Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Cinquantenaire de l’indépendance du Burkina Faso • • mardi 7 décembre 2010 à 01h56min

Le Mogho Naaba Kom II (1906- 1946)

La Haute Volta, aujourd’hui Burkina Faso n’aurait existé que dans les livres d’histoire si certains hommes de divers plans n’avaient pas redoublé de pugnacité d’hommes pour contrer les velléités de l’administration coloniale de suppression pure et simple du territoire. Sont de ces héros de la reconstitution, Mogho Naba Kom II qu’il convient de rendre hommage en ce jubilé d’or de l’accession à la souveraineté nationale et internationale.

Il y a eu l’indépendance octroyée ou acquise de haute lutte (c’est selon) du Burkina Faso en 1960. Quel que soit le scénario retenu, les acteurs de l’accession du territoire à la souveraineté nationale méritent bien la reconnaissance que la Nation toute entière s’apprête à leur témoigner à la faveur du cinquantenaire de l’indépendance du Burkina Faso. Mais avant 1960, ce qu’on pourrait appeler une lutte pour une première indépendance s’est engagée après la suppression du territoire en 1932.

Les fils de la Nation doivent aussi une fière chandelle aux acteurs de cette lutte, qui aboutira à la reconstitution de la Haute Volta en 1949 et permettra ainsi aux héros des indépendances de 1960, de poursuivre la lutte. Sont de ceux là, le Mogho Naaba Kom II (1906- 1946), 34e successeur du trône de Naaba Ouédraogo, le fondateur du Royaume mossi. A la mort du Mogho Naaba Siguiri en 1904, son fils aîné, le prince Saîdou lui succède sous le nom de règne de Naaba Kom II.

Il verra deux événements majeurs, heureux et malheureux, se succéder. Le premier, heureux a été la création de la colonie de la Haute Volta par décret en 1919 comme faisant partie d’un plan de mise en valeur de l’Afrique occidentale française (AOF). Le nouveau territoire est constitué de 3 millions d’habitants, dont plus de la moitié sont de l’ethnie mossi, répartis dans 7 cercles (Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Dédougou, Gaoua, Dori, Fada et Say).

La Haute Volta sera par la suite dissoute « par mesures d’économie » en 1932 et répartie entre ses voisins. Cette dissolution sera vécue comme une humiliation par les Voltaïques et le Mogho Naaba Kom II de voir que leur territoire, pourtant réputé « réservoir de main d’œuvre », avait peu d’intérêt pour l’administration coloniale. Le mécontentement du chef suprême des Mossés était nourri par l’écartèlement « du bloc mossi » que le démembrement du territoire a entrainé. En effet, la région de Ouahigouya était attribuée au Soudan (actuel Mali), celle de Fada au Niger et Ouagadougou à la Côte d’Ivoire.

C’est ainsi que le Mogho Naaba Kom II engagera la lutte pour la reconstitution d’un territoire qu’il identifiait à son empire. Déterminé à obtenir la réhabilitation de la Haute Volta, il suscita un élan sans précédant dans le royaume : les rois de Ouagadougou, Tenkodogo, Yatenga qui ne se rencontraient jamais selon la coutume, se retrouvent exceptionnellement et pour la première fois dans l’histoire des Mossis, pour réclamer le rétablissement de la Haute Volta.

Pour soutenir ses démarches, Naaba Kom II se rendra en personne à Abidjan pour plaider la cause de son territoire en 1938. Selon le témoignage du Larlé Naba Anbga (1907-1980) dans son œuvre intitulée Histoire et coutumes royales des mossi de Ouagadougou, « Naba Kom eut à lutter contre l’abus des transferts des main- d’œuvre, tant vers le Soudan (Office du Niger) que vers la Côte-D’ivoire. Il constata qu’une importante partie de ces travailleurs revenait en mauvaise santé ».

Son plaidoyer lui permettra d’obtenir « une déconcentration » avec la nomination d’un administrateur supérieur pour la Haute Volta et d’améliorer par conséquent la situation du pays. Le destin a voulu que Naba Kom, qui a réalisé l’un des plus long règne sur le trône du Mogho, ne voit pas la réhabilitation de son cher territoire.

Il mourut en 1942 et c’est à son fils Naba Sagha II, de poursuivre l’œuvre du père. Entre temps, au sortir de la 2e guerre mondiale, la métropole concède aux colonies, une administration territoriale dans le cadre de l’Union française. Le territoire peut participer maintenant à la vie politique et les notables voltaïques envoyaient au sénat français Philipe Zinda Kaboré avec la lourde tâche de faire accepter la reconstitution du territoire. Il n’eut pas le temps de le faire. Le plus jeune parlementaire à 26 ans à son époque est emporté par une mystérieuse maladie.

C’est finalement son successeur Henri Guissou qui interviendra à l’Assemblée nationale pour que la loi rétablissant la Haute Volta dans ses limites de 1919 avec Bobo-Dioulasso comme capitale administrative soit adoptée, en attendant « que les rails parviennent à Ouagadougou ». L’année 1947 marque donc l’accession à « la dignité morale pour 3 millions de personnes », une étape très importante dans le processus d’accession à la souveraineté nationale en 1960.

Mahamadi TIEGNA (camerlingue78@yahoo.fr)

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 7 décembre 2010 à 03:14 En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Vous avez essayer de faire œuvre utile, mais faites attention aux dates : est il mort en 1942ou en 1946 car vous utilisez les deux dates.
    Courage

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 03:39, par DT En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Tout en saluant le patriotisme de Naaba Kom II, permettez moi de respectueusement dire que sont act a ete une erreur dont souffrirait le Burkina pour tres longtemps. Les francais ont vu les faiblaises et les depourvus de la Haute Volta voila pourquoi ils ont decide de la partager entre la CI le Mali et le Niger. Petit pays, enclave, sous sol pauvre, sol pauvre et aride ,desertique, la Haute Volta ne devrait pas exister en tant que pays !!! Et la France a accepte de retablire la HV parceque cela arrangeait leur vilaine politique de balcanisation ( deviser en petit morceau pour bien gerer). Ca ete une erreur !!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 13:01 En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Je suis d’accord avec celui qui dit que cet acte a été une erreur. La HV n’aurait jaùais du exister, en fait ce n’est pa une territoire viable. La repartition du paus entre ces trois voisin a été une belle vision coloniale. Une telle chose si elle avait perdurer aurait permis au différentes région du Burkina actuel de connaitre un meilleur dévéloppement. Une grande partie du succés ivoirient sur le marché iternational est du aux fils de la HV mais le pays n’en a pas profité puisque le budget ivoirien ne peut pas venir fiancer des projets de développment dans la region de Ouagadougou. Cela aurait été le cas si ces entités ce retrouvaient dans le meme pays.
    Voila le résultat d’un égoïsme de retrouver son royaume comme l’a fait le Moro. C’était simplement pour des intérêts égoïstes.
    Dr Z. A

    Répondre à ce message

    • Le 7 décembre 2010 à 16:59, par franck dit aspirant barde En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

      Prendre une autre nationalité ne vous coute rien si vous aviez mal dans mon beau pays de fière personne,il y auras toujours des âmes vaillantes pour batire le Burkina Faso.Le Burkina Faso est l’un des pays ou les fils ne change pas de nationalité même si leurs ailleurs leurs apportes du miel.Demande le taux aux ambassadeurs.On est toujours fière d’être Burknabé

      Répondre à ce message

      • Le 7 décembre 2010 à 23:02, par zorom11@yahoo.fr En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

        Ah oui, simplement celui qui ne pas satisfait, il peut s’en aller alleurs ou trouvera la meilleur vie ! sinon nous sommes cales eternellement dehhh !
        voila ceux qui freinent notre developpement. comment un pessimiste ennemie de lui-meme peut contrebuer au progres ??? il y a des gouts specials d’etre Burkinabe ! la relevence de defi, le courage ete... celui qui es paresseux il n’a qu’a s’instaler quelques part, dieu merci que le monde est si vaste !

        Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 13:10, par Moaga En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Merci au Naaba, qui nous ont permis de conserver une parties de nos terres, de notre pays, de notre culture.
    Nous sommes un peuple et le Naaba l’a bien comnpris.
    Nous avons une histoire, une fierte et le Naaba l’a bien compris.

    Que Dieu benisse son heritage. Vive Moogh-Naaba. Vive le Moogho

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 16:14, par Naabila En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Ceux qui disent que ce acte a ete une erreur on certainement raison !Naaba kum II que je respect beaucoup a due certainement penser pouvoir retablire son empire et faire de la HV un empire ou il reignera. Sinon de Kaya jusqu a Abidjan c etait la Cote d Ivoire, et c etait un tres grand pays, non enclave, riche naturellement et riche en main d oeuvre aussi. Et certainement les nordistes seraient les dirigeants de ce pays et tous en profiteraint. Imaginez Blaise a la tete d un pays allant de Abidjan a Kaya avec toutes ces ressources !!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 16:29 En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Ceux qui pensent que le rétablissement de la Haute Volta est une erreur peuvent, s’ils sont de ce pays, prendre leurs clics et leurs clacs et s’installer ailleurs. Nous Burkinabè, sommes fiers de l’existence de ce pays et des hommes qui se sont battus pour que ce pays retrouve son intégrité. Si vous rêvez d’appartenir à quelque pays de rattachement (CI, Niger ou Mali), ce n’est point tard de vous y établir, de renier votre nationalité et d’en adopter une autre... Sapristi ! Si vous êtes d’ailleurs et rêviez de Ouaga comme d’une province, là, il va falloir se réveiller car c’est un mauvais cauchemar. Que l’on évolue vers une intégration ou une fédération ouest africaine pourquoi pas. Mais faire de notre pays un réservoir de main d’oeuvre pour développer d’autres contrées, ce n’est pas admissible... Burkinabè et fier de l’être malgré l’hostilité !

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 17:21 En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Bien dit !
    S’il y en a qui ne se reconnaissent pas burkinabe ILS PEUVENT S’EN ALLER AILLEUR...
    Des pays il y en a beaucoup et il est sûr que votre départ du Burkina ne nuira en rien aux véritables burkinabes.
    On est où là ? Faites ...

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 17:32 En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    A lire certains y a de quoi se demander ce qu’ils ont dans la tête. Renier jusqu’a sa nationalité parce que l’on envie des gens c’est inimaginable !!! Qu’est ce que nous avons à envier au Niger, Mali et même à la Côte d’Ivoire ?
    Ce pays (le Burkina Faso) sera ce que nous en ferons. Tout nous est encore possible avec de la bravoure et de l’intégrité.
    Ce sont les mêmes qui sont des fénéants, voleurs, corrompus, et que sais je encore qui aujourd’hui auraient souhaité être ivoirien ou malien ou que sais je encore.
    Etre burkinabe ça se mérite....

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 20:39 En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Toutes ces discussions sont stupides. Nous avons eu un pays en héritage. L’idée du Naaba, c’était d’avoir son royaume. Les rois étaient contents quand on a reconstruit le pays mais ils on été surpris de voir que la reconstruction n’avait pas pour but de les consacrer chefs. Quand cela n’a pas marché juste après les indépendances on a connu le premier coup d’État manqué avec l’armée du Moogho contre Maurice. Ce fut encore un échec, alors ils ont compris que ce n’est pas ainsi. Ils ont bénit le coup de Lamizana. Aujourd’hui c’est en bas que ca tire les cordes heureusement parfois dans le bon sens. Quand tu hérites de ton père, tu peux ne pas en être satisfait ; c’est normal et c’est ton problème. Si tu es ambitieux tu travailles à en être fier sinon tu laisses ton héritage devenir encore plus maigre pour tes enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2010 à 20:43, par sidbala En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Pour un article sur les fondements de notre chere patrie et c’est reparti la division.De grace assumons l’histoire et l’heritage laisse par nos ancetres et continuer de batir avec foi ce qui semble etre un ensemble d’andicaps, qui sera peut etre un eldorado pour nos enfants demain et pas un champs de bataille. Je ne pense pas que l’on meure plus de faim au burkina que nul part ailleurs. le peuple se bat vaillament contre l’adversite de la nature au quotidien avec courage et abnegation a l’est, au centre, a l’ouest, au sud et au nord ; les populations meme si elles survivent ( car ca peut et ca va etre mieux si on travaille tous dans le meme sens) reste dignes. Nous alphabetises offrons leurs autre chose que la division.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2010 à 21:05, par journaleux En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    nous manquons peut-être de héros mais lorsqu’on veut faire appel à l’histoire, évitez d’écrire n’importe quoi. Un seul fait le gouverneur Robert Delavignette (qui n’a aucune raison de mentir) attribue à ce seul Kom II la déportation en Côte-D’ivoire d’au moins 160 000 mossi pour lesquels il était payé. on comprend que la suppression du pays ne fasse pas ses affaires puisque cela le privait de marchandise. a-t-il pour autant lutté pour sa reconstitution ? la légende construite autour de son déplacement en Côte-D’Ivoire a la vie dure. mais il n’empêche que notre roi a été demander de pouvoir bénéficier d’une administration coloniale plus proche de lui. est-ce là la lutte pour la reconstitution ? Lisez aussi les sources anglaises vous aurez une idée plus claire de votre héros

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril 2017 à 05:34, par christ laraby En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    j’aimerai que l’on me dise pourquoi des individus peuvent se prévaloir de l’ avenir des autres.
    Pour quel droit ils peuvent diviser des peuples, des ethnies entre elles ?
    ils prétendent que c’est pour des raisons économiques ; mais pour qui ?et a quel fin ?
    Merci a sa majesté le mogho naaba kom II.
    Nous sommes aujourd’hui des burkinabé et fier de l’être.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août 2018 à 15:40, par Akounda En réponse à : Reconstitution de la Haute-Volta : Naaba Kom II, un indépendantiste avant l’heure

    Mais alors pourquoi vous emmerdez les Ivoiriens, alors ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés