Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Etats généraux de l’enseignement supérieur • Opinion • mercredi 12 juin 2013 à 22h51min
Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

Les Etats Généraux de l’enseignement supérieur qui s’ouvrent demain, offrent une tribune de partage d’idées pour réfléchir sur l’avenir de nos universités. En tant qu’acteur du secteur des TIC, je souhaite apporter ici ma contribution.

Le système éducatif traditionnel à bout de souffle…

Depuis deux décennies, le système éducatif burkinabé à l’instar des pays de l’Afrique subsaharienne fait face à une crise systémique et une véritable « massification » de l’enseignement supérieur. Les principales difficultés rencontrées sont :
-  l’accès limité et la demande croissante : amphithéâtres surchargées ;
-  les inscriptions dans les établissements d’enseignement public augmentent plus rapidement que leurs budgets, ce qui implique une diminution de ressources par élève et la baisse de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage ;
-  une grave crise des effectifs du personnel enseignant, traduisant l’effet combiné du nombre limité d’étudiants sortant de l’enseignement supérieur, de la fuite des cerveaux, du faible effort de recrutement du personnel et des mesures insuffisantes d’incitation des enseignants à rester en poste ;

Le nombre d’étudiants burkinabé a doublé en six (6) ans, passant de 30 488 en 2005/2006 à 60 998 en 2010/2011. Ils seront plus de 120 000 étudiants à l’horizon 2016/2017.

L’université de Ouagadougou, à elle seule, a vu sa population estudiantine multipliée par quatre (4) en l’espace de dix (10) ans, entre 1998 et 2008, passant de 8 669 à 31 739 (Kobiané et al, 2010). Elle accueille plus de 40% des étudiants burkinabé, toute seule.
Cette croissance du nombre d’étudiants et la pénurie d’enseignants qualifiés implique de nouveaux modes d’apprentissage et pas seulement de construire des nouveaux amphithéâtres.

Les TIC ouvrent la voie à une nouvelle donne éducative, fondée sur le développement de l’apprentissage numérique (e-learning/m-learning).
L’e-learning ou enseignement en ligne est une approche pédagogique qui fait appel aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Elle offre un suivi individualisé, couplé avec une flexibilité dans la gestion de l’apprentissage et une autonomie accrue dans l’acquisition des savoirs.
Le temps de la craie et du tableau noir est révolu, place aux technologies numériques !

L’UNESCO reconnait l’apprentissage ouvert et à distance comme le vecteur essentiel d’un enseignement supérieur pour tous de qualité.
Selon plusieurs études, l’e-learning coûte globalement moins cher que le présentiel. Il élimine les coûts liés à la rémunération des professeurs, la gestion des salles de cours, les déplacements des étudiants, leur hébergement, etc.

Les économies réalisées par rapport à la formation traditionnelle sont proportionnelles au nombre d’apprenants. Étudiants, enseignants, familles, sociétés et économies ont tout à gagner à bénéficier d’un enseignement utilisant les TIC. La valeur ajoutée des TIC dans l’enseignement est clairement prouvée.

En somme, à l’heure actuelle, il est vain de discuter entre la nécessité ou pas de l’introduction des TIC dans la vie des étudiants et de notre système éducatif.

Lors du Sommet mondial sur la société de l’information qui se déroulait à Tunis en novembre 2005, Kofi Annan, le précédent Secrétaire Général de l’ONU, indiquait :
« Nous vivons une époque de mutations rapides où les technologies jouent un rôle de plus en plus central dans tous les domaines d’activité de nos vies. En effet, les TIC pour l’enseignement ont une influence importante sur l’évolution de l’ensemble des sociétés de la planète et affectent de façon significative toutes les dimensions économiques, sociales ou culturelles. Avec les TIC, tout change : notre façon d’enseigner, de vivre, d’apprendre, de travailler, voire de gagner sa vie. Ces métamorphoses sociétales, plusieurs l’ont dit, les individus de tous les peuples ne doivent aucunement les regarder passer, voire les subir indifféremment. Au contraire, les citoyens de tous les pays, et notamment ceux d’Afrique qui accusent déjà un important retard dans plusieurs domaines, doivent être les artisans de leur destinée, et, donc, participer activement à ce monde technologique. »

Si la technologie a accéléré la naissance de l’ère de l’information, il est donc du devoir de tous les peuples de participer activement à édifier cette société de l’information afin de n’empêcher personne d’avoir accès aux connaissances maintenant accessibles sur Internet et de profiter ainsi d’un avenir meilleur, de la globalisation des marchés et de la mondialisation.

L’adoption massive des TIC dans l’éducation permettra de développer le secteur des technologies ainsi que les infrastructures nécessaires, au bénéfice de toute la société burkinabé.

Sans une forte demande comme celle que va susciter la mise en place d’un vaste programme d’introduction des TIC dans notre enseignement supérieur, il est clair que le développement des infrastructures réseaux, de la connectivité Internet et de nouveaux acteurs sera limité.

Pour un enseignement supérieur moderne et visionnaire, pilier de notre développement durable

Les pays de l’Afrique francophone dépensent, en moyenne, 695 935 FCFA (1 060€), par an par étudiant dans le supérieur ; c’est 10 fois mois par rapport aux pays de l’OCDE. Malgré un accroissement de la part du PIB affectée à notre système éducatif, cela reste faible et des ressources nouvelles sont à trouver à travers des partenariats avec le secteur privé.
Grâce à l’apprentissage à distance et mobile, on pourra offrir une éducation de qualité malgré la faiblesse de nos ressources car ce mode d’apprentissage permet une réduction des coûts de formation par rapport aux formations traditionnelles.

Des exemples récents dans les pays asiatiques (Vietnam, Corée du Sud, Malaisie, …) montrent que la mise en place de programmes d’e-learning peut favoriser le développement économique de deux façons : directement, en créant des emplois, liés à la mise à disposition par les gouvernements d’ordinateurs individuels, de réseaux, de logiciels et de services pour le déploiement de l’e-learning,. Et, indirectement en développant une main-d’œuvre formée et compétente.

Plus proche de chez nous, en juin 2012, la Côte d’Ivoire annonçait la mise en œuvre d’ambitieux projets IT pour rattraper son retard dans le domaine des TIC et l’enseignement supérieur en développant notamment l’e-learning. Le Ghana et le Sénégal ont fait, depuis plusieurs années, le choix d’introduire massivement les TIC dans leur système éducatif et les résultats sont largement encourageants.

L’introduction des TIC dans notre système éducatif permettra aussi de créer de nouveaux partenariats avec les universités du monde entier et offrir ainsi la possibilité à un étudiant burkinabé de suivre des cours du University of Cape Town, de l’Université Cheick Anta Diop, du MIT, du Cairo University, …depuis sa classe ou son salon devant son ordinateur ou sa tablette.

Ces collaborations universitaires seront aussi bénéfiques à nos enseignants qui pourront alors échanger facilement avec leurs confrères du monde entier et renforcer leur formation par la même occasion avec les meilleurs de chaque discipline.

C’est pourquoi si l’enseignement supérieur burkinabé se donne pour mission de mieux préparer ses étudiants aux défis du troisième millénaire, elle se doit également de favoriser une intégration en profondeur des TIC. Une intégration pédagogique des TIC, quotidienne et régulière en éducation permettra afin de mettre à profit leurs possibilités nouvelles, invitantes, prometteuses et diversifiées.

Nelson Mandela rappelle : « l’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde ». Et le Burkina Faso, à la veille de la tenue des « Etats Généraux de l’enseignement supérieur », a grand besoin de restaurer « cette arme puissante » de changement afin de préparer ses étudiants à la réalité présente et pour assurer leur avenir et celui de la nation.

Les TIC peuvent y contribuer largement car, au 21ème siècle, un enseignement supérieur de qualité rime avec un meilleur accès aux TIC !

Amadou SONDE, entrepreneur et ingénieur en technologies numériques de communication
Président de Doonya Technologies/Advencya

Vos commentaires

  • Le 12 juin 2013 à 18:35, par gouama En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    C’est vraiment l’approche à le plus encourager actuellement

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin 2013 à 19:43 En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Felicitation a Mr Sondé pour cette analyse. c’est un manque de volonté de la part de nos autorités. ils n’ont pas fait de l’education leur priorité. J’espère au moins que ces etats generaux permettront un temps soit peu de palier a tous ses maux.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2013 à 10:16, par Hermès En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Je n’ai rien contre cette vision très hightech dans la recherche des solutions à nos problèmes. Mais sérieusement je souhaite que nous ne tombons très vite dans des modèles à la mode alors que nous n’avons pas encore analyser en profondeur les causes de la désarticulation actuelle de notre système éducatif surtout au niveau de l’université. Qu’un individu fasse la promotion d’une technologie parce qu’il est entrepreneur dans ce domaine relève à mon avis ton publicité qui ne dit pas son nom. le problème de l’enseignement supérieur est trop sérieux pour qu’on le ramène à la seule question de l’introduction du Elearning. C’est toute la vision de la formation qu’il faut d’abord revoir dans ce pays afin de faire de ces université une usine qui produit des cadres capables de participer pleinement à la recherche de solution de développement du pays tout en réussissant une carrière professionnelle en étant bien formé et bien inséré dans le système de production nationale. J’ai l’impression de lire la même idée saugrenue qu’avait émise un ministre concernant la suppression des tableaux pour les remplacer par des tableaux électroniques dans un pays où seulement moins de 20% de la population a accès à l’électricité. Regarder un peu la connexion simple internet dans cette ville de Ouagadougou et vous comprendrez la difficulté de mettre en œuvre techniquement le Elearning. Arrêtons de nous masturber souvent intellectuellement si nous voulons rechercher de vraies solutions à nos problèmes et évitons le copier coller. Chaque pays a la capacité de trouver des solutions endogènes car les causes de notre problème sont d’abord endogènes. Solutionnons les plus simples et le reste suivra. Ne brulons des étapes comme si casser le thermomètre allait faire baisser la température.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2013 à 10:18, par Hermès En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Je n’ai rien contre cette vision très hightech dans la recherche des solutions à nos problèmes. Mais sérieusement je souhaite que nous ne tombons très vite dans des modèles à la mode alors que nous n’avons pas encore analyser en profondeur les causes de la désarticulation actuelle de notre système éducatif surtout au niveau de l’université. Qu’un individu fasse la promotion d’une technologie parce qu’il est entrepreneur dans ce domaine relève à mon avis ton publicité qui ne dit pas son nom. le problème de l’enseignement supérieur est trop sérieux pour qu’on le ramène à la seule question de l’introduction du Elearning. C’est toute la vision de la formation qu’il faut d’abord revoir dans ce pays afin de faire de ces université une usine qui produit des cadres capables de participer pleinement à la recherche de solution de développement du pays tout en réussissant une carrière professionnelle en étant bien formé et bien inséré dans le système de production nationale. J’ai l’impression de lire la même idée saugrenue qu’avait émise un ministre concernant la suppression des tableaux pour les remplacer par des tableaux électroniques dans un pays où seulement moins de 20% de la population a accès à l’électricité. Regarder un peu la connexion simple internet dans cette ville de Ouagadougou et vous comprendrez la difficulté de mettre en œuvre techniquement le Elearning. Arrêtons de nous masturber souvent intellectuellement si nous voulons rechercher de vraies solutions à nos problèmes et évitons le copier coller. Chaque pays a la capacité de trouver des solutions endogènes car les causes de notre problème sont d’abord endogènes. Solutionnons les plus simples et le reste suivra. Ne brulons des étapes comme si casser le thermomètre allait faire baisser la température.

    Répondre à ce message

    • Le 13 juin 2013 à 12:33, par panafricain En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

      Hermès, je partage avec vous le fait que cet article peut prêter à de la pub et qu’il faut trouver des solutions endogènes pour nos problèmes, mais c’est là que s’arrête notre convergence.
      Pour le reste, je pense que l’auteur dresse plutôt une bonne analyse.
      Comment voulez-vous offrir une bonne formation à 120 000 étudiants en se basant seulement sur l’université traditionnelle ? En créant d’avantages d’amphis, avec des tableaux noirs et de la craie ? Bon courage pr ça !
      Vous êtes vous poser la question du pourquoi Internet n’est pas développer au Faso ? C’est parce que la demande est insuffisante et qu’il n ya pas de véritable projet pour inciter les opérateurs à le faire. Si l’enseignement sup’ décident d’utiliser massivement Internet, rassurez vous, en l’espace de qqs mois, les opérateurs vont trouver la bande passante Internet ainsi les équipements nécessaires !
      Quand vous dites "ne brulons pas les étapes ", donc selon vous il faudrait chercher à réinventer "la roue" ? L’e-learning existe depuis près de 20 ans déjà, et ce n’est pas un effet mode, c’est juste qu’aujourd’hui on peut le déployer plus facilement grâce aux nouveaux outils ...
      Certes notre pays a bcp de lacunes (pb d’éléectricité, infrastructure embryonnaire, ...), mais cela ne justifie pas le fait qu’on soit obligé de s’accrocher aux méthodes d’enseignement dépassées et qu’on ne soit pas plus ambitieux et vouloir le meilleur de ce qui se fait en matière de formation de nos jours !
      Je ne vois pas pourquoi l’on devrait cautionner la médiocrité ! Ceci est valable pour le Faso comme pour tous les pays africains qui refuseront de regarder vers l’avenir !
      Bravo encore à l’auteur !

      Répondre à ce message

    • Le 13 juin 2013 à 14:21, par jean En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

      je crois qu’il ne faut pas faire du marketing certe mais cela reduira les couts cela n’est plus a prouvé. Je crois pour cela qu’il faudrai pour l’etat dans un premier temps supprimé les taxes sur le materiel informatique ainsi il donnera plus de chances a la population de l’acquerir.

      Répondre à ce message

    • Le 13 juin 2013 à 20:56, par panafricain En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

      Hermès, je partage avec vous le fait que cet article peut prêter à de la pub et qu’il faut trouver des solutions endogènes pour nos problèmes, mais c’est là que s’arrête notre convergence.

      Pour le reste, je pense que l’auteur dresse plutôt une bonne analyse.

      Comment voulez-vous offrir une bonne formation à plus de 100 000 étudiants en se basant seulement sur l’université traditionnelle et les infrastructures éducatives actuelles ? En créant d’avantages d’amphis avec des tableaux noirs et de la craie ? Bon courage pr ça !

      Vous êtes vous poser la question du pourquoi Internet n’est pas développer au Faso ? C’est parce que la demande est insuffisante et qu’il n ya pas de véritable projet pour inciter les opérateurs à le faire. Si l’enseignement sup’ , donc l’ Etat burkinabé, décide d’utiliser massivement Internet, rassurez vous, en l’espace de qqs mois, les opérateurs vont trouver la bande passante Internet ainsi les équipements nécessaires !

      Quand vous dites "ne brulons pas les étapes ", donc selon vous il faudrait chercher à réinventer "la roue" ? L’e-learning existe depuis près de 20 ans déjà, et ce n’est pas un effet mode, c’est juste qu’aujourd’hui on peut le déployer plus facilement grâce aux nouveaux outils ...

      Certes notre pays a bcp de lacunes (pb d’éléectricité, infrastructure embryonnaire, ...), mais cela ne justifie pas le fait qu’on soit obligé de s’accrocher aux méthodes d’enseignement dépassées et qu’on ne soit pas plus ambitieux et vouloir le meilleur de ce qui se fait en matière de formation de nos jours !

      Je ne vois pas pourquoi l’on devrait cautionner la médiocrité ! Ceci est valable pour le Faso comme pour tous les pays africains qui refuseront de regarder vers l’avenir ! REVONS GRAND !

      Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2013 à 11:42 En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Bravo à l’auteur de cet article !
    En effet, qui est mieux placé que l’enseignement supérieur pour développer les TIC dans notre pays ? De plus les deux domaines, Enseignement sup’ et TIC vont se "nourrir " mutuellement pour le plus grand bénéfice de toute la société burkinabé.
    Espérons que ces Etats Généraux feront le bon choix pour que nos "temples de savoir" forment des élites compétentes !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2013 à 11:46 En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Bravo à l’auteur de cet article !
    En effet, qui est mieux placé que l’enseignement supérieur pour développer les TIC dans notre pays ? De plus les deux domaines, Enseignement sup’ et TIC vont se "nourrir " mutuellement pour le plus grand bénéfice de toute la société burkinabé.
    Espérons que ces Etats Généraux feront le bon choix pour que nos "temples de savoir" forment des élites compétentes !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2013 à 13:29, par Sak sida En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Salut. Des occasions pareilles ont toujours existé dans ce pays ; mais rien dans la pratique. Tant que l’Administration scolaire sera toujours politisée on s’en tirera difficilement du desordre. Il faudrait qu’au cours de ces travaux une resolution ferme soit adoptée contre les nominations de complaisance dans les structures deconcentrées de l’éducation(MESS et MENA) pour que ce système soit neutre et dirigé par des avisés. Pourquoi pas des états généraux sur tout le système ? Ou bien on attend de voir des problèmes au primaire avant de reflechir. Bon vent .....

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2013 à 21:23 En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Bravo à l’auteur de cet article !
    En effet, qui est mieux placé que l’enseignement supérieur pour développer les TIC dans notre pays ? De plus les deux domaines, Enseignement sup’ et TIC vont se "nourrir " mutuellement pour le plus grand bénéfice de toute la société burkinabé.
    Espérons que ces Etats Généraux feront le bon choix pour que nos "temples de savoir" forment des élites compétentes !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2013 à 21:24 En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Bravo à l’auteur de cet article !
    En effet, qui est mieux placé que l’enseignement supérieur pour développer les TIC dans notre pays ? De plus les deux domaines, Enseignement sup’ et TIC vont se "nourrir " mutuellement pour le plus grand bénéfice de toute la société burkinabé.
    Espérons que ces Etats Généraux feront le bon choix pour que nos "temples de savoir" forment des élites compétentes !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2013 à 21:43, par Dani le Béni En réponse à : Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?

    Ne sautons pas les étapes. l’e-learning est certes moins chers pour l’État mais c’est loin d’être le cas pour l’étudiant qui devra s’équiper des bons équipements et d’une connexion internet irréprochable (ce qui coute chers au BURKINA. Combien d’étudiant peuvent se permettre ce luxe d’après vous ?
    L’électricité à elle seule est déjà un grand défit pour le pays.
    ça nous coutera certainement chers mais je pense qu’on gagnerait à construire plus d’universités, et aussi à valoriser le métier d’enseignant de sorte à encourager les futurs diplômés à s’y lancer. LE SACRIFICE EN VAUT LA PEINE. Je pense qu’il nous manque une seule chose pour booster l’enseignement : LA VOLONTÉ POLITIQUE.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fin des Etats généraux de l’Enseignement supérieur : Vers l’élection des Présidents des universités
André Moïse Traoré-Nignan, représentant de la majorité politique : « Nous sommes en partie comptables des difficultés que connait l’enseignement supérieur »
Amadou Sanon, représentant de l’Opposition : « Nous sommes d’accord pour le recrutement annuel de 100 enseignants pendant 5 ans pour les Universités »
Reforme Licence-Master-Doctorat (LMD) dans l’enseignement supérieur au Burkina Faso : Analyses, expériences d’ailleurs, propositions… et si on appliquait le modèle DL2MD ? (2/3)
Enseignement supérieur : « Nous voulons, d’ici 10 ans, doter tous les chefs-lieux de région d’infrastructures d’enseignement supérieur »
Opinion : Contribution à la construction d’un espace ouest-africain de l’enseignement supérieur
Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?
Etats généraux de l’enseignement supérieur : Les étudiants plus préoccupés par leur quotidien
Crise dans l’enseignement supérieur burkinabè : Des états généraux pour réfléchir sur la question
Etats généraux de l’enseignement supérieur :La majorité présidentielle invitée aux débats.
Promouvoir la qualité de l’enseignement et de la formation au Burkina Faso : Exigences et propositions
Etats généraux de l’enseignement supérieur : « L’essentiel des préparatifs est fait », dixit Pr Salaka SANOU, Directeur général de l’Enseignement supérieur et de la recherche
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés