Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

FESPACO : « Ouaga Girls », Un documentaire sur les filles dans le métier de mécanicien

Accueil > Actualités > DOSSIERS > FESPACO 2017 • LEFASO.NET | Yvette Zongo (stagiaire) • jeudi 2 mars 2017 à 14h50min
FESPACO : « Ouaga Girls », Un documentaire sur les filles dans le métier de  mécanicien

Le film « Ouaga Girls » de la réalisatrice Theresa Traore Dahlberg a été projeté dans la salle de spectacle Jean-Pierre Guingané le lundi 27 février 2017 à Ouagadougou. Ce film met en exergue les filles dans une école de formation au métier de la mécanique. Celles-ci vont développer des initiatives qui les aideront à réaliser le choix de leur métier, la mécanique ce secteur qui a du mal à se féminiser.

« Ouaga Girls », est un film documentaire de quatre-vingt minutes. Réalisé en 2016 au Burkina, il met en exergue l’émancipation de la femme burkinabè dans le choix du métier de la mécanique, considéré comme un métier d’hommes. Durant quatre ans, ces filles se sont formées à la mécanique à l’issue de laquelle formation, elles sont sorties avec un diplôme de CAP.

Le film ‘Ouaga girls’ montre comment ces filles ont pu réussir à leur formation dans un métier rarement pratiqué par la gente féminine. Il a été aussi réalisé dans une étape transitoire entre la formation de ces filles et leur vie professionnelle. Par ailleurs, il faut dire qu’en plus de la question du choix de métier de ces filles, il y a d’autres thèmes secondaires qui sous-tendent ce documentaire. Ce sont les questions liées à l’amitié, la solidarité, l’entraide, etc. que les filles ont vécues entre elles. C’est ce que confirme Theresa Traore Dahlberg : « ce film véhicule plusieurs messages parlant du choix du métier à faire dans la vie même étant femme, mais d’autres thèmes aussi comme l’amitié, le soutien, etc. ».

Les aptitudes que celles-ci ont développées leur ont permis de se soutenir durant leur formation. Elles s’aidaient pour accomplir les tâches que l’on leur attribuait. Cela est visible au niveau des démarrages des voitures, du déplacement de certaines pièces lourdes, etc.

L’une des actrices, Marthe Ouédraogo, a apprécié le fait qu’elles ont tourné le film qui leur a permis de montrer à tout le monde que les femmes aussi peuvent bien exercer le métier de la mécanique. Elle indique ainsi qu’elle est actuellement dans une société de peinture où elle s’en sort totalement bien. Quant à Chantal Nissougou, une des actrices de ‘Ouaga Girls’, elle souligne qu’elle a été intégrée sans difficulté après l’obtention de son diplôme et entretient de bonnes relations avec ses collègues hommes. Elle laisse également entendre que si une opportunité s’ouvre à elle dans le cinéma, elle tentera sa chance.

Yvette Zongo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
FESPACO 2017 : WaterAid soutient le cinéma africain
Fespaco 2017 : L’Union européenne au service du cinéma africain
FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets
Etalon d’or de Yennenga 2017 : La ‘’Félicité’’ de Alain Gomis !
FESPACO 2017 : La moisson des réalisateurs, acteurs et techniciens
« Il y a 20, 30 ans, le Burkina Faso était en phase de labéliser son cinéma » Souleymane Ouédraogo, directeur général de l’ISIS-SE
Prix Thomas Sankara : « A place for myself » fait l’unanimité
Etalon de Yennenga !
Alain Gomis, lauréat de l’Etalon d’or de Yennenga 2013 : ‘’On est en train de dévier comme si c’était des compétitions sportives’’
FESPACO 2017 : Le prix Houphouët-Boigny du conseil de l’entente pèse 10 millions
FESPACO : « Ouaga Girls », Un documentaire sur les filles dans le métier de mécanicien
Boubacar Diallo, réalisateur : « Je refuse que le cinéma africain soit enfermé dans une calebasse ».
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés