Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Non-lieu au bénéfice de Marcel Kafando : La Chambre d’appel confirme la décision

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Norbert Zongo • • jeudi 17 août 2006 à 08h09min

Mercredi 16 août 2006, la Chambre d’appel de la Cour d’appel de Ouagadougou a confirmé la décision de non-lieu prise par le juge d’instruction en faveur de Marcel Kafando dans le cadre du dossier Norbert Zongo.

Après le non-lieu délivré à Marcel Kafando dans le cadre de l’instruction du dossier Norbert Zongo, les avocats de la partie civile avaient interjeté appel. Après examen de ce recours, la Cour d’appel a décidé de confirmer la décision prise en première instance.

Une décision qui a entraîné une levée de boucliers au niveau des avocats-demandeurs. S’exprimant en leur nom, Maître Bénéwendé Sankara a indiqué que c’est avec « regret et amertume » qu’ils ont pris connaissance de cette décision.

« Nous allons réfléchir et voir la conduite à ternir », a-t-il ajouté avant de clamer que le dossier Norbert Zongo ne peut-être « enterré ».

Autre son de cloche au niveau des avocats-défenseurs, Maître Antoinette Ouédraogo ayant estimé qu’ils avaient « accompli » leur mission. « Notre client a bénéficié d’un non-lieu. Que demander de plus ? », s’est-elle interrogée en présence de ses confrères Anicet Poda, Abdoul O. Ouédraogo et Mamadou Ouattara, tous commis à la défense de Marcel Kafando.

S’ils n’ont pas jugé « nécessaire » de faire du « bruit » après la décision de la première instance, c’est parce que la décision de non-lieu était « susceptible de recours » et qu’il fallait être « prudents ». S’exprimant sur la crédibilité de la justice burkinabè, les avocats de Marcel Kafando disent n’avoir « jamais douté » de celle-ci, car elle a toujours été appliquée avec « rigueur ».

Quant au procureur général, Abdoulaye Barry, il n’a pas souhaité faire de commentaire « particulier ». Le parquet étant « solidaire », ils ont demandé que le réquisitoire du procureur du Faso soit confirmé en chambre d’appel, comme il l’avait été en première instance.

Tout juste a-t-il rappelé sur la base de l’article 177 du code de procédures pénales, que le juge d’instruction pouvait clore un dossier, chaque fois qu’ils estimait nécessaire et utile. Le dossier Zongo pourrait cependant « rebondir » en cas de « charges nouvelles ». En rappel, Marcel Kafando avait été libéré des liens de la prévention parce que le principal témoin à charge, Racine Yaméogo, s’était rétracté.

Boubacar SY

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’incivisme et la corruption : Norbert Zongo, un exemple de combat
Assassinat du journaliste Norbert Zongo : 20 ans après, vérité et justice sont toujours attendues
Affaire Norbert Zongo : ‘’Mes souvenirs de reporter, 20 ans après...’’
20e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : A Fada N’Gourma, on a marché pour réclamer vérité et justice
Burkina : La justice française émet un avis favorable à l’extradition de François Compaoré
Extradition de François Compaoré : Les avocats de l’Etat burkinabè dénoncent « des sous-entendus insultants »
Extradition de François Compaoré : Tout sur l’arrêt du 13 juin 2018 portant demande de complément d’information
Demande d’extradition de François Compaoré : Le compte rendu de l’audience du 28 mars 2018 de la Cour d’Appel de Paris par Bruno Jaffré
Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018
Assassinat de Norbert Zongo : Les organisations de défense des droits humains dénoncent 19 ans d’impunité
17 ans après l’assassinat de Norbert Zongo, la SEPP en appelle au nouveau président Roch Marc Christian Kaboré
Poeme : Le temps passe, l’injustice demeure
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés