Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Campagne électorale à Koudougou : Des habitants demandent plus que des promesses

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Elections 2015 • • vendredi 20 novembre 2015 à 04h55min
Campagne électorale à Koudougou : Des habitants demandent plus que des promesses

Les candidats à la présidentielle parcourent différentes localités du pays. La ville de Koudougou ne fait pas l’exception. A la date du 17 novembre 2015, plusieurs candidats ont déjà foulé le sol du chef-lieu de la province du Boulkiemdé. Au-delà de la course à la présidence du Faso, les habitants de la ville de Koudougou souhaitent un réel changement pour le pays. Pour cela, leurs attentes sont nombreuses et diverses.

La campagne électorale bat son plein à Koudougou. Les candidats à la présidentielle se succèdent et se croisent dans la cité du cavalier rouge. Meetings, caravanes, porte-à-porte, toutes les stratégies sont bonnes pour conquérir les voix des habitants de Koudougou. Mais les Koudougoulais, veulent au-delà de l’ambiance électorale et des promesses, un réel changement.
Le 17 novembre par exemple, trois partis politiques faisaient leur campagne dans le chef-lieu de la province du Boulkiemdé. Dans les débats aussi, le sujet des élections est le plus souvent abordé. Les électeurs demandent plutôt du concret et non de simples promesses. « A chaque campagne électorale, il y a des promesses. Mais après, nous ne voyons rien sur le terrain. Cette année, nous allons voter mais il faut que les gens tiennent leurs promesses », a déclaré Adama Yaméogo.

Des préoccupations diverses

Moustatpha Kaboré est étudiant à l’université de Koudougou. Pour lui, la priorité du futur président doit se porter sur la santé et l’éducation. « Dans le domaine de la santé, nous voyons que nos hôpitaux ne sont pas bien équipés. Pour ce qui est de l’éducation, surtout l’université, il y a beaucoup de problèmes. Les étudiants de la première année ne sont pas encore rentrés jusqu’à présent. Donc le prochain gouvernement doit s’attaquer à tous ces problèmes pour trouver des solutions idoines », a-t-il soutenu.
Modeste Kaboré, lui, est vendeur de prêt-à-porter. Il souhaite que les prochains dirigeants s’intéressent davantage aux préoccupations des jeunes comme lui. Il explique : « Nous voulons que le prochain président soit à l’écoute des préoccupations de la population notamment des jeunes. On peut par exemple accorder des prêts aux jeunes pour qu’ils puissent entreprendre des activités et s’en sortir dans la vie ».
Pour Modeste, cela va de l’intérêt du président lui-même s’il veut rester au pouvoir. « Blaise Compaoré est venu, il n’a pas fait ce que le peuple voulait et il est parti. Nous ne voulons pas qu’un autre président parte de cette manière. C’est pourquoi nous demandons que le prochain président soit à l’écoute des préoccupations de la population », a prévenu Modeste Kaboré.

Travailler pour la réconciliation et la paix

Issa Ganamé mise sur la construction d’une société plus solide. Pour ce quadragénaire, la paix est la première des préoccupations. « Nous aimerions que le prochain président, travaille à ce que le peuple burkinabè soit réconcilié avec lui-même. Nous voulons qu’il travaille à ce que les gens s’entendent et que nous puissions vivre tous en paix au Burkina Faso. Si nous avons la paix, le reste aussi viendra », a affirmé Issa Ganamé.
Certains souhaitent d’abord que les élections soient transparentes et apaisées. Selon eux, c’est avec l’acceptation des résultats par tous que l’on pourra construire ensemble le pays. Est de ceux-là, Maurice Ouédraogo. « Nous souhaitons d’abord que les choses se passent bien et que les élections soient transparentes et paisibles. Nous voulons un bon président, c’est-à-dire un président avec qui le pays va connaitre un réel développement », s’est-il exprimé. En attendant de voir leurs différentes préoccupations prises en compte, les électeurs devraient d’abord faire leur choix dans les urnes le 29 novembre 2015.

Judicaël Gaël Lompo

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Arrondissement N°4 de Ouagadougou : « Il nous faut être plus civiques, avoir un esprit citoyen et républicain », invite le maire, Issa Anatole Bonkoungou
Commune de Saponé : « Je suis obligé de placer l’intérêt des populations au-dessus de toutes considérations », conçoit le nouveau bourgmestre, Abdoulaye Compaoré
Commune de Bouroum-Bouroum : Koko Momo, élu maire
Vie des communes du Nord : Zogoré a désormais son organe délibérant
Elections municipales : Le Conseil d’Etat a donné les résultats définitifs
Elections municipales complémentaires du 28 mai : Légitimité renforcée pour le MPP
Elections partielles à Zogoré : le MPP Yatenga tire les enseignements du scrutin
Elections municipales dans l’arrondissement 4 : Campagne de sensibilisation pour éviter les reprises
Élections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP vainqueur avec 31 conseillers sur 55
Elections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP et le CDP ont prôné la paix
Elections municipales partielles au Nord : Le MPP largement vainqueur à Zogoré
Elections municipales partielles : A l’arrondissement 4 de Ouaga, les électeurs sont fatigués
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés