Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout arbre qui vit en tranquillité finit un jour par être secoué.» Proverbe vietnamien

Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Les héros de l’insurrection populaire • • mercredi 24 décembre 2014 à 01h41min
Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

Héros de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre au Burkina Faso, il l’est à sa façon. Loin du terrain physique de la lutte, mais toujours avec sa plume pour griffonner et traduire son opinion à qui de droit, le journaliste et écrivain Sayouba Traoré est assurément l’un de ceux qui, quoique hors du pays, ont toujours contribué au débat politique. Entre deux missions pour le compte de RFI (Radio France internationale) qui l’emploie, ce natif de Ouahigouya nous a rendu visite ce lundi 21 décembre à notre siège. Entretien avec l’homme qui fait « Chanter le coq » sur la radio mondiale.

Lefao.net : Quel est l’objet de votre visite ce matin au siège de Lefaso.net ?

Sayouba Traoré (S.T.) : Pour moi c’est une visite qui s’impose parce que j’ai vu naître ce site à Paris. Quand Cyriaque (Cyriaque Paré, Fondateur du site, ndlr) faisait ses choses, à l’époque, nous ne comprenions pas Internet. Ça c’est d’un. De deux, il y a un problème de génération. Moi quand j’écris, il me faut le stylo et cela été difficile pour moi de venir au clavier. Donc quand je parle de problème de génération vous comprenez ce que je veux dire. Nous le voyions faire ses choses, puis après on s’est rendu compte qu’il fallait ça. Il y a comme ça des éclaireurs. Il y a le journal papier mais il fallait ça pour que des gens puissent s’exprimer, pour que des gens puissent dire ce qu’ils pensent. Je suis persuadé que vous ne publiez pas toutes les réactions que vous avez ; mais il faut que les gens puissent se défouler, puissent dire ce qu’ils pensent Parce que s’il n’y avait pas ça, le 30 et le 31, je pense que ça allait être plus violent. Il faut que les gens puissent dire ce qu’ils pensent. Partout où on a empêché les gens de s’exprimer, où ça n’a pas été canalisé, c’a été très violent.

Lefao.net : Après la naissance de Lefaso.net à Paris, quelle appréciation faites- vous du parcours de ce média en ligne ?

S.T. : J’estime quand même qu’on devrait vous appuyer plus. Là, je prêche un peu pour ma chapelle parce que je suis journaliste moi aussi, mais j’estime qu’on devrait vous appuyer plus parce que, je vais reprendre ce que j’ai dit, il faut que les gens puissent s’exprimer. Si les gens ne s’expriment pas, ils vont l’exprimer autrement. Je ne sais pas comment je vais dire ça de façon plus soft….la population a quand même besoin d’une écoute quelque part. Même si on ne va pas faire ce qu’elle dit, la population a besoin d’une écoute… On devrait vous appuyer plus parce que vous ne faites pas seulement de l’information, il y a un peu de pédagogie aussi.

Lefao.net : Revenons- en à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre derniers à Ouagadougou. Comment l’avez- vous vécue ?

S.T. : Je dois vous dire que cela a surpris tout le monde. La transition a un peu de mal aujourd’hui à démarrer pour la simple raison que cela surpris tout le monde. On pensait que ça allait arriver jusqu’en 2015 et que c’est en 2015 qu’il allait y avoir la vraie bataille. Personnellement moi j’étais en RDC (République Démocratique du Congo, ndlr) ; le 30 ça s’est passé et j’avais envoyé un papier (un écrit, ndlr) où je demandais au général Honoré (Honoré Nabéré Traoré, Chef d’Etat- major général des armées pendant les faits, ndlr) d’aller jusqu’au bout. Puis le 31 il y a eu ce dénouement- là. Moi je suis allé dans un village pour un reportage et à mon retour on m’a demandé si je savais que mon président était parti ?

Lefao.net : Monsieur Traoré, vous produisez énormément sur Lefaso.net pour donner votre avis sur la situation nationale, sans tabou. Dans la série de vos articles, on peut retenir ces lettres successives adressées à un Colonel de l’armée, aux juristes, ou encore à « Votre grand frère Blaise Compaoré » comme vous l’avez appelé. Quel est le sens de votre engagement.

S.T. : En fait, si vous remarquez, moi j’ai commencé à écrire depuis 1994. C’était la presse papier. L’accélération dans mon engagement est venue avec l’histoire Norbert Zongo. Norbert c’est quelqu’un que je devais rencontrer en 1997, on n’a pas pu se rencontrer. En 1998 on devait se rencontrer, moi j’étais au Burkina, on n’a pas pu se rencontrer. Le 13 (décembre 1998, ndlr), on m’a appelé pour me dire que « ça ne va pas chez toi ». Et c’est le 14 qu’on a appris à Paris qu’il était mort.

J’ai initié une publication dans laquelle on reprenait ce qui se passait au pays en France. On a eu des manifestations et beaucoup de choses. Puis en 2004 est venue l’histoire de rétroactivité, non rétroactivité. J’avais été retranché au Mali par Radio France internationale, donc j’étais un peu plus près quand même du Burkina. Dans l’Observateur (L’Obseravteur Paalga, ndlr) j’ai eu beaucoup de publications. 1 bâtonnet + 1 bâtonnet = 2 bâtonnets, c’est de moi. Je ne sais pas si vous l’avez lu à l’époque. Aujourd’hui je suis ravi de savoir que beaucoup de gens ont rejoint ce que je disais à l’époque. Quand même il fallait que ce soit dit. On n’est pas des imbéciles ! Un mandat plus un mandat ça fait deux mandats ; une kalachnikov plus une kalachnikov ça fait deux kalachnikovs, on n’est pas des cons ! L’engagement c’est que quand même chacun se bat avec les armes qu’il a. Il y a des moments où se taire c’est trahir. Il y a des moments où il faut parler.

Lefao.net : Quels sont, à vos avis, les différents facteurs qui ont contribué à la chute de Blaise Compaoré ?

S.T. : On a choisi la république. Si on sort des instruments de la république et qu’on va vers autre chose, on court à sa propre perte. Quelqu’un peut me dire pourquoi on a besoin d’un régiment de sécurité présidentielle ? (La garde prétorienne du président du Faso, ndlr) Pourquoi ? C’est à la gendarmerie de s’occuper de la quiétude des instruments de la république. L’armée nous protège nous tous. Pourquoi a-t-on besoin d’un régiment de sécurité présidentielle ? On sort de la république. Et si on sort de la république, les choses ne peuvent pas se passer normalement.

Lefao.net : A votre avis, la presse a- t- elle joué sa partition dans cette crise ?

S.T. : Heureusement qu’il y a avait la presse. Parce que s’il n’y avait pas la presse, c’est la rumeur et vous savez ce que la rumeur peut colporter. Que vaut un citoyen qui n’a pas l’information réelle ? Heureusement que la presse était là. Y compris avec toutes les difficultés que vous avez. Quand je vous vois travailler, vous êtes plus héroïques que nous. Parce qu’à RFI, je suis là et si j’appelle on me donne les moyens, que vous, vous n’avez pas. Mais ça ne vous empêche pas de travailler. Moi je trouve qu’on devrait vous féliciter beaucoup. Moi j’appelle quelque part nos autorités à s’occuper un peu mieux de la presse burkinabè. Je ne le dis pas parce que je suis burkinabè, je dis ça parce que chaque année je fais tous les pays africains. Je les visite tous sans exception. Et j’estime que la presse burkinabè doit être mieux encouragée. On doit vous donner les moyens de faire votre boulot.

Lefao.net : Quelle est votre lecture de la transition telle qu’elle est menée depuis plus d’un mois maintenant ?

S.T. : Il y a du bon et il y a d’autres choses. Seulement c’est une œuvre humaine et on ne peut pas demander aux gens d’être parfaits. Vous, vous avez vos défauts, moi je suis plein de défauts donc je ne demande pas aux autres d’être sans défaut. Ce n’est pas possible. Seulement ils ont douze mois. Quand j’apprends qu’on a enlevé tel directeur, qu’on veut faire ceci, qu’on veut faire cela, oui ! Mais est- ce qu’ils sont venus pour ça ? Moi j’ai lu la charte de la transition. Et si on se contentait tout simplement d’appliquer la charte de la transition ?

Lefao.net : Voulez- vous insinuer là que la charte n’est pas appliquée ?

S.T. : Non, je ne dis pas qu’elle n’est pas appliquée… Pour ce qui me concerne, j’ai demandé, un, qu’on rétablisse la constitution, deux, qu’on la toilette. Parce que en 1991, pourquoi nous avons accepté cette constitution ? C’est parce que nous n’avions pas le choix. Ils étaient plus forts que nous. Ils savaient très bien qu’ils avaient tord, nous on savait qu’on avait raison. Mais il ne suffit pas d’avoir raison. La constitution a été tripatouillée dans tous les sens. Jusqu’à l’écœurement. Au point où nous avons dit, cette fois, nous n’acceptons pas. Et c’est ça qui a amené la situation. Est- ce que la situation a changé ? Non ! Est- ce que la constitution a été toilettée ? Non ! Est- ce que la charte de la transition permet d’aller au toilettage de la constitution ? Oui ! Pourquoi on ne le fait pas ? Il faut qu’on se fixe de nouvelles règles du jeu. Pourquoi on a eu tous ces problèmes là ? C’est parce que la constitution était bancale. Pourquoi allons-nous garder des règles du jeu qui nous valent des misères ? Je pense qu’on est suffisamment intelligents pour comprendre qu’on doit sortir de ce qui nous a valu des déboires.

Lefao.net : La transition est en cours pour douze mois, quels devraient être à votre avis les priorités ?

S.T. : J’ai fait un papier qui s’appelle « les priorités de la transition ». Jusque là on n’a pas encore écouté le peuple… Tant qu’on ne va pas faire les états généraux de la nation, les états généraux de la nation qu’est- ce que j’entends par là ? C’est- à dire, les bonnes sœurs, les putes, les rebuts de transition, les gibiers de potence, les boys scouts, tout le monde doit avoir son mot à dire. Je n’ai pas l’impression qu’on a écouté les gens d’abord. On a écouté ceux qui avaient l’habitude de continuer à parler. C’est- à dire vous, moi,…publics quoi ! Je peux me tromper, mais c’est le ressenti que j’ai.

Lefao.net : Il suffit donc d’organiser les états généraux du Burkina Faso pour que tout reprenne sur les bons rails ?

S.T. : Il ne suffit pas ! Descendez et demandez au quincailler qui est en bas de chez vous ce qu’il pense. Vous serez surpris. On ne pense pas tous la même chose, on ne pense pas tous la même façon. Je suis l’un de ceux qui se sont révoltés contre la journée nationale du pardon qui s’est tenue au stade du 04 août. Pourquoi ? Je dois vous accorder mon pardon alors que vous ne m’avez pas demandé pardon. Vous ne m’avez pas dit pourquoi vous demandez mon pardon. Je n’ai pas la garantie que demain vous n’allez pas recommencer. C’est un pardon contraint que je vous donne. C’est contraint, ça ne vient pas de mon cœur. Dans ces conditions, on n’est pas arrivé à dissoudre les malentendus qu’il y a entre vous et moi. Vous voulez qu’on fasse comment alors ? Il faut qu’on s’asseye et qu’on cause.

Propos recueillis par Samuel Somda
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 décembre 2014 à 18:02, par vérité no1 En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    Félicitations grand frère ! Vous êtes un héro par contre Djibo et Franklin sont des zéros !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 décembre 2014 à 19:18, par issilondres En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    L’engagement c’est que quand même chacun se bat avec les armes qu’il a. Il y a des moments où se taire c’est trahir. Il y a des moments où il faut parler.

    J’attire l’attention de l’opinion du peuple sur l’idée de héros que nous devons faire à ce tournant, à la croisée des chemins de notre histoire. Posons-nous bien la question de savoir qu’est-ce qu’un héros après l’insurrection du 30 et 31 octobre, comment elle est arrivée, qui en sont les différents acteurs ?

    Sans minimiser les différents rôles des uns et des autres, je dirai qu’il ne faudrait pas oublier la contribution active et positive prépondérante de nos intellectuels en général et surtout de notre philosophe Christophe Dabiré en particulier. Souvenons- nous de la sensibilisation, de l’éveil de nos conscience sous sa plume éclatante. Toute une lutte exprimée de sa part avec courage et abnégation face à des faux philosophes et idéologues néolibéraux à la solde d’un pouvoir tripatouilleur, clanique et tyrannique.

    Pour moi, cet intellectuel compte dans la liste de nos héros civils tombés ou vivants pour notre libération, notre démocratie, notre paix. Pensons-y, pensons à nos intellectuels des lumières.

    Répondre à ce message

  • Le 24 décembre 2014 à 07:02 En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    Si se taire c’est trahir, se taire c’est aussi être sage. Je fais partie de ces intellectuels dont la plume incisive appelait, plus d’un an avant l’insurrection, à demander la non modification de l’article 37. Maintenant que l’insurrection a réglé ce problème j’ai décidé de me terrer dans le silence pour ne pas gêner les organes de la transition malgré leurs erreurs ponctuelles d’aiguillage. Je reprendrai ma liberté en novembre 2015. Que les lecteurs du fasonet me pardonnent même si je ne sais pas pourquoi je demande pardon pour exercer ma liberté de me taire. Baark Biiga.

    Répondre à ce message

  • Le 24 décembre 2014 à 08:31, par sougri En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    S’est vrai mon frère monsieur Christophe dabiré que je ne connais pas personnellement est l’un des meilleurs parmi t’en d’autres intellectuelle n’ont négligeable dont les écrits traçait comme des balles sifflantes contre le régime tiranique de blaise compaoré . S’était très fort et le cdp n’a pas vu venir s’est intellectuelle tapis sur le chemin de la bataille . La prise de la bastille les 30 et 31 à été aussi en parti grâce à eux par l’éveil de conscience de la jeunesse à travers le net .
    Bon vent à vous citoyen dabiré et resté à côté .

    Répondre à ce message

  • Le 24 décembre 2014 à 08:40, par faure En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    Bjr
    Voici une lecture qui se passe de commentaires !! Tellement c’est lucide !!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 décembre 2014 à 16:27, par almamy En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    Sayouba est un vrai héros burkinabè . Je le suis depuis longtemps dans ses écrits surtout sur fasonet. C’est un grand pédagogue formateur qui m’apprend beaucoup sur le rôle de l’intellectuel dans nos luttes communes. il a démonté les arguties de certains intello de la diapo qui semaient la confusion dans l’esprit des jeunes avec leurs gros français ingrats et pédants. félicitations Sayouba je continuerai à te lire et à t’écouter . Meilleurs vœux à Toi.

    Répondre à ce message

  • Le 24 décembre 2014 à 20:23, par Jeunedame seret En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    Je n’ai rien fait ; mais je suis héroïne ; parce que j’en avais eu les intuitions. Et je me réjouis tjrs de leurs réalisations.

    Répondre à ce message

  • Le 24 décembre 2014 à 21:50, par Moussa En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    Lefaso.net nous doit une interview du philosophe Christophe Dabire, heros parmi les heros de la Revolution des 30 et 31 octobre. Remarquez que depuis le depart de Blaise Compaore ce philosophe don’t tout le Burkina est fier a cesse d’ecrire. Il le faisait pour defendre la democratie et le respect de la Constitution.
    IL FAUT ABSOLUMENT INTERVIEWER CHRISTOPHE DABIRE ET LUI DONNER SA PLACE TRES MERITE PARMI LES HEROS DE L’INSURECTION POPULAIRE.

    Il faut aussi interviewer l’autre philosophe du nom de David Ouedraogo qui a brillamment croise la plume avec le philosophe des palais presidentiels africains nomme Franklin Nyamsi.

    Si le Fasonet ne va pas vers Christophe Dabire, je ne pense pas qu’il viendra vers lefaso.net pourse faire interviewer. Merci a l’ecrivain Sayouba Traore.
    Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2015 à 16:32, par WILLY En réponse à : Les héros de l’insurrection populaire (16) : Sayouba Traoré, journaliste, écrivain

    Il peut bien se taire maintenant avec sa plume de griot, c’est toi qui faisait des poèmes au en envoyant des éloges au pouvoir en place il y a quelques temps pour te faire voir, ne retourne pas ta veste et il parait que tu es avec une personne qui se passe pour la fille de Norbert ZONGO ? a notre connaissance Norbert ZONGO le Héro n’a pas une fille d’un certain âge qui réside en France et qui fait bien parlé d’elle est ce que tu peux nous éclaircir la dessus par ce que c’est une confusion dangereuse

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés