Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Reforme Licence-Master-Doctorat (LMD) dans l’enseignement supérieur au Burkina Faso : Analyses, expériences d’ailleurs, propositions… et si on appliquait le modèle DL2MD ? (2/3)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Etats généraux de l’enseignement supérieur • Opinion • vendredi 14 juin 2013 à 16h07min
Reforme Licence-Master-Doctorat (LMD) dans l’enseignement supérieur au Burkina Faso : Analyses, expériences d’ailleurs, propositions… et si on appliquait le modèle DL2MD ? (2/3)

Rectifier la reforme LMD, il le fallait aussi par exemple dans une des onze Universités d’élites d’Allemagne pour résoudre des difficultés et des problèmes parfois similaires à ceux sus cités, qui ont résulté de l’application de la reforme LMD : surcharge des étudiantes et étudiants, taux d’abandon élevé, nombre élevé d’examen … des problèmes d’« étudiabilité » [1] des offres d’études.

Cette reforme de la réforme n’a cependant pas concerné toutes les facultés de la même manière car certaines facultés avaient « refusé » dès le début d’introduire la reforme comme telle en procédant autrement à l’amélioration de la qualité de leurs offres de formation.

C’est le cas par exemple des facultés des sciences de l’ingénieur. Une des raisons avancée était d’une part que leurs filières d’études de niveau diplôme ingénieur (Diplom Ingenieur) possédaient une qualité internationalement reconnue et qu’elles perdraient cet avantage
avec le changement du nom du diplôme délivré de « Diplom » en Master. Cela constituerait alors par exemple un désavantage pour leurs étudiants et étudiantes sur le marché national et international d’emploi.

Une autre raison avancée pour le maintien des anciens diplômes (Diplom) est d’autre part que les retards dans les études semblent être programmés en avance dans le système LMD, parce qu’on ne peut débuter les études en Master qu’après avoir terminé le Bachelor (Licence). Ce qui n’est pas le cas pour le modèle d’étude du « Diplom Ingenieur » qui est plus flexible et qui peut être étudié en un temps plus court que les dix semestres prévus au total. L’étudiant n’est pas obligé de suivre l’ordre officiel des cours donné. Il peut faire certains cours avant ou après la période (semestre) correspondante au programme officiel.

Ces facultés ont donc procédé autrement en améliorant la qualité des offres existantes de formation de « Diplom Ingenieur » dans le sens des objectifs poursuivis par le processus de Bologne (réforme LMD de l’UEMOA) :

- Les filières de formation en « Diplom » ont été maintenues ; donc pas d’immatriculation en Bachelor ou en Master jusqu’aujourd’hui. Cependant elles ont été modularisées, rendues transparentes avec un système de points de crédits…

- Les formations ont été ancrées autour des résultats attendus de formation ("learning outcomes") ; donc organisées selon l’approche par compétence …

- La possibilité d’attribuer le diplôme Bachelor à la fin du sixième semestre ou le Master à la fin des études en plus du « Diplom Ingenieur » a été introduite dans les règlements d’examens. Il ya donc de ce fait aucun désavantage pour les étudiantes et étudiants qui peuvent obtenir s’ils ou elles le souhaitent, le Bachelor ou le Master.

Dans d’autres facultés comme par exemple celle des sciences sociales (éducation) l’application de la réforme a évolué de la façon suivante :
-  01.10.2007 : Introduction du système LMD dans la faculté des sciences sociales (inscription en Bachelor ou en Master), immatriculation en Bachelor et suppression des anciens diplômes (Diplom)
-  01.10.2012 : Réforme de la réforme :

o Réintroduction des « Diplom » (nouveaux anciens Diplom), immatriculation en « Diplom » et suppression des filières Bachelor-Master. Les étudiantes et étudiants en Licence Master (LM) avaient l’option de continuer en LM ou de changer en filière « Diplom »

o Reversement automatique de tous les étudiants en LM en « Diplom » en troisième semestre et reclassement au cas par cas dans les promotions supérieures (par exemple en 5ème, ou 7ème Semestre) en fonction des résultats d’examens individuels déjà atteints

-  Les deux diplômes « Diplom » et Master sont reconnus comme équivalents de sorte que ceux qui ont (déjà) fait le Master ne soient pas défavorisés. La reconnaissance des diplômes même de même titre n’est pas automatique d’un Etat à l’autre. Des accords sur le plan politique et académique sont nécessaires.

Dans d’autres facultés et filières de formation la reforme LMD s’est relativement bien établie et constitue désormais la référence.

Dans cette Université d’élite 16 filières d’études en « Diplom » (anciens diplômes) ont été réintroduites dans les facultés d’architecture, du génie civil, de l’informatique et de sociologie à la rentrée universitaire 2010/2011 du fait dit-on de la demande forte des étudiantes et étudiants.
Il faut noter que dans l’Etat fédéral où cette Université se trouve la loi de l’enseignement supérieur (Hochschulgesetz) prévoit la possibilité d’offrir des filières d’études en « Diplom ».

Au niveau du marché de l’emploi le « Diplom Ingenieur » semble être toujours préféré par rapport au Master dans certains secteurs d’activités. Cette préférence des employeurs pour les anciens diplômes conduit beaucoup d’étudiantes et étudiants des écoles supérieures techniques ou économiques par exemple á changer de filière de formation Bachelor en filière de formation « Diplom » au cours de leurs études, car ils estiment avoir ainsi plus de chances d’avoir une place de stages ou un emploi. Les résultats qu’ils ont déjà obtenus ailleurs peuvent être selon les cas reconnus dans leurs nouvelles filières d’études.

Voilà quelques expériences de l’application de la reforme LMD ailleurs dans un contexte donné mais des expériences qui sont une réponse à des questions qui, me semble-il, sont aussi les nôtres dans le cadre de ces Etats Généraux de l’enseignement supérieur au Burkina Faso :
Pourquoi formons-nous ? Pour qui ou pour quoi formons-nous ? Qui formons-nous ? Et comment pouvons-nous mieux former afin d’atteindre de meilleurs taux de succès ?

La recherche des voies et moyens d’assurer et de développer la qualité de la formation des jeunes dans nos Universités a un objectif majeur :
Celui d’assurer en coopération avec les autres partenaires de la formation et de l’économie un très bon succès interne et externe de la formation académique et de pouvoir mettre ainsi à la disposition de nos différents secteurs d’activités et d’emploi (fonction publique, entreprises industrielles, commerciales, minières publiques et privées, les entreprises et unités de production du « secteur informel », les structures de formation et de recherches…) des ressources humaines compétentes nécessaires en quantité suffisante pour l’exécution des chantiers de développement du pays.

Wendkouni J. E. Sawadogo

Littérature

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid56043/presentation-de-l-e.e.e.s.html#Bologne-2020

[1]Une filière d’étude ou une offre de formation doit être d’abord conçue de sorte que les étudiants ou les participants à qui elle est destinée, puissent suivre effectivement la formation et réussir aux épreuves d’évaluation et de contrôle sinon à quelle fin ?
http://studieren.de/studienprofil.0.elektrotechnik-tu-dresden.57.411.html vom 11.6.13

http://detektor.fm/politik/trotz-bachelor-und-master-tu-dresden-fuehrt-diplomstudiengaenge-ein/

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fin des Etats généraux de l’Enseignement supérieur : Vers l’élection des Présidents des universités
André Moïse Traoré-Nignan, représentant de la majorité politique : « Nous sommes en partie comptables des difficultés que connait l’enseignement supérieur »
Amadou Sanon, représentant de l’Opposition : « Nous sommes d’accord pour le recrutement annuel de 100 enseignants pendant 5 ans pour les Universités »
Reforme Licence-Master-Doctorat (LMD) dans l’enseignement supérieur au Burkina Faso : Analyses, expériences d’ailleurs, propositions… et si on appliquait le modèle DL2MD ? (2/3)
Enseignement supérieur : « Nous voulons, d’ici 10 ans, doter tous les chefs-lieux de région d’infrastructures d’enseignement supérieur »
Opinion : Contribution à la construction d’un espace ouest-africain de l’enseignement supérieur
Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?
Etats généraux de l’enseignement supérieur : Les étudiants plus préoccupés par leur quotidien
Crise dans l’enseignement supérieur burkinabè : Des états généraux pour réfléchir sur la question
Etats généraux de l’enseignement supérieur :La majorité présidentielle invitée aux débats.
Promouvoir la qualité de l’enseignement et de la formation au Burkina Faso : Exigences et propositions
Etats généraux de l’enseignement supérieur : « L’essentiel des préparatifs est fait », dixit Pr Salaka SANOU, Directeur général de l’Enseignement supérieur et de la recherche
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés