou Ossi
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Enfin, quelqu’un qui s’en émeut. Ouaga2000 qui semble avoir été fait pour être clean est un pâturage à bœufs et les meilleurs goudrons servent de dortoir aux chevaux. Les arbres plantés à coté des domiciles sont broutés et on tolère : jusqu’à quand ? Bravo Monsieur le Maire. Ne nous laissez pas résoudre ça entre nous. Si tu parles, c’est toi le mauvais voisin.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 10:23, par tewende
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Avec cette mesure nos plantes pourront survivre.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 10:53, par LEVERSER
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Merci mr le maire, cette initiative est louable. Pour tout une capitale s’en était trop. on se croirait dans un village.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 13:10, par anta2@yahoo.fr
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Merci et c’est à saluer quand des chiens et cochons renversent les usagers en les tuant ou les laissant des séquelles à vie, je pense que cette action est la bonne pour un pays qu’on veut émergent.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 14:59, par TIENFO
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Une telle opération doit être précédée d’une sensibilisation audio-visuelle massive à l’échelle communale et régionale. Il faut sensibiliser et encore sensibiliser. Il faut repartir à l’école de Thomas SANKARA pour obtenir de bons résultats d’une telle opération

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 16:12, par Lavieille
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Même réaction que le n°15 tewendé. Dans notre quartier à silmiyiri, les troupeaux de chèvres, de moutons, des bœufs et quelques ânes. Les bœufs sont guidés par des petits enfants qui les moyens, mais les mouton, les chèvres, les cochons et les ânes se promènent toujours seuls. Mes plantes ne peuvent jamais dépasser la longueur de la grille depuis des années. C’est en mi-juillet que ça ralenti à cause de la culture des arachides dans les parcelles vides. Et dès octobre, tanpis pour ceux qui n’ont pas récolté. Ils broutent nos plantes et c’est leur caca qu’on balai chaque fois devant nos portes. Je félicite M. le Maire je souhaite que cette opération s’étende sur tous les quartiers lotis de Ouaga et soit permanente et non temporaire. Même les ânes divagues dans notre quartier. Il y a de ces nuits qu’on peut même pas dormir à cause les cris des ânes, un âne peut se promener et venir tard se coller à ta maison et crier jusqu’au petit matin. Une fois j’ai faillis mourir en ouvrant très tôt à 5 heures, le portail de ma maison pour balayer la devanture, et voilà que je cogne un âne noir qui s’était tout juste arrêter à ma porte. Je suis tombée à la renverse et vous jure que cette journée là je suis restée au lit jusqu’au soir car étant hypertendue mon cœur a faillit s’arracher. Son caca est resté làbà jusqu’au lendemain.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 16:51, par LOS
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Félicitations M. le Maire ! Poursuivez par le nettoyage du cimetière municipal de Ouagadougou. Ce lieu est devenu une véritable forêt. Aussi il faut engager comme par le passé, l’abattage des chiens et chats errant. Ce n’est pas normal que ces animaux dangereux se retrouvent dans les rues et souvent prêts à agresser les passants ou ceux qui fréquentent les maquis. Il faut aussi trouver une solution aux malades mentaux en divagation dans notre capitale. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 22:37, par Enfin
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Chez moi c’est le comble, les moutons de mon voisin dorment sur mes pavées. C’est tout comme si j’avais posé les pavées pour les moutons. Et je ne peux rien dire car il estime qu’il est dans son droit. Pour éviter qu’il ne soulève le quartier contre moi, je suis obligé de faire laver régulièrement mes pavées à cause des urines et des déchets de ses moutons et simplement me taire. Mais comme chaque chose a une fin, j’ose croire que c’est la fin de mon calvaire. Merci monsieur le Maire.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 10:37, par Ditout
    En réponse à : Commune de Ouagadougou : Une croisade contre la divagation des animaux

    Je me rappelle qu’une fois j’étais au maquis koom-nooré à kamboincé avec des amis, je vous jure que les porcs veulent manger sur la même table que nous. Dès que des clients quittent ils placent les deux pieds de devant sur la table et ils mangent les restes de la nourriture dans les assistes.. Il y en a même qui renversent les tables pour pouvoir manger. Depuis ce temps, je n’ai plus mis pied à koom-nooré. Les chiens passe dessous nos jambes pour ramasser les os. C’est incroyable.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés