Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

AMADOU TALL, PRESIDENT DU MDA « Si je suis élu député, même mon salaire servira à construire le Loroum »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Elections 2015 • • jeudi 26 novembre 2015 à 02h41min
AMADOU TALL, PRESIDENT DU MDA « Si je suis élu député, même mon salaire servira à  construire le Loroum »

IL est peu connu dans le landerneau politique burkinabè. La création de son parti en novembre 2014 suivie de son implantation dans plusieurs localités du pays, fait de plus en plus parler de lui dans le paysage politique. Ce jeune opérateur économique de 33 ans, natif de la province du Loroum dit être confiant, quant au mandat qui lui sera donné à l’issue des élections par les populations du Loroum, pour siéger à l’hémicycle, en dépit de la présence des « vieux loups » sur le terrain. Amadou Tall, c’est de lui que nous parlons, est candidat titulaire du Mouvement pour la Démocratie en Afrique (MDA) aux élections législatives au Loroum, parti dont il tient le gouvernail depuis sa création. A la faveur de sa pêche de l’électorat, nous lui avons tendu notre micro le lundi 23 novembre dernier à Ouahigouya.

Le soir : Pour ceux qui ne vous connaissent pas, qui est Amadou Tall ?

Amadou Tall :Je m’appelle Amadou TALL. Je suis né à Séléguin dans la province du Loroum. Je suis opérateur économique dans la société Spécial Gold and Diamond et Président du Mouvement pour la démocratie en Afrique (MDA)

Pourquoi êtes-vous candidat aux élections législatives ?

J’ai choisi de me porter candidat aux législatives du 29 novembre 2015 parce que je veux participer aux votes des lois pour une réelle démocratie au Burkina Faso. Je ne dis pas qu’il n’ya pas la démocratie dans notre pays, mais il faut qu’elle soit renforcée.

Parlant justement du rôle de député, que prévoit votre projet de société pour votre circonscription électorale ?

Outre le vote des lois, le contrôle de l’action gouvernementale et l’impôt, il faut dire, qu’il y a des problèmes que rencontrent les populations du Burkina Faso et particulièrement celles de la province du Loroum. Ces préoccupations ne peuvent pas me laisser indifférent. Lorsque nous avons fait le point de nos tournées, il est ressorti que tous les 125 villages de la province n’ont pas suffisamment d’eau potable. Dès que vous arrivez dans un village, la principale préoccupation c’est l’eau potable. Au niveau de la santé, de l’éducation, des infrastructures routières, de la sécurité, ça ne va pas. Est-ce que l’on peut imaginer que de nos jours des femmes allument des torches dans des maternités pour donner vie ? Des écoles qui ne disposent pas de tables-bancs suffisants et où élèves sont assis à même le sol pour travailler, des salles de classes sans logements pour les enseignants, des CSPS sans lits ni système d’éclairage, des postes de police ou de gendarmerie sans moyens de déplacement adéquat, surtout au Loroum, où l’insécurité n’est plus à démontrer... Les routes ne sont pas praticables. On nous a fait savoir que pendant la saison des pluies, dans certains villages, les centres de santé sont inaccessibles à cause de l’état des routes. Bref, tout cela constitue des problèmes qu’il ne faut pas tarder à résoudre, tant ils constituent le socle de la vie de l’homme. Je m’emploierai, si je suis élu, à travailler pour venir à bout de ses difficultés qui minent ma province. Nous avons résolu certains problèmes très sensibles qu’on ne peut pas attendre d’être élu avant de faire. Au cours de la campagne nous avons fait des promesses aux différentes localités de la province. Les 125 villages dont je viens de parler auront chacun un forage. Les 4 communes du Loroum auront chacune un CMA et la province verra son barrage réhabilité. Nous ne faisons pas de promesses démagogiques.

Vous avez certes un projet ambitieux pour votre province, mais il va falloir nous décliner les sources de financement pour la réalisation de tels projets car, à ce qu’on sache, cela relève de la compétence de l’exécutif…

Le Mouvement pour la démocratie en Afrique (MDA) tient à réaliser ses promesses dès qu’il obtient des sièges à l’hémicycle. Nous avons des relations avec des pays d’Asie, du Golf. Je pense personnellement que cela ne fait que faciliter la tâche du gouvernement. Même mon salaire, je l’utiliserai au service du développement du Loroum. La condition de réalisation de ces projets, c’est sans doute l’obtention de sièges de députés. A ce niveau, je rassure qu’il n’y a même pas de problème.
Quels atouts avez-vous dans votre circonscription électorale pour vous tirer à bon compte quand on voit qu’il ya plusieurs partis politiques en compétition pour les 2 sièges de députés.
Si c’est les atouts, il y en a. Je me suis rendu compte que les gens ont été trahis pendant plus de 27 ans. Maintenant, ils veulent la vérité. Nous leur avons dit la vérité. D’ailleurs, depuis un certain temps les Burkinabè de tous les horizons se sont dit que plus rien ne sera comme avant. C’est cela notre atout.

Quel bilan faites-vous de vos rencontres avec l’électorat ?

Je suis satisfait de la mobilisation de nos militants lors des meetings. Les gens ont bien compris qu’il faut qu’ils prennent leur destin en main, car plus rien ne doit être comme avant.

Que pensez-vous d’une loi sur l’homosexualité dans notre pays ?

Les homosexuels sont des malades. C’est une maladie qu’on ne peut pas soigner. Ici en Afrique, il ya les religions qui sont aussi une force morale. Les homosexuels ont leur liberté et les religions aussi ont le droit de dire qu’elles n’aiment pas cette pratique. Mais en temps que parti politique, nous ne sommes pas contre mais au Burkina Faso, c’est difficile.

Quel message avez-vous à l’endroit de vos potentiels électeurs ?

Je remercie les militants du MDA pour leur engagement à soutenir le parti. Je les invite à rester fidèles au parti jusqu’à la victoire. Au niveau des élections présidentielles, le MDA ne soutient personne. Les militants sont libres de choisir le candidat qui leur convient.

Interview réalisée par Ali KONFE

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Arrondissement N°4 de Ouagadougou : « Il nous faut être plus civiques, avoir un esprit citoyen et républicain », invite le maire, Issa Anatole Bonkoungou
Commune de Saponé : « Je suis obligé de placer l’intérêt des populations au-dessus de toutes considérations », conçoit le nouveau bourgmestre, Abdoulaye Compaoré
Commune de Bouroum-Bouroum : Koko Momo, élu maire
Vie des communes du Nord : Zogoré a désormais son organe délibérant
Elections municipales : Le Conseil d’Etat a donné les résultats définitifs
Elections municipales complémentaires du 28 mai : Légitimité renforcée pour le MPP
Elections partielles à Zogoré : le MPP Yatenga tire les enseignements du scrutin
Elections municipales dans l’arrondissement 4 : Campagne de sensibilisation pour éviter les reprises
Élections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP vainqueur avec 31 conseillers sur 55
Elections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP et le CDP ont prôné la paix
Elections municipales partielles au Nord : Le MPP largement vainqueur à Zogoré
Elections municipales partielles : A l’arrondissement 4 de Ouaga, les électeurs sont fatigués
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés