Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Roch Marc Christian Kaboré, président • • mercredi 13 avril 2016 à 00h41min
100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

Après la majorité présidentielle et des organisations de la société civile, c’est au tour de l’opposition politique de donner sa lecture sur les 100 jours du nouveau régime.Et au bout d’un diagnostic, Zéphirin Diabré et ses « camarades », regroupés autour du Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) sont sans équivoque : le MPP s’est très bien préparé à conquérir le pouvoir mais ne s’est pas préparé à le gérer. Pour l’opposition, le « nouveau-ancien » pouvoir ne pourra pas apporter du nouveau dans la gouvernance. Situation scrutée au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi, 12 avril 2016 au siège provisoire de l’institution sis au quartier Patte d’oie.

« Hésitations et tâtonnements ». C’est le titre du mémorandum autour duquel, le premier responsable du CFOP-BF, Zéphirin Diabré, et la vingtaine de ses collaborateurs constitués des responsables des partis et formations politiques affiliés à l’institution, ont ausculté les 100 jours du régime du Président Roch Kaboré. Ce document fait, dans une première partie, une « autopsie du nouveau régime » et scrute en second lieu, le « travail de l’exécutif » pendant ces trois mois.

Mais avant d’entrer dans le vif des échanges, Zéphirin Diabré a tenu à préciser à l’intention de ceux qui pourraient être, suite aux critiques des actions du pouvoir, tentés de demander des contre-propositions de l’opposition : « j’ai été candidat à la Présidence du Faso, mon parti a mis en place un programme, qu’on a mis à la disposition des Burkinabè. En lisant ce programme, cela montre qu’on n’est pas absent d’idées et tous ceux qui étaient candidats à la Présidentielle avaient un programme qui décline des réponses sur toutes les préoccupations qui concernent la vie nationale. En ce qui me concerne, et comparativement à ceux qui sont au pouvoir, le programme que j’ai présenté était chiffré et l’origine des Fonds a été dite ». Dans le même esprit, « Zèph. » a souligné que son institution n’est pas là pour faire des éloges de quelqu’un qui travaille et qui est son opposant politique. « En tant qu’opposant, nous, nous regardons les aspects qui n’ont pas marché. Ce n’est pas notre rôle d’aller commenter des succès qui sont ici ou là », a-t-il relevé.

Passés ces salamalecs, les conférenciers vont camper le décor en déclarant : « Ce nouveau régime repose sur trois personnalités. Ce sont : le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le Président de l’Assemblée nationale, Salif Diallo, et le ministre d’Etat, Simon Compaoré, purs produits du système de Blaise Compaoré, auprès de qui ils ont joué les apprentis-sorciers presque pendant trois décennies. Autour d’elles, le MPP s’est constitué en recrutant tout simplement et massivement les cadres administratifs et politiques qui ont animé le CDP et le pouvoir d’Etat sous l’ancien régime. En changeant de camp, ceux-ci ont emporté avec eux, toutes les mauvaises pratiques qui avaient été tant décriées ».

Puis, au chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, de repartir à la formation du gouvernement au sujet de laquelle, il va déplorer la lenteur dans la mise en place de l’équipe exécutive alors même que les besoins sont urgents. « Le temps mis à désigner le Premier ministre et à former le gouvernement, surtout la cacophonie qui a entouré ces choix est quelque chose d’inédit sous la IVème République. La même lenteur s’est déportée au niveau du fonctionnement des ministères. Installé en janvier, le gouvernement annonce gaillardement de la bouche même de son porte-parole, qu’il commencerait à travailler à compter du 1er mars 2016 ! Que Diable faisait-il jusque-là ? », ont scruté les partis de l’opposition. Ils prennent aux mots le MPP qui, selon eux, s’est toujours vanté pourtant d’être un parti où militent des cadres d’expériences, fins connaisseurs des dossiers et rompus aux arcanes administratives. Ils rappellent également que le candidat Roch Kaboré avait, dans cette lancée, fait la promesse d’un gouvernement de compétences aptes à relancer la machine dès le lendemain de son élection.

Outre ce constat, l‘opposition note également dans son autopsie, que le pouvoir actuel est en train de « faire du neuf avec du vieux » et s’est entouré d’une majorité focalisée plus sur les intérêts que sur la conviction politique. Le CFOP-BF note en outre une « discorde et des divergences idéologiques » et une volonté de prendre la transition comme un bouc émissaire pour justifier son incapacité à proposer des solutions rapides aux problèmes des Burkinabè.

De l’analyse sectorielle du travail gouvernemental, Zéphirin Diabré et ses « camarades » font ressortir qu’aux plans de la justice et de la lutte contre la corruption et l’impunité par exemple, les jugements sur les dossiers de crimes de sang et économiques étaient les thèmes de campagne du pouvoir actuel, fustigeant le clan Compaoré et l’accusant d’en être le principal instigateur. « Une fois installées, les nouvelles autorités, dont des membres sont cités dans certains dossiers, ne semblent plus pressés », défient-ils.

Sur la sécurité, le CFOP-BF affirme que la formation tardive du gouvernement a mis à mal le système sécuritaire du pays, déjà fragilisé. Selon l’opposition, le cafouillage au sommet de l’Etat lors des attentats de janvier dernier atteste bien ce désordre. Tout en félicitant la « bravoure » des Forces de défense et de sécurité, les conférenciers disent réitérer l’urgence à créer un ministère plein dédié à la sécurité.

L’opposition et les propos de Salif Diallo !

La conférence de presse a également été mise à profit pour réagir aux propos du président par intérim du MPP qui, lors de la rencontre de la majorité avait affirmé que le pays serait en guerre civile si c’était certaines personnes qui avaient été élues à la place de Roch Kabré. « D’abord, nous déplorons que quelqu’un qui occupe les fonctions qui sont les siennes, ne puisse pas, quand même, de temps en temps, contrôler son langage. Il est Président de l’Assemblée nationale du Burkina, il est dauphin constitutionnel, donc ça demande une certaine retenue. Pour surtout l’image du pays, ce n’est pas bon que les gens à ce niveau de responsabilité tiennent ce genre de propos, parce que ça va très loin. Et dans un pays qui aspire à la paix, c’est important de le souligner et de le rappeler. Mais, il y a autre chose,… il a raison, et même très raison : parce que le MPP s’était préparé pour qu’au cas où il n’avait pas le pouvoir, le pays sombre dans une guerre civile. Et c’est ce qu’il vient de révéler. A l’époque, quand on a porté les accusations, certains ont dit que ce sont de fausses accusations. Il vient maintenant de confirmer que le MPP s’était préparé pour que dans l’hypothèse où ce n’était pas eux qui étaient proclamés, le pays entrait dans une période de guerre civile. Ça donne l’idée de la nature des individus que nous avons en face », a fustigé Zéphirin Diabré.
Et dans le même esprit, Jean-Hubert Bazié de la « Convergence de l’espoir » s’est insurgé contre les propos du Président de l’Assemblée nationale appelant à ne pas écouter les « mauvais perdants » des présidentielle et législatives qui ont prédit l’échec dès le lendemain de l’élection du Président. « Ça veut dire quoi ? Je faisais partie de la délégation qui est partie avec le président Zéphirin Diabré pour féliciter le Président Roch avant même la proclamation des résultats. Et beaucoup de personnalités ont félicité son initiative. Peut-être que cette initiative ne plaisait pas au loup qui voulait manger la chèvre ! Je pense qu’il y a un esprit particulier qu’il faut bannir de ce pays : le totalitarisme ne convient pas à notre pays ; chacun s’exprime comme il peut, avec honnêteté, avec rigueur. Ce n’est pas parce qu’on critique qu’on est un paria et qu’on doit être exclu de la société ! Ce n’est pas normal ! Le pluralisme est institué dans notre pays et la Constitution le permet. Ceux qui pensent à un parti unique, à une voix unique, je pense que la période des grands timoniers est dépassée. Ceux qui sont allergiques à la critique et qui veulent à tout moment diaboliser l’approche critique ne rendent pas service à ce pays. Il y en a qui ont plus de vingt ans d’expérience, mais c’est une expérience négative, mauvaise, qui empoisonne le pays et qui peut amener le pays à la dérive. L’expérience n’est pas une valeur absolue, c’est la qualité de l’expérience qui doit retenir l’attention », a martelé M. Bazié, soutenu dans ses propos par Victorien Tougouma du MAP pour qui, « contrairement à Salif Diallo, nous ne serons pas là pour jeter de l’huile sur le feu parce que, nous aimons bien ce pays. Et nous faisons la politique pour faire avancer le pays ».

Quid des « deals de parcelles » ?

Sur l’actualité relative notamment aux « deals de parcelles », l’opposition s’est montrée ‘’réservée’’. Pour Zéphirin Diabré, il faut être très prudent à tout ce qui touche à des individus pour ne pas tomber dans des déclarations qui consistent à salir l’image de gens. De son avis, il y a des institutions aptes à faire la lumière sur de telles questions. ‘’ Il y a des audits qui sont en cours, on dit même qu’ils sont plus ou moins achevés ; attendons d’abord de voir les conclusions de ces audits et ensuite, on va aviser. Mais, si on commence à critiquer des individus, ce n’est pas une bonne chose ; il faut prendre les gens sur la base des fautes qu’ils ont commises’’, a soutenu le chef de file de l’opposition. Le CFOP-BF, qui affirme ne défendre personne, fait cependant remarquer que le MPP et tous les partis de sa majorité (mis à part le NTD), ayant été au gouvernement et au Conseil national de Transition, sont co-responsables des insuffisances de gestion. Et au sujet de ces parcelles, le CFOP-BF estime que si des éléments incriminant des personnalités de la Transition existent, le gouvernement doit les publier et procéder à leur mise en accusation. « Autrement, c’est souiller leur honneur par des rumeurs », ont-ils averti.

De leur diagnostic, les membres du CFOP-BF sont arrivés à la conclusion que les Burkinabè, en s’insurgeant contre le pouvoir de Blaise Compaoré en octobre 2014, aspiraient à voir autre chose. Malheureusement, « ils ont le sentiment désagréable que le vrai changement qu’ils espéraient n’est pas au rendez-vous ». Et pour Achille Marie-Joseph Tapsoba, président par intérim du CDP, l’analyse de l’opposition a consisté à apprécier les signaux forts que le pouvoir a donnés dans la résolution globale des problèmes essentiels des Burkinabè. « Et ces signaux sont-ils des signaux capables de susciter l’espoir ou sont-ils de faux signaux ? Ce que nous avons dit est clair : c’est du vieux qu’on veut revêtir d’une peau neuve ; ce qui est une préoccupation pour les Burkinabè de savoir où se trouve la nouveauté », a précisé le président de l’ancien parti au pouvoir, M. Tapsoba.

D’où la conclusion de Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA : « Nous-mêmes, nous avons été surpris par les hésitations et le tâtonnements au regard des 26 ans passés au pouvoir. Mais à la réflexion, on a le sentiment qu’avec ces 26 ans d’accompagnement du Président Compaoré, ils ont donné tout ce qu’ils avaient ».

Oumar L. OUEDRAOGO
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 avril 2016 à 01:43 En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Je dis vraiment grand merci au Fasonet pour les détails sur les activités importantes qu’ il couvre. Félicitations au CFOP pour sa réponse appropriée à ce Salif Diallo qui dépasse les bornes. Il va réfléchir par plusieurs fois avant de parler maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 01:55, par ka En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Zeph avec le respect que je te dois, tu ne peux pas accuser gratuitement ce qui n’est pas accusable, car ceux qui sont autour de toi, comme Achille Tapsoba et Gibert Ouédraogo, ont menacé le peuple plus que ça avant les élections, surtout votre protégé EDDIE qui voulait brûler tout le pays. Les manipulateurs savent distiller chez nous un sentiment de culpabilité, ils nous font du chantage et ils mentent sans gêne. Nous faisons ce qu’ils souhaitent ou ce qu’ils nous ordonnent, même si nous ne sommes pas à l’aise, comme si nous avions perdu toute volonté propre. Voilà une description parfaitement exacte des manipulateurs qui sont prêts à s’abotter le travail accompli par les jeunes pour garantir l’stabilité de l’alternance politique et économique du pays que nous aimons tous. Oui les vaincus en veulent les vainqueurs, mais une chose est certaine, les RSS sont à la tête de notre état uniquement par intérim et par connaissance de l’appareil de l’état pour démarrer le processus et remettre en marche la machine en panne. Je demande aux accusateurs de voir de loin, car ce que vous voyez, ce sont Roch Kaboré, Simon Compaoré, et Salif Diallo trois parmi presque 500.000 plus près de Blaise Compaoré et sa famille. Le reste de tous ceux qui sont autour de l’appareil de notre état sont des jeunes. Comptez parmi le gouvernement Thieba, a part Roch Kaboré, président du conseil des ministres, Simon Compaoré ministre de l’intérieur, aucun dignitaire du CDP n’est au gouvernement par amitié des RSS, comme je les conseillais dans mes messages sur Facebook et dans les sites des réseaux sociaux d’information, sauf les jeunes diversifiés dans un premier gouvernement Roch Kaboré respecteront l’alternance politique voulu par l’article 37. Car remettre trop de vieux charognards de l’ancien régime leurs amis proches depuis 27 ans, c’est encore tripatouillé l’article 37. Nous avons des jeunes ministres révolutionnaires dans le gouvernement Thieba, et qui n’ont jamais voté le régime Compaoré depuis leur naissance et c’est la première fois qu’ils votent pour un changement, et sont ministres par leur profession, et ils ne feront pas un cadeau aux RSS, je donnerai un exemple dont je crois celui de l’énergie, de la santé, et d’autres. Alors 5 ans représentes 5 mois pour un régime comme celui de Roch Kaboré : Donnons le la chance de nous prouver qu’’ils sont capables de donner un bon chemin a la jeunesse pour continuer et faire avancer le pays que nous aimons tous. Si nous voulons que rien ne soit plus comme avant, soudons-nous, car 99% de la population Burkinabé durant 27 ans étaient comptables du régime Compaoré jusqu’à ce que nous nous réveillions le 31 Octobre 2014 avec une jeunesse averti. Si Roch Salif, et Simon essayaient de duper la jeunesse, personne ne sortira du Burkina comme Blaise Compaoré, car la jeunesse qui tienne le volant des affaires de l’état les empêcheront, pour continuer à faire avancer le Burkina. L’opposition actuelle sait qu’il n’’y a rien a reproché aux RSS, et sa jeune équipe qu’ils comptent former et les donner leurs chance comme il y a 27 ans ces fameux RSS commençaient leur chemin de politiques. Je demande à tous les autres internautes, que leurs inquiétudes sont justifiées, mais ce démarrage du gouvernement Thieba avec 80% des jeunes mérite une patience du peuple à 100% comptable des bourdes de Blaise Compaoré durant 27 ans. En 45 ans comme citoyen votant, je ne jamais voté pour un individu, mais pour un programme d’un parti qui va pour le peuple. En 1998, j’ai voté pour un programme appelé ‘’’les six engagements’’’ conçu par les RSS, soutiré dans les objectifs de la révolution inachevée de Thomas Sankara, qui a été développé dont nous voyons aujourd’hui au Burkina et qui continu. Appliquons donc sans vergogne les préceptes enseignés plus loin des pages idéologiques de l’histoire de notre pays pour la jeunesse assoiffé de l’alternance politique.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 02:55, par Iyoda En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Cette critique positive de l’oppostion républicaine, si comprise et acceptée par RSS, devait leur permettre de changer de cap en remettant au jour les dossiers de crimes économiques et de sang qui ne nécessitent de règlement "diplomatique", car ce sont des crimes nation aux ouvrant la voie à une réconciliation nationales afin des burkinabè, fils de de Pdt Thomas Sankara re-viennent sur la terre qui les avait vus naître ainsi leur défunt pere de Président dont la vie avait été ôtée en pleine jeunesse.
    Nul n’eut certifier la lecture de l’avenir, donc arrêtons de faire des apatrides les enfants des autres.
    Il y a moins de 2 ans l’initiateur de cette macabre page de l’histoire du Burkina Faso est devenue toute honte bue "ivoirien par adoption" incapable de marcher librement dans les rues de la Côte d’Ivoire vu la haine générée par ses actions dans ce pays voisins. L’autre nom de Dieu est le TEMPS, faisons attention.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 03:34, par anj En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Pathetique de voir le chef de file de l’opposition flanque des bonzes cdp affirmer que le nouveau pouvoir est une prolongation du CDP ;appliquant le programme du cdp qu’il a combattu.
    Il est impératif que Mr Diabre puisse redéfinir la noble mission qui est le sien.A l’allure ou il va il risque de se fourvoyer dans les mois qui suivent.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 04:38, par Moussa En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    « L’expérience n’est pas une valeur absolue, c’est la qualité de l’expérience qui doit retenir l’attention »

    Très bien dit Monsieur Bazié. Que vaut l’expérience d’un dîner de 26 ans avec le diable ? Que vaut l’expérience d’un politicien milliardaire qui n’a jamais travaillé de ses 10 doigts dans la vie en dehors de la politique ? C’est exactement le cas de ces trois incompétents atypiques que je trouve indignes de diriger le pays. Ils sont incompétents et ils ont peur d’avoir des hommes compétents dans le gouvernement car ils leur porteraient ombrage.

    Vous prenez Maurice Yaméogo, avant d’être président, il a travaillé de ses 10 doigts dans l’administration coloniale. Vous prenez Lamizana, avant d’être président, il a travaillé de ses 10 doigts en étant militaire. Vous prenez Saye Zerbo, avant d’être président, il a travaillé de ses 10 doigts en étant militaire. Vous prenez Thom Sank, avant d’être président, il a travaillé de ses 10 doigts en étant militaire. Même Blaise Compaoré avant d’être président, il a travaillé de ses 10 doigts en étant militaire. Vous prenez Zida, avant d’être président, il a travaillé de ses 10 doigts en étant militaire. Vous prenez Kafando, avant d’être président, il a travaillé de ses 10 doigts en tant qu’agent cadre du ministère des affaires étrangère.

    Plus de 99% des hommes politiques burkinabè ont travaillé de leurs 10 doigts avant d’occuper des postes politiques. Mais les 0,01% que représentent les RSS n’ont jamais travaillé de leurs 10 doigts en dehors des postes politiques qu’ils occupent depuis près de 30 ans. Pour certains d’entre eux, on se demande comment ils ont eu leur matricule. Quel message peuvent-ils envoyé à cette jeunesse ? Ces trois là ne sont pas des exemples pour le Burkina Nouveau.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 05:15, par Bouba En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Rock se ridiculise en s’inscrivant dans l’intoxication contre Zida, alors que lui-même reconnait qu’il n’y a aucune poursuite judiciaire contre Zida, Plus récemment, devant la diasporas en France, il a dit que Zida est attendu pour un audit. Si le ridicule tuait ! De quoi je me mêle ? Es-tu le porte-parole de l’ASCE ? Si en tant que président, tu n’es pas en mesure d’avoir une hauteur d`’esprit, d’être honnête et de rester en dehors du dilatoire et de l’intoxication, comment veux-tu qu’on te respecte ? Le respect, ça se mérite. Ce n’est pas pour rien que tu n’as bénéficié d’un protocole de très bas niveau à ton arrivée à l’aéroport pour un visite officielle en France.

    Mon jugement est sans complaisance : Rock c’est un gros Tigre en papier qui ne mènera le pays nulle part sinon vers l’impunité et la corruption.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 06:30, par ALY En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Je vous en prie, soyons réalistes et arrêtons de "singer" les occidentaux. Que pouvait bien changer Zéphirin Diabre si il était élu président du BF en 100 jours dans le destin des burkinabè après un si lourd héritage de 27 ans de Blaise Compaoré ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 06:57, par CHRIS En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Bjr,
    Triste opposition ; je n’ai pas voté le MPP, mais je reste lucide quant aux réelles capacités de Zeph de diriger ce pays, pour la simple raison qu’il manque de logique dans son attitude. Bon Dieu, Zeph a t-il été ministre de Blaise ou pas ? Qui a chassé Blaise ? Ce ne sont pas ceux qui sont assis à côté de Zeph lors de cette conférence de presse. .Mais qui est deçu du départ de Blaise entre Salif Diallo et Achille Tapsoba ? Il faut être sérieux quand on s’adresse au peuple.Lorsque vous parlez d’alliance contre-nature du pouvoir actuel, avez-vous déjà oublié que Gilbert (le faiseur de roi) a soutenu pendant plus de 15 ans, Blaise Compaoré et son CDP qui étaient d’obédience socialiste ; à ma connaissance il se réclame de la droite.
    Ceux qui ont chassé Blaise (le maitre de la majorité de la classe politique actuelle, toutes tendances confondues) sont toujours là pour s’opposer à toutes vos manigances et votre cupidité.
    Zeph assis sur la même table que ceux qu’il vilipendait il ya quelques temps, que c’est beau ; sache simplement que cette image donne une certaine idée de c’est que la politique en Afrique : LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS
    BASTA

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 07:14, par Francis En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Les opposants pour sonner la charge contre Roch, c’est de bonne guerre. Mais attention à ne pas trop parler de nouveau-ancien pouvoir. Les burkinabé qui ne sont pas frappés d’amnésie savent en effet que tous ceux qui sont autour de la table, y compris un certain ancien Ministre des Finances nommé Diabré, ont composé avec le Régime Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 07:27, par Sidbala2 En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    A lire le compte rendu de la rencontre du CFOB, on est en droit de dire que l’opposition est malhonnête. Dans un contexte sécuritaire aussi difficile, dans une situation économique aussi lamentable après une transition très mouvementée, comment pouvez vous donner une appréciation aussi négative en présence des gens qui ont contribué à rendre le pays tel qu’il est comme Achille Tapsoba et Gilbert Noël Ouédraogo ? En 100 jours, que peut-on faire dans une telle situation ?
    On affirme que le MPP s’est bien préparé pour gagner mais pas pour gouverner. Je crois que c’est normal et logique. Qui peut dire qu’il est expert pour gouverner ? L’art de gouverner s’apprend en gouvernant et ce n’est pas du jour au lendemain qu’on en est diplômé. Combien de temps Blaise Compaoré a pris pour bien parler en public ? Combien de temps a-t-il pris pour se remettre de la trahison de son ami Thomas Sankara e convaincre les plus sceptiques de continuer l’aventure avec lui ?
    On parle aussi de tâtonnements et de lenteur. Que veut dire "tâtonner" dans un contexte sécuritaire préoccupant et économique lamentable ? Tout le monde sait qu’il n’y a pas mille solutions aux problèmes des Burkinabè. S’il y avait les moyens, on n’avait pas besoin d’être magiciens pour tout régler par un coup magique. Le CDP a tout pillé avant de partir ; la Transition a essayé de contenir la colère et les revendications des couches sociales avec toutes les difficultés qu’on a vues. Que peut faire un gouvernement qui vient de s’installer même avec les meilleures intentions du monde ?
    Mais ce qui est dérangeant est qu’à coté de Zéphirin Diabré qui jusque là s’est montré démocrate et flair play, sont assis ceux qui ont rendu le pays méconnaissable et qui ne devraient même pas relever encore la tête n’eut été la clémence du peuple, qui sont là à faire des déclarations qui font pitié. Gilbert Noël a déjà oublié ses tournées de demande de pardon ? Achille Tapsoba a déjà oublié le coffre dans lequel on l’a fait sortir pendant qu’il fuyait ? Pardon ! Pitié pour vous mêmes et respect au peuple !
    Si telle est la politique, je crois qu’elle ne vaut pas la peine d’être vue comme le lieu de la plus haute charité. 100 jours, c’est trois mois et 10 jours. Peut on transformer le Burkina en 3 mois ? Où en est on après 27 ans ???????
    J’ai vraiment honte !!!!!de ceux qui prétendent nous gouverner et qui savent qu’ils n’ont pas de solutions miracles sauf le travail et le travail seul. Jalousie ??Envie ?? Diffamation ??
    D’ailleurs, je voudrais savoir : où travaille tout ce beau monde qui tourne de réunion en réunion et qui sont fonctionnaires de l’état je suppose ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 07:29, par OMAR En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Pitié pour le CDP qui se voit insulter et dénigrer sans pouvoir rien dire.Zeph il faut aller doucement car mème si tu étais élu les Burkinabe ne disposeraient pas de l’énergie nucléaire en 100 jours.Si travailler avec Blaise a été un crime tous les ténors de l’opposition sont condamnables au même titre que certains dirigeants au pouvoir actuellement quelque la durée de son appartenance a l’ancien régime.Les burkinabe n’ont pas besoin de critiques inules.Le bilan des 100jours n’est pas reluisant c’est connu.Que proposez vous comme solutions ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 07:38, par tamboura belko djibo En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Je suis militant du MPP,au soum,à la lecture de la conférence de presse de l opposition,j avoue que moi même je suis déçus du pouvoir,et je profite pour dire aux trois responsables du MPP de revoir leurs copies car les incendis des maison d habitation de nos frère sera payer sur terre,et dire de faire très attention car la roue tourne,pour vous dire vrais le MPP,est aujourd’hui à 30/100 de sa crédible,sur le plan nationale,des responsables inacessible,des promes non tenu,des députés incompétent,sectaires dans les provinces,aucune crédibilité,je demande à Monsieur le chef de fil de l opposition de tout faire pour donner des conference dans les régions et provinces,nous près à cautiser pour votre conférence en province.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 07:42 En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Gilbert les gens t’ont accusé pour rien Blaise est mieux que ROCK Soungalo est 1000 fois mieux que salif et BOUGMA est 100 fois mieux que SIMON C’est claire s’ils ne peuvent pas ils n’ont qu’à quitter A chaque instant ils parlent d’insurrection ou le pouvoir des insurgés. Ils n’ont pas un temps de grâce car nous ont veut du concret

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:10 En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Pourquoi barrer devant le camp de Paspanga ? Et c’est pour combien de temps. Il ne faut pas qu’on rentre dans le syndrome des voies barrées à Ouaga. Après le conseil de l’Entente, voila le camp de paspanga.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:15 En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Monsieur Rock va-t-il annuler ou anéantir les acquis des luttes pendant le régime Compaoré ?!?!? A-t-il vraiment la capacité de juger le régime Compaoré ?!?!?

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:18, par Kôrô Yamyélé En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    ’’Ce nouveau régime repose sur trois personnalités. Ce sont : le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le Président de l’Assemblée nationale, Salif Diallo, et le ministre d’Etat, Simon Compaoré, purs produits du système de Blaise Compaoré, auprès de qui ils ont joué les apprentis-sorciers presque pendant trois décennies. Autour d’elles, le MPP s’est constitué en recrutant tout simplement et massivement les cadres administratifs et politiques qui ont animé le CDP et le pouvoir d’Etat sous l’ancien régime. En changeant de camp, ceux-ci ont emporté avec eux, toutes les mauvaises pratiques qui avaient été tant décriées’’.

    - Très bien dit ! Excellente Remarque dirais-je ! Merci à vous pour ce constat. C’est exactement ce que je répète chaque jour au burkinabè : Ex-CDP + RSS = RSS + MPP donc le facteur commun est RSS, ce qui équivaut à RSS (Ex-CDP + MPP). CONCLUSION : Rien ne changera et les mêmes pratiques demeurent !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:19, par l’homme du golfe En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    C’est vrai que l’opposition critique chaque fois le travail du gouvernement, mais cette fois je crois que ZEPH a raison. On fait du tapage sur la gestion de la transition pour qu’on oublie la gestion des 28 ans qu’ils ont géré.La preuve, tous les caciques accusés sur leurs gestion passés ont déjà bénéficié de liberté provisoire et je ne suis pas sur qu’ils vont retourner en prison.Pendant ce même temps on fait du tapage sur la gestion de ceux qui les avaient jetés en prison ( en quelque sorte on les libèrent et on les remplace par ceux qui les avaient jetés). Aussi au regard des ambitions politiques de certains leaders de la transition dans le moyen terme, il faudra rapidement coupé les ailes avant qu’ils ne prennent leurs envolent. En tout cas en aucun moment le MPP n’a critiqué la gestion de la transition parce qu’il semblait même être le maître de la transition. C’est plutôt ZEPH ,le CDP, la NAFA et autres partis qui ont parfois émis des inquiétudes sur certaines actions de la transition(donc vous critiquez alors implicitement votre propre gestion car la plupart des DG , des ministres et responsable d’institution même le président et le premier ministre avaient un penchant MPP d’après les critiques des uns et des autres).
    ECOUTE SVP , LAISSE LA JUSTICE FAIRE SON TRAVAIL ET FAITES VOTRE TRAVAIL DE RÉALISATION DU BIEN ETRE DES POPULATIONS. ON COMPREND POURQUOI CHACUN REAGIT DE LA SORTE ET VOUS N’ETES PAS MEILLEUR QUE LES AUTRES EN MATIÈRE DE GESTION. SI VOUS VOULEZ FAIRE OPÉRATION MAIN PROPRE COMMENCEZ PAR VOTRE Camp dont beaucoup sont accusés de detournements de deniers publics et de gestion calamiteuses des parcelles. Prononcez ces jugements avant de s’attaquer aux autres la on va vous croire, sinon ne distrayez pas les gens Gouvernement THEBA

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:24, par Kôrô Yamyélé En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    ’’Le temps mis à désigner le Premier ministre et à former le gouvernement, surtout la cacophonie qui a entouré ces choix est quelque chose d’inédit sous la IVème République’’.

    - Encore une excellente Remarque ! C’est pourquoi j’ai toujours dit que c’est comme suite à une battue ! Ils ont mit le feu dans la brousse pour débusquer le gibier qu’ils ont pourchassé et tapé. Ensuite, ils sont venus s’assoir pour partager le butin entre amis, parents et ex-voisins. Les RSS ont prit la part du lion et ont jeté les petits gibiers aux autres. Voilà comment tout s’est passé !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:26, par vox veritatis En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Il est vrai que plus d’un ont été choqués par les paroles irresponsables et inacceptables de Salif Diallo. Ce monsieur doit comprendre que le BF a évolué. Nous n’accepterons plus d’être infantilisés comme dans le passé où les dirigeants diabolisaient des citoyens pour les abattre. Le MPP doit faire la part des choses entre le bétail électoral (majoritaire) et la masse consciente sentinelle (minoritaire). Au Burkina, pour réussir en politique, il faut se faire élire par le bétail électoral MAIS surtout se faire accepter par la masse consciente. Mais apparemment, le MPP ne l’a pas bien compris. Que Salif ne se trompe pas ce ne sont pas les 16 millions de Burkinabé qui ont fait fuir Blaise, mais bien la petite matière grise du pays. Et nous sommes encore là : nous suivons tout et analisons en détails tout ce qui se passe. Alors messieurs du MPP, inutile de commencer à battre la campagne pour 2020 dès maintenant, sinon vous arriverez très vite à Golgotha.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:34, par Kôrô Yamyélé En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    ’’Il y en a qui ont plus de vingt ans d’expérience, mais c’est une expérience négative, mauvaise, qui empoisonne le pays et qui peut amener le pays à la dérive. L’expérience n’est pas une valeur absolue, c’est la qualité de l’expérience qui doit retenir l’attention’’.

    - Très bien dit ! Et je crois que Salif DIALLO doit retenir ce paragraphe, lui qui se croit tout permis, qui se croit intouchable et qui parle comme il veut à qui il veut ! Il se croit incontournable ce monsieur ! Certainement que le Burkina Faso va sombrer s’il meurt ! Thomas SANKARA est mort et le pays n’a pas sombré à plus forte raison lui !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:36, par tiga lazar En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    en vous lisant vous etes faites l’aigreur de ceux qui ont perdu le pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:37, par Tahirou En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    la meilleure façon d’éduquer le peuple burkinabè et de l’amener à la maturité, c’est de suspendre tous les combats pour lui pendant une période donnée. Parce que si tu nourris quelqu’un qui soutient celui qui détruit ton champ, la destruction ne va pas finir et ta souffrance ne va pas finir. C’est un peuple qui joue la politique de l’autruche. Il sait bien qu’un âne ne peut pas gagner la course au milieu des chevaux, mais il persiste et mise sur l’âne parce que c’est son âne. Il accepte que son âne perde plutôt que de soutenir le cheval du voisin qui a plus de chance de gagner, parce que c’est comme çà... Webmaster, STP

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:41, par Kôrô Yamyélé En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    ’’Ce que nous avons dit est clair : c’est du vieux qu’on veut revêtir d’une peau neuve ;...’’.

    - Très bien dit Achille ! C’est pourquoi je dis toujours que les RSS ont essuyé produit ghanéen. Ils ont blanchi leurs peaux, mais au fonds rien n’a changé. Et le chien ne Change jamais sa manière de s’assoir La preuve est donnée par Salif DIALLO qui est revenu dans son langage va-t-en-guerre habituel !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:46, par El Kabor En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Merci à monsieur Zéphirin Diabré qui nous montrent qu’il est un bon CFOP. Puisse-t-il durer dans ce statut qui lui sied si bien. Qu’il y fasse 28 ans pour battre le record de longévité de Blaise Compaoré. Je regrette seulement que les arguments avancés pour fustiger le nouveau pouvoir soit du genre : "on prend de l’ancien pour faire du neuf," "c’est la continuité du système Compaoré" pour tout peindre en noir comme si rien de bon ne vient du système Compaoré. Je me permet de remarquer que Zeph lui-même est un produit du système Compaoré et je m’étonne que le CDP s’asseye à une telle tribune pour faire le procès du système Compaoré puisque pour Zeph et Compagnie, pouvoir MPP= pouvoir CDP !
    Blaise a été chassé parce qu’il voulait modifier l’article 37 pour rester au pouvoir. Cependant on ne peut balayer d’un revers de main tout ce qu’il a fait en 27ans sinon on se balaie soi-même. Trouver des arguments plus solides si vous voulez rester CFOP puisque c’est tout ce que vous savez faire ! Sinon vous serez prochainement membre du CFOP sans en être le chef.
    Vive Zeph, CFOP ad vitam æternam.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 08:48, par HORUDIAOM En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Félicitation au CFOP-BF pour la lecture objective de la situation politique nationale. Vous êtes une opposition républicaine, et vous assumez vos responsabilités. Il appartient au pouvoir de jouer son rôle en prenant en compte vos critiques et d’essayer d’améliorer la situation. Les mauvaises pratiques sous la transition ne sauraient être un programme politique pour le MPP. Les RSS ont eu facilement le pouvoir mais ils se trompent d’époque. Le pouvoir actuel est vraiment légitime mais très fragile. Ils ont assez d’ennemis et s’ils se mettent à dos le peuple Burkinabé, ça va être très compliqué pour eux. C’est le CDP qui va bien rire.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 09:04 En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Heureusement qu’on a un responsable de l’oppositon responsable.
    Salif emmerde tout le monde. Il a déja tout donné.
    Des vielles bubliothèques inutiles pour le pays. Vive le changement, le vrai !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 09:20, par SIDYETA En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Le chien aboie la caravane passe. Nul n’est parfait mes amis. Vivez et vous verrez. Vous ne ferez pas autant mieux que vous le dites : c’est l’aigreur qui vous impulse. Mais je vous comprends Messieurs : les uns sont des ex-dirigeants du Burkina Faso, les autres sont des candidats malheureux du 29 novembre 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 09:29, par RV En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    C’est impeccable ! Au peuple qui a voté de se faire entendre maintenant !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 09:39, par Bougoum-voundri En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Quelques furent mes efforts pour rester « neutre » dans ces guerres de clocher des politicards, je me retrouve face à un dilemme qui m’impose une réaction. Croyez-moi, que c’est malgré moi après ces vérités décrites par les premiers responsables du CFOP sur les 100 jours de Gouvernement des RSS. Le décryptage est si bien fait que même les plus optimistes ne peuvent que se réveiller et voir la vérité en face : i)-tâtonnements et hésitations après 26 ans d’expériences au pouvoir des occupants du perchoir aujourd’hui ; ii)-c’est du vieux revêtu dans une peau neuve ; iii)-le nouveau régime se repose sur 3 personnes que sont les RSS, purs produits de Blaise Compaoré auprès duquel ils ont durant tout ce temps, joué aux apprentis sorciers ; iv)-le MPP se serait entouré d’anciens Cadres administratifs et politiques du CDP pour réussir son coup etc. etc. Que de vérités. Si je me suis senti interpellé, c’est parce que j’ai en effet fait le constat que le MPP actuel n’a jusqu’à présent pas présenté aux yeux du peuple « une âme de parti soucieux de répondre aux aspirations générales du peuple ». C’est tout comme si les RSS ont été surpris par leur succès (mitigé si l’on veut vraiment appeler le chat par son nom) aux élections qui les ont portés là où ils sont. D’où le bien-fondé de la déclaration du 1er Responsable du CFOP, je cite : « le MPP s’est très bien préparé à conquérir le pouvoir, mais ne s’est pas préparé à le gérer », fin de citation. En effet, avec toutes les lenteurs et hésitations par eux (RSS) mises avant de former son Gouvernement, lenteurs et hésitations qui ont été déportées sur le fonctionnement des Ministères en disent long. Peur d’action, intimidations et/ou menaces de certaines personnes, Absence de conviction, manque de volonté ou de compétence etc. de leur part, seul Dieu pourra y répondre. Cependant, on retiendra fort aisément que les actes et actions jusque-là par eux posés constituent non seulement des fuites en avant, mais aussi comme cela fut leurs jeux de prédilection d’une époque révolue qu’est « la recherche de boucs émissaires » pour justifier ceci ou cela. Par exemple, se presser de donner aux Magistrats dits « en colère » une réponse positive avec application immédiate de leurs revendications comme si tous les autres Corps professionnels n’avaient pas de réclamations introduites au Gouvernement. Ces derniers ne sont-ils pas des Fonctionnaires au même titre que les Enseignants, les Médecins, les Administratifs etc. Si l’on y réfléchit bien, on verra que bien de choses s’y sont passées. En outre, la mise en « Stand-bye » des dossiers de crimes économiques et de sang de grandes importances connues pourraient expliquer beaucoup de choses qui ne diront jamais leurs noms. Personne, surtout les RSS ne sont pas pressés d’y toucher. Pourquoi ? Quant aux réactions et déclarations d’un des leurs qui font état d’une probable guerre civile si le MPP n’avait pas été élu relève de leur esprit, leurs comportements de CDR de l’époque de la période d’exception quand le peuple était interdit de parole. N’en tenons pas compte car de sa/leur nostalgie, le peule n’en a et n’en aura plus cure. Le peuple a compris et s’est décidé d’avancer. S’ils ont été ainsi élu, nul ne dit que cela ira plus loin que leur premier mandat. Il est su de tout le monde que les Cadres administratifs et politiques du CDP par eux recrutés sont restés frustrés et déçus des faits qu’aucune promesse par eux (RSS) à eux faite n’a été respectée. Ce qui n’augure rien de bon dans la poursuite de leur affaire. Un/des éclatements futurs ne sont pas à écarter en leur seins. Donc, pas d’inquiétudes. Le totalitarisme qu’ils semblent vouloir faire revenir dans ce pays est à jamais banni. Qu’ils ne l’oublient pas. Avec Mr. Bazié, je suis d’accord pour dire que « l’expérience n’est pas une valeur absolue, c’est la qualité de l’expérience qui doit retenir l’attention ». Le peuple est et restera en veille. A bon entendeur, Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 09:40, par Irihaba En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Ah, là ZEPH a totalement raison car en faisant la démonstration suivante, on trouve qu’effectivement que ceux qui allaient créer la guerre civile s’ils ne étaient pas au pouvoir, c’est le MPP = RSS.

    En voici : "le pays serait en guerre civile si c’était certaines personnes qui avaient été élues à la place de Roch Kaboré". Comme ces personnes n’ont pas été élues et il n’y’a pas eu de guerre civile, alors celles qui s’étaient préparées pour qu’il ait guerre civile si elles ne gagnaient pas le pouvoir sont donc ceux qui sont élues.
    Conclusion : le MPP s’étaient préparé à la guerre civile s’il ne gagnaient pas le pouvoir.

    Place donc au partage du gâteau dans l’administration. Même simple chef de service, il ne faut pas rêver si tu ne connait pas quelqu’un ou si tu n’est pas un petit (ou protégé) du directeur (trice), du DG ou du ministre.

    Militants patenté du MPP, souffrez qu’on dise la vérité car peut ça peut sauver vos idoles, sinon demandez à BC s’il ne vous dira pas s’il avait su écouter les critiques.

    NB : Je ne suis d’aucun parti politique, mais 100% UAS.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 09:51, par Idgomyan En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Je vous soutiens totalement ! Vous avez tous raison car le MPP ne pourra rien changer dans ce pays ! Moi, je répète, à trois (03) mois d’exercice, au moins le prix des denrées de première nécessité devaient chuté, mais malheureusement, Roch voit mais préfère fermer ses yeux ! La 2ème insurrection populaire se prépare molo molo !

    Cher CFOP, vos passages suivants m’enchantent trop : « Ce nouveau régime repose sur trois personnalités. Ce sont : le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le Président de l’Assemblée nationale, Salif Diallo, et le ministre d’Etat, Simon Compaoré, purs produits du système de Blaise Compaoré, auprès de qui ils ont joué les apprentis-sorciers presque pendant trois décennies. Autour d’elles, le MPP s’est constitué en recrutant tout simplement et massivement les cadres administratifs et politiques qui ont animé le CDP et le pouvoir d’Etat sous l’ancien régime. En changeant de camp, ceux-ci ont emporté avec eux, toutes les mauvaises pratiques qui avaient été tant décriées ».
    "La même lenteur s’est déportée au niveau du fonctionnement des ministères. Installé en janvier, le gouvernement annonce gaillardement de la bouche même de son porte-parole, qu’il commencerait à travailler à compter du 1er mars 2016 ! Que Diable faisait-il jusque-là ? »,
    "Mais, il y a autre chose,… il a raison, et même très raison : parce que le MPP s’était préparé pour qu’au cas où il n’avait pas le pouvoir, le pays sombre dans une guerre civile. Et c’est ce qu’il vient de révéler. A l’époque, quand on a porté les accusations, certains ont dit que ce sont de fausses accusations. Il vient maintenant de confirmer que le MPP s’était préparé pour que dans l’hypothèse où ce n’était pas eux qui étaient proclamés, le pays entrait dans une période de guerre civile. Ça donne l’idée de la nature des individus que nous avons en face » « Ça veut dire quoi ? Je faisais partie de la délégation qui est partie avec le président Zéphirin Diabré pour féliciter le Président Roch avant même la proclamation des résultats. Et beaucoup de personnalités ont félicité son initiative. Peut-être que cette initiative ne plaisait pas au loup qui voulait manger la chèvre ! Je pense qu’il y a un esprit particulier qu’il faut bannir de ce pays : le totalitarisme ne convient pas à notre pays ; chacun s’exprime comme il peut, avec honnêteté, avec rigueur. Ce n’est pas parce qu’on critique qu’on est un paria et qu’on doit être exclu de la société ! Ce n’est pas normal ! Le pluralisme est institué dans notre pays et la Constitution le permet. Ceux qui pensent à un parti unique, à une voix unique, je pense que la période des grands timoniers est dépassée. Ceux qui sont allergiques à la critique et qui veulent à tout moment diaboliser l’approche critique ne rendent pas service à ce pays. Il y en a qui ont plus de vingt ans d’expérience, mais c’est une expérience négative, mauvaise, qui empoisonne le pays et qui peut amener le pays à la dérive. L’expérience n’est pas une valeur absolue, c’est la qualité de l’expérience qui doit retenir l’attention », a martelé M. Bazié, soutenu dans ses propos par Victorien Tougouma du MAP pour qui, « contrairement à Salif Diallo, nous ne serons pas là pour jeter de l’huile sur le feu parce que, nous aimons bien ce pays. Et nous faisons la politique pour faire avancer le pays ». « contrairement à Salif Diallo, nous ne serons pas là pour jeter de l’huile sur le feu parce que, nous aimons bien ce pays. Et nous faisons la politique pour faire avancer le pays ».« Et ces signaux sont-ils des signaux capables de susciter l’espoir ou sont-ils de faux signaux ? Ce que nous avons dit est clair : c’est du vieux qu’on veut revêtir d’une peau neuve ; ce qui est une préoccupation pour les Burkinabè de savoir où se trouve la nouveauté » « Nous-mêmes, nous avons été surpris par les hésitations et le tâtonnements au regard des 26 ans passés au pouvoir. Mais à la réflexion, on a le sentiment qu’avec ces 26 ans d’accompagnement du Président Compaoré, ils ont donné tout ce qu’ils avaient ».

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 09:55, par le panafricain En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Merci , apres le peuple ira les visiter ,car le MPP doit respecter ses engagements et avoir le courage de demander des compte aux gars de la transition !

    ZIDA doit repondre et vite si non l’insurection finale est derriere

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 10:03, par Irihaba En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Internaute n°1, vraiment je ne trouve pas cela sage de ta part car ce n’est pas toutes les caravanes qui passe à l’aboie du chien. En faite le chien aboie et ses maîtres vérifient si la caravane qui passe est régulière ou un trafiquant. et si elle n’est pas n’est pas régulière, le chien aurait permis de l’arrêter et je pense que si tu était au Faso en 2014, c’est ce qui s’est passé les 30 et 31 octobre 2014. Donc à bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 10:04, par GOUVERNACE En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Un phénomène de complots par chantages qui s’était développé sous la transition, continue dangereusement de compromettre la qualité de la gouvernance au Burkina. En effet, par syndicats et médias interposés, des groupes de pression politique et économique orchestrent des grèves, marches, sit-in pour contester des responsables de services publics par des dénonciations souvent calomnieuses dans le but masqué de faire la chasse à l’homme pour s’accaparer des postes administratifs stratégiques pour leurs intérêts personnels et matériels. Des esprits mal inspirés tentent de remettre en cause le bel exemple de recrutement des directeurs généraux de sociétés d’Etat et d’Etablissements Publics de l’Etat(EPE) par la procédure d’appels à candidatures. L’ex premier ministre Tertius Zongo qui a eu la clairvoyance et le mérite d’instaurer ce mécanisme, s’avère de nos jours à travers le monde comme une méthode de bonne gouvernance. Si la tradition de cette pratique de la culture du résultat par contrat d’objectifs est d’origine anglo-saxonne, elle est appliquée dans plusieurs pays développés et en développement. Par exemple, en France les grandes sociétés comme TOTAL, France-télécom, les hôpitaux publics sont dirigés par des responsables sélectionnés par concours, exactement comme le système d’appels à candidatures où sont retenus des profils et compétences confirmés de managers. Mais au Burkina, on constate un complot pour contourner ce bon principe de gouvernance dans plusieurs ministères en général et en particulier au ministère de la santé où des médecins usent de subterfuges pour obtenir des nominations aux postes administratifs en abandonnant les soins pendant que le nombre de médecins est insuffisant(moins de deux mille(2.000) pour satisfaire la santé publique. Récemment dans la presse, des tirs groupés suspects sont dirigés sur des structures sanitaires (SOGEMAB, Hôpital Yalgado, CHR de Tenkodogo…).Souvent, les faits dénoncés ne sont pas objectifs et les causes des problèmes mal situées. Pour le cas le plus récent du CHR de Tenkodogo, les syndicats s’écartent du rôle de défense de leurs intérêts moraux et matériels pour exiger le départ du DG et du comptable. Les comptables relèvent du ministère des finances qui leur impose des règles de gestion des finances publiques. Les structures de contrôles d’Etat dont l’ASCE et les conseils d’administration sont habiletés à approuver et sanctionner la gestion des DG et comptables. Pas les syndicats et autres intrigants qui excellent dans les dénonciations calomnieuses dans les médias et réseaux sociaux. Par ailleurs, de prétendus compatriotes de la diaspora burkinabè en France, ont tenté d’insinuer dans un organe de presse suite à la visite du président Roch Marc Christian Kaboré que l’hôpital Yalgado était sale et manquait d’équipement. A moins d’être des extra-terrestres, ces dits compatriotes en France démontrent leur ignorance des réalités du CHU Yalgado qui depuis 2013 a connu de vastes chantiers de rénovation et d’équipement : extension et rénovation des urgences médicales, traumatologiques, équipement du service d’imagerie médicale avec du matériel de pointe de radio et d’un scanner 64 barrettes de dernière génération, un nouveau laboratoire bien équipé etc…Au CHU Yalgado comme dans plusieurs hôpitaux du Burkina, des services de nettoyage sont opérationnels pour maintenir les lieux propres malgré les mauvaises habitudes de certains malades et accompagnants qui n’ont pas de reflexes d’hygiène individuelle et collective. Pour le cas de la SOGEMAB, c’est un service qui ne saurait assurer efficacement l’équipement médical si le gouvernement ne met pas à sa disposition les ressources financières nécessaires dans les meilleurs délais. Ce qui bloque le bon fonctionnement des services de santé au Burkina, c’est le fait que l’Etat ne met pas à leur disposition les budgets et subventions auxquels ils ont droit comme il se doit. C’est aussi le même problème pour les collectivités territoriales qui ne bénéficient pas réellement d’une décentralisation budgétaire. Le succès de la réforme de la politique sanitaire est un facteur très important pour la performance du programme présidentiel de gouvernance car, il y va de l’intérêt général des populations. De par son tempérament calme empreint d’écoute et de dialogue, le président Kaboré devrait éviter d’être l’otage d’un groupuscule de partisans prêts à fomenter des complots à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, contre des cadres dynamiques de l’administration juste pour satisfaire des règlements de comptes et assouvir leurs intérêts personnels. Par conséquent, il importe que le président sache se donner le temps pour analyser des situations qui défraient des chroniques téléguidées, afin de bien mener des enquêtes crédibles pour éviter le retour des dérives de la politisation de l’administration publique. Un phénomène tant décrié et qui devrait relever du passé dans un régime démocratique. L’administration est une continuité et elle a besoin des compétences avérées pour la qualité de son travail. Le succès des ministres ne consistent pas à faire des chasses à l’homme pour des nominations de complaisance de copains, d’amis ou de parents et ressortissants d’une région quelconque.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 10:23, par nakibewgbiga En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Pathétique. zéphyr à côté de Achile et de Gibert, comparer le CdP au MPP.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 10:34, par ABDOU En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    on a une école de science d’économie médecine etc........on a jamais une école de politique car elle trop noire, on sais même pas le frais messager pour la paix tout joue le rôle de son intérêt personnel pas pour le peuple au lieu de parler l’avenir du pays aspiration du peuple on se critique les uns les autres qui nous amène nul part,il faut unir pour le bien être de tous que la paix et clémence d’allah règne au burkina

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 10:40, par Idgomyan En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Vous avez mon total soutien ! Si le MPP ne peut pas diriger ce pays, qu’il démissionne humblement ! Pourquoi s’acharnement sur la transition à il doit son pouvoir ? Qu’il se rappelle toujours que c’est grâce à la transition qu’il est élu président car c’est la transition qui a voté une loi excluant les ténors du CDP et a déjoué le coup d’Etat et dissolu le RSP qui ne voulait pas d’élections dans ce pays ! Si le MPP veut remercier la transition de la sorte, je suis désolé ! Mais que le MPP sache que le peuple burkinabé n’est pas dupe, on vous connait ! M’Ba Michel et son équipe sont à féliciter ! Ce que je sais, est que le MPP crait fort que ZIDA ne devienne un homme politique fort pour les contrecarrer en 2020, c’est tout ! J’invite le peuple burkinabé à donner de la voix car le MPP est en train de mettre en cause tous les acquis de la transition en l’occurrence, les libérations anarchiques des gourous détourneurs du CDP et ceux qui organisé le coup d’Etat emprisonnés par la transition, blocage des dossiers Thom Sank, Norbert Zongo, juge Nébié, etc ! Et mon analyse est simple : le MPP ne peut pas juger ces gourous du CDP car tous les RSS étant trempés dans les détournements comme eux, savent bel et bien que le jugement des ces prisonniers va les embobiner, leurs noms seront constamment cités lors des jugements, c’est tout ! Je suis révolté !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 11:00, par Kôrô Yamyélé En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    - Mon cher ami KA, vraiment je suis dans l’obligation de te dire en toute sincérité que ces derniers temps, avec tes écrits tu es vraiment entrain de te décrédibiliser. Mon frère, reste dans ta ligne habituelle et ne fait pas du soutien aveugle, et évite les éloges car ce sont eux qui nous ont conduit à l’insurrection. Merci de comprendre.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 11:06, par Yeeliba En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Je suis entièrement d’accord avec Ka (intervenant 2). Soyons patients car 100 jrs ne suffisent pas pour juger le gouvernement, d’autant plus qu’il hérite d’un pays qui était totalement déformé dans son fonctionnement comme on ne peut l’imaginer. Souvenons des pires délestages que nous avons connu sous la transition, juste après la fuite de ces gens. le pays a été ébranlé jusqu’à son système d’approvisionnement en carburant.....Mais on rebatira car c’est Dieu lui même qui l’a voulu pour ce pays béni.
    Que Dieu bénisse toujours ce peuple, et qu’il le préserve des opportunistes.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 11:09, par ziguehi En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    je vous le dit de vive voix salif Diallo la pire chose qui soit arriver au BF. pendant les elections ils nous a recu chez à ouaga 2000. lors de la rencontre il n’a cessé de parler de l’insurection de notre insurction populaire qui a vu le depart du sainguinaire blaise compaore et sa maniere de parler de notre insrection m’a indignée.il nous disait : l’insurection nous a couté bcp d’argent ; des gens sont du niger par des car pour assurer l’insurection dans les provinces comme fada kanchiari et meme à ouaga. cela indignée car j’ai perdu un frere et j’ai meme été blessé dans cette insurection pour que ce monsieur vient tout bannaliser pour sa seule gloire. pour finir il nous dit soit on fait le quart de tour oubien on brule le quart du pays. faites attention à ce monstre jeunes burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 11:20, par hondo En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    je suis définitivement convaincu que Zeph ne pouvait pas diriger ce pays.cause .manque d’intelligence politique.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 11:42, par Idgomyan En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Vous avez mon total soutien ! Si le MPP ne peut pas diriger ce pays, qu’il démissionne humblement ! Pourquoi s’acharner sur la transition à qui il doit son pouvoir ? Qu’il se rappelle toujours que c’est grâce à la transition que Roch est élu président car c’est la transition qui a voté une loi excluant les ténors du CDP et a déjoué le coup d’Etat et dissolu le RSP qui ne voulait pas d’élections dans ce pays ! Si le MPP veut remercier la transition de la sorte, je suis désolé ! Mais que le MPP sache que le peuple burkinabé n’est pas dupe, on vous connait ! M’Ba Michel et son équipe sont à féliciter ! Ce que je sais, c’est que le MPP craint fort que ZIDA ne devienne un homme politique fort pour les contrecarrer en 2020, c’est tout ! J’invite le peuple burkinabé à donner de la voix car le MPP est en train de mettre en cause tous les acquis de la transition en témoignent les libérations anarchiques des gourous détourneurs du CDP et ceux qui ont organisé le coup d’Etat emprisonnés par la transition, blocage des dossiers Thom Sank, Norbert Zongo, juge Nébié, etc ! Et mon analyse est simple : le MPP ne peut pas juger ces gourous du CDP car tous les RSS étant trempés dans les détournements comme eux, savent bel et bien que le jugement des ces prisonniers va les embobiner, leurs noms seront constamment cités lors des jugements, c’est tout ! Je suis révolté !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 12:13, par ka En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    En lisant quelques internautes partisans, je me demande s’il faut vomir ou tout avaler. Il est temps que les vrais internautes relisent leurs écrits entre 2013 à 2015. Le peuple pardonne, mais n’oublie pas. Il y a quelques mois, Zeph devant les RSS, donnait le même ton a ceux qui sont à ses côtés comme Achille Tapsoba, Gilbert Ouédraogo le judas, et tant d’autres du CDP, ADF/RDA et d’autres responsables des partis politiques affilés. La question dont je me pose, c’est si mon petit frère Zeph était au pouvoir face à ces trois 3 vieux routiers de la politique Burkinabé retourné prendre Blaise Compaoré, leur ancien mentor comme chef de l’opposition ? Zeph ne tiendra pas deux jours avec un Salif averti, un Blaise l’introverti, ne parlons pas Roch qui réfléchit deux fois avant d’agir, sans oublié celui qui fouine, mais a des idées. Zeph a servi pour Blaise, Achille, Gilbert, dans le même bain, et Roch, Salif, Simon les plus proches de Blaises dont le programme de leur parti a été adopté par plus de la moitié du peuple Burkinabé y compris Zeph qui les a félicités. Alors vouloir à ces RSS pour un début de gouvernance est de vouloir tout le peuple y compris nous-mêmes. Les insulter d’êtres proches de Blaise et nous resservir, c’est de nous insulté tous, car 99% du peuple Burkinabé était pour Blaise durant 27 ans sans réaction, car il tuait qui il veut, ou il veut, les RSS étaient dans la même situation que tout le monde, même plus pire, en étant confronté à tout moment les crises de l’introverti criminel. Tout le peuple Burkinabé est comptable des bourdes du régime Blaise Compaoré, et nous devions se souder pour mieux avancé. Une opposition est un intervenant du peuple auprès d’une majorité, s’il y a des erreurs graves qui sont à rectifiées. Pour l’instant ces erreurs sont des erreurs d’une machine qui vienne de démarrer, donnons du temps a cette machine de roder, et connaitre son point fort pour tourner. Quant aux internautes qui criaient vive Salif, malgré ses défauts, il est l’homme qu’il faut : Je peux dans l’historique de quelques sites, ressortir des messages de ces personnes qui ont rétourné leurs vestes, car ZEPH a perdu. Comme Zeph l’a dit avant les élections, que le meilleur gagne, et il a été le premier du peuple Burkinabé a félicité devant le monde entier le meilleur. Le rôle d’un responsable de l’opposition est de rectifié les choses avec sincérité, c’est ce qu’il essaye lui aussi de démarrer. Alors que les internautes manipulateurs ne sabotent pas le travail accompli par la jeunesse, soyons francs, et accompagnons celui qui a été choisi parmi les meilleurs, de faire son travail. Si Zeph l’était, ça sera la même chose pour les cinq ans à venir. Internautes, nous sommes de l’opposition, mais aussi de la majorité, disons les choses comme ils sont, pour un Burkina qui veut avancer avec sa jeunesse. Zeph, Roch, Salif, Simon, Achille, Gilbert, tous étaient dans le même bateau de l’ancien régime, et sont comptables de nos joies et de nos pleurs : Faisons avec, pour un Burkina émergent. Mon cher körö, en politique je ne soutiens pas un individu, mais les actions d’une bonne équipe qui vont pour le peuple. Je dis plus haut ce qui dit plus bas. Allons seulement. Les accusations sont faciles, mais les réalisations demandent du temps, surtout dans un pays comme le notre dont l’ancien président Blaise Compaoré est parti avec toues les voiture de la présidence, ou les donner a ses directeurs de cabinet et autres, ainsi que le denier public, avec l’aide d’Achille Tapsoba et consorts que tu félicites sans regardé leur passé d’autruche. Le Roch est obligé de travailler avec sa propre voiture, dire a ses ministres d’attendre des beaux jours. Je ne soutiens personne, mais dire la réalité mon ami Körö.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 12:19, par Tardivement En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    J’ai l’impression que Zeph oublie qu’au sein du CFOP, il n’y a pas que l’UPC. Il y a ceux là qui étaient avec Blaise pendant tout son règne. Donc, il faut être rassembleur au sein du CFOP pour ne pas frustrer les autres. Aussi à mon avis, les critiques doivent beaucoup plus porter sur la mise en oeuvre du programme, les conséquences de certaines décisions, ou les actes déjà poser s’il y en a, que de fustiger certaines personnes du MPP qui seraient de purs produits du CDP, etc...
    Par ailleurs, êtes vous obligés de faire cette conférence ensemble pour se faire des tacles consciemment ou inconsciemment ? Chaque responsable de parti qui ne sens pas avec les 100 premiers jours de Rock, devrait faire ses propres critiques en public et assumer. Je pense que pour cette conférence de presse, il y a maldonne.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 12:30, par CHE En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Alors, le bilan est nul et le MPP à travers la jeunesse agonise et le Ministre de la Jeunesse a pris un faux départ en se laissant duper par un clan ( APROJEF, son Dircab, son DRH)et attendons la suite de l’histoire. Vive les jeunes insurgés et vive les 30 et 31 octobre. Allons seulement Monsieur le Ministre pour la vengeance à l’interieur de la maison. Vous partirez un jour et la maison reste avec les jeunes et les travailleurs dignes comme Lamouzana et autres comme ceux de SYNAJEFP.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 12:35, par SS 20 En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Soyons lucides comme Ka , car je ne lis plus le même Koro Yamyélé qui avait une constance dans ses analyses des faits politiques du pays.

    Mon propos n’est pas pour soutenir le régime aveuglement ,mais vu ce qui s’est passé juste après l’investiture du président Kaboré avec le terrorisme ,le cafouillage des kolgwégo,les incendies mystérieux ;je ne vois pas quel autre des candidats malheureux des élections pouvait apporter ce miracle pour résorber tous les problèmes du pays en un quart de tour durant cent jours !

    Nous devons rompre avec les vieilles habitudes de querelles infantilisantes et futiles qui nous apportent rien que des antagonismes vils.
    L’opposition politique doit être dans son rôle de critiques constructives ,mais pas pour
    s’auto-avilir.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 12:45, par YIRMOAGA En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Dommage pour Jeph que je n’ai jamais estimé, et il se retrouve encerclé par les mêmes qu’il a combattu durant la période de la modification ? Acceptable d’avoir des alliés pour mener le combat, mais.........?
    Aussi sans rancune, je ne porte plus à cœur le MPP, des gens sans perspectives si ce n’est en finir avec ZIDA ? Parce qu’il a voulu ré-ouvrir les dossiers pendants, ou parce qu’il ambitionne revenir en 2020, ou parce qu’il a fait arrêté les maires, bras financiers des RSS, ou parce qu’il a finit avec leurs partenaires du CDP, ou au juste quoi ? On fait publier un projet de nomination de Zida au JO, un projet qui n’a même pas été décrété en conseil de ministres pendant la transition, et on s’en presse d’abroger le décret fictif pour nuire à l’homme ? Pendant que l’actuel PM demandait à ZIDA de se conformer à régulariser les prix du m2 à Ouaga 2000, le PF cherchait à en finir avec Zida, oubliant la manœuvre de la transition à faciliter leur ascension ? Bref, le mal est dans le fruit, Zida rentre dans l’histoire du BF, même s’il arrivait à ce qu’il ne soit plus ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 12:46, par ka En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Mon ami Körö, au moment des élections, tu te battais pour un individu, mais moi pour un programme qui va pour le peuple, comme je l’ai fait pendant 40 ans. En décembre j’aurai bien voulu qu’une femme sorte du lot comme au Liberia, en Birmanie, en Centrafrique, avec un programme plus que celui du MPP, et montrer à ces féodaux que la femme gère mieux le denier public comme elle gère son foyer, et son travail. Je ne soutiens pas les RSS, mais leur programme qui est la suite des six engagements de 1998 que j’ai soutenu de toutes mes forces, et ont été réalisé, que nous voyons aujourd’hui, et qui continu. Si tu lis mes écrits sur la presse écrite, et dans les dix dernières années dans les sites des réseaux sociaux d’information, tu remarqueras que j’ai toujours rappelé a la jeunesse que ‘’’’soutenir un pouvoir ou un parti politique, ce n’est pas soutenir un seul individu, mais les actions concrètes et les bonnes actions que ce même parti ou pouvoir entreprend par l’intermédiaire de son représentant.’’’’ Salif, Roch, Simon, je m’en tape, ce sont leurs actions et leur programme adopté par le peuple qui m’intéresse, et qui me permette de les soutenir a développer ce programme. Si ce n’est pas le cas, un soulèvement populaire les mettra hors état de nuire, comme ce fut le cas de l’introverti Blaise Compaoré. Pour l’instant soutenons sans recule leur programme qui vont pour plus de 50% du peuple Burkinabé. Sans Rancune. Ce n’est pas par parce que Zeph n’a pas gagné que tu commences à sortir de tes principes, soit raisonnable en tant qu’un Körö.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 12:51, par Cdt Massoud En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Ah politique et politiciens ! Zeph aux côté de Achile CDP, Gilbert. Yaako les âmes des martyrs, yaako les familles des martyrs, yaako jeunesse consciente du Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 14:16, par LE SCORPION En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Je suis tres tres déçue par ZEPH qui se laisse piéger par sa haine contre la victoire de Roch. Au soir de la victoire de KABORE tout le monde t’a félicite pour avoir adopté un comportement de Bulkimbiga alors que ce n’était que de la malhonnêteté. Laisse tomber tes sentiments de rancœur et éloigne-toi du CDP que tu as durement combattu hier et deviens un bon citoyen en apportant de bonnes et franches analyses afin d’aider ce gouvernement à aller loin. Au fait, penses-tu que tu pouvais faire mieux que KABORE si tu étais élu comme le nouveau locataire de Kosyam le soir du 29 novembre ? De grâce, fais-nous avancer avec des critiques sincères ou alors tu dégages car le peuple Burkinabé a choisi Monsieur KABORE Roch comme président du FASO et nous le soutiendrons jusqu’au bout des 5 ans.
    A bon entendeur salut !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 14:18, par RAWA En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Les gars, vous vous égarez sérieusement. On sent vraiment de la rancoeur dans les intervention de Diabré de Gilbert Ouédraogo et de Achile Tapsoba. Pour les 2 derniers, on pourrait comprendre parce qu’ils ont été brutalement sevré de leur vache à lait. Et tout le monde sait que ce sont les RSS qui sont à l’origine de la fuite du clan des voleurs. Mais toi Diabré. Fait quand même une opposition constructive et intelligente. Comment quelqu’un qui prétent diriger ce pays peut-il se borner à répéter les graffitis que certains ont écrit sur les murs de ouaga : RSS=CDP.
    Je suis profondemment déçu de voir que ce Diabré n’est qu’un parvenu. Il est même ressorti que l’on pourrait repprocher des choses à ce monsieur l’ors du coup d’état de Diendéré. Onpense même qu’il s’est fait complice avec les tueurs du CDP pour perpétrer un assassinat. Tout cel se sait mais si on l’arrêtait, on aurait pensé que c’était pour écarter un opposant sérieux

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 14:18, par Dakuyo Ives Alain En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Bravo au Président ! Moi je ne suis d’aucun bord politique mais je pense que le fait de voir l’opposition à table pour apprécier ces 100 jours de Kaboré, c’est un pas important dans la démocratie au BF. Tel que soit ce que vous avez présenté aux burkinabè, vous êtes à féliciter. Interrogez un peu l’histoire du burkina et vous comprendrez. Soyez benis, Rock et son gouvernement !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 15:00, par le general En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Je trouve que nous les burkinabe nous ne sommes pas honnetes. Nous savons que le pays a connu une periode douloureuse et l’on est naif de croire qu’au bout de dix semaines le pouvoir peut regler tous les maux qui minent notre pays. Je crois que nous pourrons voir les premiers resultats d’ici deux ans et pas avant cela. Meme en europe les gouvernements peinent a trouver des solutions pour leur population. Prenner l’exemple de la france avec Hollande qui depuis plus de deux ans n’arrivent pas a trouver une solution pour l’economie de son pays. Le gouvernement de Rock a pris des mesures comme la sante gratuite pour les enfants de 0-5 ans et cela concerne tous les burkinabe de la campagne a la ville. La transition a promis beaucoup au fonctionnaire sachant qu’elle ne sera plus la pour payer cette facture salariale. Le gouvernement a connu les attaques terroristes qui des le debut a freiner l’elan du regime et changer les prioritees qui est la securisation des biens et des personnes. Nous devons bannir le culte des personnes et se mettre au travail pour le bien de notre pays. Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 15:03, par Tuobènirè METUOLE En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Merci mon président. le vrai changement arrive. Laissez Salif avec ses mauvaises paroles car il ne sait pas ce qu’il dit. Il rêve d’une vie obscure. La vérité le rattrapera tôt ou tard.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 15:09, par Tuobènirè METUOLE En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Merci mon président. le vrai changement arrive. Laissez Salif avec ses mauvaises paroles car il ne sait pas ce qu’il dit. Il rêve d’une vie obscure. La vérité le rattrapera tôt ou tard. S’il veut la guerre, nous on veut la paix et la paix seulement pour notre cher BURKINA.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 15:17, par ka En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    A tous les internautes, le temps de nous dire toute la vérité a sonné. Surtout à mon ami Körö qui veut lécher les pieds de ces autruches qui veulent encore nous duper en utilisant mon petit frère Zeph. Durant bientôt mes 70 piges, je ne jamais fait les choses aux hasards a cause de ma vie politique inachevé, ça aussi c’est du a des petits malins trompeurs que je déteste. Körö rappelle-toi de FADA, tu étais d’ODP/MT, j’étais d’un autre parti, et revenu au BPN d’ODP/MT, rappelle-toi de la fusion de tous les partis politiques pour créer le congrès pour la démocratie : ce jour du 5 Février 1996 sous le commandement du Dr. Bognessan Arséne YE, nous nous sommes mis d’accord pour relever le défi de l’histoire politique de notre pays avec un parti souder : Au départ nous avons mis cœur et âme pour être une bonne équipe et soutenir un parti politique avec des bonnes actions que nous entreprendrons par l’intermédiaires d’un représentant qui était Blaise Compaoré. Mais voilà que sa famille est rentrée en jeu pour le détruire et détruire tout dont nous avons fait avec une bonne volonté, en mettant à notre place, une équipe des gosiers très larges, et tu connais la suite comme tout peuple Burkinabé. Aujourd’hui une autre équipe avec une expérience, essaye de redonner une vie politique rassurante avec la jeunesse, et nous devons accorder à cette équipe au minimum un peu de temps. Avant d’écrire ces messages, j’ai voulu être sure de ce que je dis en allant constaté les fautes mineures dans deux ministères tenu par des jeunes. D’abords celui de la santé que j’ai rencontré son ministre pour en savoir plus en tant qu’un simple citoyen souciant de ce qui s’est passé à YO avec une femme qui a perdu la vie avec son bébé en tombant sur une table. Ce ministre si jeune et conscient de son travail en tant que de la branche, m’a rassuré en disant que c’est mon droit, et lui il est là pour ça, car il connait son travail et ce qui devait être fait, et même cette dame ne devait pas venir a YO pour accoucher ce sont la circonstance de manque d’organisation qui fait défaut, et une branche spécialisé sur ces problèmes sont en œuvre pour cerner la chose et éclaircir à son niveau cette affaire. Apres ma visite, j’ai compris que plus rien ne sera plus comme avant, car ce jeune ministre a déjà montré a un malhonnête de son service, qu’il est là pour mettre de l’ordre et que rien ne sera plus comme avant avec un ministre qui connait son travail. Vous pouviez comme moi levé vos fesses, allé demander des comptes à ces responsables qui sont payé pour. D’autre part concernant l’énergie, je me suis présenter il y a une semaine dans le bureau du jeune ministre de l’énergie pour mon village près de la ville, j’ai vu que ce jeune est l’avenir de notre pays, car il connait son travail en tant qu’ingénieur de la branche, et est ouvert pour toute suggestion pour améliorer l’électrification future de notre pays. Oui pour dire à Zeph, que ces RSS savent où ils vont avec la jeunesse en prime. J’ai été écœuré par la mort de cette dame et son enfant, et le laissé aller dans tous les services de notre état est connu par nos jeunes ministres qui veulent rectifier ce problème avec rigueurs. J’en suis sûre que Zeph et autres ont peur de cette réussite à venir, car avec les Achilles au pouvoir, je ne jamais pu avec toute liberté d’aller demander ou suggérer un ministre ce que je pense, leur objectif était le tripatouillage de l’article 37, pour que des jeunes ouverts comme je viens de citer, ne prennent pas la relève. Ces jeunes ministres ont voté pour la première fois, pour un changement profond, et ils peuvent faire la différence avec les RSS : parmi eux, d’autres ont travaillé dans des administrations des pays plus développés que le Burkina, et connaissent la discipline dans le travail, et aussi la rigueur qu’ils calqueront dans nos services. Avant de parler de n’importe, essayé de voir la réalité, je l’ai fait à chaud avec la mort de cette femme, mais ce jeune ministre est très vigilent d’après ce que j’ai constaté, et si les enquêtes auront fini, les choses changeront. Je soutiens ce que j’estime soutenable. Nous devons admettre que 100 jours sont 100 minutes pour un gouvernement sur une dynamite, comme c’était le cas de notre transition.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 15:19, par TINBO En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Certainement qu’avec d’autre nous aurions eu dans les 100 premiers jours notre centrale nucléaire.
    "qui on n’a pas vu ici"

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 16:05, par Idgomyan En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Vous avez mon total soutien ! Si le MPP ne peut pas diriger ce pays, qu’il démissionne humblement ! Pourquoi s’acharner sur la transition à qui il doit son pouvoir ? Qu’il se rappelle toujours que c’est grâce à la transition que Roch est élu président car c’est la transition qui a voté une loi excluant les ténors du CDP et a déjoué le coup d’Etat et dissolu le RSP qui ne voulait pas d’élections dans ce pays ! Si le MPP veut remercier la transition de la sorte, je suis désolé ! Mais que le MPP sache que le peuple burkinabé n’est pas dupe, on vous connait ! M’Ba Michel et son équipe sont à féliciter ! Ce que je sais, c’est que le MPP craint fort que ZIDA ne devienne un homme politique fort pour les contrecarrer en 2020, c’est tout ! J’invite le peuple burkinabé à donner de la voix car le MPP est en train de mettre en cause tous les acquis de la transition en témoignent les libérations anarchiques des gourous détourneurs du CDP et ceux qui ont organisé le coup d’Etat emprisonnés par la transition, blocage des dossiers Thom Sank, Norbert Zongo, juge Nébié, etc.! Et mon analyse est simple : le MPP ne peut pas juger ces gourous du CDP car tous les RSS étant trempés dans les détournements comme eux, savent bel et bien que le jugement de ces prisonniers va les embobiner, leurs noms seront constamment cités lors des jugements, c’est tout ! Je suis révolté !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 16:30, par Idgomyan En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Vous avez mon total soutien ! Si le MPP ne peut pas diriger ce pays, qu’il démissionne humblement ! Pourquoi s’acharner sur la transition à qui il doit son pouvoir ? Qu’il se rappelle toujours que c’est grâce à la transition que Roch est élu président car c’est la transition qui a voté une loi excluant les ténors du CDP et a déjoué le coup d’Etat et dissolu le RSP qui ne voulait pas d’élections dans ce pays ! Si le MPP veut remercier la transition de la sorte, je suis désolé ! Mais que le MPP sache que le peuple burkinabé n’est pas dupe, on vous connait ! M’Ba Michel et son équipe sont à féliciter ! Ce que je sais, c’est que le MPP craint fort que ZIDA ne devienne un homme politique fort pour les contrecarrer en 2020, c’est tout ! J’invite le peuple burkinabé à donner de la voix car le MPP est en train de mettre en cause tous les acquis de la transition en témoignent les libérations anarchiques des gourous détourneurs du CDP et ceux qui ont organisé le coup d’Etat emprisonnés par la transition, blocage des dossiers Thom Sank, Norbert Zongo, juge Nébié, etc.! Et mon analyse est simple : le MPP ne peut pas juger ces gourous du CDP car tous les RSS étant trempés dans les détournements comme eux, savent bel et bien que le jugement de ces prisonniers va les embobiner, leurs noms seront constamment cités lors des jugements, c’est tout ! Je suis révolté !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 17:10, par Diesel En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Ziguehi dit nous le jour où Salif Diallo a tenu ces propos. Evitons les mensonges.
    C’est de bonne guerre que Diabré et compagnie tiennent ce langage. Ils cherchent à se positionner les élections à venir.

    UPC a fait partir de la transition. Ils sont comptables aussi puisqu’ils veulent accuser les autres.
    Chacun veut être prioritaire dans la résolution des problèmes.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 17:26, par Compaoré Mahmud En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    La réponse aux inquiétudes légitimes des uns et des autres, se trouve à mon avis dans les raisons qui ont amené les RSS à lâcher Blaise Compaoré qui s’est finalement cassé le cou dans son entêtement à vouloir imposer une dictature clanique ou familiale dans notre pays. Si ce dernier avait accepté abandonné ses velléités de changement, il n’ y aurait pas eu de MPP, ils allaient continuer de souper normalement ensemble jusqu’à la fin. Blaise a fait 27 ans au pouvoir et eux 26, où est la différence. Pour être sérieux, reconnaissons que les RSS ont tout hérité de l’ancien système de façon toute entière. Il sert à rien de voiler la face pour leur faire plaisir. Si leur opposition à Blaise avait porté essentiellement sur le mode de gestion calamiteuse du pays dont nous avons été témoins, en ce moment, l’espoir serait permis. Ils sont comptables de la mauvaise gouvernance, de la corruption, du népotisme, de l’exclusion, de l’élimination physique des opposants, du pillage systématique, bref du système mafieux instauré par Blaise Compaoré dans notre pays.Tout le monde sait qu’ils étaient tous des piliers du régime déchu, pire ils sont milliardaires semble t-il. Si cela est vrai ils ont trouvé cette fortune où ? C’est l’évolution de la justice dans notre pays qui déterminera la capacité du nouveau pouvoir à répondre aux aspirations du peuple insurgé. Si tu aimes ton ami, il faut lui dire la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 17:56, par Sidpasata Veritas En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Internaute n°5 CHRIS vous êtes dans l’erreur quand vous pensez et écrivez ceci : « Zeph assis sur la même table que ceux qu’il vilipendait il ya quelques temps, que c’est beau ; sache simplement que cette image donne une certaine idée de c’est que la politique en Afrique : LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS »
    - Le CFOP-BF n’est pas une alliance entre les partie membres. Le CFOP-BF est une institution républicaine voulu par notre constitution et qui regroupe tous les partis de l’Opposition politique qui veulent en faire partie et qui se déclarent librement membres du CFOP-BF. Son Chef, selon la constitution burkinabè, est le président. du parti de l’opposition qui a obtenu le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale, et actuellement c’est le chef de l’UPC de Zeph. C’est pour cette raison que Zeph est le président du CFOP-BF. Alors si Zeph est "assis sur la même table que ceux qu’il vilipendait il y a quelques temps" comme vous le dites, ce n’est pas par alliance, mais parce que la constitution met toute l’Opposition déclarée dans le CFOP-BF. Alors mr CHRIS et autres, de deux choses l’une : ou bien vous savez et vous voulez pratiquer l’amalgame et la désinformation comme le CDP savait le faire en prenant les burkinabè pour de idiots, ou bien vous êtes vraiment ignorants sincères et vous parlez avec bcp d’émotion de ce que vous ne savez pas, au lieu de commencer par bien vous informer calmement.
    - Si Zeph et les autres de l’ancien régime critiquent les RSS et le régime actuel, il faut voir si ce qu’ils disent est juste ou pas ! Ce n’est parce que ceux qui étaient au pouvoir hier s’étaient trompés lourdement qu’ils doivent désormais et pour toujours se taire même quand on voit que ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui commencent mal eux aussi. Quel souci avez-vous donc du bien de notre pays ? Que vous le vouliez ou pas, tous les burkinabè ont le droit et même le devoir de se prononcer sur les dirigeants de ce pays, qui qu’ils soient. Les propos de Salif Diallo sont-ils condamnables oui ou non ? Là est la question ! En plus je dois dire qu’au nom du principe de la séparation des pouvoirs, Salif Diallo est mal placé pour défendre l’exécutif à l’occasion des 100 jours de Rock Marc Christian comme président du Faso, parce qu’il est le président de l’Assemblée Nationale qui exerce le pouvoir législatif et qui est une institution à part, chargée de contrôler l’action du gouvernement. Plus que les anciens du CDP, il devait donc observer un devoir de réserve du fait de sa fonction Républicaine. C’est à l’Assemblée Nationale (et non dans la rue et dans les réunions partisanes) qu’il doit prendre la parole pour sanctionner ou encourager et stimuler l’action du gouvernement. Mais ces RSS ont de vieux réflexes anti-démocratiques hérités de leur très mauvaise fréquentation et expérience au côté de Blaise leur mentor. Ne dit-on pas que "si tu as pour compagnon le chat, tu finiras par manger de la viande crue". Salif Diallo fait exactement comme Rock Marc Christian quand il était président de l’Assemblée Nationale et s’autorisait à ouvrir le débat sur la modification de l’article 37 en faveur de Blaise (président de l’exécutif), alors que sa fonction lui imposait de garder le silence de réserve à ce sujet. Les RSS n’ont pas changé et ils ne peuvent pas changer, tant il est vrai qu’on ne fait pas facilement du neuf avec du vieux (surtout quand c’est du vieux usé). C’est d’ailleurs eux qui ont le plus contribué à faire de Blaise ce qu’il était devenu et qui, à son tour, a fait d’eux ce qu’ils sont ! "Tu me tiens, je te tiens".

    - 

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 17:57, par burkin’avance En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    A peine le bateau du MPP a commencé à voguer que l’opposition crie au chavirement ou encore estime qu’il va trop lentement. c’est de bonne guerre. Au Burkina au delà de la conviction politique, nous avons d’abords besoin de recouvrer des valeurs citoyennes tant individuellement que collectivement. Des valeurs de patriotisme sans lesquelles ce pays que nous aimons tant ne pourra aller de l’avant. Soyons sérieux et honnêtes comment peut-on établir une comparaison entre le régime Compaoré et l’actuel. Cela revient à comparer la hyène et le mouton. Quant à Zeph, en bon politicien fair play ça vous coute quoi de relever ce le régime actuel a fait de positif pendant ces 100 jours ? Vous en sortirai plus grandi et vous serez mieux écouté. sûr que la critique négative, verte et acerbe ne construira pas le Burkina Faso. Heureusement le burkinabè fait aisément le discernement entre la vérité et le mensonge. De vos critiques, j’espère que NOS dirigeants sauront prendre acte.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 18:13, par Sidpasata Veritas En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    - Si Zeph et les autres de l’ancien régime critiquent les RSS et le régime actuel, il faut voir si ce qu’ils disent est juste ou pas ! Ce n’est parce que ceux qui étaient au pouvoir hier s’étaient trompés lourdement qu’ils doivent désormais et pour toujours se taire même quand on voit que ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui commencent mal eux aussi. Quel souci avez-vous donc du bien de notre pays ? Que vous le vouliez ou pas, tous les burkinabè ont le droit et même le devoir de se prononcer sur les dirigeants de ce pays, qui qu’ils soient. Les propos de Salif Diallo sont-ils condamnables oui ou non ? Là est la question ! En plus je dois dire qu’au nom du principe de la séparation des pouvoirs, Salif Diallo est mal placé pour défendre l’exécutif à l’occasion des 100 jours de Rock Marc Christian comme président du Faso, parce qu’il est le président de l’Assemblée Nationale qui exerce le pouvoir législatif et qui est une institution à part, chargée de contrôler l’action du gouvernement. Plus que les anciens du CDP, il devait donc observer un devoir de réserve du fait de sa fonction Républicaine. C’est à l’Assemblée Nationale (et non dans la rue et dans les réunions partisanes) qu’il doit prendre la parole pour sanctionner ou encourager et stimuler l’action du gouvernement. Mais ces RSS ont de vieux réflexes anti-démocratiques hérités de leur très mauvaise fréquentation et expérience au côté de Blaise leur mentor. Ne dit-on pas que "si tu as pour compagnon le chat, tu finiras par manger de la viande crue". Salif Diallo fait exactement comme Rock Marc Christian quand il était président de l’Assemblée Nationale et s’autorisait à ouvrir le débat sur la modification de l’article 37 en faveur de Blaise (président de l’exécutif), alors que sa fonction lui imposait de garder le silence de réserve à ce sujet. Les RSS n’ont pas changé et ils ne peuvent pas changer, tant il est vrai qu’on ne fait pas facilement du neuf avec du vieux (surtout quand c’est du vieux usé). C’est d’ailleurs eux qui ont le plus contribué à faire de Blaise ce qu’il était devenu et qui, à son tour, a fait d’eux ce qu’ils sont ! "Tu me tiens, je te tiens".

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 19:45, par ka En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    ‘’’A’’’ Idgomyam, je confirme, ces libérations a la pelle des personnes détenus pour détournement du denier public, plus ceux du coup d’état qui a causé la mort de nos enfants sont inadmissibles pour des personnes comme vous et moi. Je confirme, l’impunité et l’injustice sont toujours nos plats quotidiens, d’un nouveau Burkina dont ceux qui sont au volant disent que rien ne sera plus comme avant. Mon combat de soutenir un programme présidentiel dont 50% du peuple a choisi, dont dans ce programme, l’éradication de l’injustice et l’injustice, ainsi que la corruption à ciel ouvert sont conclus reste viable, mais je n’accepterai pas une duperie là-dessus. Et je vous dis ici que le peuple Burkinabé est patient mais impatient depuis son Independence, il réagisse quand la vase est débordé. Dans le cas des RSS qui laissent libérer les criminels connus par le peuple, il y a des limites, et quand ces limites qui commencent a agacé le peuple souverain deviennent quotidien, ces fameux RSS chercheront un trou a rat pour leur fuite, comme Maurice Yameogo, Blaise Compaoré qui ont subi la loi du soulèvement populaire. Pour l’instant, ils ont une indulgence de 100 jours, mais s’ils s’amusent a camoufler les dossiers de Norbert Zongo, Thomas SANKARA, NEBIE, et autres, un soulèvement populaire avant la fin des cinq ans les mettront à la place de ceux dont ils ont libérés. On ne peut plus mentir au peuple Burkinabé, mûri par les crimes, la corruption à ciel ouvert, l’injustice et l’impunité. Je crois que Roch tiendra sa parole, comme il a promis au peuple que tous les dossiers des crimes impunis seront déterrés et traités à leur valeur par la justice du nouveau Burkina, dont rien ne sera plus comme avant. Le manque de parole donné de Blaise Compaoré le poursuit, même jusqu’à dans sa tombe, et Roch Kaboré le sait. Regardons, si la vase déborde d’avantage, le peuple Burkinabé avec sa jeunesse savent quelle est la solution pour que la vase ne déborde plus. Et comme je l’ai dit, 100 jours pour un nouveau dirigeant d’un pays qui vient de sortir de 27 ans de dictature, d’un dictateur sanguinaire, représente 100 minutes, et il mérite une indulgence du peuple Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 20:03, par Payim En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Zeph ne fait que faire son travail. Faire les louanges du pouvoir en place n’est pas le rôle d’une opposition.

    Quand la majorité est sortie embellir les 100 jours de Rock, sans la moindre tâche noire, c’est aussi son rôle. Cependant personne ne leur a rien reproché.

    Avançons seulement, on verra les premiers 200 jours, 360 jours etc.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 22:35 En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    L’internaute 24 a tout dit. Bon vent au CFOP dans son rôle pour TOUJOURS !

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2016 à 22:51, par WALAY En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Malhonnêteté quand tu nous tient. Les gens veulent Rock Mark Christian KABORE fasse en 100 jours ce que Blaise n’a pas pu faire en 27 ans. Zeph, ressaisit-toi avant que tes derniers militants ne te lâchent. Il n’y a pas plus mauvaise image que zeph à coté de Achille Tapsoba. Je suis d’accord pour la critique mais choisir de ne voir que le coté négatif (s’il y en a) n’est pas très responsable. En plus si quelqu’un me dit aujourd’hui que le gouvernement peut travailler sans voir ni dire ce que la transition a fait, ce n’est sérieux, ni responsable. Vous connaissez le résultat de l’exécution budgétaire de la transition ? Et le déficit, qui va le financer en vertu de la continuité de l’État ? Pouvoir ou opposition, soyons simplement honnêtes dans nos propos. WALAY

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2016 à 07:40, par Bougoum-voundri En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Nécessité de revenir pour dire qu’on est fatigué. Fatigué de ces jongleries qui n’offriront aucune chance pour notre pays de retrouver ses marques. Aux RSS, au MPP etc., on ne vous demande pas de nous décrocher la "Lune" après 100 jours. Ceci est impossible même pour moi, pour toi, pour nous et vous, pour eux. On vous demande plus de visibilité dans vos démarches devant nous faire parvenir "sans clanisme" à une réelle "alternance politique", à un "développement social et économique" de notre pays. On vous demande de présenter au peuple, une "âme". Une âme d’espoir. Arrêter vos jongleries visant à couvrir et empêcher les ouvertures de "dossiers" qui vous indisposent et vous incriminent (peut-être). Quand on va pour la "Chose" de notre moitié, nul n’est besoin vraiment de passer par les caresses du nombril avant d’y accéder. Cette phase préparatoire (pour notre cas qui urge nous l’interdit) pourra être faite plus tard. Pas d’amitié. Pas de clanisme. Pas de protection de qui que ce soit. Nous, on veut voir claire, du concrêt. Que Blaise et son clan aient vidé les caisses avant de fuir, que Zida se soit fait la malle avec ce qu’il a pu glaner, sont une/des choses. Mais que vous, vous restez là à réfléchir sur ce que votre Groupe (RSS=>MPP) pourra s’empiffrer au sortir de votre présence au perchoir n’est et ne sera pas honnête de votre part, quand on se rappelle des sacrifices du peuple et de sa jeunesse pour que vous soyez aujourd’hui (par défaut) aux postes où vous êtes. Nous voulons de votre Régime une "ÂME CLAIRE" qui nous rassurera un "Avenir sûr", qui nous rassurera que vous êtes là pour le peuple, pour nous.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2016 à 11:29, par astrudr En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Nul comme bilan et très médiocre surtout avec le ministre BOUDA de la Jeunesse qui se fait entouré par une association APROJEF, fantoche, irresponsable , vomie de tous les cadres et a proposé 7 membres du bureau en conseil de minsitres . Monsieur le Ministre, vous allez continuer à sucrer vos amis et autres fantoches comme NAbaloum, Bancé et autres. Si tel est le cas, les jeunes sont disponibles à emprunter la route de kossyam car tout est degagé, plus de RSP et autres. La patrie ou la mort, nous vaincrons, allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2016 à 18:30, par KB En réponse à : 100 jours du Président Roch Kaboré : Le chef de file de l’opposition à la charge

    Personne n’a demandé à Rock de faire le bilan des 100 jours des affaires de l’ État depuis Bobo. S’il l’ a fait s’est qu’il attend des appréciations des uns et des autres. Donc ne dites pas à l’opposition que ses critiques sont prématurées.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
An 3 de la gouvernance MPP : Une performance de 7,19/20 selon les résultats de notre sondage
Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale
58e anniversaire du Burkina Faso : Le message à la nation du président Roch Kaboré
An 2 de la gouvernance MPP : Le verdict implacable de nos internautes
An II Roch Kaboré : 55% des Burkinabè non satisfaits
Le Président du Faso réaffirme son soutien au nouveau président élu de la CAF
Le Président du Faso invite les hommes d’affaires égyptiens à investir au Burkina
Le Président Roch Kaboré chez le grand imam de la mosquée Al-Azhar du Caire et Théodore II d’Alexandrie
Réconciliation nationale : Roch Kaboré n’apporte aucun soutien à la CODER, selon la présidence du Faso
Entretien à l’Elysée entre les Présidents Roch Marc Christian KABORE et François HOLLANDE
Gouvernement Thièba II : La sécurité, priorité des priorités selon nos enquêtés
Remaniement ministériel : Voici la composition du Gouvernement Paul Kaba THIEBA II
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés