Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Koglwéogo • • lundi 22 mai 2017 à 01h36min
Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

Ecrire sur les Koglwéogo relève du vécu quotidien car des scribes avant moi en ont déjà tout dit. Mais l’exercice en vaut la chandelle. Je voudrais tout simplement apporter ma petite pierre à la construction de notre édifice commun en faisant deux propositions.

Comme vous le savez déjà, les Koglwéogo se sont signalés encore de façon négative cette fois-ci dans la province du Sanguié, plus précisément à Tialgo le village ou mon cordon ombilical a été enterré, en y allant semer la terreur sous l’impuissance complète et complice de ceux qui nous gouvernent. Les hommes de Boukary Kabore dit « Le Lion » ont pris 5 personnes en otage comme le font exactement les terroristes de Boko Haram au Nigeria et tout près de nous, ceux du nord du Mali. Ils défient l’autorité, et imposent leur fatwa. Ce qui les diffère des autres terroristes, c’est qu’ils ne sont pas inquiétés. Mieux, ils se la coulent douce. Et pourquoi diantre on n’arrive pas à maitriser ce monstre à plusieurs visages ?

Un ami me disait que personne ne peut empêcher les Koglwéogo d’exister car selon lui, c’est une association et que notre constitution garantit la liberté d’association. D’accord ! Donc la loi leur dit de se munir des armes et de rentrer dans n’importe quel village du pays à leur souhait et sans autorisation aucune et terroriser les populations. Y a t – il combien d’associations au Burkina Faso ? Imaginons que chacune de ces structures associatives décide d’emboiter le pas de ces « Kouli Wa Gou » (un chien à abattre, c’est comme cela ça sonne dans les oreilles du Gourounsi), et voilà le Burkina Faso à la dérive.

Il y a lieu de s’inquiéter. Au mois d’avril dernier, lorsque la Commission Constitutionnelle est venue à New York pour présenter l’avant – projet de constitution, il était question de faire des propositions. On me donna la parole : « J’ai eu l’occasion de lire l’avant-projet de constitution mais il y a un élément majeur qui y manque, je propose qu’il y ait une loi qui interdit que des Burkinabè ne créent des milices à l’image des koglweogos pour s’auto-défendre et qu’ils ne soient utilisés par des politiciens mal intentionnés… pour parvenir à leur fin. On a déjà vu un qui a essayé de jouer dangereusement sur la religion et l’ethnicité pour espérer se faire élire lors de la présidentielle passée. A vous de trouver la formule qui sied, » avais – je dis comme si je savais que les jours à venir allaient être des plus douloureux.

On ne peut pas accuser aujourd’hui le déficit des forces de sécurité pour justifier l’existence de ces Koglwéogo. Quand vous êtes un politicien désirant tenir les rênes du pouvoir, vous êtes obligés d’avoir un programme de société qui prend en compte les aspirations du peuple, la sécurité y compris. Ou alors on reste un citoyen lambda.
J’ai des céphalées quand je considère que dans un Etat de droit dans lequel les lois fonctionnent normalement, les autorités demeurent impuissantes sinon inactives face à une poignée d’individus qui se croient tout permis et dictent leur loi à 16 millions de Burkinabè. Les déclarations tempétueuses n’ont rien donné jusque-là. Hier c’était à Bobo – Dioulasso où le ministre de la sécurité Simon Compaoré avait dit ceci dans Lefaso.net : « Nous allons demander à ces personnes d’arrêter. Il sera signifié à Boukary KABORE dit Le Lion de s’abstenir de toutes histoires de Koglwéogo. Même s’il revient à Makognadoukou, il ne pourra plus parler d’implication de Koglwéogo. Toutes ces mesures seront prises aujourd’hui. » Et depuis, les Koglwéogo continuent de narguer les populations, de les racketter, de les terroriser.

Dans le Sanguié, une personne qui tombe dans leur filet doit débourser en plus des bastonnades inhumaines près de 900.000 franc CFA pour sauver son âme. Au regard de la gravité de la situation, il faut forcément qu’une commission d’enquête parlementaire et indépendante à l’image de celle créée pour enquêter sur les parcelles soit créée pour répondre à ces questions élémentaires :

1- Pourquoi l’Etat reste impuissant face aux Koglwéogo ?

2 - Qui est ce Boukary Kabore dit « Le Lion » ? Pourquoi a – t – on jeté le dévolu sur lui pour qu’il soit le président national des Koglwéogo ? « Le Lion » est un politicien qui a créé le parti pour l’unité nationale et le développement (PUND) et dont il est le président. Est – il permis à un président d’un parti politique de diriger des associations de genre Koglwéogo ? Que se passera – t – il si demain « Le Lion » se présente à l’élection présidentielle, qu’il sort perdant et qu’il refuse sa défaite ?

3- Pourquoi « Le Lion » ne s’est – il pas présenté à l’élection présidentielle de 2015 alors qu’il s’était battu des pieds et des mains pour être candidat à la présidentielle des années précédentes ? Aussi le timing ne fait - il pas penser ? Il devient président national des Koglwéogo tout juste après l’élection.

4 - Pourquoi les Koglwéogo ont vu le jour au lendemain de l’élection ? Trouver la réponse a ces questionnements nous permettra de voir clair dans l’imbroglio Koglwéogo.

Barnabé Bazona Bado
Journaliste et communicateur professionnel
New York

Vos commentaires

  • Le 22 mai 2017 à 06:50, par Elmagnifico En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Chapeau mon frère. Tout est dit ! Maintenant la balle est dans le camp des autorités. Espérons que cette fois-ci avec des morts sous la main nos autorités vont enfin se remuer pour de bon.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:01, par Vrai En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Belle analyse.
    Pourvu qu’ils ouvrent les yeux.
    Cette sauvagerie ne se fera plus au Sanguié.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:39, par Truth En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Mon frère, l’Etat est complice et impuissant face à ces Koglweogo parce qu’à l’origine, ils ont été contacté pour faire les palabres du MPP en cas de défaite. En français facile, on dira que les Koglweogo sont une milice du MPP. Aujourd’hui qu’ils sont au pouvoir, ils n’arrivent plus à les maitriser.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 09:02, par SKALFREE En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Il faut repenser le titre de votre article. Moi je n’ai lu aucune proposition comme semble l’indiquer le titre de votre article.
    Je n’ai jamais été pour les Koglwéogo parce que ce n’est ni moins ni plus qu’une bande d’anarchistes ; de voleurs repentis et j’en passe.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 09:04, par No En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Merci pour cette analyse. Peut on imaginer que l’Etat décide pour faire face à l’autossuffisance alimentaire d’envoyer les fonctionnaires tenir des champs ? Trois grands ministère de ce pays s’occupent de la lutte contre l’insécurité avec des agents formés, équipés et bien payés. Des citoyens de ce pays négligent leur ouvrage , leur métier, leur travail pour se substituer aux juges et aux FDS ! On dit que c’est bien. Ces supplétifs vivent de leur nouveau "métier" en rançonnant qui ils veulent, comme ils veulent et où ils veulent. La MAFIA chez les autres a commencé en voulant protéger les citoyens de l’Etat vorace, cupide et violent. Par la suite le citoyen devait payer cette "quiétude" ; a défaut il la payait de sa vie. Sommes nous loin de la MAFIA ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 09:23, par No En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Merci pour cette analyse. Peut on imaginer que l’Etat décide pour faire face à l’autossuffisance alimentaire d’envoyer les fonctionnaires tenir des champs ? Trois grands ministère de ce pays s’occupent de la lutte contre l’insécurité avec des agents formés, équipés et bien payés. Des citoyens de ce pays négligent leur ouvrage , leur métier, leur travail pour se substituer aux juges et aux FDS ! On dit que c’est bien. Ces supplétifs vivent de leur nouveau "métier" en rançonnant qui ils veulent, comme ils veulent et où ils veulent. La MAFIA chez les autres a commencé en voulant protéger les citoyens de l’Etat vorace, cupide et violent. Par la suite le citoyen devait payer cette "quiétude" ; a défaut il la payait de sa vie. Sommes nous loin de la MAFIA ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 10:44, par saga En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Toutes nos condoléances. Les koglwéogo existent depuis plus de vingt ans dans le Nord. Avez vous entendu parlé négativement d’eux. D’autres e sont créées récemment sans suivre la procédure en la matière et sans travailler comme leurs précurseurs. C’est le manque d’encadrement qui justifie ces actes regrettables. A Perkouan vers Réo, une initiative similaire a existé depuis plus de trente ans, pour votre information.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 10:45, par TAPSOBA TIBILA GASTON En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Un événement est arrivé cherchons des solution. Je pense que vous n’avez pas beaucoup d’informations car le lion du Boulkiemdé Boukary KABORE n’est pas le président national des koglwéogo.
    Un professionnel de votre genre doit mieux se renseigner.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 11:53, par nebie En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Très belle analyse, et bon questionnement. Pourvu que ces dirigeants qui semblent frappé de cécité et de surdité gagnent un moment de lucidité pour entendre votre pertinente réflexion.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 14:15, par L’INSATISFAIT En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Monsieur Barnabé Bazona BADO, journaliste et communicateur professionnel, où sont vos solutions ? A vous lire, vous relatez les faits du kolgwéogo et des questionnements unitiles. C’est quoi vous proposez ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 14:33, par Alexio En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Boukary dit le lion ? Je le croyais en retraitre. S il est le commanditaire des Koglweogo, alors je dirais qu il a trahi le Sankarisme qu il se vantait autrefois.

    D abord le Burkina Faso n appartient pas seulement a l ethnie mossi qui veut repandre ses tentacules partout au burkina Faso. Notre vivre ensemble est menace par cette bande terroriste au meme pied que les autres.Qui terrorise nos paisibles citoyens.

    Et par dessus le marche defie les lois etablies du pays en se hissant la- dessus. Cette anarchie doit etre eradiquer par la methode forte sans un proces republicain. Car il ne merite pas. Apres avor abuser mainte fois les autorites a qui de droit dans ce pays notre gestion securielle.

    En l ocurrence, la police et la gendarmerie.

    Ce groupe est devenu une cellule de la terreur pour les interets financiers de ses dirigeants. Leur existence n a rien avoir la securite nationale de chaque burkinabe. Surtout les moins nantis qui se trouverons sur son chemin de la terreur.

    Nous ne vivons pas au moyen age de l empire mossi. Mais une societe de droit ou tout burkinabe devant elle est egal, sans discriminations etnophobiques, de sex, de religion ou regionaliste.

    Leur demarche securitaire pietine les droits elementaires des citoyens. En les maltritant comme des animaux. Meme les animauv ont leur droit aussi a preserver de la terreur des hommes.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 15:35, par Paula En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Félicitation Adahou pour ton analyse assez pertinente. C’est vraiment écœurant. Imaginons que chacun des 19 millions d’habitants que nous sommes se mette à agir au mépris de la loi ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 21:45, par maxwell2 En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    on ne peut pas être à New York et demander la dissolution des koglwégo. Combien de familles dans koudougou et ses environnants les voleurs appartenant tous à un même clan ( je tairai le nom) ont endeuillées ? ils volent à mains armées dans la brousse, dans les concessions et tant pis pour vous si vous vous trouvez sur leur chemin. On reconnait que y a eu dérive de la part des koglwéogo cette fois ci que tous déplorent mais ils font un travail formidable. nos animaux se promènent dans la brousse et reviennent tous, nous dormons à la belle étoile sans être inquiétés et j’en passe et cela grâce aux koglwéogo. PAIX A L’ÂME DES DISPARUS, PROMPT RÉTABLISSEMENT AUX BLESSES ET QUE DIEU APAISE LES CŒURS

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 22:11, par El commendante En réponse à : Affaire Koglwéogo : Les propositions d’un citoyen

    Votre analyse n’est pas a la hauteur surtout pour quelqu’un qui se dit journaliste. Je ne veux pas revenir sur des detailles,seulement le burkina faso compte environ 19millions d’habitants et non 16 millions. PAIX A L’AME DES DEFUNTS

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Groupes d’autodéfense : Les koglwéogo s’invitent dans les laboratoires de recherche
Hauts-Bassins : Le gouverneur promet de prendre des mesures pour que la région n’entende plus parler des koglwéogo
Commune de Karangasso-Vigué : Après le drame, l’heure est aux discours d’apaisement
Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés
Moogho Naaba Baongho : Les Koglwéogos y étaient pour la présentation des vœux du nouvel an
Bavures des koglwéogo à Karangasso Vigué : Le témoignage de M.B., une des victimes
Grand Ouest du Burkina : La fin des koglwéogo a sonné
Karangasso vigué : L’ultimatum des dozos aux Koglweogo
Grand Ouest du Burkina : Le chef des dozo, Aly Konaté, toujours opposé à l’installation des koglwéogo
Simon Compaoré aux Koglweogo de Kantchari : « Même les chiens ont des papiers »
Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !
Affrontements entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Pour l’UPC, « C’est surtout l’incapacité du Gouvernement à encadrer les Koglwéogo qui est en question »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés