Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Michel Kafando • • mardi 2 décembre 2014 à 12h08min
Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

Le Conseil national de transition (CNT), organe législatif, est présidé depuis le jeudi 27 novembre 2014 par Chériff Moumina Sy, patron de l’hebdomadaire Bendré. Un représentant de la société civile qui a été en proximité avec Thomas Sankara du fait de la position officielle occupée par son père mais également et surtout compte tenu du « même idéal » partagé (cf. LDD Burkina Faso 0460/Vendredi 28 novembre 2014).

Sur les 90 membres du CNT, 74 ont voté pour Chériff Sy, 14 voix seulement étant recueillies par l’autre candidat : Ibrahima Koné*. 90 votants dont 30 représentants des partis politiques de l’ex-opposition, 25 des forces de défense et de sécurité, 25 de la société civile et 10 de l’ex-majorité.

Les locaux de l’Assemblée nationale ayant été la première victime de l’insurrection des 30-31 octobre 2014, c’est à l’Hôtel des députés, entre les avenues Kadiogo et Yatenga, que s’est tenue cette élection et que se tiendront les sessions à venir. Compte tenu de la composition du CNT, il était évident que sa présidence ne pouvait pas revenir à un « politique », aucun parti n’entendant accorder le perchoir à quiconque ne ferait pas partie de son camp. Un président « neutre » au plan de l’appartenance politique s’imposait donc. Et Chériff Sy avait d’autant plus de chances de l’emporter qu’il avait fait partie du Top 3 des candidats à la présidence du Faso. Michel Kafando l’ayant emporté, Joséphine Ouédraogo étant numéro un du gouvernement avec le portefeuille de la justice, Chériff Sy trouve ainsi un débouché à son engagement politique et social à la hauteur de ses ambitions.

Membre de la société civile, ayant une visibilité qui est, d’abord, celle de son hebdomadaire, connu pour ses opinions « radicales » et son opposition au régime précédent, membre éminent du secteur économique privé (il préside l’association des éditeurs de la presse privée burkinabè), il est aussi le fils de son père et n’est donc pas un inconnu dans la maison. « Ce qui nous unit, a-t-il déclaré dès son élection, je ne pense pas que ce soit le besoin d’être parlementaire. Ce qui nous unit, c’est que nous sommes tous au service de ce pays. L’histoire nous interpelle, mais l’histoire aussi nous condamnera si nous ne faisons pas bien notre travail ».

Chériff Sy est le fils du général Baba Sy. Qui a été, en 1961, un des pères fondateurs de l’armée nationale voltaïque** avec Sangoulé Lamizana et « l’inventeur » du camp militaire de Gounghin (« camp de l’amitié ») à Ouaga. Cet ancien enfant de troupe de Kati, né à Néma (Mauritanie) en 1920, avait été incorporé au titre du 2è régiment des tirailleurs sénégalais comme engagé volontaire en 1939 (il fera les campagnes d’Italie, de France et d’Extrême-Orient). Sous-lieutenant le 1er octobre 1951, il sera promu capitaine dans l’armée voltaïque. Chef du 1er bureau puis chef de détachement et commandant d’armes de Bobo Dioulasso, il sera chef de corps et commandant du 1er bataillon de Haute-Volta, chef d’état-major des Forces armées nationales avec le grade de général de brigade du 9 janvier 1968 au 19 décembre 1979 (il sera remplacé par le général Bila Zagré).

A compter du 11 février 1974, il sera ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants dans le gouvernement de Lamizana ; il sera remplacé à ce portefeuille le 7 juillet 1978 par François Bouda. On dit que c’est lui qui aurait supplié Lamizana de prendre le pouvoir à la suite des événements du 3 janvier 1966 qui ont provoqué la chute de la 1ère République présidée par Maurice Yaméogo afin de « conjurer le pire ».

Général de corps d’armée, Baba Sy sera Grand chancelier du 15 janvier 1980 au 27 septembre 1989. Il donnera sa démission pour protester contre l’exécution du commandant Jean-Baptiste Lingani et du capitaine Henri Zongo alors qu’on lui avait assuré que la peine de mort ne leur serait pas appliquée***. A noter que son fils Chériff Sy a fait partie, en 1988, des jeunes protestataires interpellés lors de la manifestation anniversaire de la mobilisation les 20-21 mai 1983 des élèves, lycéens et étudiants, à Ouaga, à la suite de l’arrestation du capitaine Sankara et du commandant Lingani. Compte tenu de la position officielle occupé par son père, Chériff Sy sera reconduit à la maison ; les autres attendront jusqu’au 4 août 1988 pour être libérés.

Voilà donc Chériff Sy, à 54 ans, président du CNT. Une assemblée hétérogène au sein de laquelle vont s’affronter, désormais, des tendances divergentes dès lors que l’objectif est, à nouveau, 2015. Tandis que ceux qui ambitionnent d’être « vizir à la place du vizir » n’appartiennent ni à la présidence du Faso, ni à la primature, ni au gouvernement, ni au CNT.

Depuis un mois, les partis politiques « traditionnels » sont les grands absents du débat politique. Certes, quelques acteurs se sont exprimés, mais l’évolution de la société burkinabè est telle, aujourd’hui, que c’est la classe politique dans son ensemble qui est disqualifiée. Ce n’est pas elle, mais la société civile, qui a provoqué la rupture et le changement de régime ; ce n’est pas elle, mais l’armée, qui a permis l’instauration de la transition. Les hommes politiques des « années Compaoré » ont été, pour la majorité d’entre eux, des nomenklaturistes du régime ; y compris ceux qui ont désormais choisi de s’exprimer dans les rangs de l’opposition. On remarque aujourd’hui que les personnalités-clés, au-delà de la nébuleuse militaro-politique, font référence aux années de la « Révolution ». C’est vrai pour Michel Kafando, président du Faso, ministre d’avant la « Révolution » ; c’est vrai pour Joséphine Ouédraogo, ministre de la Justice, Garde des sceaux, mais avant tout ministre de la « Révolution » ; c’est vrai pour Chériff Sy, président du CNT, fils d’un ministre du régime militaire d’avant la « Révolution » mais lui-même formaté par la « Révolution ». Ce n’est pas aujourd’hui que le Burkina Faso pourra affirmer : « du passé faisons table rase ». Reste à savoir ce que fera le « peuple esclave »… !

* Ibrahima Koné est présenté comme « un responsable de parti politique ». Ancien député de l’opposition, il siège au CNT en tant que « représentant des partis politiques de l’ex-opposition » tandis que Cheriff Sy y est un des deux « représentants de la presse privée ». Mamadou O. Kabré, journaliste, qui avait un temps, envisagé de présenter sa candidature à la présidence du CNT (lui aussi au titre des « représentants des partis politiques de l’ex-opposition ») se désistera. A noter que le CNT ne compte qu’une dizaine de femmes (mais le benjamin de l’Assemble est une benjamine : Safiatou Congo, étudiante en première année de sociologie à l’université de Ouagadougou qui siège au titre des « partis politiques de l’ex-opposition ») et aucune véritable tête d’affiche politique. Enfin, parmi les « représentants des forces de défense et de sécurité » figurent trois colonels-majors, un colonel, deux lieutenants-colonels et la hiérarchie est respectée jusqu’au soldat de 1ère classe : Adama Kaled Traoré !

** C’est le 1er novembre 1961 que l’Armée nationale voltaïque a été officiellement fondée, sans moyens, Paris n’ayant pas apprécié que la Haute-Volta refuse l’implantation d’une base française sur son territoire. La réorganisation de l’armée voltaïque avait été préparée, dès juin 1961, par une commission de travail à laquelle a participé le capitaine Baba Sy et dirigée par le capitaine Sangoulé Lamizana (qui, par la même occasion, découvrait Ouagadougou, sa famille étant implantée à Bobo-Dioulasso et lui rentrant tout juste de deux années de combat en Algérie au titre de l’armée française).

*** Le 19 septembre 1989, la comité exécutif du Front populaire dénonçait des « militaro-fascistes », « ambitieux », « réactionnaires », « antidémocratiques », « antipopulaires » qui voulaient « restaurer un pouvoir fascisant ». La cible était le commandant Boukari Jean-Baptiste Lingani, ministre de la Défense populaire et de la Sécurité, et le capitaine Henri Zongo, ministre de la Promotion économique. L’un et l’autre avaient, avec Thomas Sankara et Blaise Compaoré, été les leaders de la « Révolution » du 4 août 1983. Lingani et Zongo, condamnés à mort par un tribunal militaire, ont été fusillés (avec le capitaine Sabyamba Koundaba et l’adjudant Anis Gningnin) dans la nuit du 18 au 19 septembre 1989. Motif : « tentative de coup d’Etat ». C’était deux ans après le 15 octobre 1987. « Nous assumons notre passé sans problème, m’avait alors déclaré Blaise Compaoré. Un événement, aussi douloureux qu’il soit, ne peut être une entrave morale ou spirituelle à la marche en avant du processus révolutionnaire. Nous n’avons aucun complexe à rectifier ce qui a constitué les erreurs du passé ». Quand à Arsène Bongnessan Yé, que j’avais appelé aussitôt après l’exécution de Lingani et Zongo, il me dira : « Tout est calme. Pas un coup de feu. La meilleure preuve en est que je suis à mon bureau en civil et non pas en tenue militaire ». Le lendemain de cette exécution, le mercredi 20 septembre 1989, le conseil des ministres se tiendra comme à l’ordinaire malgré l’absence des numéros deux et trois du gouvernement ! Le capitaine Gilbert Diendéré, patron des commandos de Pô, secrétaire à la défense et à la sécurité du comité exécutif du Front populaire, fera le récit de ces événements dans Jeune Afrique Economie (n° 124 - octobre 1989).

Jean-Pierre BEJOT
LA Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 2 décembre 2014 à 14:23 En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

    a manger pour le peuple a boire pour le peuple des habits pour le peuple des logement pour le peuple liberté et dignité au peuple ouvrir des conférence publique et libre d’expression en faveur de la jeunesse tout simplement que l’idée et la foi gouvernent le pays des hommes intègres

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 14:58 En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

    prions seigneur jesus notre « sauveur » les fils les pères et les mères les grand-pères et les grand-mères les arrières grand-pères et grand-mères de mon pays vous ouvrent leur coeur et vous invitent d’y entrer et faire de nous tout ce que vous voulez que nous soyons que dieu puisse bénir le burkina faso qu’il puisse bénir toute l’afrique entière vive le pays des hommes intègres amen

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 15:31 En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

    déposer les armes et menons la guerre des idées dans une foi commune il n’existe qu’un seul dieu donc une seule religion l’unique chemin qui mène vers le dieu unique seul la recherche de la vérité commune nous conduira à la terre promise d’une seule prière et d’une seule parole tous les maux de l’humanité seront guéris par dieu seule l’idée gouverne le monde la foi est la lampe qui éclaire et réchauffe les idées le fils d’israèl est au burkina faso prions seigneur nous t’acceptons comme l’unique et nous te demandons de nous montrer comment et pourquoi nous devons t’adorer d’une seule manière que dieu puisse bénir la terre tout entière amen

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 16:51, par ¨Patriote En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

    Je suis restée sur ma faim à la fin de la lecture de cet article. Je m’attendais à être situé sur le background du président du CNT. L’auteur a privilégié le parcours du père alors que ce qui nous intéresse ici c’est évidemment la bibliographie de Monsieur Cherif SY.
    J’espère que les hommes avertis sauront répondre à ma préoccupation.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 17:33, par YAWOTO En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

    Effectivement jusqu’à présent aucun journaliste n’a pu faire le background du président du CNT, alors que KAFANDO et ZIDA ont bien été présenté, alors que ceux qui savent nous décrive son parcours, je reste toujours sur ma faim à chaque fois qu’on parle de lui, on ne nous dit rien de concret qui puisse nous rassurer quand à ses capacités à mener à bon port une telle institution.
    Avec tout le respect que je lui dois je lui souhaite bonne chance.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2014 à 08:32, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

    - BLANCO, tu es plus burkinabè que burkinabè ? Alors précise bien que Chérif SY est le fils du grand Général Baba SY !!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2014 à 16:35, par SAWADOGO ADAMA En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (11)

    Sy Cherif, plus que le general Sy ! Et je vous en dirai que quelques mots seulement.
    Cherif doit sa survie certe au rang de son pere mais surtout grace a son exile en France.
    Secretaire general des premiers CDR du secteur, puis Delegue a la securite jusqu’a l’assassinat de Sankara, je n’avais pas connu Cherif a Ouagadougou.Mais des 1989, a l’occasion du Congres international Thomas Sankara, j’etais avec lui ,Vallere Some, Germaine Pitroipa etc...aux premieres loges, honores que nous etions du pays de Thomas Sankara. En attendant le debut de la ceremonie je dessinais Thomas Sankara et Sy qui etait mon voisin de table fut attire par mon dessin et me proposa de dessiner pour son journal, c’etait la preuve qu’il avait un journal revolutionaire. En 1991 ,nous assistons, a la creation du PDS de Valere Some suite a quoi,quelques reunions furent tenues en milieu etudiant .En ces occasions,quelle ne fut ma surprise de voir Aghate Ouedraogo , celle qui m’avait approche l’UO en ma qualite de delegue de classe en 1986, et celle qui en 1987 ,apres l’assassinat de Thomas m’avait interloque en reprochant aux CDR du secteur 4 d’avoir lu une motion de soutien au front populaire.Il n’en fallait pas plus pour me dechirer de l’interieur, j’ai pu lui dire entre autre que Marin Casimir Ilboudo etait l’ateur de la motion.
    A Paris nous etions donc du meme bord et de la meme galere, anti front populaire.Agathe etait tres active, tres remarquable, je m’informai davantage sur elle et ,quel bonheur de savoir qu’elle etait la compagne du camarade Sy Cherif. Bref c’est vous dire que Sy Cherif est un Progressiste, Sankariste,bref un Revolutionnaire convaincu,qui a endure l’autocratie et la brutalite du front populaire, la dictature de l’odp/mt et la forfaiture du cdp. Cherf est digne de confiance et trouve ici l’occasion de le montrer. Merci Cherif.
    Adama Sawadogo

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (92)
Michel Kafando en visite à Kosyam : « Je souhaite une fois de plus, plein succès au président du Faso »
Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (90)
Transition : Le discours-bilan de Michel Kafando
Ministère de la Défense nationale et des Anciens combattants : Michel Kafando a fait ses adieux au personnel
Lettre ouverte à Michel Kafando : « Vous exposez vos amis à l’humiliation »
11-décembre : Michel Kafando salue le bilan positif de la Transition "au grand dam des forces du mal"
Le Président du Faso à Paris pour la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21)
Michel Kafando à N’Djamena pour un sommet du G5 sur la sécurité
Michel Kafando au Conseil National de la Transition : Ce qu’il a dit
Michel Kafando reçu par Ban Ki-moon
Michel Kafando a échangé avec ses compatriotes à New-York
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés