Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Koglwéogo • COMMUNIQUE • lundi 22 mai 2017 à 01h39min
Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié


Vos commentaires

  • Le 21 mai 2017 à 15:01, par Ka En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Il y a bien des gens qui souhaitent couper la branche sur laquelle ils sont confortablement assis ! Les auto-défenses Kolgwéogo viennent de demander à l’état de les dissoudre comme le cas du RSP.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2017 à 15:30, par pacifique En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    merci au gouvernement d’avoir suspendu le groupe d’auto défense dans les deux province. mais le problème réside dans les mots. en effet le mot suspension n’a pas sa place parce qu’il n’y a pas de suspension pour une chose qui n’existe pas. que dieu protege le BF contre cette barbarie, somme nous dans une démocratie si oui que faisons nous des forces de l’ordre reconnue ? :gendarmerie, police, eau et foret, militaire ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2017 à 16:36, par WHISKY En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    L’interdiction de cette SAUVAGERIE lâchement élevée par le MPP, au rang du bonheur social doit être purement et simplement nationale et totale

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2017 à 16:49, par un insurgé En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Élargir à tout le territoire national... le gouvernement doit y penser... car avec des morts c’est ce que nous craignions qui se produit. Que Dieu préserve le Faso mon pays.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2017 à 18:13, par Horus En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Ah bon ? Ce sont donc des actions que le gouvernement pouvait prendre mais a préféré laisser faire la milice de Simon jusqu’à ce que l’inévitable se produise. Vous attendiez donc qu’il y ait mort d’hommes pour daigner vous bouger le c...? C’est ce qui entraînera votre chute si vous n’y prenez garde

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2017 à 20:30, par Lepro En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Simon,
    Il faut interdire sur tout le territoire, ces milices qui refusent de se soumettre aux lois républicaines.
    Sinon ? Tu assumeras le chaos que nous redoutons et que nous voyons tous arriver ,malgré tes gesticulations et tes sorties médiatiques.
    Force doit rester à la loi !
    Vive le Faso !
    Dieu bénisse le Burkina Faso.
    Lepro (toujours vigilant)

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2017 à 22:04, par Boudes En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    C est bien de prendre cette mesure mais il fallait la prendre plus tot.je ne suis pas d accord quand on dit qu on a demande aux koglweogos de surseoir a leur descente punitive mais qu ils ont contourne .non !!!!on ne doit pas leur demander de faire pardon et de ne pas aller.on devrait empecher par tous les moyens qu ils s attaquent aux honnetes citoyens.qui sont ils pour dire quils vont attaquer et pouvoir le faire en toute tranquillite ni ete le courage de ces braves populations ?ou est l autorite de l etat.?

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2017 à 23:08, par Siida En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Au-dela des provinces du Boulkiemde et du Sanguie, les activites des Kolgweeto doivent etre interdites sur l’ensemble du territoire Burkinabe.
    Sans entrer dans les details, les autorites de mon pays doivent a partir de ces incidents tirer lecons des consequences futures des actions de ces structures d’auto-defenses. Nous sommes une republique avec ses institutions republicaines. Nos forces de securite et de defense sont pleinement en mesure d’assurer la securite des citoyensb et la defense du territoire national si les moyens adequats sont mis a leur disposition.

    Arretez de mettre la vie des Burkinabe en danger.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2017 à 23:44, par Sawadogo En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Le gouvernement doit profiter éradiquer ces kogl weogo qui n’apporteront rien de bon au pays. Le gouvernement a la main un peu faible et tout le monde en profite.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 06:10, par oeil de lynx En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Le gouvernement, le ministre de la sécurité manquent de courage. S’ il y a une mesure de portée generale qu’il fallait prendre, c’était bien celle d’interdire toute activité de kogj weogo sur toute l’étendue du trerritoire national. Dommage.
    J’en arrive a me poser cette question, quelle type dentente ou d’arrangement existe t-il entre le ministre de la sécurité et les kogl weogo ?
    Faut-il attendre d’autres bavures, d’autres morts pour que le gouvernement se reveille et comprenne qu’il est entrain d’etre par son comportement le principal organisateur du désordre dans notre pays ? Le ministre de la sécurité doit faire le bilan des méfaits, des crimes de ces desperados. A combien de morts sommes-nous ? Il faut encore combien de morts pour comprendre qu’il faut eradiquer les forces obscures de justice privée ? Non, je ne reconnais pas le ministre de la sécurité dans l’homme que j’ai cru connaître de par le passé. C’est bien dommage de voir son pays reculer. Là, nous reculons et j’ai l’impression que c’esr sans gêne.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 07:30, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    - Je connais très bien ce petit village de Tialgo. Si je dis quelque chose ici, des gens vont s’attaquer à moi, mais je vais le dire et je sais que mon frère BILI-BILI va confirmer. En fait les gens de TIALGO même ne sont pas prêts d’aimer les Koglwéogos. Il y a plein de voleurs dans ce petit village et même que dans le temps gare à toi de traverser ce village nuitamment ! Il y a là-bas des marchés de nuit et c’est en ce moment que les grosses motos sortent pour disparaitre la journée. J’ai oui dire que le vol est même une coutume là-bas ! De même, à TENADO, tu n’osais pas construire ta maison, fixer les portes et fenêtres et t’en aller. Les voleurs vont venir tout arracher la nuit et emporter. Il fallait forcément veiller dedans jusquà ce que tout sèche. Certains malins, allument des lampes et un poste radio qu’ils déposent dedans, et s’en aillent dormir chez eux. Ainsi ils arrivaient à tromper les voleurs pour quelques jours.

    Sinon je vous dis ici que les villages du Sanguié où il y a plein de voleurs sont : Tialgo, Ténado, Perkouan, et un autre petit village dont j’ai oublié le nom : il est entre Réo et Kordié par la piste et non en passant par la grande route.

    Allez ! Abattez-moi maintenant !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 09:32, par Ka En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

      Mon ami Kôrô yamyélé, toi et moi nous connaissons bien ce qui se cache derrière cette guéguerre entre les Kolgwéogo économique de la ville de Koudougou et les habitants de Tialgo qui gardent leurs continuités des coutumes incontournables. Des coutumes que les jeunes Kolgweogo veulent casser le tabou. Toi et moi nous connaissons que les vols dans ces coins n’ont pas de noms ’’’Vols,’’’ mais je viens prendre si tu le veux, ou même si tu le veux pas. Souvent dans ce coin tout est invisible : ‘’’Dans le temps, on te vole en face sans que tu le sache, car la personne est invisible. Pour te dire que nous connaissons que les vols dans ce coin sont très réputés, mais qui restent en sorte une coutume. Dans le temps, des bergers ont vu leurs bœufs partir sans voir le voleur, des maris qui se lèvent le matin et leur épouse envolée, et tous ceux-ci ne sont pas des histoires, mais la puissance du fatalisme d’un coin qu’il ne faut pas ignoré, ou tu te fait avoir. Je demande à l’état de prendre cette histoire au sérieux, car dans ce coin, les habitants ont conservé un autre esprit dû aux continuités qui renforcent le fatalisme dans leurs milieux.

      Répondre à ce message

      • Le 22 mai 2017 à 10:26, par Safroulaye En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

        Encore et toujours dans la stratégie de domination. C’est en ces termes qu’il faut résumer l’action des kolgwéogo. Sinon les défenseurs invétérés de cette gabarie, faites un tour dans les différents tribunaux et revenez me confirmez que les gourounsi ont un taux de personnes en conflit avec la loi supérieur à leur taux dans la population, et faites-en une comparaison avec les taux respectifs de vos tribus.

        Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 15:45, par Le pays va mieux En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

      Affirmatif yam. Toutes mes condoleances aux familles eplorées ! Neanmoins, l’interdiction des Koglweogo fera plus du mal que de bien. Ces koglweogo ignorent tout des textes. Nous gagnerons à les encadrer que d’interdire leurs activités. Toutes les populations de la localité savent ce que ces gens de Tialgo sont capables. Même la gendarmerie de Tenado en sait beaucoup sur leurs capacités nuisance en matiere de vol. Mais il ya quand meme quelque chose qui m’echappe : Des koglweogo armés prennent en otage Tialgo, il y a affrontement ; ce sont les villageois non armés qui tuent jusqu’à trois ? ceux qui sont armés n’ont pas pu tuer un villageois. Il ne faut pas se voiler la face, Tialgo est un village dangereux dans le mal. Il ya beaucoup de zones d’ombre et l’Etat gagnerait chercher les causes sans parti pris afin de trouver des solutions pereines pour la question de la sécurité dans la zone.

      Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 16:24, par Toto En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

      Je suis parfaitement d’accord avec Tonton Kôrô Yamyélé. Est-ce que jusqu’à demain les petits Gourounsi (de Tialgo) voudront qu’on mette la main sur leurs frères voleurs comme eux ? Est-ce que le vol ne serait pas culturel là-bas ? Il paraît que pour avoir une femme là-bas, il faut montrer sa capacité à voler. Nous les Bissa, on ne connaît pas ça en tout cas.

      Sinon que je suis d’accord avec les actions des koglwéogo. Seulement, il faut que leurs implantations soient des émanations locales des populations au niveau quartier, village et ville, à cause des sensibilités culturelles et ethniques. Aussi, il faudrait que les koglwéogo ne soient pas autorisés à franchir leur "frontière" mais à transférer leurs "dossiers" à d’autres koglwéogo qui seraient du même quartier, du même village ou de la même ville ou le cas échéant aux forces de sécurité. Si tel était le cas, ce qui est arrivé à Tialgo ne se serait pas passé.

      Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:06, par Cheick Omar En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Toutes mes condoléances aux familles des victimes de ces affrontements qui auraient pu être évités si on était dans un Etat républicain où forces reste à la loi et aux institutions établies et fonctionnant conformément à notre Constitution. Mais voilà que depuis leur apparition dans le paysage nationale, plusieurs voix, et pas des moindres, se sont élevées pour attirer l’attention de nos autorités sur d’éventuels dérapage de ces groupes d’auto-défenses qui risquent de mettre à mal la cohésion national. Mais que nenni ! Le pouvoir en place à choisi l’entêtement et le mépris des lois de la République pour faire la sourde oreille et jouer dans le populisme pour quelques futures dividendes politiciennes. Jouant sur la soif sécuritaire de nos populations dans un contexte de crise de confiance entre les populations et les forces de sécurités avec une institution judiciaire décriée, le pouvoir actuel a opté pour la politique de l’autruche en décidant de républicaniser ces groupes d’autodéfense, aujourd’hui intégrés dans une police de proximité qui nargue pourtant nos forces de défense et de sécurité. Il parait d’ailleurs qu’ils ont un chef suprême qui, dans ses propos et ses actes leur ont donné son onction, leur permettant de poursuivre leurs chevauchées à travers le pays. A y voir de près, ces groupes apparaissent comme une version hideuse du Régiment de sécurité présidentielle, un corps d’élite, reconnu et redouté dont les comportements de certains individus ont entamé son image et précipité sa chute. Sans aucune formation, ces groupes d’autodéfense sont aujourd’hui devenu des spécialistes de la torture, de l’extorsion de fonds et de défiance à l’autorité des forces de défense et de sécurité. Aujourd’hui, la question est de savoir si ces groupes d’autodéfense sont légales. Si oui, les citoyens burkinabè savent désormais où situer les responsabilités pour toutes les actions commises par les membres de ces groupuscules. Au cas contraire, le pouvoir actuel doit s’assumer. Mais lorsqu’on un pouvoir dans lequel les centres de décision sont délocalisés et sous-traités, la recherche de solution qui puisse satisfaire les humeurs et désidératas du triumvirat ne peut conduire qu’à …un statut quo.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:18, par @@GOG En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Personnellement je suis contre la mesure.Je suis pour l’arrestation de tous les coupables et que les koglwéogo continuent de mener leurs activités tout en respectant la loi.Non au retour des Voleurs et autres dans nos provinces.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:35, par SAGE1 En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Les kogl-weogo sont entrain de s’auto éradiquer eux-même. Était-ce-là la stratégie du gouvernement ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:48, par le gnès En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Vous pensez que quoi, que le MPP va s’amuser se tirer une balle dans le pied ? Non, sinon l’Arrêté du gouverneur devrait même couvrir toute la région. Et les puissants kogolweogo de Léo, Sapouy, ne sont-ils pas eux les premiers à défier l’autorité devant Simon en personne ? Pensez-vous que les seuls koglweogo des deux provinces là pouvaient commettre tous ces crimes ? Ils sont venus de Kaya, de Léo et Sapouy était le centre pénitencier puisque c’est labà qu’ils avaient enfermé les otages.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 09:03, par GUINKOUMA En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    nous assistons à une démission de l’Etat dans l’affaire des kogl_weogo. Cette milice doit être purement et simplement désarmée. Force doit rester à la loi. Comment peut on comprendre qu’au moment où on traite l’ex RSP de milice, on admet l’existence des kogl_weogo qui torturent, qui tuent, qui rackettent....? Cest vraiment dommage pour notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 09:08, par BADRA En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Merci Gouverneur. Il n’ya qu’une seule bonne décision à prendre. Je pense que c’est exactement ce que vous avez fait. Félicitation.

    Ce que je déplore au Burkina, c’est de laisser les innocents mourir avant de prendre de bonnes décisions. Cette façon d’être toujours imprévisible est-elle liée à notre nature ou est-elle intentionnelle ?

    J’invite les autres Gouverneurs à prendre la même décision avant que de tels événements se reproduisent. N’attendez pas de voir des morts pour prendre de bonnes décisions.

    Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 11:31, par Fasodei En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

      Il ne faut surtout pas partir d’une situation opportune pour les anti-Koglweogo pour demander la généralisation de cette mesure de suspension des activités du groupe d’auto-défense(et non milice). Si les Koglweogo doivent disparaitre que nous soyons d’abord rassurés nous ne regretterons pas leur absence. Sinon les bavures, il peut y en avoir même avec les forces armées formelles. Les Kolgweogo ont besoin d’être recadrés en attendant que l’Etat puisse assurer la sécurité des Burkinabé surtout en milieu rural.

      Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 09:40, par sankara saidou En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    ouiiiyé. Si les kogolwéogo sont interdits, alors fini la quiétude des éleveurs et des usagers des voix publiques. IL faut plus tôt une sanction exemplaire aux golwéogo fautifs. Évitons de jeter le bébé et l’eau de bain. Ceux qui n’ont jamais été victimes des vols à répétitition dans les villages ne peuvent pas comprendre. Moi qui vous parlent j’ai été victime de vols de bétails(26 moutons dans le village de Thon FARA) à répétition la dernière fois où j’ai pu attraper le voleur, amené devant la justice, les tractations m’ont fait dépenser plus de (150000) au titre des vrais de séjour et du transport des témoins. Après le jugement le voleur a été condamné à me rembourser 280000 correspondant aux vingt six moutons volés. Cela fait dix ans aujourd’hui il n’a pu rien rembourser et si j’ajoute à mon vol les dépenses occasionnées vous comprendrez bien toute ma douleur. Avec l’arrivé des koglwéogo tous ces vols ont diminué voir cesser. Je pense qu’en dehors des voleurs et de ceux qui n’élèvent pas ou ne voyagent pas personne, ne peut être contre les kolwéogo. Que les koglwéogo délinquants et hors la loi soit arrêtés et punis conformément aux lois de la république mais non au retour des braquages interminables. Arrêtez de culpabiliser Le Ministre COMPAORE il n’est pas l’initiateur des goglwéogo et il ne sera pas responsable de la suppression des goglwéogo. Nous aussi nous nous battrons pour que les koglwéogo puissent jouer leur rôle dans l’éducation des populations à travers le refus de la culture du vol.

    Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 12:00, par Peace and love En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

      Je valide tes propos, les kogl-weogo sont nés d’une nécessité, celle de protéger les citoyens vulnérables et victimes de vol à répétition. Il est bien vrai que les FDS existent mais elles ne peuvent pas, même s’elles ont la volonté de couvrir tout le territoire Burkinabè. Les kogl-weogo c’est notre FDS de proximité et ils ont réussi à dissuader les voleurs. ces derniers ont plus peur des kogl-weogo que nos FDS et notre justice. là où existent les kogl-weogo, les éleveurs et les petits commerçants peuvent dormir en paix. l’exception faisant la règle, il faut plutôt les encadrer et sanctionner ceux qui déraillent parmi eux. La plupart étant non scolarisé, ils ne faut font pas automatiquement référence aux lois en vigueur dans leurs soit disant justice.

      Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 10:15, par fanade En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    paix et salut aux disparu. vous avez bien fait de suspendre le cogl-wéogo dans le boulkiemdé et le sanguié.mai une chose est sûr. on arrêtera plus un voleur à koudougou. on va l’abattre simplement et nos forces de l’odre qui vont chercher à arrêter les coupables ils auront la population en face.CE VILLAGE "TIALGON" dieu seul sait ce qui se passe la-bas en matière de vole. moi-même qui vous écrit, j’ai été déscendre un passagé chez eux aux environ de 18 heurs en 2004. Je vous jure qu’ à mon retoure ils mon simplement barrer la route pour me dépouiller. tialgon là , ya pas quelqu’un qui ne vol pas. c’est simplement leur coutume. ton need-ya-ton needa même s’il est voleur.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 10:34, par Beonéré En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    J’ai le cœur meurtri quand je constate que l’Etat burkinabé joue avec le feu. Un Etat digne de ce nom de ne doit pas agir en sapeur pompier. C’est à dire constater les dégâts avant d’agir. Le Burkina Faso, ne se résume pas à une province ou une région. Pourquoi parler de suspension et non interdiction sur tout le territoire national ?
    L’Etat est le seul garant de l’intégrité physique des burkinabè, il ne devrait pas avoir de place pour des ces genres d’agissements (kogl-weogo). A l’allure où l’on va, après la lutte contre le terrorisme, il faudrait encore s’armer contre les kogl weogo.
    Pour terminer si le président n’est pas capable de protéger les burkinabè, qu’il démissionne pour qu’on mette un kogl weogo à la tête du pays. Il paraît que seuls ces kogl weogo peuvent sauver le pays du chaos actuel.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 11:08, par Nansamda En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Bonjour,
    Toutes mes condoléances aux familles des victimes de ces affrontements.
    Je demande à tous d’éviter de parler avec émotion et chercher à construire ; car sur cette planète terre, nous sommes tous membres de l’équipage. Nos actes et paroles peuvent nous être fatales.
    Les semaines passées des véhicules ont tués plus d’une vingtaine de personnes burkinabé par la faute des conducteurs et des sociétés de transport. Est-ce pour autant que les transport en commun doit disparaître ?
    OUI ce n’est pas bien que des populations s’affrontent pour se rendre justice.
    A mon avis les bonnes questions qu’il faut se poser c’est de savoir :
    1. Pourquoi la naissance des groupes d’auto-défense ? Je sais que c’est parce que pendant des dizaines d’années les populations du monde rurale ont subi la terreur des bandits et coupeur de route. Se sentant abandonnées par l’Etat ils ont voulus survivre en créant des groupes pour se défendre.
    2. Pourquoi les gens veulent se rendre justice ? Je pense qu’ils n’ont plus confiance en la justice de leur pays. Des bandits conduits devant les FDS et la justice sont vite mis en liberté sans explication avec ue grande incompréhension de la population.
    3. Pourquoi il n y a pas de nouveaux textes contre le banditisme ? Les députés n’entendent toujours pas les cris des populations violentées et tuées tous les jours.
    L’un dans l’autre des êtres humains comme vous se sentent obligés de s’auto défendre MALHEUREUSEMENT.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 11:26, par Toto En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Je suis d’accord avec les actions des koglwéogo. Seulement, il faut que leurs implantations soient des émanations locales des populations au niveau quartier, village et ville, à cause des sensibilités culturelles et ethniques. Aussi, il faudrait que les koglwéogo ne soient pas autorisés à franchir leur "frontière" mais à transférer leurs "dossiers" à d’autres koglwéogo qui seraient du même quartier, du même village ou de la même ville ou le cas échéant aux forces de sécurité. Si tel était le cas, ce qui est arrivé à Tialgo ne se serait pas passé.
    Par ailleurs, je suis parfaitement d’accord avec Kôrô Yamyélé. Est-ce que jusqu’à demain les petits Gourounsi (de Tialgo) voudront qu’on mette la main sur leurs frères voleurs ? Est-ce que le vol ne serait pas culturel là-bas ? Il paraît que pour avoir une femme là-bas, il faut montrer sa capacité à voler. Nous les Bissa, on ne connaît pas ça en tout cas.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 11:33, par Nansamda En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Je constate que certains demandent la disparition pur et simple des Kogl-weoogo, d’autres par contre demandent des sanctions contre les fauteurs.
    Dans le Burkina, il y a eu bien d’autres affrontements avant la création et l’installation des Kogl-weoogo.
    Ces groupes sont diabolisés par les médias et une toute petite partie de la population. Aujourd’hui il y’a des zones où les populations vivent vraiment une vie normale. Vous qui détestez les Kogl-weoogo, vous ne pouvez comprendre ce que les gens ont vécus.
    Je demande à ce que l’Etat suive la population en mettant des grades-fous.
    Quand j’observe le système Kogl-weoogo, les voleurs sont punis devant la population et mis en liberté pour toujours, en cas de récidive il subi les mêmes sanctions et de nouveaux remis en liberté. Même s’il est auteur d’un crime. Avec le système "moderne", les rares bandits qui sont gardés en prison y restent souvent pendant longtemps. Il ressortent bien formés pour continuer le banditisme. A leur sortie ils disent avoir voyagé. Avec le les Kogl-weoogo se mensonge n’est pas possible. l’Etat doit s’inspirer du système Kogl-weoogo, car le système occidental a aussi ces limites.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 13:55, par Zanwa En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Moi je lis avec intérêt Koro Yamyélé depuis 2014 avec les soubresauts sociopolitiques du Pays . Depuis que les élections ont eu lieu et le pouvoir MPP est arrivé au pouvoir , ce vieu monsieur aux vieilles méthodes, calé comme du bois sec ne peut plus se plier jusqu’à se casser. He oui il fait parti de ceux qui ont mi Ténado, ancien et vieux cercle stratégique que le Blanc a su bien reconnaître par la valeur humaine qui s’y trouve, est mis en standby par ces gens comme koro yamyélé, régionaliste jusqu’à la moelle épinière, ethnicistes sinon que la guerre civile n’est pas loin.
    Koro Yamyélé, si tu es honnête, soit disant intellectuel, fait un tour à la prison civile de Koudougou et faire un état des lieux des ethnies qui s’y trouvent. Vous cautionnez comme Simon les kolgwéogo(rappelez moi de ce que ca signifie) qui peuvent quitter Kaya, traverser Ouaga , Koudougou et venir à Ténado rendre justice de mouton et chèvre parce que Tialgo est un village de voleurs. Saches que les voleurs de moutons, de chèvres et de bœufs ne sont pas les plus dangereux à notre époques. Les voleurs de votre acabit , au cols blancs qui surf sur la pauvreté de toute une nation et qui font le malin de détenir des milliards, eux ils sont les plus dangereux.
    Du reste je veux que tu comprennes que le vol quelque soit le lieu, l’ethnie, le pays et le continent est un fait social et ne saurait être une culture ou un héritage.

    Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 15:41, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

      - Cher Zanwa, je constate que tu ignores beaucoup de choses, notamment en matière de coutume, et gourounsi particulièrement. Je vais te dire deux choses :

      1er : Sache que chez les gourounsi de cette zone, il y a une coutume qui se pratiquait dans le temps (il y a longtemps que je ne fréquente plus ce coin). Pour cette coutume, tu peux marier une fille mais elle restera chez ses parents et pourra y avoir des enfants avec toi. Et tant que tu ne voleras pas une poule couvant sur ses oeufs dans la case d’un vieux, amener dans la belle famille pour quon fasse la soupe pour elle, elle ne rejoindra pas ton domicile. Alors imagine-toi une poule couvant sur ses oeufs ! Tu la touhes, elle crie. Et dans la case d’un vieux ! Un vieux dort très peu la nuit. Dont tu vois ? Le sens de cette coutume c’est que si tu réussis cette dextérité, pour tes beaux parents c’est la preuve que tu peux entretenir leur fille même avec le vol et sans travailler !

      2ème : Dans la même zone, dans le temps les gens s’organisaient pour aller voler loin de chez eux. Ils faisaient des sacrifices et on désigne ceux dont le tour est arrivé d’aller voler. Ensuite une personne est désignée pour s’assoir sur un gros cailloux posé sur le fétiche. Tant que les voleurs ne sont pas revenus, il ne se lève pas du cailloux ! Il peut même uriner là-bas ! Même si c’est jusqu’au matin, il doit rester assis là-dessus. S’il se lève même pour aller uriner ou faire autre chose, il y a deux conséquences : 1- On va attraper ceux qui sont parti pour voler, 2- Celui qui s’est levé ne verra pas le coucher du soleil ce jour-là car un serpent va le mordre et l’envoyer ad patre.

      Donc, si tu t’adresses à moi Kôrô Yamyélé, il faut le faire avec intélligence et non avec hargne car tu ignores beaucoup de choses que je connais !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 16:53, par MIRAGE 2000 En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

      je valide les propos du Koro YAMYELE. j’ai servi dans ce village où j’élevais quelques poules. un jour je vis un homme qui est venu décharger un tronc d’arbre non loin de ma concession. la nuit venue j’ai entendu du bruit venant de mon poulailler.je voulu sortir mais ma porte était coincée . il n y avait pas de portable en ce moment et je regardais impuissamment le voleur vider mon poulailler .le lendemain c’est des élèves qui ont bougé le tronc pour que je puisse sortir. je compris alors que cet homme avait déposé le tronc par dessein.

      Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 15:27, par merveil En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    en faite pour l règle est simple la présence du kolgweogo est égale a l’existence des voleurs face auxquels la sécurité du pays n’y peut rien soit est parfois complice alors ici pour en découdre de la situation une bonne fois du tout cesse les vols et disparaitra les kolgweogo .

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 16:58, par Marou En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    je n’a jamais compris ces formes de communiqué où on aligne les VU ceci VU cela, avant d’aller à l’essentiel.
    Pour le cas présent pourquoi ne pas directement aller sur le dernier VU qui fait référence à la crise et passer directement aux articles de l’arrêté ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 23:26, par Mory En réponse à : Interdiction des activités des Kogl-wéogo dans le Boulkiemdé et le Sanguié

    Hélas ! Beaucoup aiment les raccourcis. Les VU hiérarchisent les dispositions législatives et réglementaires qui permettent au dernier VU d’avoir force de loi. De s’appliquer indiscutablement pour tous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Groupes d’autodéfense : Les koglwéogo s’invitent dans les laboratoires de recherche
Hauts-Bassins : Le gouverneur promet de prendre des mesures pour que la région n’entende plus parler des koglwéogo
Commune de Karangasso-Vigué : Après le drame, l’heure est aux discours d’apaisement
Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés
Moogho Naaba Baongho : Les Koglwéogos y étaient pour la présentation des vœux du nouvel an
Bavures des koglwéogo à Karangasso Vigué : Le témoignage de M.B., une des victimes
Grand Ouest du Burkina : La fin des koglwéogo a sonné
Karangasso vigué : L’ultimatum des dozos aux Koglweogo
Grand Ouest du Burkina : Le chef des dozo, Aly Konaté, toujours opposé à l’installation des koglwéogo
Simon Compaoré aux Koglweogo de Kantchari : « Même les chiens ont des papiers »
Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !
Affrontements entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Pour l’UPC, « C’est surtout l’incapacité du Gouvernement à encadrer les Koglwéogo qui est en question »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés