Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

La proposition d’Aboubacar Nakanabo • dimanche 16 juillet 2017 à 13h48min

Que chacun des 150 000 fonctionnaires de l’Etat burkinabè cède la "petite monnaie" sur son salaire pour alimenter un fonds qui servira à la construction de classes pour éradiquer les "écoles sous paillotes" ; c’est la proposition d’un facebookeur du nom d’Aboubacar Nakanabo. Une proposition que relayons ici de par son audace et son originalité. Le défi et le débat sont lancés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

Bonjour chers collègues fonctionnaires,

Il parait que nous sommes seulement 150 000 et que nous voulons nous accaparer toutes les ressources de l’État. Je ne sais pas si c’est vrai ou faux mais je voulais juste faire une suggestion à mes 149 999 collègues fonctionnaires.

Vous voyez, quand on prend nos salaires, il y a toujours des petits montants la-dessus. Par exemple, si votre salaire est de 210765, j’appelle petit montant les 765 francs. En d’autres termes, on arrondi le salaire aux 1000 francs inférieurs et votre salaire sera de 210 000. Pour un salaire de 176123, on retient 123 francs et la personne perçoit 176 000.

Voyez-vous chers collègues, ce montant qu’on va retenir sur votre salaire ne représentera presque rien pour vous mais a l’échelle des 150 000 fonctionnaires c’est une fortune.

Supposons qu’en moyenne, on a 400 francs par fonctionnaire et par mois.
La contribution des 150 000 fonctionnaires donnera 400 x 150 000 = 60 000 000.

Il parait que la construction d’une école de 3 classes ne dépasse pas 15 millions. En supposant que c’est vrai, les 60 000 000 font 4 écoles par mois et donc 48 écoles par an.

On peut recenser les écoles sous paillotes et faire chaque mois un tirage au sort pour designer les écoles qui seront construites chaque mois. On pourra fièrement écrire au fronton de chaque école : "CETTE ECOLE A ETE REALISEE GRACE AUX EFFORTS DES 150 000 FONCTIONNAIRES DU BURKINA FASO". Quelle fierté !

Mise en oeuvre pratique

Les fonctionnaires donnent leur accord à la solde qui va donner l’ordre aux différentes banques de faire systématiquement un arrondi des salaires aux 1000 francs inférieurs et de reverser les sommes dans un comptes qui sera ouvert a cet effet.

Je vous assure que c’est faisable, personne ne sentira l’effet sur son salaire et c’est le Faso qui gagne. On ne le fait ni pour le MPP, ni pour l’UPC, ni pour le CDP, ni pour BORI BANA, ni pour le Réseau Dignité, ni pour le Balai citoyen. On le fait pour le BURKINA FASO.

Imaginez si nos frères du secteur privé se fâchent et décident de faire la même chose pour montrer qu’ils sont aussi patriotes.

Pour la gestion des fonds

Étant donné que ce n’est pas des ressources publiques, la gestion n’est pas confiée a l’État. Chaque syndicat des travailleurs envoie un représentant et on met en place un comité de gestion composé uniquement des représentants des syndicats des travailleurs.

PS : ce post est très sérieux. Si tu peux donner des idées pour la mise en oeuvre a partir du mois d’août 2017, je t’attends.

Aboubakar Nakanabo

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 juillet à 14:06, par Billa
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Pas mal comme idée, après les écoles, des infirmeries les
    Routes etc.....je suis pas de la fonction public je serai partant
    Il faut vraiment qu au fasse quelque chose pour c pays en se
    Privant d une bière on donne une action à la nation. .
    Ns : que la gestion du capital sois dans la mains des femmes. .
    Peace

    Répondre à ce message

    • Le 16 juillet à 20:58, par Cequejenpense
      En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

      Il semble que l’auteur de la proposition Aboubacar Nacanabo est inspecteur des impots donc emarge au fonds commun. Le fond commun n’est pourtant rien d’autre qu’une partie de la contribution de tous les burkinabe pour le pays. Qu’il commence par renoncer a ce FC qui peut construire plus d’ecole que cette cotisation. Ensuite nous y adhererons. Je suis sur que meme des non fonctionnaires seront partants.

      Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 07:41, par Nak
        En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

        Internaute cequejenpense !!!!

        Sans vouloir te manquer de respects, il faut avouer que tu n’en mérites point. Tout d’abord, c’est faux, le FC de Nakanabo ne peut pas construire une école, ensuite tu ne commentes pas un seul instant sa proposition qui est pourtant unanimement saluée et enfin, tu es sûrement un aigri qui jalouse le bien d’autrui, en l’occurrence ici la brillante idée de nakanabo et son FC. T’auras jamais FC, t’auras jamais de bonnes idées ni pour toi ni pour les autres. Point barre.
        Pauvre type.

        Répondre à ce message

        • Le 17 juillet à 10:25, par kwiliga
          En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

          Alors ça commence par "sans vouloir te manquer de respect", pour se terminer par "pauvre type"...?
          Je me demande même comment les modérateurs peuvent laisser passer ce genre d’insultes !
          Mais bref, l’important n’est pas là. L’important, c’est qu’à chaque fois que quelqu’un s’insurge quelque peu contre la caste des grands privilégiés, les seules réponses qu’il reçoit sont du type : "tu es un aigri", tu es un jaloux", "toi même tu as raté concours", etc...
          Mais quelle morgue, quel orgueil et surtout quelle vision étroite de ce que peut-être l’ambition d’une personne, de ce que peut représenter sa quête personnelle du bonheur.
          Pour ma part, je ne suis pas fonctionnaire et je n’ai jamais cherché à le devenir.
          Du fait, je vis beaucoup mieux, en échappant ainsi au fardeau de la honte, que représenterait pour moi, le fait de faire partie d’une caste de privilégiés improductifs, vivant au crochet d’un peuple misérable.
          Pour revenir à l’idée initiale, elle relèverait d’un véritable humanisme, si elle prenait sincèrement en considération les paramètres réels qui font notre pays.
          Quand seront donc abolis la corruption et les privilèges, les détournements et les abus de position, quand ce pays aura recommencé à faire un pas vers l’intégrité, alors, à ce moment là, que les fonctionnaires tentent de redorer leurs blasons ternis, en sacrifiant une bière par mois, oui, à ce moment là, pourquoi pas ; mais dans la situation actuelle... de qui se moque-t’on ?
          PS : Ayez la gentillesse d’éviter de me répondre que je suis un aigri,... je le sais déjà.

          Répondre à ce message

        • Le 17 juillet à 17:23, par Sougrnooma
          En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

          Bonsoir Mr NAK
          Tout d’abords, il faut respecter l’avis de chacun. personne n’est obligé d’être d’avis pour cette idée qui n’est pas nouvelle, mais qui a le mérite d’être porté sur la toile et d’avoir comme cible les fonctionnaires. Nous l’appliquons en ce moment dans nos villages et communes et cela se fait auprès des gens de confiance. J’en ai fait expérience pour l’élevage dans un village avec l’aide de promotionnaires et amis volontaires.
          Personnellement, je pense qu’il est mieux d’entreprendre des actions même petites soient telles, et progressivement nous allons réduire les écarts de conditions de vie.
          L’équité voudrais que ceux qui gagnent plus donnent plus et j’espère que la question des fonds communs tant revendiqués va permettre aux bénéficiaires de montrer leurs patriotismes, si jamais ils savent d’où proviennent à termes les fonds collectées par le Trésor et les impôts !

          Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 14:33, par Anta
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Ne culpabilisons pas. Être fonctionnaire n’est pas totalement une malédiction, la preuve est que des milliers de gens se bousculent chaque année pour le devenir. Les 150000 fonctionnaires sont nécessaires à l’Etat voilà pourquoi on les a recrutés. Et les écoles sous paillotes ne sont pas dues au nombre élevé de fonctionnaires mais à une mauvaise planification des gouvernants. Monsieur Nacanabo est certainement de bonne volonté, mais l’expérience a montré que cette sorte de "fonds national de solidarité" a toujours fait flop au Burkina de nos vieux politiciens sans vision. Mieux vaut rassembler les fonctionnaires de ton village et céder vos cent francs cent francs par mois pour construire vos écoles et vos csps que de le faire au niveau national. Il faut d’abord chasser tous ces vieux politiciens qui nous tirent en arrière et qui mettent leur incurie sur le dos des fonctionnaires.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 14:56, par Lat Dior
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    si l’etat recouvrait les prelevements illites dans ses font et luttait contre les pillages sous toutes ces formes, ce probleme n’en serait plus un. on peut aussi voir du coté des magistrats qui ont des gros salaires et des deals. mon salaire ne contribuera pas a construire une ecole a la merci des politiciens et du PNDES

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:50, par Ami
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Très belle proposition pour apporter une contribution patriotique à l’œuvre nationale de développement. Je proposerais même que le montant soit relevée à 1 000 F par mois. Ces ressources pourraient servir à construire des écoles, des dispensaires, à acquérir des ambulances. A une époque inoubliable, cette contribution avait été nommée Effort Populaire d’Investissement (EPI). J’approuve totalement car nous devons aussi compter sur la mobilisation des ressources propres.

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet à 06:02, par lavipère
      En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

      Ne comparer pas le temps ou l’on retenait une partie des salaire pour en faire un effort populaire d’investissement « EPI »
      a cette époque ou ceux la qui donne le bon exemple sont corrompus et n’ont aucune confiance de la part de ceux la qui sont chargés de cotiser. A l’époque de l’EPI tout le monde avait confiance et adhéraient parce qu’on avait confiance aux dirigeants de l’époque. En son temps si on te prenait dans une affaire louche « GAW ».

      Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 16:17, par LePigeonRêveur
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Super comme proposition, je m’engage avec fierté et dignité pour ce projet : " si chacun donnait un peu de soi-même pour les autres, le monde serait meilleur" Qu’Allah te benisse Nakanabo !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 16:59, par Mafoi
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Mes chers fonctionnaires,faites ce que vous demande Mr Nakanabo et vous verrez qu’il y aura toujours des classes sous paillote.Je pense sincèrement que ce problème et tant d’autres n’est pas une affaire d’argent mais une volonté manifeste de nos dirigeants d’asservir un pan entier de la population pour mieux l’exploiter.Pensez-vous que si tous les Burkinabè se retrouvaient un jour les yeux ouverts comme Sankara Thomas l’avait voulu,ces politiciens ni vision et sans programme pouvaient faire ce qu’ils font depuis 30 ans pour parvenir à leur fin,à savoir les achats de conscience avec de simple riz gras ?La construction d’une école décente coûte que dalle mais nos dirigeants préfèrent payer des voitures de luxe qu’ils ne pourront pas entretenir car personne de qualifier pour ça puisque le niveau supérieur est délaissé avec des blanchiments des années académiques et autres aberrations.Pendant ce temps,leurs progénitures se la coulent douce dans les universités européennes et à nos frais puisque l’argent qui sert à les entretenir proviennent des pillages que leurs parents opèrent sur nos maigres ressources

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 17:25, par Aly SAKOUNIA
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Le post est sérieux certes !!! Le projet de contribuer au développement du pays est noble. C’est patriotique. Je suis pour le projet et j’adhère mais il y a quelques tout petits préalables... Et parmi ces préalables il y a le bilan des programmes et projets d’investissement dans l’éducation (PDEB etc..), les reformes et reformettes des enseignements primaires, secondaires et universitaires (les intra muros, les extra muros, le LMD). Quelle est la contribution actuelle des IUTS des travailleurs du public et du privé dans le budget de l’Etat ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 18:11, par TGV
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Bonjour, je ne donne pas mon argent, si tu veux donne pour toi OK, je travaille pour nourrir ma famille et mes parents. Au Burkina il n’y à pas de problème d’argent mon frère. Mon frère combien de personnes ( député, ministre, directeur,) doivent de l’argent aux caisses de l’État. Moi fonctionnaire ne sais pas que le trésor public peut prêter de l’argent à des individus. Ils vont payer les crédits au trésor public d’abord, et nous verrons s’il y aura des problème de finance pour les travaux de construction des salles de classes.sans être jaloux les propriétaires des celibaterium que je loue à 40000 FCFA ne paye pas d’impôt mais je paye l’impôt sur le revenu mensuel.
    Des députés avec des éboulements ne peuvent pas laissés les 1000000 FCFA par an pour la fête à la construction des salles de classe. En Europe les députés vont au parlement avec des transport en commun .Ici chacun s’achète une v8 après son élection à l’Assemblée nationale .
    Je refuse je ne mourrais pas de faim pendant que d’autres font des excès de gras .en argent on parle pas de petite monnaie.
    Comme tu le sais que la facture d’eau ou de courant n’est pas exacte sans cette monnaie 10000 FCFA ne vaut rien aussi.
    Je refuse
    Patriotisme = exploitation
    Il faut construire une société juste, égalitaire c’est cela la démocratie
    Interdit au président les missions inutiles= une écoles de plus
    Au séminaire et ateliers inutiles= Une salle de classe construite
    Je refuse, je ne donne pas mon argent.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 19:20, par PODA
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Belle initiative ! souvent tu as envie de donner mais avec une maigre ressource tu es gêné de prendre isolement 1000 F ou 5000F aller donner à une école ou à une infirmerie car cela ne sera qu’une goutte d’eau dans un océan de problèmes. Il faut plusieurs gouttes d’eau pour remplir un océan. Vivement que ce projet voie le jour.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 20:05, par bof !
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Quand les fonctionnaires délocalisent un séminaire à Kombissiri pour des perdiems alors qu’ils dorment tous les soirs à Ouaga... cela représentent combien ? bien plus !!! Cherchez l’argent là où de TRES TRES GROSSE ECONOMIE SONT POSSIBLE ! Un salaire reste un salaire jusqu’au F près. Pour ceux/celles qui sont d’accord dans leur COM seront aussi les premiers à râler lorsqu’ils verront une coupe à la fin du mois. Alors, ne soyez pas plus royaliste que le roi.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 20:29, par SOME
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Tu vois mon frere, ton idee n’est pas mauvaise, tout comme elle n’est pas nouvelle. Je dis qu’elle n’est pas nouvelle car sous la revolution avec thomas sankara c’est ce qui se faisait. Mais la difference avec aujourd’hui, c’est que a l’epoque, la revolution ne demandait pas ce sacrifice (car c’est un sacrifice, il faut le reonnaitre) a quelques uns seulement : on l’appliquait a tout le monde, a commencer par les ministres eux-mêmes. On avait diminué leur train de vie, on avait vendu les mercedes et cadillacs rutillantes pour prendre l’argent construire des ecoles. De plus chacun était libre de contribuer selon ce qu’il voulait a une caisse de solidarité nationale. Et pas un centime n’était detourné. Je te signalerai que certains ont dit que sankara faisait de la dictature car il retirait l’argent des gens.

    Je serais d’accord avec toi si aujourd’hui nos presidents de l’etat comme celui de l’assemblee nationale, eux qui ont été « votés » pour servir le peuple, si eux ils donnaient l’exemple avec leurs milliards gagnés a la sueur de leur front comme mes camarades fonctionnaires. Je t’assure si Salif ou Roch donne 1milliard sur ses 4 milliards, j’en donne deux… walaî, parole de lobi ! mɛ̀rɛ̀… tu ne me crois pas hein !!! tu as tort !

    Et puis entre nous, est ce que vraiment a l’heure actuelle, le burkina manque de quelques milliards pour quelques ecoles qui ne portent le nom d’ecole que parce qu’il y a 4 murs et un toit et des bancs. La premiere solution, c’est avoir une volonté politique de mettre l’education comme la priorite des priorites ; c’est du BABA dans une gouvernance telle celle de nos pays.
    on a donné des salaires scandaleux aux magistrats dans un pays comme le burkina car eux ils peuvent enterrer les affaires ou dire un droit injuste plutot que de construire des ecoles... Tous nous ne sommes pas fonctionnaires de la meme facon.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 20:34, par Cequejenpense
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Tres bonne idee. Seulement, dans un pays ou les dirigeants font de mauvais choix sur le budget de l’Etat au detriment des priorites, dans un pays ou certains s’enrichissent du denier public sans que la justice ne fasse quoi que ce soit, ca ne donne pas envie d’investir ses miettes a la place de l’Etat pour que des politiciens mettent cela au compte de leur bilan. Neanmoins, si ca marche cest une bonne chose pour la nation.

    Je suppose que cela sous-entend une treve. Plus d’augmentation salariale durant le temps de l’initiative. Tu ne peux pas donner volontairement puis exiger une hausse de l’autre cote.
    Je suis aussi convaincu que les 300f, 400f, 700f representent beaucoup pour les fonctionnaire qui sont toujours a sec avant la fin du mois et dont les epouses sont obligees de prendre credit 100f, 200f chez le boutiquier pour boucler le mois. Heureusement encore c’est sense etre une adhesion volontaire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 20:49, par Si intelligent
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Alors la, je reste stupéfait car je ne les savais pas aussi intelligent mes cousins yadcés, félicitations pour cette idée géniale,suis partant car ça ne coûte rien d’essayer.Il reste a approfondir la question de la gestion voir le mode de gestion de ces fonds. Pourquoi ne pas lancer une souscription pour identifier les adhérents à ce projet ? Merci encore .

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 20:56, par Hermannotherapie
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Pardon ne touchez pas a mon salaire ! Ya plus pauvres que le fonctionnaire au Burkina ?? Allez voir ceux qui ont fonds communs.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 00:06, par Nooon Padaccoreh !
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Ou est l’ originalite de cette proposition ? Moi je vois de la naivete. Il ya des ecoles sous paillotes. Fonctionnaires, delaissez - vous de vos warimissin, de vos bon nongo. Il y a aussi les routes en nid de poule, cassis- dos d’ ane. Vos petites pieces de monnaies. Les caniveaux sont bourrees et ca provoquent l’ inondation. Et si chaque fonco sotait 1 centime un centime par jour dans un bac public au bord de la route ? Les terroristes nous attaque chaque jour. Fetes parler votre coeur pour la patrie. J’ oubliais Yalgado, la Maternite Pogbi, les cinemas de provinces qui ne fonctionnent plus par manquent de moyens, etc. etc. Quand on n’ en a pas de solution aux questions de devloppmemnt , c’est moins grave. C’est pathetique qu’ on offre des non- solutions comme ce que Nakanabo nous offre-la. Son dada, c’est les ecoles sous paillotte aujourd’ hui. Et si moi le mien, c’est nos marigots ensables, il est pret a se cotiser pour ca ? Il peut se cotiser pour le dada des autres. Proposition tres limitee, Mr. Nacanabo. Tu as fait parler ton coeur mais ca ne marche pas comme ca. Le developpement doit etre envisage dans son ensemble. On a commande plus de 1500 voitures neuves alors que Yalgado n’ a pas de scanner, non ? Les fonctionnaires qui souffrent demandent une augmentation qui va leur permettre de stimuler la consommation, l’ etat ne fait que satisfaire les travaileurs par quartier pour mieux les diviser et toi tu preconises qu’ ils diminuent eux- memes leur salaires. Tu sais pas que c’ est 5 f 5 f qui font un millions apres ? Et la mauvaise gestion, tu mets ca ou mememe ? Regarde. ya 2 milliards que Le Ministere des Infrastructures lui seul peut ponctionner dans les marches publics. Si tiu prends 500 millions seulement dans ca, ca ne peut pas construire plusieurs ecoles au lieu de faire douaga pour ca ? Notre etat est- il devenu vraiment si pauvre que ca ? Toi aussi. Dans ce pays, on a renverse les priorites sinon faut pas faire on dirait que l’ etat est devenu indigent, la. Nous en tout cas, demain on sort notre plateforme de revendication. On va pas etre gourman comme certains corps mais on va reclamer pour nous aussi. C’est pas a ce moment tu vas nous demander de ceder des jetons. Quand on t’ envoie, faut tu vas savoir t’ envoyer toi- meme.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 05:15, par wedaga
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Cher collègue, votre proposition n’est pas si mal, mais il y a mieux que ça.
    il y a des mesures plus efficaces que ces maigrent propositions. Le fond commun (FC) est par exemple un vol organisé entre les agents du MINEFID et l’Etat. Si on reversait le montant annuel du FC, ce ne serait pas 60 000 000 de francs seulement, mais ce serait à concurrence de 18 mille milliards du PNDES. Si l’Etat veut aider le pays, il va falloir prendre des décisions fortes pour renoncer à ces deals. En somme, que les gros voleurs cessent de piller le pays et on construira des milliers d’écoles dans l pays et ce par an au lieu de recourir à des méthodes de pitié où l’occasion sera encore donnée aux banques de faire volontairement des erreurs sur les maigres salaires des fonctionnaires.
    Néanmoins du mérite pour la proposition. Mieux encore, cédons ce que nous acquerons de façon malhonnête

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 08:00, par TANGA
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Je ne suis pas fonctionnaire mais JE VEUX QU’ON LAISSE LES ’’PER-DIEM) MAIGRES SALAIRES de nos fonctionnaires tels que !
    Par contre il y a beaucoup de gaspillages ailleurs comme dans les déplacements de nos ministres (plusieurs 4x4 pour aller de Ouaga vers les localité à visiter) donc trop de carburant et de per diem en jeux ; Trop de grosses cylindrées dans nos parc auto (Mêmes nos bailleurs n’en utilisent pas autant) ; Il y a trop d’opérations saamtooum-saamligdi telle que les sommes versées aux agents des impôts pour rien et j’en passe.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 08:36, par Filsdupaysan
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Dans ce pays ce ne sont pas les bonnes idées qui manquent mais le problème, c’est la mauvaise gestion.
    On peut même aller jusqu’à étendre ces contributions, les travailleurs de tout bord si toute fois :
    Le gouvernement renonce à l’achat des voitures budgétivores (V8,4X4) etc. ;
    Les differents FC sont annulés et repartis de manière équitable ;
    Les députés renoncent à l’achat des voitures hors taxes ;
    Les dotations en carburant aux différents directeurs ou responsables sont annulées ;
    Nos IUTS sont bien utilisés.
    Je ne suis pas contre mais je suis convaincu d’une chose, l’Etat burkinabè ne manque pas des moyens pour construire des CSPS, des écoles, des CEG........
    Il faut prendre l’exemple du Ruanda et on peut comprendre pourquoi nous n’avons pas besoin de nous saigner encore pour l’Etat.
    Dans mon village ( et je sais qu’il en existe ailleurs) nous avons cotisé pour construire plus de 3 salles de classe, donc on peut le faire sans trop de tapage.
    Nos dirigeants doivent cesser de monter des petits groupes pour faire certaines choses. L’argent des campagnes politiques peut servir à construire des routes, des écoles, des CSPS.
    Je ne suis pas de mauvaise foi mais je dis ce que je vois et pense

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 08:44, par Balguintogsba
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Cela ressemble à la nouvelle trouvaille du MPP, c’est une illustration du projet PPP.
    Celui qui fait cette proposition vise surement un poste de ministre.
    Après avoir piller les caisses de l’état le MPP veut maintenant s’attaquer aux salaires des fonctionnaires et il débute par les plus petits salaires. Quelle cupidité.
    C’est triste.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 08:45, par Deafnot
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Ceux du secteur privée ne vont jamais se fâcher et ne répondront jamais à un tel appel. Vous les couper déjà injustement des IUTS. Supprimer d’abord l’IUTS au niveau du privé pour qu’on puisse parler le même langage sinon mes 5 f ne vont pas rentrer laba bien que l’idée soit noble.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 09:05, par Medard
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Idée géniale !! J’adhère. Les grandes démocraties se sont développées avec de tels penchants. Merci Nakanabo

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 09:17, par LIKI N’GUESSE
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Mr Nakanabo,
    Détrompez-vous. On dirait que vous ne vivez pas dans ce pays. Aucun fonctionnaire ne donnera un francs dans ce pays ou le vol, les détournements à coups de centaines de millions et la gabegie au plus haut sommet de l’Etat sont devenu le sport favori. L’Etat doit changer sa façon de gérer ce pays et recouvrer les fonds volés et détournés. Ainsi les écoles sous paillotes connaîtrons un sort meilleur.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 09:45, par YANNICK
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Une très belle idée à mon avis mais le comble, il faut faut comprend la plus part des hommes sont des assoiffés des choses modernes on va cotiser et d’autre vont remplir leur poche au détriment de l’intérêt public chose qui décourage. Un disait la gestion dans la main des femmes rappelle toi de Koumba Boli...

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 09:48, par dav
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    E que fait l’état moi suis du privé, c’est une bonne idée mais je donnerai pas mon argent à des mal gérant voleurs corrompus, vous verrez ont fera des écoles qui vont s’écrouler sur nos enfants par ce qu’on veux voler. j’aimerai que son idée soit utilisé pour renforcer la capacité de la justice et agrandir les prisons comme sa nos detourneurs de fonds pourront y dormir tranquillement.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 11:14, par Traoré
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Je serai partant si tous ceux qui seront a la charge (gestion) de cette cotisation jurerons sur le tonnerre (san pèrrais (dioula)) de les emporter sur le champs lorsqu’ils tenteront même de soustraire 0,0001 centime de la contribution globale. Je vais contribué même à hauteur de 2000 par mois. Mon numero : 60806803

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 11:49, par SAMBIGA
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Moi, en tant que fonctionnaire et de surcrois instituteur,je suis partant. De toutes les façon. on n’a jamais fait un retrait détaillé,c’est toujours arrondit à 1000f près.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 12:08, par LE SAGE
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Je suis partant à 1000% ; il n’ya plus d’autres arguments à invoquer. Seulement il faut qu’il y ait une commission de gestion de ce fond avec des bilan periodiques. MERCI

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 12:28, par Et si tout le monde s’engageaient ?
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Ceux qui se disent riches ou milliardaires doivent donner l’exemple. Ils ne pensent qu’à leur familles et proches.
    Cherchez à résoudre le problème des nouveaux bacheliers qui doivent chaque année attendre des mois pour pouvoir s’inscrire ou être affectés.
    Trop de promesses de nos gouvernants n’ont tenus
    Injustice grandissante dans le pays : On juge certains et on laisse les autres
    Le RENLAC communique son travail, mais on ne voit rien
    Mauvaises gestions et vouloir que les autres paient le prix
    Révendications des syndicats bafoués, alors que ce sont eux, qui pourront bien vous aider
    On ne voit pas de différence entre MPP et CDP ; beaucoup sont déçus, frustrés, aigris

    Pour l’instant, je ne suis pas prêt à contribuer dans ce sens. Je préfère attendre et voir

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 13:11, par ahmad
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Mème mn 1f n sera pa coupé pr construire une école.vs faite croire aux gens q l bf è pauvre,jusq’à ètr incapable d construire dè écoles ?E cè ce q’il à ses fils e filles qil va encore négocié par pitié pr l faire ?Soyons sérieux !VIDE COMME PROPOSITION.dan ce pays que fait-on dè missions inventées,dè caisses noires,dè fonds communs,...mème qd on coupe en SND oû part tt cet argent ?On aura mème construit dè millions d’écoles avec.QUE CHACUN FASSE BIEN SON JOB,ET TT IRA BIEN.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 13:34, par akilifalen
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Merci cher collègue d’avoir eu le courage de porter publiquement cette idée. En effet, cette proposition n’est pas nouvelle car nombreux sont les fonctionnaires qui ont déjà mené une telle réflexion, notamment moi. Ceci dit, je suis partant pour ce projet et dispose de propositions intéressantes pour sa mise en œuvre. Si possible, laisser vos coordonnées afin que je puisse vous contacter.
    Ceux qui sont pessimistes n’ont pas tort car l’histoire au Burkina empêche d’adhérer à de tel projet. Cependant, les questions de fonds communs, de dirigeants incapables, de mal gouvernance etc ; ne doivent pas faire l’ombre à ceux qui sont pour un mieux-être pour les générations à venir. Si rien n’est fait, nous qui sommes bons, qui n’avons pas détourné, ne disposant pas de fonds communs, l’histoire retiendra que nous avons été méchants vis-à-vis des générations futures. C’est pourquoi, Norbert ZONGO disait en ces termes : « le pire n’est pas la méchanceté des gens mauvais, mais le silence des gens bons ». Ne soyons pas méchants vis-à-vis de nos enfants, de nos frères qui ont besoin d’écoles pour une éducation et une instruction meilleures.
    A titre illustratif,TIKEN JAH, n’est pas burkinabé et n’est pas fonctionnaire, donc ne dispose pas de fonds communs. Mais, il a porté un projet de construction d’une école au Burkina. SANA BOB n’est pas fonctionnaire, mais il œuvre pour la scolarisation des enfants du FASO. On peut en citer plus.
    C’est une belle leçon de solidarité intergénérationnelle que nous donnent ces artistes cités ci-dessus. Si grâce à l’école, aujourd’hui, nous savons lire et écrire, reconnaissons que c’est suite aux efforts de nos ainés. C’est à nous aujourd’hui de faire autant. Ensemble, menons de belles réflexions afin que ce projet devienne une réalité.
    Collègue Aboubacar Nakanabo, le délai que vous fixez me semble court. Toutefois, je suis disponible et vous attends pour plus de réflexions.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 16:32, par Le pragmatique
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Merci Monsieur Nakanabo pour votre proposition. Cependant elle ressemble étrangement à ce qui avait été pratiqué sous le régime de Thomas Sankara. Je veux de parler de l’EPI (effort populaire d’investissement) qui était coupé sur les salaires des fonctionnaires pour financer le PPD (programme populaire de développement) et le plan quinquenal de développement. Ce n’est pas vraiment une trouvaille mais c’est néanmoins une proposition constructive bien que certains anciens fonctionnaires de la période révolutionnaire garde encore le souvenir amer de l’EPI.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 18:22, par Zach
    En réponse à : Écoles sous paillote : Et si les fonctionnaires s’engageaient ?

    Une tres belle initiative. La diaspo peut aussi contribuer mensuellement, annuellement, ou par une contribution ponctuelle si toutes ces contributions ne finissent pas dans les poches d’individus cupides.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés