Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Formation à l’ISSP : Une table-ronde pour mieux présenter les opportunités

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Population et développement • • samedi 1er août 2015 à 00h21min
Formation à l’ISSP : Une table-ronde pour mieux présenter les opportunités

L’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) de l’université de Ouagadougou a organisé une table ronde le 31 juillet 2015. L’objectif était de créer un cadre d’échanges pour les différents acteurs de l’institut.

L’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) veut faire connaitre davantage ses offres de formation à ses collaborateurs. Cela passe par une table ronde organisée le 31 juillet 2015. Selon son directeur, ce cadre d’échanges est une nécessité. « Avec le temps, on s’est rendu compte qu’il y avait nécessité d’établir un cadre d’échanges dynamiques avec l’ensemble des acteurs dans le domaine de la population et du développement pour mieux présenter nos formations » a soutenu Jean François Kobiané. Cette rencontre aussi a pour objectif de recueillir les points de vue et des propositions venant du monde du travail sur les produits que l’institut supérieur des sciences de la population met sur le marché de l’emploi.

Les participants à cette table ronde viennent de diverses origines. Il y a des représentants des communes, des gouvernorats, des directions régionales de l’économie et de la planification. Les secteurs de la santé, des mines, et de l’emploi sont également représentés. Cela prouve, selon le directeur, que les formations que donne l’ISSP ont un grand intérêt pour plus d’un. « Il y a un véritable intérêt pour les formations de l’ISSP », a-t-il reconnu. Mais l’engouement pour les formations de l’ISSP est souvent freiné par plusieurs contraintes. C’est l’exemple des professionnels qui ne trouvent pas assez de temps pour suivre les formations. « Le besoin est là, mais il y a des contraintes qui s’imposent. C’est l’exemple des professionnels qui ont des difficultés à se libérer de leurs charges professionnelles pour suivre cette formation », a expliqué Jean-François Kobiané.
L’Institut est en train de chercher les voies et moyens pour lever cette contrainte pour ceux qui désirent se former mais qui ne peuvent le faire en présentiel.

L’ISSP existe depuis l’année académique 2005-2006. C’est en cette année que l’institut a accueilli sa première cohorte. La neuvième cohorte a célébré sa sortie officielle le 28 juillet 2015. Selon le directeur, l’Institut supérieur des sciences de la population a formé 175 personnes pour le Master en santé et population. Celles-ci proviennent de 15 pays d’Afrique francophone. Et les débouchés ne manquent pas pour ces étudiants. Selon le directeur, « beaucoup repartent dans leurs institutions d’origine. On a vu aussi qu’il y a des gens qui très vite, dans l’espace d’un an arrivent à aller dans d’autres milieux professionnels. Ils sont dans des projets et programmes nationaux et internationaux ».

L’ISSP offre des formations diplômantes assurées par l’unité de formation doctorale en population et santé et l’unité de formation Licence en statistiques sociales. L’ISSP organise aussi des formations continues dans le domaine population et développement. A cela s’ajoutent les études de recherches et de l’expertise dans le domaine santé et population.

Judicaël Gaël Lompo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonds des Nations Unies pour la population : Mme Natalia Kanem, du Panama, nommée Directrice exécutive
Journée mondiale de la population 2017 : Le PNDES veut transformer la structure par âge de la population, souligne Mme Rosine Coulibaly, ministre en charge du développement
Contraception au Burkina Faso : Un taux de prévalence de 24,6% en 2016 selon l’ISSP
1ère édition 2017 de la semaine nationale de planification familiale : Rapprocher les services de santé de la reproduction et de PF aux populations
Audience foraine à To : Kadidja Sankara condamnée à 12 mois de prison avec sursis et à une amende de 500.000 F CFA pour avoir excisé sa petite-fille
8 mars 2017 : Message de M. Lucien KOUAKOU, Directeur régional de l’IPPF, Région Afrique
Ministère en charge de la Communication : La cellule genre adopte son plan d’actions 2017-2019
Journées scientifiques sur l’enfance au Burkina Faso : La promotion des droits de l’enfant au cœur de la première édition
Journée mondiale contre le Sida : Message de M. Lucien Kouakou, Directeur IPPF-Région Afrique
Institut africain de santé publique : 19 nouvelles compétences en santé au service du pays
Dernières tendances de la fécondité : Un indice de 5,1 pour l’Afrique Subsaharienne
ISSP : 25 ans au service de la population
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés