Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Luc Adolphe TIAO, Premier ministre • • mercredi 11 mai 2011 à 04h00min

Pas facile d’expliquer ce qui s’est passé au Burkina Faso depuis « l’affaire Justin Zongo », les mutineries à répétition des « corps habillés », les « marches » contre la vie chère, les exactions des uns et des autres, le licenciement sans préavis du gouvernement Tertius Zongo, etc. On remarquera que le premier ministre en place désormais à Ouaga était… ambassadeur à Paris pendant les événements et que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, chargé ce matin, lundi 9 mai 2011, d’expliquer aux journalistes le pourquoi et le comment de ces événements exceptionnels était, lui, en charge du dossier du Darfour pour le compte de l’ONU et de l’UA.

Deux personnalités « étrangères » à ce qui s’est passé au Burkina Faso ces derniers mois. Mais ce n’est pas ce genre de situation qui risquait, ce matin, de déstabiliser Djibrill Bassolé, le nouveau patron de la diplomatie burkinabè. Cet officier de gendarmerie, ex-ministre de la Sécurité, a connu bien d’autres moments de tension au temps de la « Révolution » et de la « Rectification » mais, aussi, sous la « démocratie » avec les affaires Zongo, Balla Keïta, les tensions entre les forces de l’ordre et l’armée dans les années passées… Reste qu’il est difficile, pour le gouvernement burkinabè, de « mettre les points sur les i » sans montrer du doigt les « i » qui posent problème.

Priorité de Bassolé : ne pas jeter d’huile (politique) sur le feu (social) qui couve actuellement au « pays des hommes intègres ». Le pays, nous dit-il, a été confronté à des « soubresauts » liés à des « revendications corporatistes » sur lesquelles sont venues se greffer le mécontentement d’une population confrontée « à des conditions de vie devenues difficiles et parfois insoutenables ». Ni les jeunes ni les « corps habillés » ne sont donc responsables de ce qui s’est passé : « les revendications étaient justes » même si les moyens employés pour obtenir satisfaction étaient « disproportionnés ». S’il y a eu des dysfonctionnements c’est entre la perception des faits par les uns et les autres et celle de la justice qui se veut indépendante.

Bassolé ne veut pas, pour autant, occulter les préoccupations politiques d’une population jeune qui est confrontée à la cherté de la vie et à des conditions de travail difficiles. Si le gouvernement de Tertius Zongo, qui « n’a pas démérité », a chuté à la suite de ces événements, c’est qu’il convenait, au niveau de la présidence du Faso, de décider de mesures permettant de « reprendre la main ». Dès lors, « le changement de gouvernement s’imposait compte tenu de l’ampleur des événements ». Et la nouvelle équipe en place a pour mission « d’apaiser le climat social », de réduire les prix des produits de base, d’indemniser ceux qui ont eu à subir des dommages, etc. Et surtout d’accroître la richesse nationale car le Burkina Faso, explique Bassolé, est un pays aux ressources limitées où nul ne peut dire que « la richesse est pas mal partagée » dès lors qu’il y a « absence de richesse ».

Il faut donc, souligne-t-il, mettre l’accent sur l’emploi des jeunes car c’est la composante jeune de la nation qui manifeste et qui proteste. Il faut dire, a-t-il ajouté, que l’environnement sous-régional marqué par la récession économique consécutive à la crise post-électorale ivoirienne a accentué les tensions sociales tandis que événements dans le monde arabe, et tout particulièrement en Afrique du Nord, ont influencé les manifestants.

Il y a, au Burkina Faso, une réalité qui s’imposait en urgence ; et cette urgence, explique Bassolé, c’était que le pays retrouve calme et stabilité. C’est pourquoi il a été donné, rapidement, satisfaction aux revendications des « corps habillés » dès lors qu’elles étaient justifiées et s’inscrivaient dans le budget de l’Etat. En fait, Bassolé nous explique que ce sont les « lourdeurs administratives » qui ont provoqué le mécontentement des militaires : les primes qui étaient dues n’avaient pas été payées. Selon lui, rien à voir avec la volonté d’aboutir à un « changement de régime ». La meilleure preuve en serait que tout est rentré dans l’ordre après que les impayés aient été… payés, « la vie chère étant la chose la mieux partagée » au Burkina Faso.

Mauvais management de l’armée, c’est pourquoi le président du Faso a décidé de gérer en direct cette affaire non pas en s’érigeant en ministre de la Défense mais en « s’investissant personnellement dans la résolution de ces questions délicates ». Bassolé, qui sait de quoi il parle, n’a pas manqué de souligner, par ailleurs, qu’à l’occasion de ces événements, les responsables politiques « avaient pris la pleine mesure » de ce qui pouvait se passer quand les soldats manifestaient.

Après la gestion de « l’urgence », le gouvernement doit restaurer équité et justice ; une justice mise à « rude épreuve » par les manifestants et à laquelle la population « ne fait plus confiance ». C’est le job du gouvernement et de personne d’autre a souligné Bassolé, affirmant, en substance, que le « dialogue » avec l’opposition était une nécessité et qu’il avait été instauré dès sa prise de fonction par le Premier ministre, mais qu’il ne fallait pas confondre les genres : c’est le gouvernement qui gouverne, pas la rue, pas l’opposition. Bassolé a rappelé que le Burkina Faso est un pays essentiellement agricole (histoire de démontrer que les « événements » ont été un fait urbain et donc minoritaire) et que l’important est de mettre en œuvre des « investissements structurants » en faveur du monde rural (« des masses rurales » dit Bassolé qui emploie là un jargon qui fleure bon le temps de la « Révolution »).

Celui qui a été ministre de la Sécurité et le patron du renseignement burkinabè entendait ce matin faire passer un « message » à Paris : le Burkina Faso n’a pas été débordé par les « événements » et est resté maître de sa sécurité intérieure. Aucun étranger, Africain ou non-Africain, n’a été « ciblé » lors des incidents ; autrement dit, et même si Bassolé ne le dit pas mais le laisse entendre, le Burkina Faso n’est pas la Côte d’Ivoire : aucun communautarisme (il refuse même la référence à des « Burkinabè de la diaspo », un concept qu’il juge « ivoiritaire », ce qui veut tout dire dans la bouche de Bassolé), aucun ostracisme vis-à-vis de l’étranger, y compris de « l’Occident ».

A quelques heures de sa rencontre avec son homologue français, Alain Juppé, ministre d’Etat et ministre des Affaires étrangères et européennes, il était important de dire combien les autorités étaient déterminées à « donner des gages que ce genre d’incident ne se reproduira plus » ; « nous y travaillons en interne » a souligné Bassolé. « Nous avons besoin de l’aide et de l’assistance de nos partenaires, et ce n’est pas le moment pour eux de nous délaisser » a rappelé Bassolé qui s’est dit « peiné » par la décision de la France de considérer la destination burkinabè comme étant à risques.

« La période est difficile, mais les difficultés ne sont pas insurmontables », a souligné Bassolé qui a dit, par ailleurs, que la présence d’AQMI dans la zone sahélo-saharienne était une « très grande préoccupation » pour Ouagadougou et que la mort de Ben Laden ne changeait rien : « ses réseaux fonctionnent et AQMI a une grande marge d’autonomie ». Sa préoccupation est la « sécurité physique » des partenaires économiques du Burkina Faso notamment dans le Nord du pays et, jusqu’à présent, les autorités burkinabè ont fait la preuve qu’elles en étaient capables. Même si la situation en Libye et les trafics d’armes afférents changent la donne sécuritaire.

Ouaga a d’ailleurs tiré un trait sur Tripoli, Bassolé ayant la correction de noter qu’il est plus facile de le dire maintenant que « le guide de la révolution libyenne » est en mauvaise posture que par le passé. Mais le patron de la diplomatie burkinabè a été clair et net : voilà bien longtemps que la Libye n’est plus un pays partenaire du Burkina Faso ; par contre la Côte d’Ivoire doit le redevenir très rapidement.

JEAN6Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 10 mai 2011 à 19:21, par sidbala En réponse à : Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

    Mr. Bejot à entendre RFI, Mr. Bassolet a aussi parlé de l’article 37 et vous n’en faites cas dans votre écrit. Pourtant c’est l’un des points importants qu’il a abordés. Bref.
    Mr. Bassolet dit qu’il y a absence de richesse au Burkina Faso, certes, mais vous devez aussi reconnaitre qu’il y a une mauvaise répartition de ce peu de richesse concentrée entre les mains de la famille présidentielle et de son entourage et la plupart sous forme de monopoles déguisés. Tant que le pouvoir ne s’attaquera pas franchement à toutes les affaires occultes du Burkina la révolte réaparaitra plus tôt que vous n’y pensez.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai 2011 à 21:15, par VENBIKASS En réponse à : Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

    Je pense qu’il est important de reconnaitre la diaspora en tant que tel (appelons un chat, un chat) et l’encourager à participer au developpement du faso.

    Répondre à ce message

    • Le 11 mai 2011 à 02:53, par le saint En réponse à : Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

      Merci a SIDBALA pour sa reflexion,soyons democrate dans la gestion de cette portion de richesse que nous avons au FASO.
      Le bon Burkinabe ( Integre ) n’a pas besoin d’une fortune pour vivre heureux,il se contente toujours du peu qu’il gagne a la sueur de son front. Mais soyons realiste,quand on voit la BELLE MERE NATIONALE s’octroyer tous les gros marcher,et dans tous les domaines,cela est quand memes revoltant. que le nouveau gouvernement ouvre les yeux dans la "distribution" des marcher afin que tout le monde puisse gouter a la soupe et le Burkina sa place parmi les grande nation ou tous les monde vit en paix main dans la main.

      Répondre à ce message

    • Le 11 mai 2011 à 03:27 En réponse à : Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

      Tu nas rien compris dans cette histoire de DIASPO, La diaspora et surtout celle ivoirienne sont ces jeunes BURKINABE revenu de la cote d’ivoire a cause des troubles sociaux politiques labas. Le point ici c’est quoi ? ce que dans les coulisses du gouvernement il se raconte que beaucoup de ces jeunes gens la qui ont ete recrute dans l’armee sont en majorite des casseurs et des militaires "farotaire".
      Aussi dans les differentes Uiniversite ces memes Diaspo sont a l’origine des differentes casses.

      Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2011 à 01:20, par drabo En réponse à : Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

    je pense ke le burkina nous appartient tous,sa fais 24 ans ke le president nous as abbandonner ,aucun ministre des affaire etrangers ne sais rendu en italie pour rencontrer ses elements,allord apres le ghana,la cote d’ivoire suit l’italie en 3eme position,et nous tous on as un seul objectif (developer notre chere patrie)allord ke les dirigents de cette patrie ne nous considere plus,puiske nous avons pas le droit de les voter,,mais pense ke mon president est informer des pertes de ses elements dans ces 5 dernieres annees,on beau attendu une delegation pour rencontrer le gouvrernement du pays ou nous somme pour k’il puis sauvegarder la vie d’autre.un de nos element a ete battu comme du mil a coup de baton,en disant k’il y a eu a voler du gateau,une 1ere fois dans ma vie,malgre du jamais vue,mon president s’est coucher sur cette affaire sans envoyer un ministre a eclairer l’affaire.Msr le ministre c’est votre tour et on vous attend ,comme vous etiez au dafour j’espers ke vous etiez considerer comme etranger ,faites nous considere car ces pays croient ke nous avons pas de president.le mali le senegale ,ont signer des accords pour leur elements pourkoi pas vous,sachant bien k’on est las pour le travail,et on as droit a notre retraite.sans votre accord sa sera difficile d’avoir ma petite somme etant au burkina ,vive mon pays,vive la democratie.la patrie ou la mort nous vaincrons.

    Répondre à ce message

    • Le 11 mai 2011 à 14:17, par le patriote En réponse à : Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

      slu Drabo
      J’ai lu tes preocupation ; c’est très pertinant ; mais il faut reconnaitre au’il ya eu beaucoup de perspectives dans ce sans c’est a dire une visite du Ministre des Affaires Etrangères en Italie.
      Vous savez qu"un Ministre ne peut pas se deplacer sans une coordination avec les autorites hotes ; toutes les tantatives d’une visite en Italie coincide soit avec l’indisponibilité des autorité italiennes soit du coté burkinabè. Mais faut savoir que ya la volonté de le faire et nous mesurons vos contributions dans le dévelopement du pays. Meme en Avril ; une viste étais prévue avec une rencontre des ressortissants burkinabè en italie.

      Fraternellement

      Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2011 à 01:34, par BURKIBILA En réponse à : Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

    Je trouve un beau pays le BF.Mr le Ministre quand Vous alle faire rentre les diplomates en fin de leur mission. on voie que chaque annee on les acorde encord du temps. pour des raison que je ne veu pas dire. donc pour evite ce que on ve evite il faut que les autres aussi sorte.si non ON va finir de donne raison a son EXCELLENCE Issouf OUEDRAOGO.RIRE
    MERCI

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2011 à 13:01, par BURKINDII En réponse à : Le Burkina Faso se lance à la recherche du temps perdu par des jeunes qui n’en peuvent plus d’être exclus du système !

    JE NE PENSE PAS QU’IL FAUT CULPABILISER LA LYBIE OJOURD’HUI ,
    SINON Q’IL FUT UN MOMENT Q’ON NOUS PARLAIT DU RIZ DE KHADAFI.
    (KHADAFI MOUIAAA...).

    LE PROBLEM OJOURD’HUI DE LA CRISE N’EST PAS UN PROBLEME DE
    PRIMES DE MILITAIR MAIS UN PROBLEM GENERAL.LA VIE EST CHERE.
    LES SOCIETES D’ETAT PRIVATISEES SONT DES BOMBES EN RETARDEMENT
    CAR çA NE VA PAS DU TOUT.L’ETAT PRIVATISE ET PAS DE SUIVI.
    LE REPRENEUR FAIT CE Q’IL VEUT DU PERSONNEL.

    POUR VOUS DIRE QUE C’EST CHAUD ET L’ETAT DOIT RENCONTRER LES
    TRAVAILLEURS DES SCTES PRIVATISEES .

    QUE DIEU AIDE LE FASO

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Luc Adolphe TIAO à la MACO
Discours de Tiao sur la situation de la nation : Des citoyens attendent davantage du gouvernement
Discours sur la situation de la nation : Luc Adolphe Tiao entre félicitations et remise en cause de légitimité
Discours sur la situation de la nation du Premier ministre Luc Adolphe TIAO du 3 avril 2014
Beyon Luc Adolphe Tiao, premier ministre du Burkina Faso, « une démocratie qui marche bien » (2/2)
Beyon Luc Adolphe Tiao, premier ministre du Burkina Faso, « une démocratie qui marche bien » (1/2)
Luc Adolphe Tiao : « Le vrai problème au Burkina c’est que nous n’avons pas de vraies entreprises performantes, capables de réaliser des travaux de grande échelle et de grande qualité ».
TIAO A L’ASSEMBLEE NATIONALE : Attaques de l’opposition, réplique de la majorité
ETAT DE LA NATION : ‘’RAS’’ pour les uns, déception pour les autres
Discours sur la situation de la Nation : Luc Adolphe Tiao note d’appréciables performances engrangées en 2012
Discours sur la Situation de la nation en 2012 selon Luc Adolphe TIAO : L’intégralité du document
Communiqué de presse : Luc Adolphe Tiao attendu à l’Assemblée nationale le 4 avril 2013 pour la présentation de la situation de la Nation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés