Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Lucien Kouakou, directeur régional de l’IPPF/Afrique : « Il ne faut pas voir dans la planification familiale une idée venant de l’Occident »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Population et développement • • vendredi 23 novembre 2012 à 00h23min
Lucien Kouakou, directeur régional de l’IPPF/Afrique : « Il ne faut pas voir dans la planification familiale une idée venant de l’Occident »

Depuis décembre 2011, la Région Afrique de la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF) est dirigée par un économiste ivoirien pétri de plus de 20 ans d’expérience sur les questions de population, Lucien Kouakou. Présent à Ouagadougou dans le cadre de la réunion préparatoire de la 5e TICAD, M. Kouakou a, entre deux plénières, accordé un entretien à Sidwaya. La vision de la structure, la nécessité de repositionnement et l’avortement sont entre autres des questions abordées. Mais avant, il présente la fédération-mère.

Lucien Kouakou (L.K.) : L’IPPF est une organisation de la société civile internationale créée depuis les années 50. Nous allons célébrer les 60 ans d’existence de l’IPPF, en Afrique du Sud (NDLR : 21 au 29 novembre). Elle œuvre dans le domaine de la Santé de la reproduction (SR) et des droits sexuels et de reproduction. La mission de la Fédération est d’œuvrer pour que chaque individu sur cette terre ait accès à des services de SR, à des informations sur les droits sexuels et de la santé en général. Cette noble mission recherche un monde meilleur, où les choix sont libres, où chaque individu pourra jouir de ses droits. Pour la région Afrique, créée dans les années 70, nous contribuons à l’amélioration du bien-être des populations africaines.

C’est dans cette optique que nous faisons la promotion de la planification familiale, nous offrons les services y relatifs et des actions en rapport à la prévention et au traitement du VIH/SIDA, les soins après-avortement (en fonction des législations des pays) ainsi que le plaidoyer pour l’élimination des barrières socioculturelles, juridiques et médicales à la pratique de la SR. Nous avons également un vaste volet relatif à la santé des adolescents et des jeunes. Toutes ces missions sont exécutées, avec une immense contribution de nos Associations membres (AM). Dans l’organisation de l’IPPF, nous disposons d’un organe de volontaire qui régit l’organisation et d’un staff qui met en œuvre les politiques décidées par les volontaires.

Sidwaya (S.) : Quelles sont vos ambitions pour l’IPPF/Afrique ?

L.K. : Nous comptons travailler de manière sous-jacente avec nos trois buts de changement. D’abord, il s’agit de l’unité avec tous les autres partenaires mais aussi au sein de la famille IPPF. Il faut que nous soyons plus fort à l’intérieur. Que par exemple, l’AM du Mali puisse apprendre de l’AM du Burkina, ainsi de suite. C’est cette unité dans le partage qui pourra nous permettre d’être plus convaincant. Le deuxième but, c’est de pouvoir faire en sorte que nous puissions offrir des services plus grands aux populations. Parce que les besoins en SR sont encore énormes. Et nous comptons doubler nos services statistiques d’ici la fin des cinq prochaines années. La troisième grande ambition est de faire de nos AM, sur le continent, des centres d’excellence dans nos domaines d’activités.

S. : Qu’est-ce qu’une structure comme l’IPPF peut-elle attendre de la TICAD ?

L.K. : La TICAD est un peu comme une plateforme de concertations entre les autorités ainsi que les partenaires japonais et les chefs d’Etat et de gouvernement africains pour réfléchir au développement de notre continent. Nous serons bientôt au 20e anniversaire de la TICAD. L’IPPF constate que, généralement, si l’on parle, à l’occasion des TICAD, de questions qui nous concernent tous, les sujets liés à la santé de la SR, à la santé des jeunes, de la mère et de l’enfant, etc., ne sont pas abordés avec franchise et courage, bien qu’étant d’actualité. Alors que nous sommes convaincus que, nonobstant la construction de centres de santé, d’infrastructures routières et marchandes, il y a lieu de penser au développement humain. Au sein de l’IPPF, nous militons pour une société africaine mature pour atteindre l’équité sociale, une justice meilleure, le respect des droits de chaque individu. Cette TICAD nous donne l’opportunité, tout comme les autres fora, d’amener les dirigeants africains, les représentants des pays à la rencontre, à se rappeler de la nécessité de penser à la santé des mères, des bébés, des jeunes, à la planification familiale. Tous les pays devraient inscrire ces questions dans leurs agendas de développement.

S . : L’IPPF s’est félicité de la réélection de Barack Obama. La Fédération roulait-elle pour les démocrates ?

L.K. : Sans vouloir nous mêler de la politique américaine, nous saluons la réélection de Obama. Il est vrai que sous les mandats de George Bush, nous avons connu une baisse drastique de l’intérêt, donc de financement de l’Etat fédéral américain pour les politiques de planification familiale. Nous en avons souffert. Mais en même temps, nous avons travaillé, à l’époque à nous adapter à la nouvelle donne. Avec l’élection de Obama, les choses se sont décantées et nous espérons autant pour son second mandat. De plus en plus, l’IPPF/Afrique pense à susciter davantage d’investissements des gouvernements en faveur de la santé des populations. Si les engagements que les gouvernants ont pris, à Abuja, de consacrer au moins 15% du budget à la santé sont respectés, nous pouvons disposer de ressources nécessaires pour développer des programmes pertinents dans le domaine. Nous estimons qu’il faut compter d’abord sur nos propres forces. Bien entendu, nous n’excluons pas l’accompagnement des partenaires internationaux.

S. : Votre institution veille au grain pour une application effective du Plan d’action de Maputo en matière d’accès aux services de SR. Où en est-on avec la mise en œuvre du plan sur le continent ?

L.K. : Nous constatons des évolutions. Parfois, nous sommes trop pressés en Afrique. Aujourd’hui la plupart des pays ont adopté la PF comme composante essentielle de leur développement. Aussi, certains Etats, à l’instar du Burkina Faso, montrent bien leur volonté ferme d’honorer leurs engagements. Le pays a mis en place une ligne budgétaire pour les produits de la santé de la reproduction. Nous souhaitons que d’autres pays puissent en faire autant pour que l’action que nous menons soit soutenue durablement. Aussi, l’Association burkinabè pour le bien-être familial (ABBEF) a été reconnue d’utilité publique et décorée de la médaille de Commandeur de l’Ordre du mérite. Il y a deux pays qui l’ont fait, le Burkina Faso et le Mali. Mon vœu est que cela puisse servir d’exemple à tout notre continent. C’est un geste fort qui ne doit pas rester muet. Au nom de la grande famille de l’IPPF, je voudrais remercier le gouvernement et le peuple du Burkina Faso pour cette marque de sympathie, pour cette reconnaissance des actions que l’IPPF mène pour un développement soutenu et durable en Afrique.

S. : Etes-vous optimiste quant à l’atteinte des objectifs à l’échéance ?

L.K. : D’ici à 2015, l’année échéance dudit plan, je suis optimiste que d’autres progrès seront enregistrés. Mais il ne faut pas oublier que ce processus est parfois entamé par les crises sociopolitiques, les catastrophes naturelles, entre autres. Avec ces données, je pense qu’il va falloir être assez modéré à l’heure du bilan du plan d’action de Maputo. Déjà, nous avons quelques bons élèves, notamment le Cap vert, le Botswana, le Rwanda, le Ghana, le Burkina Faso, etc.

S. : Avez-vous le même optimisme pour l’atteinte des OMD, notamment les points 4 et 5 qui concernent la santé de l’enfant et de la mère ? D’aucuns disent que les objectifs étaient trop ambitieux ?

L.K. : Les objectifs n’étaient pas ambitieux. Le fait est que des progrès ont été réalisés dans certains pays africains. Au niveau mondial, des pays comme la Malaisie seront au rendez-vous de 2015. En tout cas, même pour les pays qui risquent de ne pas les atteindre, nous ne pouvons pas parler de manque de volonté politique. Par exemple tous les chefs d’Etat ou de gouvernement ont signé le document continental en matière de santé de la reproduction, le plan d’action de Maputo. Un autre facteur d’engagement concerne la déclaration d’Abuja, le protocole de Maputo, la CARMMA (feuille de route pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et infantile), les OMD. Nous reconnaissons que face à ces engagements politiques, se hisse le défi de leur mise en œuvre. C’est là que nous péchons par moment.

S. : Que faut-il faire pour une accélération de la marche vers les objectifs de ces différents plans ?

L.K. : Nous militons en faveur des programmes à base communautaire et des actions multisectorielles. Puisque nos pays ne disposent pas suffisamment de ressources pour construire des centres de santé partout, engageons les communautés dans le processus d’atteinte des objectifs. La distance des centres de santé avec les populations peut décourager leur fréquentation. Grâce à l’approche communautaire, notamment la stratégie avancée, on peut œuvrer à rapprocher les services des bénéficiaires. Au plan multisectoriel, il s’agit d’arriver à poser le problème de la santé de la mère et de l’enfant, dans tous les secteurs de développement. Les journalistes et les communicateurs ont aussi un grand rôle à jouer dans la sensibilisation et l’éducation des populations. Pour l’IPPF, nous devons nous montrer plus innovateurs, c’est-à-dire, être plus performants avec le minimum de ressources.

S. : Le minimum de ressources provient essentiellement de partenaires occidentaux qui, aujourd’hui, connaissent « la crise de la dette ». L’IPPF a-t-elle peur ?

L.K. : Tout le monde s’inquiète de la crise de la dette en Europe. A l’IPPF, il est évident que cela peut contribuer à amenuiser nos ressources. En même temps, cette situation doit nous amener à réfléchir différemment de sorte à pouvoir optimiser nos actions avec peu de moyens. Nous refusons de croiser les bras parce qu’il n’y a pas d’argent. A notre sein, nous avons initié le concept de financement axé sur les performances. Ainsi, toutes les AM sont financées sur la base de leurs résultats. Ce qui crée l’émulation entre elles. L’ABBEF vient de recevoir un financement additionnel pour sa performance. Sur les 44 pays membres de l’IPPF de la région Afrique, seules cinq ont été récompensés, cette année.

S. : La planification familiale dont vous faisiez la promotion bute jusqu’à présent, sur des opinions socioreligieuses réfractaires. Pourquoi cette situation ?

L.K. : C’est cela aussi la diversité de notre monde. Nous ne nous attendons pas à ce que nos idées soient incontestablement partagées. Il s’agit plutôt pour nous d’amener les autres à comprendre. Aujourd’hui, chacun, dans son retranchement, peut apprécier le bien-fondé de la planification familiale. Il faut trouver les moyens de domestiquer le langage, lorsque l’on aborde ces questions avec les populations pour ne pas créer de barrières à ceux qui en sont encore réfractaires.

S. : Quelle est la position de l’IPPF sur un sujet à polémique comme l’avortement ?

L.K. : J’ai eu l’occasion de conduire la première étude sur l’avortement en Côte d’Ivoire, en 1992. La question était de savoir si, dans l’entourage des personnes interrogées, elles connaissaient quelqu’un qui aurait pratiqué un avortement clandestin. 78% des interviewés ont répondu par l’affirmative. Dans les trois CHU d’Abidjan, 148 cas de prises en charge après avortement sont enregistrés par semaine, il y a quelques années. Malgré les valeurs mises en avant par certaines opinions, l’avortement clandestin est une réalité dans nos villes et campagnes.

Dans la mesure où les avortements se pratiqueront clandestinement, l’IPPF, en tenant compte des lois nationales, assure des soins après-avortement. Nous estimons qu’il faut permettre à une femme qui a pratiqué l’Interruption volontaire de grossesse (IVC), à recevoir des soins. Nous encourageons les pays qui autorisent l’avortement et nous menons des plaidoyers dans ce sens. Dans les pays francophones, c’est encore la loi française de 1920, interdisant l’avortement et la contraception qui semble prévaloir, alors que la loi Simone Veil de 1975, toujours en France, a dépénalisé la pratique.

S. : A l’IPPF, on parle de la santé de la mère et de l’enfant. Pourquoi, la clinique de l’ABBEF ne dispose pas, par exemple, d’une maternité ?

L.K. : La maternité fait partie de la stratégie d’amélioration de nos services. Nous faisons la promotion de la planification familiale, mais il ne s’agit pas d’une limitation des naissances. Nous disons que la femme, pour préserver sa santé, doit espacer ses naissances. Pour qu’elle puisse le faire, il faut des infrastructures adéquates qui vont lui offrir les services appropriés. Donc l’IPPF ne peut qu’encourager la création de maternités. Des AM en Afrique en disposent déjà, notamment aux associations de Côte d’Ivoire, du Burundi, au Kenya, etc. Pour le cas du Burkina, nous verrons, dans la mesure du possible, ce qui peut être fait.

S. : Dans vos discours en faveur de la PF, vous évoquez aussi le développement. Quelle relation entre les deux notions ?

L.K. : La relation est réelle. Avec 3% de croissance démographique et 8% de croissance économique, il n’est pas évident pour un pays de pouvoir honorer les besoins d’une population qui double tous les 25 ans. Le poids démographique, l’urbanisation forte, entre autres, ont des effets néfastes sur l’environnement. L’offre éducative (salles de classes) et sanitaire (centres de santé, ratio personnel soignant et population) est vite dépassée avec une population qui croît trop vite. On ne peut pas parler de développement sans inclure les politiques de populations. La planification participe de cela. Il ne faut pas voir dans la planification familiale, simplement une idée venant de l’Occident.

S. : Sous quel signe placez-vous la célébration des 60 ans de la fédération ?

L.K. : Je dis déjà joyeux anniversaire à toutes ces femmes, ces hommes qui utilisent les services de l’IPPF ainsi que les volontaires et le staff de la fédération. Nous plaçons ces 60 ans sous le signe d’une renaissance, en tenant compte des nouveaux défis du monde : les crises économico-financières, les changements climatiques… Dans le cadre de la commémoration, nous allons mener des réflexions pour trouver les solutions idoines en vue de continuer à offrir des services de qualité aux populations, surtout les plus vulnérables.

Le DG de l’IPPF a lancé une nouvelle réflexion qui porte sur les buts de changement. Il s’agit de l’unité de l’organisation avec d’autres partenaires pour aborder les problèmes. Aussi, nous nous engageons à doubler nos services d’ici à 2015, et à les tripler d’ici à 2020, en focalisation notre attention sur la santé de la mère, de l’enfant, des jeunes, de l’homme, et celui des personnes du 3e âge.

Koumia Alassane KARAMA

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonds des Nations Unies pour la population : Mme Natalia Kanem, du Panama, nommée Directrice exécutive
Journée mondiale de la population 2017 : Le PNDES veut transformer la structure par âge de la population, souligne Mme Rosine Coulibaly, ministre en charge du développement
Contraception au Burkina Faso : Un taux de prévalence de 24,6% en 2016 selon l’ISSP
1ère édition 2017 de la semaine nationale de planification familiale : Rapprocher les services de santé de la reproduction et de PF aux populations
Audience foraine à To : Kadidja Sankara condamnée à 12 mois de prison avec sursis et à une amende de 500.000 F CFA pour avoir excisé sa petite-fille
8 mars 2017 : Message de M. Lucien KOUAKOU, Directeur régional de l’IPPF, Région Afrique
Ministère en charge de la Communication : La cellule genre adopte son plan d’actions 2017-2019
Journées scientifiques sur l’enfance au Burkina Faso : La promotion des droits de l’enfant au cœur de la première édition
Journée mondiale contre le Sida : Message de M. Lucien Kouakou, Directeur IPPF-Région Afrique
Institut africain de santé publique : 19 nouvelles compétences en santé au service du pays
Dernières tendances de la fécondité : Un indice de 5,1 pour l’Afrique Subsaharienne
ISSP : 25 ans au service de la population
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés